Kristofer SCHIPPER

directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

AVATAMSAKA-SŪTRA

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 515 mots

Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun des auditeurs ne pouvait en comprendre le sens. Il semble que ce texte n'ait été l'objet d'aucun enseigneme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avatamsaka-sutra/#i_0

BAI YUCHAN [PAI YU-TCH'AN] (1134-1222)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 341 mots

Grand taoïste de l'époque des Song du Sud (1127-1279), dont l'œuvre domine le taoïsme des Temps modernes, surtout en Chine du Sud. Mais l'état actuel des recherches ne permet point de saisir tous les aspects de cette œuvre. La vie de Bai Yuchan est elle-même mal connue. Ge Changgeng, né dans l'île de Hainan, où son père est fonctionnaire, est adopté, dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bai-yuchan-pai-yu-tch-an/#i_0

CHANGCHUN [TCH'ANG-TCH'OUEN] ou QIU CHUJI (1148-1227)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 599 mots

Patriarche taoïste de l'école Quanzhen, maître Changchun (« printemps éternel »), dont le nom laïque est Qiu Chuji, devient taoïste en 1166. L'année suivante, il rencontre maître Wang Zhi, dont il devient le septième et le dernier disciple. Dix ans après, il se retire dans les montagnes de Longmen au Shǎnxi, d'où la coutume d'appeler l'école Quanzhen, après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changchun-qiu-chuji/#i_0

CHENG HAO [TCH'ENG HAO] (1032-1085) & CHENG YI [TCH'ENG YI] (1033-1108)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 388 mots

Les deux frères Cheng sont, avec Zhu Xi, les penseurs les plus importants du néo-confucianisme. Élevés dans le milieu des philosophes de l'époque (ils sont élèves de Zhou Dunyi, amis de Shao Yong et neveux de Zhang Zai), ils reprennent les enseignements de ces sages pour les organiser en un système philosophique ; ainsi est-ce avec eux que le néo-confucianisme commence en tant qu'école. La pensée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cheng-et-cheng/#i_0

CHUNQIU [TCH'OUEN-TS'IEOU] ou LIVRE DES ANNALES

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 453 mots

Œuvre classique de la Chine, le Chunqiu (littéralement : « les printemps et les automnes ») est le livre des Annales du pays de Lu (l'actuelle province du Shandong), la patrie de Confucius, pour la période qui s'étend entre ~ 722 et ~ 481. Le texte même n'est qu'une énumération extrêmement dépouillée des principaux événements classés dans un ordre chronologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chunqiu-livre-des-annales/#i_0

DAO'AN [TAO-NGAN] (312-385)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 317 mots

Religieux éminent, père de l'Église bouddhique en Chine. Issu d'une famille lettrée de Chine du Sud, Dao'an vit tantôt au Nord, sous les dynasties barbares, tantôt dans le Sud, servant de trait d'union entre les groupes bouddhistes des deux régions. Encore jeune, il se rend à Ye (actuelle contrée de Pékin) pour y étudier auprès du missionnaire Fotudeng. Il s'applique surtout à l'étude du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dao-an-tao-ngan/#i_0

DAOSHENG [TAO-CHENG] (365-434)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 259 mots

Moine bouddhiste éminent de la Chine du Sud. Disciple de Huiyuan, Daosheng étudie d'abord l'Abhidharma des Sarvāstivādin à Lushan. En 405, il se rend en Chine du Nord, dans la capitale Chang'an, auprès du grand maître Kumārajīva. Il participe à la traduction du Sūtra du Lotus (Saddharmapundarīka). De retour en Chine du Sud, il s'installe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daosheng-tao-cheng/#i_0

DU GUANGTING [TOU KOUANG-T'ING] (850-933)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 238 mots

Maître taoïste de l'époque des Cinq Dynasties. La vie de Du Guangding est encore mal connue. Il reçoit sa formation dans l'école taoïste du Tiantai (différente de l'école bouddhique du même nom) et suit l'empereur Xizong des Tang (874-889) quand ce dernier se réfugia au Sichuan (881). Un protégé de l'entourage de l'empereur, un certain Wang Jian (847-918), obtient le gouvernement du Sichuan à la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-guangting-tou-kouang-t-ing/#i_0

ERYA [EUL-YA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 184 mots

Le plus ancien des dictionnaires chinois, un des treize classiques du confucianisme. Le Erya n'est pas un dictionnaire de caractères, mais un vocabulaire avec des explications. Ce vocabulaire paraît surtout emprunté au Livre des odes ou Shi jing, dont les exp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erya-eul-ya/#i_0

FENG [FONG] SACRIFICE

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 454 mots

Terme désignant des cérémonies importantes qui consacraient l'autorité divine des dynasties impériales de la Chine. Les sacrifices Feng s'accomplissaient au sommet et au pied du Taishan, la montagne sacrée de l'est de la Chine, dans l'actuelle province de Shandong. Selon la tradition des lettrés de l'époque Han, les souverains mythiques de l'antiquité chino […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feng-fong-sacrifice/#i_0

FOTUDENG [FO-T'OU-TENG] (mort en 348)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 235 mots

Missionnaire bouddhique d'origine kouchan, Fotudeng s'installe en 310 à Luoyang, capitale de la Chine des Jin occidentaux (265-316), qui, l'année suivante, est conquise et mise à sac par des envahisseurs hunniques. Fotudeng se rallie à leur chef, Shi Le, et le convertit par des prouesses magiques. Celui-ci, qui fondera par la suite la dynastie éphémère dite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fotudeng-fo-t-ou-teng/#i_0

GE HONG [KO HONG] (283-343)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 903 mots

Grand philosophe originaire de la Chine du Sud, à l'époque des Jin, connu surtout comme alchimiste. Sa légende, créée par lui-même de son vivant, le montre subsistant péniblement, à l'écart du monde, presque en ermite ; en réalité, il a été fonctionnaire et officier. Sa vie est liée à l'histoire, fort mouvementée, de son époque.Issu d'une famille de lettrés-fonctionnaires, Ge Hong connaît cependan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ge-hong-ko-hong/#i_0

GONGSUN LONG [KONG-SOUEN LONG] (env. 320-env. 250 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 648 mots

Dialecticien chinois, le plus grand logicien de l'époque classique, Gongsun Long a entrepris des recherches épistémologiques et métaphysiques qui sont l'aboutissement d'une longue élaboration de la logique chinoise imputable aux mohistes, tel Mozi, et à Hui Shi ou à l'« école des noms » (Mingjia). Son influence sur son époque et sur les métaphysiciens postér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gongsun-long-kong-souen-long/#i_0

GUANZI [KOUAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 213 mots

Philosophe de la Chine ancienne dont le nom complet est Guan Yiwu, Guanzi fut le Premier ministre du prince Huan du royaume de Qi. Mais l'ouvrage antique qui nous est parvenu sous le nom de Guanzi n'est qu'un recueil fort hétérogène et dont aucune partie ne peut être attribuée à ce personnage historique. Les érudits chinois considèrent que le texte actuel est un faux du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guanzi-kouan-tseu/#i_0

GUO XIANG [KOUO HIANG] (mort en 312)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 457 mots

Philosophe chinois de l'école Xuanxue, Guo Xiang est connu pour le commentaire du Zhuangzi qui porte son nom. La question de savoir si ce commentaire a réellement été écrit par lui ou s'il est l'œuvre de Xiang Xiu (221 env.-300) a été beaucoup discutée depuis l'époque de sa parution jusqu'à nos jours. En définitive, il semble que le comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guo-xiang-kouo-hiang/#i_0

HUAINANZI [HOUAI-NAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 238 mots

Titre d'un ouvrage chinois (Le Maître de Huainan) qui porte le nom de son auteur, Liu An, prince de la maison des Han et roi de Huainan, mort en ~ 122. À sa cour provinciale, celui-ci s'entoura de maîtres taoïstes qui compilèrent une somme des doctrines cosmologiques et mystiques de la secte. Le livre, composé ainsi, est une synthèse de la pensée du Laozi et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huainanzi-houai-nan-tseu/#i_0

HUANGDI NEIJING [HOUANG-TI NEI-KING]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 389 mots

Classique de la médecine interne attribué à l'empereur Jaune (Huangdi), le Huangdi neijing est le plus ancien manuel de médecine chinoise, qui a servi de base théorique à tous les développements ultérieurs de la médecine en Chine.L'édition actuelle, en vingt-quatre chapitres, est celle du principal commentateur de l'ouvrage, Wang Bing, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huangdi-neijing-houang-ti-nei-king/#i_0

HUINENG [HOUEI-NENG] (638-713)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 368 mots

Selon la tradition, sixième patriarche de l'école bouddhique du Dhyana et fondateur du courant dit du Sud de cette école. En réalité, Huineng, Cantonais quasi illettré, est le véritable fondateur du chan (zen, en japonais). Sa biographie est plutôt légendaire. Encore jeune, il perd son père et, pour nourrir sa mère, devient ramasseur de bois mort. Un jour, au marché, entendant quelqu'un réciter le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huineng-houei-neng/#i_0

HUI SHI [HOUEI CHE] ou HUIZI [HOUEI-TSEU] (env. 370-env. 310 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 756 mots

Dialecticien chinois, un des grands sophistes qui ont été rangés dans ce qu'on appelle l'« école des noms » (Mingjia), Hui Shi (ou Huizi), dont aucun ouvrage ne nous est parvenu, est l'auteur d'un système, important et original, qui est connu par son ami Zhuangzi, comme lui originaire du pays de Song (actuelle province du Henan) et son principal interlocute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hui-huizi/#i_0

HUIYUAN [HOUEI-YUAN] (334-417)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 318 mots

Éminent religieux bouddhiste de la Chine du Sud, disciple de Dao'an, Huiyuan étudie, avec ce dernier, le prajñāpāramitā à Xiangyang. Il prêche la gnose indienne en se servant des idées et du vocabulaire du taoïsme philosophique de Laozi et de Zhuangzi. Après la chute de Xiangyang, en 378, il se ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huiyuan-houei-yuan/#i_0

LAOZI [LAO-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 1 017 mots

Sage taoïste de l'Antiquité chinoise, auteur présumé du livre qui porte son nom (Laozi) et qui est plus connu sous le titre de Daode jing, Livre de la Voie et de la Vertu. De la vie de Laozi (littéralement, le « Vieux Maître ») ne sont connues que des légendes : aucune identification avec un personnage historique n'a été possible jusqu'ic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laozi-lao-tseu/#i_0

LIANG QICHAO [LEANG K'I-TCH'AO] (1873-1929)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 967 mots

Le plus important chef de file des lettrés réformistes chinois au début du xxe siècle, Liang Qichao fut le plus illustre élève de Kang Youwei. Ce fils de paysan, d'origine cantonaise, passe le premier grade des concours impériaux à l'âge de onze ans. Sa profonde connaissance des classiques lui permet d'obtenir le titre de juren (éq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liang-qichao-leang-k-i-tch-ao/#i_0

LI AO [LI NGAO] (mort en 844?)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 394 mots

Penseur confucéen de l'époque Tang. Avec son maître et ami Han Yu (768-824), Li Ao est de ceux qui ont inspiré et préparé le grand mouvement du néo-confucianisme des Song. Dans son Essai sur le retour à la nature (Fuxingshu), Li Ao donne un aperçu concis de sa doctrine, qui fut déterminan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-ao-li-ngao/#i_0

LIEZI [LIE-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 247 mots

Sage taoïste de l'Antiquité. La biographie de Liezi n'est faite que de quelques anecdotes légendaires, dont celle qui rapporte qu'il voyageait en chevauchant le vent. Il intervient dans le Zhuangzi comme un reclus et un sage, mais dont la réussite est inégale. En réalité, il est avant tout connu à cause du recueil d'anecdotes taoïstes, en huit chapitres, qui porte son nom ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liezi-lie-tseu/#i_0

LIJI [LI-KI]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 408 mots

Un des treize livres classiques de la Chine, dont le titre Liji signifie Mémoires sur les rites. À côté du Canon des rites (Li jing) ancien, qui nous est parvenu dans une version tronquée sous le nom de Yili, les lettrés confucianistes avaient accumulé, depuis le ~ iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liji-li-ki/#i_0

LINGBAO JING [LING-PAO KING]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 376 mots

Un des textes les plus importants du taoïsme religieux. Un premier Lingbao jing, Livre du joyau sacré, est mentionné dans le Baopuzi neipian (Traité ésotérique du maître qui embrasse la Simplicité). Il s'agissait là certainement d'un texte talismanique reproduisant les essences c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lingbao-jing-ling-pao-king/#i_0

LI SI [LI SSEU] (280-208 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 382 mots

Politicien de la Chine ancienne, Li Si contribua d'une façon décisive, en tant que Premier ministre de l'Empire des Qin (~ 221-~ 206), à la grande entreprise de l'unification de la Chine sous l'hégémonie de son maître Qin Shi Huangdi.Il fut, auprès de Lü Buwei, le condisciple de Han Feizi, dont, pendant toute sa carrière, il devait appliquer les idées. Il fut re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-si-li-sseu/#i_0

LOTUS BLANC, chin. BAILIANJIAO [PAI-LIEN-KIAO]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 1 158 mots

La plus importante ou, en tout cas, la plus célèbre des sociétés secrètes chinoises (il faudrait plutôt l'appeler secte proscrite), le Lotus blanc (Bailianjiao, ou Bailian hui) est un vaste mouvement syncrétiste sotériologique et mystique qui remonte au moins au xiie siècle ; à plusieurs reprises, il rassembla les masses paysannes en de vastes soulève […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lotus-blanc-bailianjiao/#i_0

LU JIUYUAN [LOU KIEOU-YUAN] (1139-1193)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 374 mots

Penseur confucéen, plus connu sous le nom de Lu Xiangshan. Contemporain de Zhu Xi, Lu Jiuyuan est aussi le principal antagoniste de ce dernier, auquel il reproche son rationalisme dogmatique. L'orientation intellectualiste que prend la philosophie néo-confucianiste avec Cheng Yi lui répugne profondément. Lu préfère le frère aîné Cheng Hao et son approche idéaliste. Il rejette toute discussion comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-jiuyuan-lou-kieou-yuan/#i_0

LUNYU

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 379 mots

Recueil de propos rédigé par les disciples du Maître, le Lunyu (Entretiens de Confucius) est un des ouvrages les plus importants de la Chine ancienne. Confucius (Kongzi, ~ 551-~ 479) est censé avoir édité les grands textes canoniques de l'Antiquité (Livre des odes, Livre des documents, Livre des mutation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lunyu/#i_0

TONGBIN [LU T'ONG-PIN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 381 mots

Saint taoïste de la Chine moderne. Sa biographie n'est faite que de légendes, on ignore même s'il a existé. Lü Tongbin est pourtant considéré comme patriarche de presque toutes les écoles taoïstes depuis le xiiie siècle. Ayant échoué, bien que doué pour l'étude, aux concours impériaux de qinshi (docteur), il rencontre un prêtre tao […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-tongbin-lu-t-ong-pin/#i_0

LU XIUJING [LOU SIEOU-TSING] (406-477)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 301 mots

Patriarche taoïste dont l'importance est comparée à celle de Confucius pour la tradition classique. Né à Wuxing (province du Zhejiang), Lu Xiujing quitte définitivement sa famille (« père, mère, femme, enfants : connais pas ! ») vers l'âge de trente ans et se retire sur la montagne Yunmengshan (province du Jiangxi). Il vit pendant quelques années à la cour de l'empereur Wen de la dynastie des Liu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-xiujing-lou-sieou-tsing/#i_0

MINGJIA [MING-KIA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 817 mots

L'appellation de Mingjia (« École des noms ») fut donnée a posteriori à un mouvement de dialectique et de sophistique de la Chine classique qui, pour être mal connu et pour avoir été apparemment de peu d'ampleur, n'en a pas moins exercé une influence considérable sur le développement de la philosophie chinoise. Ce mouvement correspond à un effort très particulier entrepris par différents théoricie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mingjia-ming-kia/#i_0

QINGTAN [TS'ING-T'AN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 422 mots

Désignant un mouvement philosophique et littéraire de la Chine du iiie et du ive siècle, le terme qingtan veut dire « causeries pures » et caractérise « un certain type de discussions rhétoriques sur des sujets philosophiques et autres, très en vogue parmi les hautes classes cultivées, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qingtan-ts-ing-t-an/#i_0

QUANZHEN [TS'IUAN-TCHEN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 442 mots

Secte taoïste dont le nom, traduit littéralement, signifie « Perfection totale ». Le Quanzhen fut fondé par maître Wang Zhi (1112-1170), dont l'excentricité dans l'ascèse et la pratique religieuse le fit surnommer Wang le Fou. Officier militaire, il rencontre en 1159 dans les montagnes Zhongnan (près de Xi'an) deux Immortels, dont Lü Tongbin, qui lui révèlent la doctrine de la Perfection totale. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quanzhen-ts-iuan-tchen/#i_0

SHANGQING JING [CHANG-TS'ING KING]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 281 mots

Livre de la grande pureté, le Shangqing jing constitue un ensemble important de textes taoïstes de l'école du Maoshan, qui ont été révélés entre les années 364-370 à Yang Xi (né en 330) et à Xu Mi (303-373). Ils sont, en principe, au nombre de trente-six, mais les catalogues n'en comptent en réalité qu'une trentaine, dont le volume total est impressionnant : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shangqing-jing-chang-ts-ing-king/#i_0

SHAO YONG [CHAO YONG] (1011-1077)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 514 mots

Sage, philosophe et poète, un des principaux artisans, avec Zhou Dunyi, de la métaphysique du Daoxue, mouvement de renouveau de la pensée chinoise connu en Occident sous le nom de néo-confucianisme. Le retour aux classiques et la résistance contre le bouddhisme avaient été préparés politiquement par Han Yu (768-824) et ses disciples. Mais c'est seulement avec Sh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shao-yong-chao-yong/#i_0

SHENNONG [CHEN-NONG]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 385 mots

Dieu agraire de la Chine. Les historiographes anciens font de lui l'inventeur de l'agriculture et le classent parmi les Trois Augustes, avec Fuxi, qui trouva les trigrammes et la divination, et avec Huangdi, qui instaura les rites, les noms de famille, etc., à l'aube de la civilisation chinoise. Mais les chants populaires conservés dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shennong-chen-nong/#i_0

SHI HUANGDI ou QIN SHI HUANGDI [TS'IN CHE HOUANG-TI] (259-210 av. J.-C.) empereur de Chine (221-210 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 947 mots

Unificateur des États féodaux de la Chine des Zhou et fondateur de la première dynastie impériale, celle des Qin : la conquête définitive des États rivaux, en ~ 221, mit un terme à une longue lutte pendant laquelle la supériorité du royaume de Qin s'affirma, d'une part grâce à sa situation stratégique « à l'intérieur des passes », en une région difficilement accessible, au nord-ouest de la Chine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shi-huangdi-qin-shi-huangdi/#i_0

SUN SIMO [SOUEN SSEU-MO] (581?-? 682)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 325 mots

Célèbre médecin et alchimiste de la Chine de l'époque Tang, Sun Simo est l'auteur d'un traité intitulé Qianjinfang (Prescriptions valant mille pièces d'or), un des grands classiques de la médecine chinoise. La biographie de Sun est pleine d'incertitudes. Si l'on s'en réfère aux sources officielles, il était un sage taoïste qui vivait retiré du monde et refus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sun-simo-souen-sseu-mo/#i_0

TAO HONGJING [T'AO HONG-KING] (452-536)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 521 mots

Patriarche taoïste de la Chine du Sud, homme exceptionnel grâce auquel le taoïsme religieux a pu survivre aux persécutions dont il fut l'objet à l'époque.Né à Danyang (près de Nankin), patrie de Ge Hong, Tao Hongjing fait preuve d'une grande aptitude pour l'étude. Encore jeune, il est nommé précepteur de la famille impériale, poste qu'il quittera de son prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tao-hongjing-t-ao-hong-king/#i_0

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 952 mots

Le terme de taoïsme (daojia) s'est appliqué d'abord aux écrits de certains mystiques de la Chine antique. C'est là une classification établie a posteriori par les bibliographes impériaux de l'époque des Han antérieurs (206 av.-9 apr. J.-C.). Parmi les nombreuses écoles philosophiques de la Chine pré-impériale, on chercherait vainement en effet une école « taoïste ». Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_0

TIANTAI [T'IEN-T'AI] ÉCOLE DU

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 378 mots

École bouddhiste chinoise qui tient son nom de la montagne sacrée de la province du Zhejiang où son fondateur, Zhiyi (531-597), vécut et enseigna. Le système théologique proposé à l'école du Tiantai est profondément chinois. Zhiyi cherche à surmonter les différences, troublantes pour les Chinois épris de synthèse et d'harmonie, entre les enseignements des écoles bouddhiques de l'Inde. Il développe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiantai-t-ien-t-ai-ecole-du/#i_0

TRIADE, société secrète

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 548 mots

Société secrète de la Chine moderne (Sanhehui) dont le nom chinois le plus usité est Tiandihui (Société du Ciel et de la Terre), alias Hongmen (Porte de Hong). Antidynastique, ou plutôt antimandchoue, la Triade fut très répandue en Chine, surtout au cours du xixe siècle. Il s'agit d'une véritable société secrète que l'on a souvent rapprochée de la fra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/triade-societe-secrete/#i_0

TURBANS JAUNES

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 477 mots

Premier mouvement de masse politico-religieux de la Chine, l'organisation révolutionnaire des Turbans jaunes (Huangjin), d'inspiration taoïste, contribua beaucoup, bien que noyée dans le sang, à l'établissement du taoïsme populaire et communautaire.Les dernières décennies de la dynastie des Han (~ 206-220) paraissent avoir été une période de désintégration p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbans-jaunes/#i_0

TUSHU JICHENG [T'OU-CHOU TSI-TCH'ENG]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 473 mots

« Compendium illustré des Temps anciens et modernes », le Tushu jicheng (le titre complet est Gujin tushu jicheng) est la plus grande et la plus utile des encyclopédies de la Chine. Réalisé de 1713 à 1723, publié en 1728, il comprend 10 000 chapitres (plus 40 chapitres pour l'index et 44 chapitres d'errata). L'édition originale comptait 5 020 fascicules. D'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tushu-jicheng-t-ou-chou-tsi-tch-eng/#i_0

WANG BI [WANG PI] (226-249)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 486 mots

Philosophe chinois, principal représentant de l'école des Mystères (Xuanxue), Wang Bi expose ses idées dans des commentaires des textes classiques, notamment du Daode jing et du Yi jing. Il se sert de ces ouvrages comme de prétexte à démontrer son propre système, procédé qui, par la suite, devint courant chez les philosophes chinois et qui impliquait que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-bi-wang-pi/#i_0

XIA [HIA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 420 mots

Dynastie légendaire de la Chine ancienne, qui aurait été fondée par Yu le Grand en ~ 2205. Yu instaura la première dynastie héréditaire. Les données que les historiographes chinois nous ont transmises à propos de cette dynastie sont entièrement légendaires et aucune découverte archéologique n'est encore venue confirmer l'existence d'une telle dynastie (à la diffé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xia-hia/#i_0

XUANXUE [HIUAN-HIUE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 957 mots

Courant philosophique qui apparut en Chine vers la fin de l'Empire des Han (iie s.), le Xuanxue réagit contre la scolastique confucianiste qui était jusque-là la doctrine officielle. En cherchant à retrouver l'enseignement pur et fondamental des grands penseurs de l'Antiquité, ainsi qu'à répondre aux problèmes posés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xuanxue-hiuan-hiue/#i_0

XUNZI [SIUN-TSEU], XUNKUANG [SIUN-K'OUANG] ou XUNJING [SIUN-KING] (env. 300-env. 220 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 826 mots

Après Confucius et Mencius, maître Xun, dont le nom personnel est Jing, est le troisième grand penseur de l'école confucianiste. Il vécut à l'époque des Royaumes Combattants ; son disciple le mieux connu fut Li Si, le ministre de l'État de Qin, grâce à qui l'empire allait pouvoir être fondé en ~ 221. Né à l'époque où mourut Mencius (Mengzi), contemporain de Zhuangzi et des dialecticiens, Xunzi pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xunzi-xunkuang-xunjing/#i_0

YANG ZHU [YANG TCHOU] (actif vers 350 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 592 mots

Penseur individualiste et hédoniste de la Chine antique, Yang Zhu est un des esprits les plus originaux et les plus grands de son époque. Pour Mencius (Mengzi), l'école dont il est le chef de file égale en importance celle de Confucius et de Mo Di (Mozi, ou Micius). Mais l'œuvre de Yang Zhu est perdue, à l'exception de quelques fragments réunis dans le chapitre vii du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yang-zhu-yang-tchou/#i_0

YI JING [YI KING] ou LIVRE DES MUTATIONS

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 638 mots

Le Livre des mutations (Yi jing) est un corpus de divination de la Chine antique. La base de son système divinatoire repose sur les célèbres huit trigrammes (bagua), chacun étant composé d'une combinaison de trois lignes superposées soit pleines, soit brisées. La combinaison de deux trigrammes do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yi-jing-livre-des-mutations/#i_0

YIGUANDAO [YI-KOUAN-TAO]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 613 mots

Société secrète, ou plutôt secte interdite et persécutée, de la Chine moderne, le Yiguandao (Voie de l'unité fondamentale) a connu un succès considérable dans la Chine du Nord, à partir de 1920. Quoique persécutée systématiquement, tant par le Guomindang (qui la considérait comme étant d'inspiration communiste) que par le Parti communiste (qui la jugeait inféodée au Guomindang), cette secte semble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiguandao-yi-kouan-tao/#i_0

YILI

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 177 mots

Livre classique de la Chine, le Yili est consacré à l'étiquette et au protocole des nobles. Son texte actuel, en dix-sept chapitres, est tout ce qui reste de l'important Canon des rites (Li jing), un des cinq livres principaux du confucianisme ancien. La tradition attribue la rédaction finale du Li jing à Confucius lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yili/#i_0

YU LE GRAND, empereur de Chine (IIe mill. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 714 mots

Héros légendaire, roi démiurge de la Chine antique. La « vie » de Dayu (Yu le Grand) fait l'objet d'une légende épique qui ne nous est parvenue que par bribes et lambeaux, l'historiographie des confucianistes ayant procédé à un certain nombre de remaniements. Les confucianistes nous ont, en effet, fourni le seul document cohérent concernant la vie de ce héros, devenu l'exemple par excellence des v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yu-le-grand/#i_0

ZHANG TIANSHI [TCHANG T'IEN-CHE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 735 mots

Nom chinois désignant les Maîtres Célestes de la famille Zhang, qui sont les chefs héréditaires de l'Église taoïste orthodoxe (Zhengyi). À la même époque que celle du mouvement des Turbans jaunes, on trouve, dans les régions frontalières de l'ouest de la Chine (le Sichuan), une communauté constituée de Chinois et d'aborigènes et organisée selon les pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-tianshi-tchang-t-ien-che/#i_0

ZHANG ZAI [TCHANG TSAI] (1020-1077)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 406 mots

Philosophe néo-confucéen, Zhang Zai est l'un des fondateurs, avec les frères Cheng, du système métaphysique qui aboutit à la synthèse de Zhu Xi. Il est le contemporain, légèrement plus jeune, de Zhou Dunyi et de Shao Yong ; sa pensée prend, comme celle de ces derniers, son point de départ dans le Livre des mutations (Yijing), mais pour en tirer des conclusio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-zai-tchang-tsai/#i_0

ZHOU DUNYI [TCHEOU TOUEN-YI] (1017-1073)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 338 mots

Penseur confucéen, le premier qui, continuant l'œuvre de Li Ao, donne un cadre cosmologique à la métaphysique élaborée par ce dernier. Il le fait au moyen du Tableau du Faîte Suprême (Taijitu), diagramme illustrant la naissance de l'univers à partir du Faîte Suprême, dans lequel les forces antithétiques du Yin et du Yang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhou-dunyi-tcheou-touen-yi/#i_0

ZHOULI [TCHEOU-LI] ou ZHOUGUAN [TCHEOU-KOUAN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 285 mots

Constituant un des trois ouvrages classiques consacrés au cérémonial et au protocole de la Chine ancienne (San li), les deux autres étant le Liji et le Yili, le Zhouli (Les Rites des Zhou) était originellement appelé Zhouguan (L'Administration des Zhou), car i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhouli-zhouguan/#i_0

ZHOUYI CANTONGQI [TCHEOU-YI TS'AN-T'ONG-K'I]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 299 mots

Traité de cosmologie spéculative dont le titre signifie, approximativement, « La Concordance des trois [éléments] dans le Livre des changes des Zhou ». Le Zhouyi cantongqi est une interprétation des huit trigrammes qui sont à l'origine des soixante-quatre hexagrammes dans le Livre des changes (Yijing), un des treize classiques, ainsi que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhouyi-cantongqi-tcheou-yi-ts-an-t-ong-k-i/#i_0