HUIYUAN [HOUEI-YUAN] (334-417)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éminent religieux bouddhiste de la Chine du Sud, disciple de Dao'an, Huiyuan étudie, avec ce dernier, le prajñāpāramitā à Xiangyang. Il prêche la gnose indienne en se servant des idées et du vocabulaire du taoïsme philosophique de Laozi et de Zhuangzi. Après la chute de Xiangyang, en 378, il se rend dans le Sud, où il s'installe sur le célèbre Lushan, comme les ermites taoïstes. Là, sa renommée grandissante attire auprès de lui les grands esprits de son époque, non seulement des religieux, mais aussi des hommes d'État et des poètes. La communauté monastique du Lushan est un modèle du genre et tel est le prestige du maître qu'il fait admettre à un souverain chinois, hostile au bouddhisme, que « l'ascète n'a pas à s'incliner devant le roi ». Huiyuan s'intéresse aussi au dhyāna et envoie même des émissaires en Asie centrale à la recherche de textes. En 410, il accueille au Lushan le maître cachemirien Buddhabhadra, grand spécialiste du dhyāna. Mais les doctrines très techniques du yoga bouddhiste étant inaccessibles aux fidèles laïcs de Huiyuan, il instaure avec eux en 402, le culte d'Amitābha, le buddha qui préside le paradis de la Terre Pure, à l'ouest de l'univers. Ce culte simple consiste à faire le vœu, devant la statue d'Amitābha, de renaître, après la mort, dans son paradis. Telle est l'origine de la pratique de la Terre Pure, qui devait connaître un développement immense et devenir un des cultes les plus populaires de toute l'Asie orientale. Par son appartenance à la classe lettrée confucianiste, par ses études taoïstes et finalement par sa prestigieuse carrière bouddhique, on peut dire que Huiyuan représente parfaitement le bouddhisme des classes élevées (Gentry Buddhism) de son époque.

—  Kristofer SCHIPPER

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  HUIYUAN [ HOUEI-YUAN ] (334-417)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sectes et textes sacrés »  : […] Des textes sacrés du bouddhisme, les Chinois n'ont retenu qu'un petit nombre (et parfois certains chapitres de sūtra ) dont le succès a été immense : Lotus de la Vraie Loi ( Fahuajing , en sanskrit Saddharmapundarīka ), Jingangjing ( Vajracchedikā , sūtra de la Sapience de diamant), Banroxinjing ( Prajnāpāramitāhrdaya ), sūtra de Vimalakīrti, sūtra d'Amitābha... Certains apocryphes ont connu un t […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « HUIYUAN [HOUEI-YUAN] (334-417) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/huiyuan-houei-yuan/