SHI [CHE], genre littéraire chinois

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue chinoise répond difficilement aux exigences de l'expression analytique, à cause de la polyvalence grammaticale de tous ses mots – qui leur confère en revanche autonomie et puissance suggestive ; l'imprécision des phrases entraîne la nécessité du rythme et du parallélisme : une telle langue se prête donc tout naturellement aux formes poétiques. Or, elle ne possède pas de mot voulant dire « poésie » ; shi a une signification sensiblement plus étroite ; c'est seulement dans la littérature contemporaine, où les catégories traditionnelles n'existent plus, qu'il a un sens général et s'oppose à sanwen, « prose ».

Shi dans son acception restreinte

Un rapprochement qui tient à vrai dire de l'artifice a été fait entre le caractère shi, où figure la clé de la parole, et le caractère zhi, « volonté, idéal », où figure celle du cœur. Le zhi, qui est en quelque sorte à l'état potentiel dans le cœur, s'exprime par la parole ; il se réalisera par le shi. Celui-ci serait donc « ce vers quoi tend l'idéal ».

Cette signification vaut ce qu'elle vaut ; toujours est-il que shi, au sens strict, ne désigne qu'un ensemble de formes poétiques qui exclut le fu, sorte de prose artistique avec rythme et rimes, et quelques autres genres plus tardifs, tel le ci, florissant sous les Song.

Le shi s'applique : 1. au gushi et au yuefu, qui datent des Zhou et des Han et qui forment le gu ti, le « style ancien » ; 2. au lüshi et au jueju, qu'on appelle le xin ti, le « nouveau style ».

Le gushi, « poème ancien », n'obéit pas encore à des règles fixes concernant les tons et les rimes. Le prototype en est le Shi jing, le Canon des poèmes, composé pour les neuf dixièmes de vers de quatre pieds. Sont classés également sous cette dénomination les très beaux Dix-Neuf Poèmes anciens et d'autres poèmes qui présentent, tout comme les œuvres du Shi jing, la caractéristique d'être anonymes. Le gushi demeure très florissant aux iie et iiie siècles après J.-C., et est encore employé spontanément par Tao Qian au ive siècle. Ces « poèmes anciens », du moins ceux des Han, étai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  SHI [ CHE ], genre littéraire chinois  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Formation des premières traditions écrites »  : […] Dès la fin des Zhou occidentaux, certaines traditions commencent à se fixer dans le milieu des assistants du pouvoir noble (scribes, devins, annalistes, spécialistes des rites et du calendrier). Elles devaient servir, avec des adjonctions postérieures, à la constitution des « Classiques » ( jing ) qui, établis sous une forme presque définitive sous la dynastie des premiers Han ( ii e et i er  s. […] Lire la suite

JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Pour l'avenir de la poésie »  : […] Au crédit de ces auteurs, il faut mettre encore deux réalisations d'une grande portée. Tout d'abord l'élargissement du domaine de la poésie shi . Grâce à eux, l'art poétique englobe désormais sans honte la poésie chantée, autrefois cultivée par les musiciens de la cour et leurs imitateurs anonymes. Non content de cette annexion, il mord aussi sur le genre littéraire le plus noble, le plus raffiné, […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycles lyriques »  : […] La longue durée du lyrisme chinois permet cependant de déceler un certain ordre dans la juxtaposition ou la succession de ses courants. L'une des figures qu'ils ont coutume de dessiner est un cercle, sur lequel se succèdent périodiquement des phénomènes analogues. On admet que l'impulsion première réside dans le génie anonyme des masses, créateur des rythmes, tels que les mètres irréguliers des H […] Lire la suite

OUYANG XIU [NGEOU-YANG SIEOU] (1007-1072)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Un style original »  : […] Malgré ses réussites impressionnantes dans les domaines de l'histoire et de la philologie canonique, Ouyang Xiu est surtout connu comme homme de lettres. C'est en très grande partie grâce à l'excellence de ses écrits que la prose appelée « style ancien » ( guwen ) s'est imposée au « style courant » ( shiwen ) hérité du « style parallèle » ( pianwen ) du Moyen Âge et est restée la forme de prose no […] Lire la suite

Pour citer l’article

Odile KALTENMARK, « SHI [CHE], genre littéraire chinois », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shi-che-genre-litteraire-chinois/