NÉCESSITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'usage courant rapproche la nécessité de l'idée de destin, c'est-à-dire de l'advenue d'un événement inévitable. Est « nécessaire », en effet, ce qui ne peut pas ne pas être ou ce qui ne peut pas être autrement qu'il n'est. Dans le Timée, Platon (428-347 av. J.-C.) rencontre déjà la nécessité (anankè) sous la figure de l'inexorable : le démiurge qui se trouve à l'origine de l'ordre du monde est obligé de composer avec une matière qu'il n'a pas choisie. Dans ce cadre cosmologique, le danger est celui d'une nécessité dénuée de finalité et de sens qui s'apparenterait au chaos, ce pourquoi il faut penser le cosmos comme un mixte de nécessité et d'intelligence. La nécessité apparaît donc d'abord comme une figure de l'irrationnel puisqu'elle limite l'action du dieu et semble exclure l'intervention des hommes.

Mais, comble de l'absurde, la nécessité n'est-elle pas aussi le présupposé de la science ? Il revient à Aristote (385 env.-322 av. J.-C.) d'avoir le premier envisagé ce paradoxe. D'un strict point de vue logique, est nécessaire ce dont on ne peut concevoir le contraire (Métaphysique, V, 5). En ce sens, la conclusion d'une démonstration est nécessaire lorsque le syllogisme présente la cause pour laquelle une chose est telle et non autrement. S'il n'y a de science que du nécessaire, c'est parce que la connaissance suppose la constance. La nécessité est donc la modalité même du discours scientifique qui établit rigoureusement les causes : il ne saurait être question d'une science du contingent (ce qui peut être autre qu'il n'est). Mais faut-il en conclure que tout, dans le monde, est nécessaire ? Ce serait ôter toute utilité à la délibération et toute chance à l'action de peser sur les événements. Contre le « fatalisme logique » qui conduit à une conception irrationnelle de la nécessité, Aristote rappelle les droits de la contingence dans le monde humain. Surtout, il introduit une distinction capitale entre la nécessité (réelle) des choses et celle (logique) des propositions : l'existence n'est pas réductible à la logique et il y a toujours place, dans le monde « sublunaire » et humain, pour l'incertain (De l'interprétation, IX).

L'histoire du concept oscille dès lors entre les positions « réalistes » qui considèrent que la nécessité est dans les choses et les positions « idéalistes » pour lesquelles elle ne caractérise que les jugements et les raisonnements. La thématique stoïcienne du « destin » ou le concept spinoziste de « substance » participent de la première option. La nécessité ne saurait, dans une telle perspective, être une simple idée, elle désigne la modalité ontologique du réel pris comme un tout. Loin d'être un signe négatif, la nécessité est la marque de la perfection de ce qui est. Cette promotion de la nécessité ne va pas sans une critique de la notion de « possible ». Il n'y a donc nulle place ici pour le libre-arbitre ou toute autre faculté humaine de dépasser l'ordre absolument nécessaire de la nature. Quant aux supposées « exceptions » à la nécessité (choix libre, miracle), elles ne sont selon Spinoza (1632-1677) que chimères forgées (nécessairement) par l'imagination.

Leibniz (1646-1716) distingue, lui, entre les « vérités éternelles » (celles de la logique et des mathématiques) qui sont absolument nécessaires et valent pour tous les mondes possibles et les « vérités de fait » qui régissent les événements et qui, sans être arbitraires, ne sont nécessaires que conditionnellement. Notre monde n'est pas absolument nécessaire, puisque d'autres mondes seraient possibles (non contradictoires), mais il est pourtant le meilleur des mondes possibles puisque Dieu l'a choisi en suivant le principe du meilleur. Selon Leibniz, le réel est donc régi par la modalité de la nécessité hypothétique ce qui permet, au moins en apparence, de concilier la prédestination divine et la liberté : Dieu « incline sans nécessiter », ce qui signifie que l'homme demeure responsable de ses actes même si ces derniers ont déjà été prévus par l'entendement divin.

Concevant la nécessité comme une catégorie de la modalité, Kant (1724-1804) rejette cette tentative de conciliat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NÉCESSITÉ  » est également traité dans :

ANANKÈ

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 288 mots

Le mot grec anankè veut dire « nécessité » ( anankè estin , « il faut ») ; plus précisément, chez les poètes, les tragiques, les philosophes, les historiens, anankè évoque une contrainte, une nécessité naturelle, physique, légale, logique, divine... Ce nom personnifie la Nécessité comme telle, instance inflexible gouvernant le cosmos, sa genèse, son devenir et la destinée humaine (Pythagore, Emp […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Kant »  : […] La première estimation est l'œuvre de la Critique de la raison pure , dont la tâche est elle-même double : justifier les divers principes de la connaissance et en limiter l'emploi à la sphère de l'expérience ; c'est à ce titre que la croyance est à la fois légitimée et contenue dans les bornes où son usage est valide. À cet égard, le belief humien est soumis à une épreuve critique du point de v […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication, réduction de l'arbitraire de la description »  : […] Des comparaisons entre les théories de l'explication nous pouvons conclure ce qui suit. D'abord, l'explication et la description comportent l'emploi d'un langage et d'une ontologie : ce langage contient des règles génératives qui, à partir des propositions et entités primitives, en produisent d'autres. En principe, pour décrire, une générativité pauvre suffit, et l'ontologie est fournie par l'ob […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Liberté humaine et nécessité naturelle »  : […] Selon Bloch et Wartburg ( Dictionnaire étymologique de la langue française ), le mot déterminisme n'apparaît en français qu'en 1836. Mais il est plus ancien en allemand, où il appartient au vocabulaire de la théologie et de la philosophie morale ( Determinismus ). Dans le réseau contradictoire des échanges de significations et de problèmes, qui vont de l'idéologie à l'activité scientifique et qui […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme défini comme théorie de l'évidence confirmative »  : […] Finalement, qu'est-ce que l'empirisme ? En dehors de la formule très générale qui affirme que nos informations sur le monde viennent de l'expérience, il est difficile de trouver une définition qui soit valable dans tous les cas. Ceux qui croient trouver dans la philosophie anglaise du xvii e et du xviii e  siècle le modèle de l'« empirisme classique » pensent que l'empirisme est une théorie de la […] Lire la suite

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

Dans le chapitre « L'existence n'est pas un prédicat »  : […] Rappelons brièvement la réponse donnée jadis par Leibniz. Pour Leibniz, il y a « une raison » pour que quelque chose existe plutôt que rien, en vertu du principe même de la raison suffisante. Cette raison doit se trouver dans un Être nécessaire – autrement, on devrait à nouveau chercher une cause en dehors de lui, en vertu de laquelle lui-même existe au lieu de ne pas exister. Dans De rerum origi […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi empiriste »  : […] L'empirisme a ceci de commun avec la conception « cartésienne » de l'esprit qu'il conçoit les expériences comme des épisodes mentaux conscients (des « idées »), qui nous représentent le monde d'une certaine façon. Comme le cartésianisme, il est une tentative pour fonder la connaissance. Mais, sous ses formes classiques, il s'en distingue à la fois par ses moyens et par ses résultats. D'une part, […] Lire la suite

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Laplace à Monod »  : […] Le « démon de Laplace », figure emblématique du déterminisme physique, apparaît aux premières pages de l' Essai philosophique sur les probabilités (1814). Tout au long de son essai, Laplace traitera d'un monde incertain, à propos duquel les jugements sont indécis, et le démon qu'il introduit a pour fonction d'interpréter la différence entre ce monde, qui est celui des pratiques quotidiennes, et […] Lire la suite

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lois, causalité, régularités et contrefactuels »  : […] Par aversion pour la nécessité dans les choses (ou nécessité de re ), un empiriste adopte une conception épistémique des lois causales (cf.  supra , Les buts de la démarche scientifique ), dont le prototype est l'analyse humienne, qui procède par une double réduction : – La causalité, qui n'existe pas dans la réalité, n'est qu'une projection de l'esprit humain sur les choses. Une cause, a écrit […] Lire la suite

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 673 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question des limites »  : […] En ces affaires, bien moins simples qu'il n'y paraît dans leurs résumés scolaires, croyance et mystification ont parties liées sous la vêture des rationalisations. Les premières audaces des physiologues ioniens s'entrechoquent encore dans les disputes foisonnantes des clercs médiévaux. Pendant des siècles, toute spéculation à propos de la matière n'a cessé de buter et de se compliquer sur l'artic […] Lire la suite

Les derniers événements

29 juin - 13 juillet 2022 France. Verdict du procès des attentats du 13-Novembre.

Ce procès, le plus long jamais organisé dans l’histoire contemporaine du pays, a nécessité la construction d’une salle d’audience provisoire dans la salle des pas perdus du Palais de justice de Paris. Tous les accusés sont reconnus coupables des chefs d’accusation retenus contre eux, à l’exception du faussaire belge Farid Kharkhach, condamné à deux ans de prison pour « association de malfaiteurs », sans mention de la qualification de « terroriste ». […] Lire la suite

9 juillet 2022 Canada – Russie. Dérogation aux sanctions contre la Russie.

Ottawa justifie sa position par la nécessité d’assurer l’approvisionnement de l’Allemagne en gaz russe. Quelques jours plus tôt, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait qualifié cette décision d’« absolument inacceptable ». […] Lire la suite

23 février 2022 France. Nomination de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel.

La nomination par le président Emmanuel Macron de Jacqueline Gourault (MoDem), ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, est validée par la commission des lois de l’Assemblée nationale, mais n’obtient pas la majorité des voix des membres de la commission des lois du Sénat – le rejet de sa nomination aurait toutefois nécessité un vote négatif d’au moins les trois cinquièmes des suffrages exprimés dans les deux commissions. […] Lire la suite

10-18 février 2022 France. Annonce du programme énergétique du président Emmanuel Macron.

Il évoque la nécessité, en trente années, de « baisser de 40 % nos consommations d’énergie », non par « la privation », mais par « l’innovation », et de marier les énergies renouvelables et le nucléaire afin de produire « davantage d’électricité décarbonée ». Le développement des premières a « pris du retard », admet-il, prévoyant de décupler la production d’énergie solaire d’ici à 2050 et d’installer une « cinquantaine de parcs éoliens en mer [tout en] étalant dans le temps » le développement de l’éolien terrestre. […] Lire la suite

1er-31 janvier 2022 Mali – France. Blocus du pays par la CEDEAO et expulsion de l'ambassadeur de France à Bamako.

Le 9, la Cedeao renforce sévèrement les sanctions contre Bamako, imposant notamment la fermeture des frontières terrestres et aériennes avec le Mali, la suspension de toute transaction commerciale, hormis pour les produits de première nécessité, et le gel des avoirs du pays dans les banques de la région. Le 14, la junte mobilise plusieurs dizaines de milliers de personnes qui manifestent dans la capitale contre les sanctions imposées par la Cedeao et contre la France. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michaël FOESSEL, « NÉCESSITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/necessite/