DIVINATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quel que soit l'intérêt des classifications anciennes et modernes des techniques divinatoires, il convient de ne pas donner un cadre systématique trop rigide à des phénomènes encore mal connus. Il est toujours difficile, en effet, dans les sociétés primitives comme dans les civilisations de la haute époque historique, de séparer nettement les fonctions et les méthodes du magicien de celles du devin. Toute divination est liée aux fonctions complexes de l'« homme-médecine » (native doctor), lequel est à la fois voyant, exorciste, guérisseur, interprète des songes, magicien, et capable de deviner l'agent causal naturel ou surnaturel des maladies afin de choisir un rituel prophylactique. Même si la divination « inspirée » a toujours été rattachée aux sanctuaires oraculaires et pratiquée par des membres du clergé ou des confréries religieuses en Orient et dans les civilisations gréco-romaines, l'histoire nous livre aussi maints exemples d'utilisation de techniques divinatoires « raisonnées ».

Classification générale

La division platonicienne

Cicéron distingue deux genres de procédés divinatoires : d'une part, ceux qui se rapportent à la divination artificielle, « les pronostics tirés des intestins des animaux, des prodiges ou des éclairs, les prédictions des augures, des astrologues, des sorts » ; d'autre part, les procédés « qui nous viennent de la nature », « les vaticinations et les songes », effets de la divination naturelle (De divinatione). En réalité, le célèbre orateur emprunte cette classification à Platon ; on la trouve en effet dans le Phèdre, exposée par Socrate en des termes plus dignes d'intérêt pour le psychologue, l'historien et le philosophe.

Socrate déclare : « Lorsqu'elles étaient en délire, la prophétesse de Delphes et les prêtresses de Dodone ont rendu les services les plus signalés à la Grèce, tant pour le salut public q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : historien des sciences et des techniques, ingénieur conseil

Classification


Autres références

«  DIVINATION  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin), le Grand Dieu qu'ils adorent s'appelan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-les-religions-afro-americaines/#i_13483

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La divination »  : […] Pour lutter contre les éventualités mauvaises, il faut d'abord les prévoir. N'est pas devin qui veut ; il lui faut appartenir à la lignée de l'un ou l'autre des devins antiques et ses ascendants doivent être demeurés purs. Personnellement, il doit être accompli en forme et en proportions, se soumettre à une très longue initiation conduite par un « spécialiste en connaissance » et avoir été investi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_13483

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « De l'astrologie aux nombres »  : […] L'astrologie a souvent plus été menacée par des formes plus accessibles de divination qui se substituèrent à elles ou lui portèrent ombrage que par le seul rationalisme. C'est ainsi que la kabbale, avec ses sefirot abstraites, nous apparaît comme une variante métaphysique de l'astrologie. Elle joue également le rôle subtil de lien entre Dieu et les hommes, entre le spirituel et le matériel. Parmi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_13483

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Une façon de gérer l'aléatoire »  : […] À travers la diversité de ses manifestations et les degrés de son acculturation, la fonction chamanique peut être caractérisée comme une gestion de l'aléatoire réalisée par le jeu de relations contractuelles avec des partenaires surnaturels. Le caractère aléatoire est en effet le point commun entre les phénomènes que l'action chamanique a pour but de faire apparaître, selon qu'elle assure la repro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamanisme/#i_13483

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le monde et son ordonnance »  : […] Le monde n'était pas pour les anciens Chinois l'œuvre d'un créateur. Les fragments de mythes cosmologiques qui subsistent parlent de héros qui aménagèrent la terre pour la rendre habitable, de sages qui firent de l'homme primitif un civilisé ; il n'est nulle part question d'une création ex nihilo . Il y avait aussi des mythes relatifs à la séparation du Ciel et de la Terre, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_13483

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-sciences-et-techniques/#i_13483

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Zhou occidentaux (1050-771 av. J.-C.) »  : […] À cette époque remontent trois recueils, les Documents ( Shu ), les Poèmes ( Shi ) et les Mutations ( Yi ), qui sont à la base de la tradition littéraire chinoise. La datation en est du reste approximative ; d'après la critique actuelle, la plupart de ces textes ne so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_13483

CODEX MAYAS

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 2 841 mots

Dans le chapitre « Le codex de Dresde »  : […] Le codex de Dresde (ou Codex Dresdensis ) se trouve à la Sächsische Landesbibliothek de Dresde depuis son acquisition en 1739 par le directeur de la Dresdener Bibliothek, Johann Christian Götze. Il se compose de 39 feuilles de 20,4 × 9 centimètres chacune, soit 78 pages dont 4 vierges. Sa longueur totale atteint 3,56 mètres. Son histoire antérieure rest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/codex-mayas/#i_13483

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques confucéens »  : […] Qu'étaient-ce donc que ces classiques confucéens qui faisaient trembler Li Si ? « Je m'attache aux Anciens avec confiance et affection », disait prudemment Kongzi. Tout en se proposant de corriger le désordre présent, ce novateur se défendait de rien changer à l'ordre ancien. L'ordre ancien, tel que l'avaient consigné quelques livres : le Yi jing ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_13483

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « La pensée biologique »  : […] Toute société élabore un savoir sur les modalités de sa propre reproduction, une pensée « biologique » qui s'exprime dans des conceptions de l'hérédité et de la composition du corps. Ainsi, de nombreuses sociétés de l'Ouest africain considèrent que le garçon est la réincarnation d'un grand-père défunt, dont il est censé posséder certains traits physiologiques ou psychiques. D'autres ancêtres, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_13483

COURT DE GÉBELIN ANTOINE (1725-1784)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 911 mots

Fort oublié de nos jours, Antoine Court, dit « de Gébelin », fut en son temps un savant respecté. La postérité en jugea autrement, qui voit en lui un encyclopédiste manqué et un mystificateur involontaire. Si son apport à la phonologie balbutiante est reconnu, son principal titre de gloire reste d'avoir jeté les bases d'une lecture ésotérique du tarot. On ne sait au juste ni où ni quand Antoine Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-court-de-gebelin/#i_13483

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La Pythie et le sanctuaire »  : […] Delphes est un lieu mythique. Le réel – paysage, édifices, événements – y revêt plus qu'ailleurs la valeur de symbole, de parade théologique. Tout objet, toute portion nommée de l'espace appelle un regard désireux de connaître non seulement un repérage factuel, mais aussi et surtout la manière dont un dieu, avec ou malgré d'autres dieux, a été censé habiter un microcosme à l'image de ses puissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delphes/#i_13483

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les leçons de l'idéogramme »  : […] De même que le pictogramme peut se définir comme une version normée de la figure, on pourrait dire que l'idéogramme est une version systématisée du pictogramme. Ce qui lie ce signe au langage n'est plus de l'ordre de la métaphore ou du syncrétisme symbolique mais de l'alternative rationnelle. Rationnel, ce signe l'est en premier lieu parce que sa conce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecriture/#i_13483

ETTEILLA JEAN-BAPTISTE ALLIETTE LE JEUNE dit (1738-1791)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 602 mots

Etteilla n'est vraiment connu que par le tarot divinatoire qui porte son nom et reste un des classiques de la cartomancie. On savait à peine que sous ce nom se cachait un homme nommé Alliette, auteur de plusieurs manuels de divination entre 1770 et 1791. Des recherches récentes ont permis de mieux cerner le personnage. Jean-Baptiste Alliette est né à Paris en 1738, sans doute le 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etteilla/#i_13483

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Le verbe latin evenire (« venir hors de », « arriver ») et le substantif eventus (« issue », « succès ») nous rappellent que le monde de la vie ne se laisse pas décomposer en faits et en états de choses ; il se présente comme une suite ininterrompue d'événements, arrivant à un moment donné et en un lieu déterminé, apportant du neuf qui nous affecte par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/#i_13483

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

Dans le chapitre « La connaissance des événements dans les sociétés archaïques »  : […] Mircea Eliade a bien montré que « l'histoire des sociétés primitives se réduit exclusivement aux événements mythiques qui ont lieu in illo tempore et qui n'ont cessé depuis lors jusqu'à nos jours », c'est-à-dire que tous les événements qui se déroulent dans le temps vécu par les hommes et leurs sociétés (la maladie et la mort d'un individu, les aventures de la guerre, par exe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-sociologie/#i_13483

HOROSCOPE

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 3 283 mots
  •  • 1 média

Sans revenir ici sur l'histoire de l'astrologie ou sur les techniques divinatoires, on peut considérer l'horoscope comme la forme la plus répandue de production astrologique dans la société actuelle, principalement à travers les rubriques spécialisées de la grande presse. Pourquoi est-ce l'astrologie qui a conquis la première place comme produit industriel divinatoire ? Essentiellement à cause de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horoscope/#i_13483

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'astrologie »  : […] À côté de l'astronomie, dont le caractère scientifique est sans cesse affirmé dans les classifications, apparaît une pseudo-science, l'astrologie, qui connut une très grande vogue au Moyen Âge comme dans l'Antiquité, mais se heurta à une vive opposition de la part des philosophes et des théologiens, et finalement fut condamnée par la religion comme incompatible avec elle. Cette discipline repose f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_13483

KHOND

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 326 mots

Constituant la plus grande des tribus de l'Orissa (leur nombre est estimé à environ un millier au début du xxi e siècle), les Khond (Kond ou Kandh) vivent dans les montagnes et la jungle de cet État de l'Inde, notamment dans les districts de Phulbāni, de Koraput et de Kalāhāndi. Leur langue, le kuī, ainsi que son dialecte méridional, le kuwi, app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khond/#i_13483

KYŌTO

  • Écrit par 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 4 711 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Heian-kyō, la grande capitale aristocratique de l'époque de Heian »  : […] Si le centre historique de Kyōto est une agglomération qui s'est développée à partir du xvi e  siècle, les origines du choix du site, le tracé en damier des avenues et les nombreux hauts lieux de la ville remontent à l'ancienne capitale Heian-kyō, la « capitale de la Paix et de la Tranquillité », qui avait été fondée en 794 par l'empereur Kammu. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kyoto/#i_13483

LE NORMAND ou LENORMAND MARIE-ANNE (1772-1843)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 767 mots

Marie-Anne Le Normand, plus connue sous le nom de « Mademoiselle Lenormand », est sans doute la voyante la plus célèbre des temps modernes. Cette popularité, elle la doit à un jeu de cartomancie, pourtant apocryphe, plus qu'à ses écrits – quelque quatorze ouvrages aujourd'hui largement oubliés – dans lesquels elle raconte ses songes et ses visions, et se vante de rencontres prestigieuses, pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-normand-lenormand/#i_13483

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gouvernement du monde et divination, cosmogonie et théogonie »  : […] Le rôle de justicier n'était qu'un aspect de la beaucoup plus large fonction « gouvernementale » des dieux sur le monde et sa marche. Ils y commandaient à leur guise tout le mouvement des hommes et des choses, selon un plan décidé entre eux, à qui seuls revenait la prérogative d'« arrêter les destins » des êtres. Ce plan profond et insondable, il leur était loisible d'en dévoiler quelque fragment. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-premiers-pantheons/#i_13483

NOSTRADAMUS MICHEL DE NOSTRE-DAME dit (1503-1566)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 876 mots

« Michel de Nostredame naquit à la ville de Saint-Rémy, presque sur les abois de l'an, de Jacques (Jaume) et de Renée de Saint-Rémy... » En cela, César, fils aîné de Michel de Nostredame, est exact. Il l'est moins quand, au fil de son Histoire et chronique de Provence (1614), il gomme de sa généalogie toute ascendance juive. De l'aïeul Gassonet, commerçant en Avignon, qui, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostradamus/#i_13483

NOUGAYROL JEAN (1900-1975)

  • Écrit par 
  • André PARROT
  •  • 429 mots

Né à Toulouse, où il fait ses études secondaires et supérieures (licence de philosophie), Jean Nougayrol, très doué pour les langues orientales, apprend l'hébreu puis, sous la direction de Georges Boyer, se voue aux cunéiformes. En 1935, boursier à l'École biblique et archéologique française de Jérusalem, il suit les cours des RR.PP. Vincent et Abel et publie un ouvrage sur les cylindres-sceaux tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-nougayrol/#i_13483

ORACLE

  • Écrit par 
  • Marie DELCOURT
  •  • 1 954 mots

Plus ou moins consciemment, les hommes voient dans tel ou tel événement inattendu un signe capable d'orienter leur conduite ; ils ont souvent chargé des exégètes d'interpréter certains phénomènes – foudre, éclipses, crues de rivières, naissances anormales, rêves – : interprétations parfois codifiées, avec la méthode à suivre pour écarter le présage s'il est mauvais. Les Romains ont adopté l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oracle/#i_13483

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_13483

POSSESSION

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU, 
  • André PAUL, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 514 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La possession non institutionnalisée »  : […] Outre les cultes institués propres à des aires culturelles déterminées, il existe, dans certaines sociétés, des phénomènes de possession qui surviennent en dehors de tout cadre institutionnel, tout en étant culturellement codés. Qu'ils débutent par des transes ou par des syndromes psychiques aigus, ils suivent, du point de vue de la signification sociale, différents modes : le possédé peut ne jama […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/possession/#i_13483

PYTHON, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 94 mots

Énorme serpent, fils de la Terre, qu'Apollon tua à Delphes, soit parce qu'il voulait l'empêcher de fonder son sanctuaire, ayant lui-même coutume de rendre des oracles, soit parce qu'il avait persécuté sa mère, Léto, pendant sa grossesse. Pour célébrer sa victoire sur le monstre, Apollon institua les jeux Pythiques, qui se tenaient à Delphes à l'époque historique (Pytho est l'ancien nom de Delphes) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/python-mythologie/#i_13483

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Les desservants du culte »  : […] S'il est vrai que chaque culte est rendu au service d'une collectivité déterminée, le desservant, qui est le porte-parole du groupe et son intermédiaire en face des dieux, est naturellement le « chef » ( magister ) de celui-ci. Ainsi, le père de famille, chef de la maisonnée, est le desservant obligé du culte domestique ; ainsi, les chefs de curie ( curiones […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_13483

SHENNONG [CHEN-NONG]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 380 mots

Dieu agraire de la Chine. Les historiographes anciens font de lui l'inventeur de l'agriculture et le classent parmi les Trois Augustes, avec Fuxi, qui trouva les trigrammes et la divination, et avec Huangdi, qui instaura les rites, les noms de famille, etc., à l'aube de la civilisation chinoise. Mais les chants populaires conservés dans le Shi jing montrent que Shennong, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shennong-chen-nong/#i_13483

SIBYLLE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 009 mots

Dans le Moyen-Orient antique, les traditions sur la Sibylle n'ont cessé de foisonner. Son caractère abstrait et sa qualité de terme générique aidant, la Sibylle (d'abord nom propre, Sibylla ) donna lieu à une ample prolifération. À l'origine, il n'y avait qu'une seule Sibylle, comme en témoigne Héraclite d'Éphèse, le premier auteur qui en ait parlé. Il en était encore ainsi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sibylle/#i_13483

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miroir a é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculaire-et-spectaculaire-litterature-et-psychanalyse/#i_13483

SUPERSTITION

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 5 378 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mot et son histoire : de l'Antiquité au Moyen Âge »  : […] En latin, le substantif superstitio désigne tantôt la superstition, tantôt le culte et la religion, tantôt enfin la divination ; de même, l'épithète superstitiosus signifie soit « superstitieux », soit « devin ». Dans son étude sur « Religion et superstition », Émile Benveniste a prouvé, semble-t-il, que le sens étymologique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/#i_13483

TAROT

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 195 mots

Dans le chapitre « Le tarot divinatoire et occultiste »  : […] Mais le xviii e  siècle voit une autre mutation se produire : c'est en France, pôle de rayonnement du jeu, exportant ses productions même en Italie que prend naissance une tradition ésotérique aujourd'hui largement diffusée, notamment à travers la cartomancie. La publication, en 1781, du huitième volume du Monde primitif d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarot/#i_13483

VATE

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 265 mots

Le vate celtique est le spécialiste de la prédiction et de la divination, qui ont eu, en Gaule et en Irlande, une très grande importance religieuse, politique et sociale. Le nom qui le désigne est panceltique : gaulois vatis (emprunté par le latin), irlandais fáith . Mais le gallois gwawd a été ramené ou dévié au sens de « chant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vate/#i_13483

YI JING [YI KING] ou LIVRE DES MUTATIONS

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 635 mots

Le Livre des mutations ( Yi jing ) est un corpus de divination de la Chine antique. La base de son système divinatoire repose sur les célèbres huit trigrammes ( bagua ), chacun étant composé d'une combinaison de trois lignes superposées soit pleines, soit brisées. La combinaison de deux trigrammes donne des hexagrammes dont les pos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yi-jing-livre-des-mutations/#i_13483

Voir aussi

Pour citer l’article

René ALLEAU, « DIVINATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/divination/