VITAMINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vitamines et métabolisme intermédiaire carboné

Le transfert du groupe monocarboné dioxyde de carbone CO2 est assuré essentiellement par la biotine mais aussi, exceptionnellement, grâce à la ménaquinone, vitamine K. Quant au groupe méthyl CH3, il dépend principalement de l'acide folique et aussi de la vitamine B12. En ce qui concerne les groupes multicarbonés, le métabolisme du groupe acétyl et, plus généralement, des groupes acyl lipidiques met en œuvre un dérivé de l'acide pantothénique. Quant à la thiamine, elle intervient, en amont du cycle tricarboxylique, dans la transformation du pyruvate dérivé des sucres en acétyl et son intervention est critique pour l'utilisation énergétique des glucides.

Métabolisme carboné : intervention des vitamines

Métabolisme carboné : intervention des vitamines

Dessin

Vitamines intervenant dans le métabolisme carboné. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Biotine

La liaison irréversible de la biotine à une protéine du blanc d'œuf cru, l'avidine, entraîne une carence manifestée principalement par des altérations cutanées. La molécule de biotine comporte un noyau thiophane soudé sur un noyau imidazol et une chaîne latérale carboxylique qui la lie à ses protéines enzymes spécifiques.

La biotine fonctionne comme coenzyme dans les réactions de carboxylation, décarboxylation et transcarboxylation. Dans la biosynthèse des chaînes carbonées d'acides gras, son intervention en amont, carboxylation de l'acétyl-CoA en malonyl-CoA, est limitante pour cette synthèse. Une autre réaction limitante pour le fonctionnement du cycle tricarboxylique, et par là importante dans le métabolisme énergétique, est la carboxylation du pyruvate en oxalo-acétate, intermédiaire du cycle.

Acide pantothénique

La molécule d'acide pantothénique (de pantos, partout) comporte un dihydroxyacide substitué, l'acide pantoïque, lié à un acide diaminé, la β-alanine. Son dérivé métabolique actif, le coenzyme A (A pour acétylation, Lipmann) détient un nucléotide, l'adénosine, et un mercaptan, la mercapto-éthylamine. Le groupe terminal SH est le site réactif du coenzyme.

Le coenzyme A commande les transferts des groupes acétyl et plus généralement acyl dans le métabolisme intermédiaire des [...]


Médias de l’article

Métabolisme cellulaire : intervention des vitamines

Métabolisme cellulaire : intervention des vitamines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vitamines d'oxydoréduction

Vitamines d'oxydoréduction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Métabolisme carboné : intervention des vitamines

Métabolisme carboné : intervention des vitamines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acide folique, vitamine B12 et coenzymes

Acide folique, vitamine B12 et coenzymes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  VITAMINES  » est également traité dans :

AVITAMINOSES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 210 mots

C’est en 1897 qu’un médecin hollandais, C. Eijkman a fait disparaître, à Java, chez les consommateurs de riz poli (dépourvu de l’enveloppe du grain), un syndrome neurologique appelé béri-béri, en introduisant dans leur alimentation du son de riz. Il avait préalablement guéri de même des pigeons nourris eux aussi de riz poli. Le son de riz contenait donc un facte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avitaminoses/#i_67631

VITAMINES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 191 mots

1897 C. Eijkman prouve que le béri-béri est un syndrome carentiel.1909 F. G. Hopkins et W. Stepp découvrent la vitamine A (rétinol).1910 C. Funk isole le facteur antibéribérique et l’appelle vitamine en raison de la présence d’un radical aminé dans cette molécule organique.1922 E. V. McCollum découv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines-reperes-chronologiques/#i_67631

ASCORBIQUE ACIDE ou VITAMINE C

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 827 mots

Facteur vitaminique hydrosoluble indispensable à l'homme et à de nombreuses espèces animales, l'acide L-ascorbique, de formule brute C 6 H 8 O 6 , est aussi appelé vitamine C. Sa carence alimentaire provoque l'apparition de tuméfactions douloureuses gingivales et articulaires, de lésions osseuses et d'hémorragies, l'ensemble constituant la plus anciennement décrite des avitaminoses : le scorbut. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascorbique-vitamine-c/#i_67631

BIOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 3 873 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Biochimie métabolique »  : […] La biochimie métabolique a longtemps constitué le champ privilégié d'investigation des biochimistes. L'isolement, en 1833 par Payen et Perzoz, de l'amylase, enzyme pouvant scinder l'amidon, a montré l'importance des réactions chimiques catalysées par des enzymes dans le métabolisme intermédiaire, c'est-à-dire dans l'ensemble des réactions chimiques permettant soit l'extraction de l'énergie présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biochimie/#i_67631

BIOTINE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 596 mots

Vitamine du groupe B, appelée aussi vitamine H ou bios II. Elle a été isolée par F. Kögl et B. Tonnis en 1936 à partir du jaune d'œuf. Sa formule a été élucidée par V. du Vigneaud : c'est l'acide D-2′-oxo-(3,4)-imidazolido-2-tétrahydrothiopène valérique : Elle existe à l'état naturel. Sa synthèse fut réalisée aux laboratoires Merck par S. A. Harris et ses collaborateurs entre 1943 et 1945 à partir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biotine/#i_67631

CONCEPT "UN GÈNE-UNE ENZYME"

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 246 mots

Pour démontrer que les gènes influent chimiquement sur l'hérédité, George W. Beadle (1903-1989) décide de travailler sur un champignon microscopique, Neurospora crassa , facilement cultivable sur un milieu artificiel qui ne contient que du sucre et des sels minéraux. Associé au microbiologiste Edward L. Tatum (1909-1975), il isole des mutants incapables de se développer sur ce milieu minimal, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-un-gene-une-enzyme/#i_67631

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_67631

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 446 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vitamines hydrosolubles »  : […] Les informations qu'on possède sur les mécanismes d'absorption des vitamines hydrosolubles sont très variables selon les vitamines. La vitamine B 1 est absorbée par un processus actif, dont les capacités sont très limitées (au maximum 5 mg par jour). La vitamine B 2 est absorbée à un certain pourcentage relativement constant de la quantité ingérée. L'acide folique est absorbé sous la forme libr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/#i_67631

ENZYMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 12 668 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cofacteurs et coenzymes de l'activité enzymatique »  : […] Dans de nombreux cas, l'activité d'une enzyme exige la présence de molécules de beaucoup plus faible poids moléculaire, des cofacteurs de la réaction enzymatique. En l'absence de ce cofacteur ou coenzyme , l'enzyme est inactive. Lorsque le coenzyme est fixé de manière covalente à la protéine, comme dans le cas des hémoglobines, l'enzyme dépourvue du coenzyme (appelé ici groupement prosthétique) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes/#i_67631

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Applications industrielles »  : […] Les produits fabriqués ainsi biologiquement sont évidemment des substances organiques : – des acides organiques  : acide acétique, obtenu à partir d'éthanol par Acetobacter suboxydans , bactérie aérobie stricte, au cours de la fabrication du vinaigre ; acide citrique, par certaines espèces d' Aspergillus et de Penicillium (moisissure) ; acide gluconique, également par des espèces appartenant à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermentations/#i_67631

HÉTÉROCYCLES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 4 693 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Nomenclature et composés importants »  : […] Les cycles de base de cette série sont donnés dans la figure  : pour l'hétéroatome azote, la pyridine, les dihydropyridines et, notamment, les pyridones, la pipéridine ; pour l'hétéro-atome oxygène ou soufre, les 2H-pyranne et thiopyranne et les 4H-pyranne et thiopyranne et, notamment, les pyrones, les Δ 2 et Δ 3 dihydropyranne et thiapyranne, et le tétrahydropyranne ou oxanne. De très nombreux co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heterocycles/#i_67631

HOPKINS sir FREDERICK GOWLAND (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 784 mots
  •  • 1 média

Biochimiste anglais qui fut le seul parmi ses contemporains à formuler correctement les problèmes de la biochimie et à les présenter d'une manière accessible à la logique et à l'expérimentation. Sa vision d'ensemble des mécanismes biochimiques et de leurs relations avec la vie, de la reproduction, du fonctionnement de la cellule a permis à la biochimie d'émerger et d'exister en tant que discipline […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hopkins-sir-frederick-gowland/#i_67631

KUHN RICHARD (1900-1967)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 253 mots

Biochimiste autrichien. Inscrit en 1918 à l'université de Vienne, Richard Kuhn poursuit, l'année suivante, ses études à celle de Munich : il soutient en 1922 sa thèse de doctorat sur la spécificité des enzymes dans le métabolisme des hydrates de carbone ( Zur Spezifizität von Enzymen im Kohlenhydratstoffwechsel ). De 1922 à 1926, il est assistant à l'université et travaille dans le laboratoire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-kuhn/#i_67631

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Excès de micronutriments »  : […] Chez l'homme, les excès vitaminiques ont pour cause des surdosages à finalité thérapeutique ou préventive injustifiés. Pratiquement trois vitamines sont en question : l'acide ascorbique (vitamine C), l'ergocalciférol (vitamine D 2 ), et éventuellement la vitamine A. Dans les pays développés, l'excès minéral le plus répandu et le plus à craindre est l'excès de sodium, apporté par le chlorure de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_67631

NUTRITION ARTIFICIELLE

  • Écrit par 
  • Claude MATUCHANSKY
  •  • 5 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Apports nutritionnels en nutrition parentérale »  : […] La mise en route d'une nutrition parentérale implique une bonne connaissance des aspects qualitatifs et quantitatifs des apports en matière de nutriments énergétiques, azote, minéraux, vitamines, électrolytes et oligo-éléments. Nutriments énergétiques . Ils sont représentés par les glucides et les lipides. Les calories protéiques, considérées comme plastiques, ne sont pas classiquement comptabili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition-artificielle/#i_67631

RATION ALIMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 1 072 mots

La ration alimentaire représente la quantité d'aliments à ingérer chaque jour pour couvrir la totalité des dépenses et assurer l'équilibre nutritif de l'individu. Cela constitue l'aspect quantitatif du problème, et à chaque aliment correspond une valeur énergétique qui doit désormais être exprimée en kilojoules (kJ) mais qui reste souvent encore évaluée en kilocalories (kcal). Une kilocalorie équi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ration-alimentaire/#i_67631

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves animales

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD, 
  • Jean-Marie VERNIER
  •  • 7 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réserves vitaminiques »  : […] Alors que les vitamines, synthétisées par les végétaux et les micro-organismes, sont des facteurs d'utilisation métabolique constamment indispensables aux cellules, rares sont les réserves de vitamines dans l'organisme animal, par opposition avec la simultanéité des réserves énergétiques et protéiques et des réserves vitaminiques dans la graine du végétal. Il est probable que les rapports, généra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-animales/#i_67631

SCORBUT

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 240 mots

Affection carentielle due au déficit en acide ascorbique (ou vitamine C), facteur vitaminique des fruits (et légumes) frais, très sensible à la chaleur, à l'action des alcalins et à l'oxydation. La maladie se manifeste par une atteinte gingivo-dentaire, par des lésions cutanées ecchymotiques et par une altération de l'état général. Rare actuellement dans les pays développés, à l'exception de quelq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scorbut/#i_67631

SZENT-GYÖRGYI ALBERT (1893-1986)

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 667 mots

Savant d'origine hongroise, Albert Szent-Györgyi, travaillant à l'université de Cambridge (1927-1929) et à la Mayo Foundation, à Rochester, Minnesota (1928), trouva et isola, à partir du suc de plantes et d'extraits des glandes surrénales, un agent réducteur organique, de formule C 6 H 8 O 6 , qu'il appela acide hexuronique. Quatre années plus tard, professeur de chimie médicale à l'université de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-szent-gyorgyi/#i_67631

VITAMINE E

  • Écrit par 
  • Alain MARIÉ
  •  • 339 mots

Connue historiquement pour son effet antiabortif chez la rate gestante, la vitamine E (alphatocophénol) a fait l'objet de nombreuses recherches depuis la mise en évidence de ses propriétés antioxydantes au niveau des membranes cellulaires et des lipoprotéines. Elles expliquent son utilisation en dermatologie pour freiner le vieillissement cutané sous l'action des radiations ultraviolettes En nove […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamine-e/#i_67631

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PASCAUD, « VITAMINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines/