LOTUS BLANC, chin. BAILIANJIAO [PAI-LIEN-KIAO]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus importante ou, en tout cas, la plus célèbre des sociétés secrètes chinoises (il faudrait plutôt l'appeler secte proscrite), le Lotus blanc (Bailianjiao, ou Bailian hui) est un vaste mouvement syncrétiste sotériologique et mystique qui remonte au moins au xiie siècle ; à plusieurs reprises, il rassembla les masses paysannes en de vastes soulèvements, qui ne furent jamais couronnés de succès, mais dont les séquelles furent si graves qu'elles provoquèrent, en particulier, la chute de la dynastie des Ming.

Si l'on en croit sa propre tradition, la secte fut fondée au début du ve siècle, sur la montagne sacrée du Lushan ; c'est là que trois sages de l'époque, le patriarche bouddhiste Huiyuan, le maître taoïste Lu Xiujing et le poète Xie Lingyun, rendirent ensemble un culte au messie Amitâbha, qui accueille tous les êtres sans distinction dans son paradis de l'Ouest.

Cette légende souligne le caractère à la fois syncrétique et populaire de la secte ; elle n'a pas de fondement historique. C'est au début des Temps modernes, qui, pour la Chine, coïncident avec le développement de l'imprimerie aux xie et xiie siècles, que les mouvements sectaires en général prennent leur essor. On entend pour la première fois parler d'un mouvement appelé Bailian vers le milieu du xiie siècle. C'est alors une hérésie nettement bouddhiste. En tout cas, telle est l'impression que les auteurs chinois en ont gardée, à cause de l'amidisme fanatique qui est une des caractéristiques du mouvement ; mais, dans la première moitié du xiiie siècle, d'autres sources établissent une relation entre le Lotus blanc et la religion manichéenne, qui fut alors très active dans la Chine du Sud. Il s'agit des végétariens fondamentalistes et puristes qui s'organisent en communautés laïques et qui échappent à toute autorité, aussi bien à celle de l'administration qu'à celle des Églises bouddhistes et taoïstes constituées.

Les rapports entre la secte du Lotus blanc et le manichéisme, bien qu'ils n'aient jamais été entièrement élucidés à cause de l'extrême rareté des sources, sont néanmoins constamment suggérés par les circonstances. Selon les polémistes, car ce n'est que par eux que l'on a quelques renseignements sur ce mouvement, il s'agit d'un véritable mouvement de masse suscité par les doctrines de Mani.

La secte du Lotus blanc participa très activement au combat nationaliste contre la dynastie mongole des Yuan et eut une part non négligeable dans la fondation de la dynastie des Ming. Le nom même de cette dynastie, qui, contrairement à celui des dynasties précédentes, n'indique pas le nom de famille du clan impérial mais signifie simplement « lumière », peut suggérer une allusion manichéenne. En effet, Mani est communément appelé en Chine « l'envoyé de la lumière » (Mingshi) et la doctrine manichéenne « la doctrine lumineuse » (Mingjiao). Les polémistes taoïstes ont, d'autre part, retenu le rôle important que jouait le Lotus blanc manichéen dans l'arrivée au pouvoir de la dynastie. Mais, d'une façon caractéristique, une fois la puissance de la nouvelle dynastie consolidée, le premier empereur des Ming ne tarda pas à se tourner contre le mouvement qui l'avait porté au pouvoir. En 1370, il décrétait : « L'association du Lotus blanc, la religion du vénérable de la Lumière, la secte du Nuage blanc [autre secte manichéenne], adonnées aux pratiques magiques par lesquelles des sorciers et des sorcières soutiennent le Phénix [l'écriture automatique, pratique spiritiste], adjurent les saints, écrivent des incantations sur l'eau, sont toutes absolument interdites. »

Quelques années plus tard, en 1394, les fidèles du Lotus blanc sont menacés de la peine de mort. Le mouvement entra dorénavant dans l'illégalité, mais il ne cessa de jouer un rôle social et politique extrêmement important. Les jacqueries qui marquèrent la fin de la dynastie des Ming, notamment celle qui fut dirigée, dans la Chine du Nord, par Wang Shen (1566) et celle de Xu Hongru (1522), passent pour avoir été inspirées par l'idéologie du Lotus blanc. La répression de ces rébellions populaires obligea la dynastie à faire appel à ses alliés mandchous, alliés encombrants, qui, une fois les mouvements populaires noyés dans le sang, profitèrent de l'affaiblissement de la dynastie régnante pour prendre eux-mêmes le pouvoir. Ce fut alors la dynastie des Qing, qui commença officiellement en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  LOTUS BLANC, chin. BAILIANJIAO [ PAI-LIEN-KIAO ]  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Stabilité des structures profondes »  : […] Pendant le demi-siècle qui sépare les guerres de l'opium et la guerre franco-chinoise, l'État et la société chinoise, dans leurs structures profondes, ne diffèrent pas fondamentalement de ce qu'ils étaient au xviii e  siècle. Les deux rapports essentiels de dépendance, celui du peuple par rapport aux lettrés fonctionnaires et celui des paysans par rapport aux propriétaires fonciers, se recouvrent […] Lire la suite

SOCIÉTÉS SECRÈTES EN CHINE

  • Écrit par 
  • Daniel HÉMERY
  •  • 1 571 mots
  •  • 1 média

Associations ou fraternités clandestines, connues dans l'Empire chinois dès les premiers siècles de notre ère et qui se sont perpétuées jusqu'au milieu du xx e  siècle. À la fois groupes d'insoumission collective, centres de lutte politique contre le pouvoir impérial et foyers de dissidence idéologique, elles constituaient un phénomène récurrent dans la vie sociale de l'ancienne Chine. Elles se re […] Lire la suite

YIGUANDAO [YI-KOUAN-TAO]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 607 mots

Société secrète, ou plutôt secte interdite et persécutée, de la Chine moderne, le Yiguandao (Voie de l'unité fondamentale) a connu un succès considérable dans la Chine du Nord, à partir de 1920. Quoique persécutée systématiquement, tant par le Guomindang (qui la considérait comme étant d'inspiration communiste) que par le Parti communiste (qui la jugeait inféodée au Guomindang), cette secte semble […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « LOTUS BLANC, chin. BAILIANJIAO [PAI-LIEN-KIAO] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lotus-blanc-bailianjiao/