RIZ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le riz est la céréale associée au développement des civilisations de l’Asie des moussons : près de 90 p. 100 des superficies qui lui sont consacrées sont encore localisés de nos jours en Asie, dont la moitié en Inde et en Chine. Sa culture est très ancienne : elle est attestée en Chine méridionale vers 5000-4000 avant J.-C., à une époque où cet espace n’était pas encore sinisé. Dans le monde asiatique, le riz est principalement produit dans de très petites exploitations paysannes. Il demeure avant tout une céréale vivrière locale même s’il est de plus en plus commercialisé sur les marchés internationaux. La part de la production mondiale de riz qui transite par le marché mondial est désormais comprise entre 7 et 8 p. 100 alors qu’elle était inférieure à 3 p. 100 au début des années 1970. En février 2008, le cours du riz sur ce marché global avait atteint 1 000 dollars la tonne, soit trois fois plus qu’en juillet 2007, générant des « émeutes de la faim » dans de nombreux pays importateurs, en particulier africains.

Le riz, contrairement au maïs, est presque exclusivement consommé directement par les humains : la commodité de sa consommation et de sa préparation, par rapport aux autres céréales, explique son succès, en particulier auprès des populations urbaines des pays en développement. C’est cependant la céréale la plus exigeante à la fois en chaleur, en travail et en eau, ce qui contribue à expliquer que le cours mondial du riz s’établisse en moyenne à des niveaux deux fois supérieurs à celui du blé.

Les différentes espèces de riz et les principales techniques de culture

Le riz appartient à la famille des Poacées (anciennement Graminées). Sa tige peut atteindre deux mètres de hauteur et même jusqu’à cinq ou six mètres dans le cas des riz flottants (riz dont les tiges s’allongent au fur et à mesure que montent les niveaux des crues).

Les riz cultivés appartiennent à deux espèces :

– Oryza sativa, la plus cultivée, est originaire du Sud-Est asiatique et dérive de variétés sauvages (dont Oryza fatua) vivant dans les secteurs marécageux de Malaisie, de Java, d’Indochine et de l’Inde méridionale.

Champ de riz, Japon

Photographie : Champ de riz, Japon

Champ de riz au Japon. «Oryza sativa» L., le riz (famille des «Poaceae» ou «Gramineae»), céréale cultivée depuis au moins 5000 avant J.-C. en Asie, est une plante annuelle tropicale ou subtropicale croissant généralement en terrain immergé. Ses inflorescences sont des épis... 

Crédits : Tohohu Color Agency/ Getty

Afficher

– Oryza glaberrima, qui est produite uniquement dans l’Ouest africain dont elle est originaire.

De nombreuses variétés ont été mises au point à partir de l’espèce Oryza sativa. Cette dernière se subdivise elle-même en deux sous-espèces : Oryza sativa japonica, aux grains plus courts ; Oryza sativa indica, aux grains plus longs. Les riz parfumés tels que le riz indien basmati et le riz thaïlandais hommali relèvent de la sous-espèce indica.

Le riz est une plante peu exigeante quant à la nature des sols : il peut être cultivé sur une même terre, sans interruption, durant de très longues périodes (pendant des décennies, voire des siècles). Il a permis la mise en valeur de vastes secteurs auparavant marécageux, le long de grandes vallées fluviales ou de zones littorales ainsi que dans bien des zones deltaïques. Il réclame, en revanche, beaucoup d’eau et de travail. Il peut être cultivé sous pluie (en sec, sans apport d’eau autre que celle qui tombe du ciel) comme c’est encore le cas sur les hauts plateaux de l’intérieur du Vietnam, mais il ne procure alors que des rendements très modestes. Seules l’inondation et l’irrigation des rizières, techniques qui impliquent la construction de diguettes et de casiers, permettent d’obtenir des rendements plus élevés et plus réguliers. Une bonne récolte exige sur six mois une tranche d’eau de l’ordre de 1 000 à 1 200 millimètres. Les plants de riz gagnent toutefois à avoir « les pieds dans l’eau » pendant la plus grande partie de leur cycle végétatif. Pour produire un kilogramme de matière sèche (grains de riz et paille), il faut pouvoir disposer de 1 600 litres d’eau dans le cas d’un riz cultivé sous pluie et de 5 000 litres d’eau dans celui d’un riz inondé, ces chiffres étant à comparer avec ceux du blé (600 litres) ou du maïs grain (455 litres). Cette eau nécessaire à la culture du riz peut être apportée par les pluies, par les inondations de cours d’eau (cultures de crue et de décrue) ou par l’irrigation. Les modes de gestion des apports d’eau permettent ainsi de distinguer différents types de cultures : les rizicultures sous pluie ou « pluviales » (rainfed rice), qui peuvent être pratiquées dans des secteurs de plaine ou dans des secteurs de coteaux avec, parfois, la construction de diguettes pour retenir les eaux de pluie ; les rizicultures irriguées, qui impliquent un important contrôle de l’eau ; les rizicultures inondées, pratiquées dans les zones les plus basses. Ce sont les rizières irriguées qui procurent les rendements les plus élevés, car l’apport d’eau, indispensable, peut y être réglé de façon optimale. Elles fournissent les trois quarts de la production mondiale de riz. La riziculture irriguée se trouve à l’origine des paysages agraires à la fois les plus anthropisés et les plus beaux, paysages qui ont été remarquablement décrits par le géographe Pierre Gourou. Mais elle est également à l’origine d’émissions de méthane qui représentent plus de 10 p. 100 des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités agricoles.

Rizières dans le Yunnan (Chine)

Photographie : Rizières dans le Yunnan (Chine)

Dans cette partie montagneuse du sud-ouest de la Chine, les agriculteurs ont équipé des versants entiers de terrasses consacrées à la culture du riz. Les arbres ont pratiquement disparu du paysage. La riziculture est essentiellement pluviale: les abondantes précipitations suffisent pour... 

Crédits : Yann Layma/ Getty Images

Afficher

Rizières aux Philippines

Photographie : Rizières aux Philippines

Rizières en terrasses sur les pentes du mont Banahao, dans le sud de l'île de Luçon. 

Crédits : Jerry Alexander/ Getty Images

Afficher

Nécessitant énormément de travail, donc d’énergie, la riziculture irriguée a impliqué des densités de population paysanne très élevées, comprises entre 500 et 1 000 habitants par kilomètre carré. En contrepartie, elle a permis de nourrir des populations particulièrement nombreuses. Grâce à la technique du repiquage, qui nécessite une main-d’œuvre importante, il est devenu courant d’obtenir, sur la même parcelle, deux récoltes par an dans la zone intertropicale ainsi que dans l’Asie des moussons. Le riz peut être également cultivé jusque sous des latitudes moyennes et en particulier dans le domaine bioclimatique méditerranéen (plaine du Pô, Camargue, Levant espagnol, Californie centrale…), mais une seule récolte par an est alors possible. Les Japonais ont réussi à développer la culture du riz jusque dans l’île la plus septentrionale de leur archipel : l’île d’Hokkaidō en mettant en œuvre des techniques de réchauffement des eaux d’irrigation. Cette migration de la riziculture vers des latitudes septentrionales met en relief l’ampleur des dimensions culturelles qui lui sont attachées : au Japon, Honda signifie « rizière principale » et Toyota « belle rizière ».

Repiquage du riz aux Philippines

Photographie : Repiquage du riz aux Philippines

Même si une certaine mécanisation de la culture du riz est possible dans les rizières de plaine (comme ici aux Philippines), du fait de la plus grande taille des parcelles, le repiquage du riz demeure une tâche manuelle, en général effectuée par les femmes. La technique du repiquage en... 

Crédits : Penny Tweedie/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Champ de riz, Japon

Champ de riz, Japon
Crédits : Tohohu Color Agency/ Getty

photographie

Rizières dans le Yunnan (Chine)

Rizières dans le Yunnan (Chine)
Crédits : Yann Layma/ Getty Images

photographie

Rizières aux Philippines

Rizières aux Philippines
Crédits : Jerry Alexander/ Getty Images

photographie

Repiquage du riz aux Philippines

Repiquage du riz aux Philippines
Crédits : Penny Tweedie/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  RIZ  » est également traité dans :

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les rizicultures hydrauliques des régions tropicales humides »  : […] Deux millénaires environ après les premières civilisations hydro-agricoles des régions arides, c'est-à-dire vers 3 000 B.P., les civilisations hydrorizicoles d'Asie des moussons ont commencé à se développer. Fondées sur des aménagements hydrauliques différents de ceux des zones précédentes mais de même envergure, elles ont donné lieu à des formes d'organisation sociale et politique comparables. […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Asie rizicole des hautes densités  »  : […] On peut s'interroger sur la densité démographique de l'Asie orientale-méridionale, très forte et très étendue, car elle existe depuis le Néolithique. Au début de l'ère chrétienne, la Chine constitue le pays le plus densément peuplé du monde, représentant déjà, avec une soixantaine de millions d'individus, un quart de l'humanité, l'Inde en comptant alors une quarantaine de millions, soit près de […] Lire la suite

AVITAMINOSES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 210 mots

C’est en 1897 qu’un médecin hollandais, C. Eijkman a fait disparaître, à Java, chez les consommateurs de riz poli (dépourvu de l’enveloppe du grain), un syndrome neurologique appelé béri-béri, en introduisant dans leur alimentation du son de riz. Il avait préalablement guéri de même des pigeons nourris eux aussi de riz poli. Le son de riz contenait donc un facteur nutritionnel sans lequel apparais […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une économie majoritairement agraire  »  : […] Si le secteur agricole emploie encore près de la moitié de la population active du Bangladesh, il ne représente plus que 18,5 p. 100 du P.I.B. Historiquement, le jute fut à la base de l’économie bangladaise avant l’arrivée sur le marché, dans les années 1980, des fibres synthétiques. Aujourd’hui, la production agricole du Bangladesh est dominée par la culture du riz, fondement de l’alimentation d […] Lire la suite

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 700 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Raison d'être de la diversité du vivant »  : […] Si la diversité apparaît aussi omniprésente, constamment renouvelée, restaurée après chaque grande crise d'extinction, c'est qu'elle assure une fonction essentielle pour l'expression et le maintien de la vie. De fait, il n'y a pas de vie sans diversité : c'est une caractéristique intrinsèque du vivant. Les risques associés à l'appauvrissement génétique des populations animales ou végétales sont […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'économie, entre héritages et potentiels »  : […] Premier exportateur mondial de riz avant la Seconde Guerre mondiale, la Birmanie est un pays majoritairement rural puisque 70 p. 100 de sa population active travaille dans l'agriculture qui, en 2005, contribue pour 56 p. 100 au produit intérieur brut (P.I.B.). Depuis l'accession du pays à l'indépendance, la croissance économique a été fortement entravée par la grande instabilité politique, le régi […] Lire la suite

CÉRÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 245 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Céréales et civilisations »  : […] Les céréales constituent depuis le Néolithique la base de l'alimentation humaine dans la plupart des régions du monde . Tout au long de l'histoire des civilisations, une relation étroite a existé entre le développement des cultures céréalières et l'accroissement des densités de population. La « boucle de la riziculture asiatique » , illustre de façon remarquable comment une augmentation de la prod […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les basses montagnes du Jiangnan »  : […] Au sud du Yangzi, en contrebas des Wuyishan à l'est, des montagnes de Guizhou à l'ouest et des Nanling au sud, s'étend une zone confuse de basses montagnes qui s'élève de 150 mètres au nord à 400 mètres au sud. Elles correspondent approximativement aux deux provinces du Hunan et du Jiangxi, que les géographes chinois groupent sous le nom de « Jiangnan ». Aux confins des deux provinces, un certa […] Lire la suite

CHŪBU

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 722 mots
  •  • 1 média

Encadrée au nord par le Kantō et au sud par le Kansai, le Chūbu, signifiant littéralement « partie centrale », est une région localisée au centre de Honshū, la principale île du Japon . D'une superficie de 72 572 kilomètres carrés et peuplée de 21,46 millions d’habitants en 2015, elle regroupe neuf départements : quatre sur le littoral nord-ouest, bordés par la mer du Japon (Fukui, Ishikawa et Toy […] Lire la suite

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 6 382 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Écologie de la biodiversité et environnement »  : […] La relation entre la diversité biologique (biodiversité) et le fonctionnement des écosystèmes est une des questions les plus actuelles de l'écologie. En effet, outre les enjeux intellectuels de compréhension et de simulation de la dynamique des écosystèmes, sont apparus depuis la fin des années 1980 des enjeux environnementaux cruciaux. Il est aujourd'hui incontestable que la Terre est confrontée […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-15 août 2018 États-Unis – Turquie. Crise diplomatique.

Le 15, Ankara augmente fortement les droits de douane sur certains produits américains comme les véhicules de tourisme, l’alcool, le tabac ou le riz. Le cours de la monnaie turque continue de chuter. […] Lire la suite

3-25 mai 2008 Birmanie. Le delta de l'Irrawaddy dévasté par un typhon meurtrier

Très peuplée, la région est le grenier à riz du pays. Le bilan humain et matériel est très lourd. Le nombre de morts et disparus sera estimé à plus de cent trente mille et celui des sinistrés à deux millions et demi. Il s'agit de la catastrophe naturelle la plus meurtrière survenue en Asie depuis le tsunami de décembre 2004. La junte au pouvoir indique son intention de maintenir le référendum constitutionnel prévu le 10, tout en en différant la tenue dans la région sinistrée. […] Lire la suite

10 juillet - 2 août 2003 France. Grâce présidentielle partielle et libération pour José Bové

Le porte-parole de la Confédération paysanne, qui avait été interpellé en juin, purge une peine de dix mois de prison pour la destruction de plants de riz transgénique. Les partisans du chef syndical et l'opposition dénoncent une « demi-mesure ». Le 1er août, le juge d'application des peines ordonnera la libération de José Bové, celle-ci étant effective le 2. […] Lire la suite

22 juin 2003 France. Interpellation spectaculaire de José Bové

Le porte-parole de la Confédération paysanne est conduit à la prison de Villeneuve-lès-Maguelonne (Hérault), où il doit purger la peine de dix mois de prison ferme à laquelle il a été condamné en appel en décembre 2001 pour la destruction de plants de riz transgénique, en juin 1999. Cette interpellation suscite une vague de protestations de la part de nombreux syndicats et associations ainsi que des partis de gauche et d'extrême gauche, qui dénoncent la répression de l'action syndicale. […] Lire la suite

19 novembre 2002 France. Confirmation de la condamnation de José Bové à la prison

La Cour de cassation rejette le pourvoi formé par José Bové, porte-parole de la Confédération paysanne, au sujet de sa condamnation en appel, en décembre 2001, à six mois de prison ferme pour la destruction de plants de riz transgénique, dans l'Hérault, en juin 1999. Cette décision entraîne la révocation d'un sursis de huit mois prononcé à l'occasion d'une condamnation antérieure pour des faits similaires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « RIZ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/riz/