AVATAMSAKA-SŪTRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun des auditeurs ne pouvait en comprendre le sens. Il semble que ce texte n'ait été l'objet d'aucun enseignement spécial ni qu'il ait été adopté par aucune école doctrinale en Inde. Il nous est connu surtout dans ses trois versions chinoises : l'une en soixante chapitres (traduite par Buddhabhadra, entre 418 et 420) ; une deuxième en quatre-vingts chapitres (traduite par Shikshananda entre 695 et 704) et la troisième en quarante chapitres (traduite par Prajnā entre 795 et 810). Seul l'original sanskrit du texte en quarante chapitres nous est parvenu.

En Chine, le succès du texte fut intimement lié, d'une part, au culte de Mañjuśrī sur la montagne Wutaishan, célèbre lieu de pèlerinage, d'autre part, au patronage de l'impératrice Wu Zetian (qui régna de 690 à 705). Cette redoutable usurpatrice ordonna la traduction du texte en quatre-vingts chapitres, dont elle rédigea elle-même la préface. Parmi ceux qui collaborèrent à cette tâche, il convient de citer Fazang (643-712), moine d'origine sogdienne, qui est connu comme troisième patriarche de l'école avatamsaka, mais fut en réalité son fondateur. Les exposés qu'il fit sur la doctrine devant l'impératrice, et parmi lesquels figure le célèbre Discours sur le Lion d'or, rendirent accessibles et populaires les enseignements difficiles de l'école.

La doctrine de l'Avatamsaka part du principe universel, Dharmadhatu, « Domaine du Principe » ou l'« Élément des éléments » (Takakusu), selon lequel tous les éléments (dharmas) de l'univers sont créés simultanément par l'univers (dharma) lui-même. Tous ces dharmas sont vides, mais cette vacuité a deux aspects : un aspect statique en tant que principe (le noumène, en chinois : li) et un aspect dynamique (le phénomène, en chinois : shi). À partir de là, l'école présente ses [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  AVATAMSAKA-SUTRA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les six écoles anciennes »  : […] L'expression classique du bouddhisme de l' époque de Nara (710-784), structure bien intégrée en tant que religion protectrice d'un État régi par les codes, est la liste des « six écoles de la capitale du Sud » ( nanto-rokushū  ; cette capitale étant Nara par rapport à Kyōto). Le terme de shū est souvent traduit par « secte », mais certains savants estim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_48504

WU ZETIAN [WOU TSÖ-T'IEN] (624?-705) impératrice de Chine

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 747 mots

Originaire du Shandong, fille d'un commandant de garnison et réputée pour sa beauté, Wu Zhao (Zetian est l'appellation conférée après son abdication) entre à quatorze ans dans le harem de l'empereur Taizong des Tang (Li Shimin) en qualité de « personne de talent » ( cairen ). À la mort de Taizong (649), elle se fait tonsurer et devient nonne, mais est bientôt rappelée au pala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-zetian-wou-tso-t-ien-imperatrice-de-chine/#i_48504

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « AVATAMSAKA-SŪTRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/avatamsaka-sutra/