BUBER MARTIN (1878-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe de la relation, traducteur inspiré de la Bible, historien fécond de la mystique comparée en même temps que chantre contesté du hassidisme, Martin Buber est aussi le héraut courageux du renouveau juif en Allemagne. Professeur à l'université de Francfort de 1924 à 1933, puis animateur têtu de la résistance spirituelle sous le nazisme, il enseigne à partir de 1938 la sociologie générale à l'université hébraïque de Jérusalem, tout en restant l'avocat inlassable depuis 1925 de l'entente entre Juifs et Arabes. La trajectoire de Martin Buber est en vérité des plus inclassables.

Les années de formation

Né dans la Vienne « fin de siècle » le 9 février 1878. À cause du divorce de ses parents, il passe son enfance et son adolescence chez son grand-père à Lemberg (aujourd'hui Lviv, en Ukraine). C'est dans cette ville alors capitale de la Galicie austro-hongroise qu'il rencontre la grande école de spiritualité juive, le hassidisme moderne, ainsi que les Lumières juives de la Haskala et une forte politisation entre les différentes nationalités. Grand industriel avisé, notable de sa communauté et célèbre savant éditeur de textes de la tradition, son grand-père exerce une influence évidente sur lui. Son père, éloigné de ses préoccupations, se borne à l'aider financièrement.

Au cours de ses études entreprises à partir de l'été de 1896, il passe de Vienne à Berlin sans négliger Leipzig ni Zurich. Philosophie, allemand et histoire de l'art rythment une vie d'étudiant remplie par les soirées au théâtre puis par l'agitation sioniste. Outre une influence de Nietzsche sur le jeune étudiant, on repère celles du leader sioniste russe Asher Ginzberg (dit Achad Ha'Am, 1856-1927), père du sionisme culturel, et du militant anarchiste allemand Gustav Landauer (1870-1919).

Theodor Herzl lui offre la direction de son journal Die Welt avant de le voir entrer dans l'opposition d'une « fraction démocratique » avec Chaïm Weizmann lors du Ve Congrès sioniste, en 1901. Buber, comme ses amis, croit plus au sionisme culturel, littéraire et artistique, qu'au sionisme diplomatique qui souhaitait d'abord une reconnaissance internationale avant l'installation en Palestine. Il fonde en 1902 le Jüdischer Verlag et publie un petit projet d'université pour les Juifs. Lassé des intrigues de courants, il quitte pour un temps toute activité politique. Devenu docteur en 1904 avec une thèse, « Sur l'histoire du principe d'individuation (Nicolas de Cues et Jakob Boehme) », toujours inédite, il se remet à ses travaux sur la mystique dont il retrouve toute la grandeur et l'importance.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, université de Paris-IV, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  BUBER MARTIN (1878-1965)  » est également traité dans :

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retour à l'origine »  : […] Pour celui qui envisage la pensée de Heidegger, il y a une difficulté qui vient du fait que n'a jamais été publié le deuxième volume de L'Être et le temps ( Sein und Zeit , 1927). Dès le début, il avait pensé que le problème de l'être est essentiel. Ce problème, il l'approche maintenant d'une autre manière, en se tournant vers le langage et vers les choses. L'essence de l'être, c'est d'être la v […] Lire la suite

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie de la rencontre : Martin Buber »  : […] La doctrine de Buber est une philosophie de la rencontre, une synthèse de l'événement et de l'éternité. Le point de départ de cette pensée est une méditation (faite vers les années 1910) sur le nécessaire renouvellement du judaïsme, sur l'indispensable transformation de la «   religion », s'intériorisant en « religiosité ». Celle-ci découvre la relation personnelle à l' Absolu comme un face à face […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Levinas : l'Autre comme visage »  : […] Toutes les tentatives de la « philosophie occidentale » pour penser l'Autre à partir du Moi témoigneraient en fait pour Emmanuel Levinas de l'« insurmontable allergie », de l'horreur qu'inspire l'Autre « qui demeure Autre » ( En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger , 1949). En réduisant l'« étranger » à un thème ou à un objet, incapable qu'elle est de le laisser être dans sa singularit […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre « Autrui m’est nécessaire »  : […] N’y a-t-il pas cependant, chez Hegel et ses successeurs tels que Sartre, un oubli condamnable de la complémentarité, de la solidarité, qui relient les hommes entre eux au moins autant que l’affrontement les oppose ? La distance entre les consciences, et le danger toujours présent de me considérer comme l’unique sujet en train de rêver le monde et les autres, propre au solipsisme, ne nous obligent- […] Lire la suite

INTERSUBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 435 mots

Terme qui s'est répandu à la suite des recherches de Husserl sur la constitution de l' alter ego et des recherches de Heidegger sur la coexistence, sur l'être-avec-autrui. Les sociologues, notamment Gurvitch, ont secondé les philosophes en étudiant les valeurs de communauté, celles qui procèdent du nous. Pratiquement, ce sont les personnalistes et les existentialistes, phénoménologues ou non, qu […] Lire la suite

ROSENZWEIG FRANZ (1886-1929)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 387 mots

Théologien juif allemand élevé dans une famille fortement assimilée, Franz Rosenzweig, après une « tentation chrétienne », entreprit d'affranchir la pensée juive de la philosophie et, avec Martin Buber et Leo Baeck, ouvrit des voies neuves à la pensée juive contemporaine. Entre 1905 et 1913, à la suite d'études de droit et de philosophie, il subit l'influence de l'historien Frédéric Meinecke puis […] Lire la suite

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 990 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le triomphe du « sionisme étatique » »  : […] Bien que le mouvement sioniste, tel que conçu par Herzl, ait été centré sur la construction d'un État, il a toujours été caractérisé par un fort pluralisme idéologique, et donc par l'existence de courants qui entendaient donner un contenu national au judaïsme tout en étant enclins à un certain minimalisme politique. Trois types de réticences ont ainsi accompagné l'expansion du sionisme. La premièr […] Lire la suite

TÉMOINS DU FUTUR. PHILOSOPHIE ET MESSIANISME (P. Bouretz) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 010 mots

Pierre Bouretz nous offre un prolongement de la somme de Julius Guttmann ( Histoire des philosophies juives. De l'époque biblique à Franz Rosenzweig , 1996) en regroupant neuf philosophes juifs, de culture allemande, nés entre 1842 et 1905, à l'aube d'un xx e  siècle apocalyptique : Hermann Cohen, Franz Rosenzweig, Walter Benjamin, Gershom Scholem, Martin Buber, Ernst Bloch, Leo Strauss, Hans Jona […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique BOUREL, « BUBER MARTIN - (1878-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-buber/