BIOTINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vitamine du groupe B, appelée aussi vitamine H ou bios II. Elle a été isolée par F. Kögl et B. Tonnis en 1936 à partir du jaune d'œuf. Sa formule a été élucidée par V. du Vigneaud : c'est l'acide D-2′-oxo-(3,4)-imidazolido-2-tétrahydrothiopène valérique :

Elle existe à l'état naturel. Sa synthèse fut réalisée aux laboratoires Merck par S. A. Harris et ses collaborateurs entre 1943 et 1945 à partir de la cystéine. La biotine se présente en fines aiguilles incolores ; son point de fusion est de 231 0C à 232 0C. Elle est soluble dans l'eau et les bases diluées à chaud, peu soluble dans les acides dilués et l'eau froide et insoluble dans les solvants organiques ; son pouvoir rotatoire [α]22 = + 920, en solution dans la soude décinormale. Les méthodes de dosage sont exclusivement biologiques (guérison de rats ou de poulets carencés) et microbiologiques (étude de la croissance de Lactobacillus arobinosus).

Dans la nature, la biotine existe sous trois formes : biotine libre, biocytine de levure (peptide de biotine et de lysine), biotoprotéines (combinaisons de la biotine avec les protéines que l'on trouve notamment dans les cellules hépatiques). Ainsi, dans le blanc d'œuf elle est fixée à une glycoprotéine, l'avidine, sous forme d'un complexe non dissociable par les sucs digestifs, de sorte que la biotine se trouve ainsi soustraite à l'absorption intestinale.

Dans les systèmes biologiques, elle joue le rôle de coenzyme pour les carboxylases, enzymes qui catalysent la fixation du CO2 (carboxylation). Elle intervient par exemple dans les réactions suivantes :acétyl-Coa + CO2 → malonyl-Coa ; acide pyruvique + CO ⇆ acide oxaloacétique.

Dans un premier temps, la biotine fixe le CO2 sur un azote dans une réaction endergonique qui consomme un ATP. Ensuite, la carboxybiotine transfère le CO2 sur l'acétyl-CoA et l'acide pyruvique. En outre, la biotine intervient dans la désamination de l'acide aspartique, de la sérine et de la thréonine dans les cellules bactériennes. Elle participe donc à divers métabolismes tels que la biosynthèse de l'acide nicotinique par Neurospora, la dégradati [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BIOTINE  » est également traité dans :

DU VIGNEAUD VINCENT (1901-1978)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 304 mots

Biochimiste américain né à Chicago (Illinois), décédé à White Plains (New York). Du Vigneaud fait ses études à l'université de l'Illinois puis à l'université de Rochester où il obtient son doctorat en 1927 pour un travail sur la nature chimique de l'insuline. Assistant à l'université de l'Illinois en 1927, il y est nommé maître de conférences en 1930. Il est ensuite professeur de biochimie à l'Éco […] Lire la suite

HÉTÉROCYCLES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 4 693 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Nomenclature et composés importants »  : […] Les trois cycles de base des composés monocycliques aromatiques (formule ) sont le pyrrole (Z = NH), le furanne (Z = O) et le thiofène (Z = S). Les radicaux qui en dérivent sont appelés respectivement pyrrolyle, furyle et thiényle. Le radical furyl-2-méthyle est appelé furfuryle. Le cycle du pyrrole se rencontre dans de nombreux composés naturels ; ainsi les pigments biliaires, qui renferment qua […] Lire la suite

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 320 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'innovation méthodologique »  : […] Mais des outils supplémentaires actuellement utilisés en histologie moléculaire permettent d'observer les molécules in situ. – L'histochimie et l'histoenzymologie regroupent de nombreuses techniques permettant de mettre en évidence différents constituants chimiques des tissus (lipides, glucides, protéines, acides nucléiques, métaux, enzymes, etc.). Depuis les années 1970, l'histochimie a égalemen […] Lire la suite

VITAMINES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 4 765 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Biotine »  : […] La liaison irréversible de la biotine à une protéine du blanc d'œuf cru, l' avidine, entraîne une carence manifestée principalement par des altérations cutanées. La molécule de biotine comporte un noyau thiophane soudé sur un noyau imidazol et une chaîne latérale carboxylique qui la lie à ses protéines enzymes spécifiques. La biotine fonctionne comme coenzyme dans les réactions de carboxylation, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Geneviève DI COSTANZO, « BIOTINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/biotine/