TURBANS JAUNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier mouvement de masse politico-religieux de la Chine, l'organisation révolutionnaire des Turbans jaunes (Huangjin), d'inspiration taoïste, contribua beaucoup, bien que noyée dans le sang, à l'établissement du taoïsme populaire et communautaire.

Les dernières décennies de la dynastie des Han (~ 206-220) paraissent avoir été une période de désintégration politique et sociale d'une ampleur inconnue jusque-là. La population paysanne, affamée et décimée par des épidémies de peste, quitte ses terres et cherche à survivre sous la forme de groupes itinérants (liumin). Des messies populaires, qui prétendent être des descendants, des représentants ou des incarnations de l'empereur Jaune (Huangdi) ou de Laozi, trouvent facilement un grand nombre d'adeptes. L'un de ces messies, dont le succès dépasse celui de tous les autres, se nomme Zhang Jue. Son mouvement naît dans la partie est de l'empire (provinces du Shandong, du Hebei et du Shānxi). Il guérit les gens par la foi. Investi par le Ciel, il écrit des talismans (fu) sur de la soie ou du papier. Il les brûle et en mélange les cendres à de l'eau qu'il donne à boire aux malades (cette pratique thaumaturgique existe encore de nos jours). En dix ans, les fidèles se comptent par dizaines, sinon par centaines de milliers. Il les enseigne et les organise selon les doctrines du Livre de la Grande Paix (Taiping jing), texte volumineux qu'un messager du Ciel lui a transmis. Les croyants s'habillent de robes et de turbans jaunes (qui donnèrent son nom au mouvement). Ils ne portent pas d'armes. Ils créent des phalanstères et des auberges où ils accueillent les masses itinérantes et où prévaut une organisation communautaire et strictement égalitaire. Au commencement d'un nouveau cycle cosmique (année Jiazi, correspondant à 184 de notre ère), Zhang Jue proclame le royaume de la Grande Paix. Il prend le titre de général-seigneur du Ciel (Tiangong jiangjun) et confère, respectivement, à ses deux frères les titres de général-seigneur de la Terre et de général [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  TURBANS JAUNES  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les Trois Royaumes »  : […] La période de troubles qui commence, en 184, par des insurrections populaires d'inspiration taoïste ( Turbans jaunes en Chine orientale, secte des Cinq Boisseaux de riz au Sichuan) s'accompagne de la formation d'armées autonomes dirigées par les chefs de guerre chargés de la répression (Dong Zhuo, Cao Cao). Ce sont eux qui finissent par détenir la réalité du pouvoir ; les empereurs Han ont en effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21707

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conceptions morales et politiques »  : […] Les conceptions morales divergent, comme il se doit, entre les diverses écoles philosophiques et aussi entre les divers milieux sociaux. Les confucianistes, en particulier, à la suite des ritualistes de l'époque féodale, ont dégagé les principes de la morale qui commandèrent durant des siècles les comportements privés et publics. Une vertu plus que n'importe quelle autre fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_21707

SOCIÉTÉS SECRÈTES EN CHINE

  • Écrit par 
  • Daniel HÉMERY
  •  • 1 570 mots
  •  • 1 média

Associations ou fraternités clandestines, connues dans l'Empire chinois dès les premiers siècles de notre ère et qui se sont perpétuées jusqu'au milieu du xx e  siècle. À la fois groupes d'insoumission collective, centres de lutte politique contre le pouvoir impérial et foyers de dissidence idéologique, elles constituaient un phénomène récurrent d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-secretes-en-chine/#i_21707

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Maîtres célestes et l'Église taoïste »  : […] Des cultes populaires envers les Immortels, on l'a vu, abondaient sous les Han. Les empereurs soucieux de prestige, tels que Qin Shi Huangdi (221-210) et Han Wudi (140-87), envoyèrent des expéditions maritimes à la recherche des îles des bienheureux. Le culte impérial de Laozi divinisé fut un effort de la part du gouvernement pour prendre à son compte ce qui devait être déjà à l'époque un mouvemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_21707

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « TURBANS JAUNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbans-jaunes/