FOTUDENG [FO-T'OU-TENG] (mort en 348)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Missionnaire bouddhique d'origine kouchan, Fotudeng s'installe en 310 à Luoyang, capitale de la Chine des Jin occidentaux (265-316), qui, l'année suivante, est conquise et mise à sac par des envahisseurs hunniques. Fotudeng se rallie à leur chef, Shi Le, et le convertit par des prouesses magiques. Celui-ci, qui fondera par la suite la dynastie éphémère dite des Zhao postérieurs (328-349), fera du missionnaire son conseiller principal. Fotudeng justifie son service auprès des Huns sanguinaires par la cause de la propagation de la foi et les exhorte à ne tuer que des rebelles. Son ascendant sur les Barbares est cependant dû à ses pouvoirs magiques et mantiques : il sait faire venir la pluie, trouver des sources et connaît d'avance l'issue des batailles. Sa faveur auprès des princes hunniques lui permet de promouvoir le bouddhisme au point de le faire admettre comme religion officielle, cette confession nouvelle étant d'autant mieux accueillie par les Huns qu'elle était, comme eux, d'origine non chinoise. Réunissant autour de lui plus de dix mille disciples, Fotudeng fait de Ye, la capitale des Zhao, un important centre bouddhique. Certains historiens interprètent les qualités de magicien qu'on lui attribue comme un indice d'appartenance au tantrisme.

—  Kristofer SCHIPPER

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  FOTUDENG [ FO-T'OU-TENG ] (mort en 348)  » est également traité dans :

DAO'AN [TAO-NGAN] (312-385)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 312 mots

Religieux éminent, père de l'Église bouddhique en Chine. Issu d'une famille lettrée de Chine du Sud, Dao'an vit tantôt au Nord, sous les dynasties barbares, tantôt dans le Sud, servant de trait d'union entre les groupes bouddhistes des deux régions. Encore jeune, il se rend à Ye (actuelle contrée de Pékin) pour y étudier auprès du missionnaire Fotudeng. Il s'applique surtout à l'étude du Prajñāpā […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dao-an-tao-ngan/#i_48511

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « FOTUDENG [FO-T'OU-TENG] (mort en 348) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fotudeng-fo-t-ou-teng/