SHANGQING JING [CHANG-TS'ING KING]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Livre de la grande pureté, le Shangqing jing constitue un ensemble important de textes taoïstes de l'école du Maoshan, qui ont été révélés entre les années 364-370 à Yang Xi (né en 330) et à Xu Mi (303-373). Ils sont, en principe, au nombre de trente-six, mais les catalogues n'en comptent en réalité qu'une trentaine, dont le volume total est impressionnant : cent quatre-vingt-un chapitres. L'ensemble, qui formait jadis toute une section du Canon taoïste, est actuellement dispersé à travers le Canon du Ming (Zhengtong Daozang, 1442).  Ces textes n'ont pas encore été collationnés ; mais le plus important, celui qui figure en tête des catalogues, le Shangqing dadong zhenjing (Livre réel du grand arcane de la grande pureté), a été identifié et conservé en entier. Il s'agit d'un manuel de méditation extatique, très détaillé : les divinités du corps, de la Terre et des Cieux sont évoquées mentalement une par une ou par catégories ; elles sont décrites en détail et même illustrées. Pour chaque catégorie (trente-neuf en tout) sont indiqués des invocations distinctes, des talismans, des gestes à accomplir, etc., le tout d'une extrême complexité. Ce manuel illustre d'une façon éclatante les procédés de l'« alchimie intérieure » (neidan), caractéristique essentielle de l'école du Maoshan. Les attitudes mentales y prennent la prépondérance sur les pratiques physiques qui dominent encore chez Ge Hong.

L'influence du Shangqing jing fut prédominante dans le taoïsme ésotérique, au moins jusqu'à l'époque des Song.

—  Kristofer SCHIPPER

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « SHANGQING JING [CHANG-TS'ING KING] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shangqing-jing-chang-ts-ing-king/