AVITAMINOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C’est en 1897 qu’un médecin hollandais, C. Eijkman a fait disparaître, à Java, chez les consommateurs de riz poli (dépourvu de l’enveloppe du grain), un syndrome neurologique appelé béri-béri, en introduisant dans leur alimentation du son de riz. Il avait préalablement guéri de même des pigeons nourris eux aussi de riz poli. Le son de riz contenait donc un facteur nutritionnel sans lequel apparaissait une maladie dite carentielle. Eijkmann a ainsi démontré expérimentalement qu’à côté du rôle nocif de germes « microbiens » défendu par Louis Pasteur, pouvaient exister des maladies provoquées par le manque de facteurs nutritionnels indispensables : F. G. Hopkins les qualifia de « facteurs accessoires de croissance » mais C. Funk, après avoir isolé le facteur antibéribérique en 1910, nomma « vitamine » cette molécule anticarentielle (vitamine B). Le béri-béri était donc la première avitaminose connue. D’autres furent découvertes ensuite, toujours causées par l’insuffisant apport alimentaire d’un facteur nutritionnel. Celui-ci constitue, dans la quasi-totalité des cas, un cofacteur (coenzyme) indispensable aux réactions chimiques du métabolisme.

—  Marc PASCAUD

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  AVITAMINOSES  » est également traité dans :

BÉRIBÉRI

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 97 mots

Affection carentielle due au déficit en thiamine (ou vitamine B 1 ), apparaissant surtout chez les populations dont l'aliment de base est le riz décortiqué. Les manifestations essentielles sont neurologiques (polynévrite) et cardiologiques (tableau progressif d'insuffisance cardiaque). Dans sa forme carentielle vraie, cette maladie est rare dans les pays développés ; mais la polynévrite et les myo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beriberi/#i_94744

DÉNUTRITION

  • Écrit par 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 900 mots

Dans le chapitre « Bases physio-pathologiques »  : […] Pour renourrir un dénutri, on doit fournir les nutriments dont il a besoin dans des proportions et dans des quantités telles qu'il puisse les utiliser, qu'il n'y ait pas de surcharges révélant des carences latentes ou ayant des effets toxiques. Un dénutri n'est pas seulement un malade qui a réduit son capital corporel de nutriments. Sa régulation neuro-endrocrinienne est anormale. Il ne réagit pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denutrition/#i_94744

MALADIES MOLÉCULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DREYFUS, 
  • Fanny SCHAPIRA
  •  • 6 771 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Maladies moléculaires acquises »  : […] La pathologie moléculaire acquise est difficile à définir, car ses limites sont imprécises comme nous l’avons constaté à propos des défauts de réparation de l’ADN. Même les traumatismes ont un retentissement moléculaire. Les avitaminoses représentent des exemples de maladies acquises dont la cause siège directement au niveau moléculaire, car de nombreuses vitamines agissent en tant que coenzymes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-moleculaires/#i_94744

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Carences vitaminiques »  : […] Alors que l'ère clinique des carences vitaminiques aiguës appartient au passé, à l'exception de la carence en vitamine A, les carences modérées ou subcarences sont encore communes. Ces carences, liées à une alimentation insuffisante ou déséquilibrée, affectent de façon plus ou moins invalidante les groupes vulnérables (enfants, femmes enceintes et vieillards), y compris dans les classes aisées des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_94744

PYRIDOXINE & PYRIDOXAL

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 612 mots

Ester phosphorique du pyridoxal (aldéhyde dérivé de la pyridine), qui constitue, avec le phosphate de pyridoxamine (forme amine) et la pyridoxine (forme alcool), la vitamine B 6 . Le pyridoxal phosphate, dont le rôle biologique est très étendu, est la coenzyme de nombreuses enzymes intervenant dans le métabolisme des acides aminés : transaminases, décarboxylases, racémases, désulfhydrases des acid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyridoxine-et-pyridoxal/#i_94744

RACHITISME

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 232 mots

Le rachitisme simple correspond à une carence en vitamine D (forme D 3 ou cholécalciférol) chez le nourrisson et l'enfant. Le diagnostic en est aisé, après constatation clinique et radiologique de lésions osseuses au niveau du crâne, des poignets, des chevilles et des jonctions chondro-costales, avec hypotonie musculaire. Dans cette forme banale, le traitement par la vitamine D entraînera habitue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rachitisme/#i_94744

SCORBUT

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 240 mots

Affection carentielle due au déficit en acide ascorbique (ou vitamine C), facteur vitaminique des fruits (et légumes) frais, très sensible à la chaleur, à l'action des alcalins et à l'oxydation. La maladie se manifeste par une atteinte gingivo-dentaire, par des lésions cutanées ecchymotiques et par une altération de l'état général. Rare actuellement dans les pays développés, à l'exception de quelq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scorbut/#i_94744

VITAMINES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 4 765 mots
  •  • 7 médias

Nos connaissances sur les vitamines, molécules organiques indispensables au métabolisme cellulaire, micronutriments indispensables car non synthétisés par la plupart des animaux, n'ont progressé, à titre biomédical et expérimental, qu'avec retard par rapport à nos connaissances sur les macronutriments (glucides, protéines, lipides). Les maladies par carence vitaminique ont affecté les premiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines/#i_94744

VITAMINES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 191 mots

1897 C. Eijkman prouve que le béri-béri est un syndrome carentiel. 1909 F. G. Hopkins et W. Stepp découvrent la vitamine A (rétinol). 1910 C. Funk isole le facteur antibéribérique et l’appelle vitamine en raison de la présence d’un radical aminé dans cette molécule organique. 1922 E. V.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines-reperes-chronologiques/#i_94744

Pour citer l’article

Marc PASCAUD, « AVITAMINOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/avitaminoses/