TAOÏSME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de taoïsme (daojia) s'est appliqué d'abord aux écrits de certains mystiques de la Chine antique. C'est là une classification établie a posteriori par les bibliographes impériaux de l'époque des Han antérieurs (206 av.-9 apr. J.-C.). Parmi les nombreuses écoles philosophiques de la Chine pré-impériale, on chercherait vainement en effet une école « taoïste ». Le Dao [Tao en ancienne transcription E.F.E.O.], c'est-à-dire le Principe régulateur de l'Univers, et par extension le système absolu de la perfection en toute chose, était un sujet de spéculation commun à tous les penseurs de la Chine ancienne et non l'apanage exclusif des mystiques auxquels, par la suite, on a donné le nom de taoïstes.

On les connaît essentiellement par deux ouvrages : le Daode jing, livre du Dao et de son action, par le « Vieux Maître » Laozi, et le Zhuangzi par l'auteur de ce nom. Un troisième ouvrage, le Liezi, n'est aujourd'hui connu que dans une version remaniée du ive siècle de l'ère chrétienne ; son contenu n'apporte rien d'essentiel. Le fait que ces ouvrages aient mérité le nom de taoïstes provient sans doute du sens tout particulier que la notion de Dao prend dans leur système. Le Principe ultime a, pour eux, la qualité de ziran : « ainsi qu'il est par lui-même », donc tel quel, spontané. La liberté et l'autonomie s'obtiennent en épousant entièrement le grand mouvement naturel de l'univers. C'est là le vrai Dao : principe et voie de salut. Cette thèse se développe en opposition aux structures culturelles telles qu'elles sont représentées par l'état féodal ainsi qu'aux préceptes moraux du confucianisme naissant.

À l'époque où la notion de taoïsme se cristallise, c'est-à-dire au début de l'ère impériale (iie s. av. J.-C.), l'opposition idéologique du naturel au culturel avait déjà évolué au point d'impliquer de multiples connotations : celles de la réaction contre l'envahissement de l'administration centrale dans la vie régionale et rurale, de l'hostilité à l'orthodoxie confucéenne seule permise aux fonctionnaires de l'Empire, une option enfin pour l'individualisme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  TAOÏSME  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apparition des théories alchimiques »  : […] d'un syncrétisme et d'une systématisation nouvelle de leurs principes cosmologiques, de leurs mythes et de leurs techniques. Ce fut, en grande partie, l'œuvre du taoïsme qui rassembla non seulement ces connaissances magico-techniques, mais aussi les données fondamentales de la tradition ésotérique et initiatique chinoise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_10943

BAI YUCHAN [PAI YU-TCH'AN] (1134-1222)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 338 mots

Grand taoïste de l'époque des Song du Sud (1127-1279), dont l'œuvre domine le taoïsme des Temps modernes, surtout en Chine du Sud. Mais l'état actuel des recherches ne permet point de saisir tous les aspects de cette œuvre. La vie de Bai Yuchan est elle-même mal connue. Ge Changgeng, né dans l'île de Hainan, où son père est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bai-yuchan-pai-yu-tch-an/#i_10943

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 722 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des cénacles au peuple »  : […] aussi par certaines de ses conceptions philosophiques, le bouddhisme paraissait présenter des analogies avec le taoïsme. Aussi est-ce dans le vocabulaire du taoïsme et, plus généralement, dans celui de la philosophie chinoise que sont traduits tout d'abord les termes étrangers, et ce n'est que progressivement que se révèleront les caractères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-chinois/#i_10943

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Clandestins et rebelles »  : […] que sont le corps masculin, d'une part (maṇḍala du Plan de diamant), et le corps féminin, de l'autre (maṇḍala du Plan de la matrice). L'influence des conceptions taoïstes sur l'union du yin et du yang est d'autant plus probable que le fondateur de cette branche, Ninkan (xiie s.), dont les doctrines furent reprises par Monkan (1278-1357), avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_10943

CAODAÏSME

  • Écrit par 
  • Paul LÉVY
  •  • 1 288 mots

Le caodaïsme – ou bouddhisme rénové – apparaît d'emblée comme un amalgame assez étonnant. Il emprunte beaucoup au bouddhisme, particulièrement la doctrine de la réincarnation, mais doit aussi au taoïsme, au confucianisme, au christianisme. Il s'apparente d'autre part au spiritisme et à la théosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caodaisme/#i_10943

CHANGCHUN [TCH'ANG-TCH'OUEN] ou QIU CHUJI (1148-1227)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 592 mots

Patriarche taoïste de l'école Quanzhen, maître Changchun (« printemps éternel »), dont le nom laïque est Qiu Chuji, devient taoïste en 1166. L'année suivante, il rencontre maître Wang Zhi, dont il devient le septième et le dernier disciple. Dix ans après, il se retire dans les montagnes de Longmen au Shǎnxi, d'où la coutume […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changchun-qiu-chuji/#i_10943

CHENG FRANÇOIS (1929-    )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 859 mots

il est à l'écoute de la vision organique et unitaire de l'univers vivant que propose la pensée taoïste. « Un univers où tout se relie et se tient à partir de l'idée de souffle, unité de base et qui relie entre elles toutes les entités vivantes. On sait que le fonctionnement du souffle est ternaire : le yin, le yang et le vide médian. Ce dernier est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-cheng/#i_10943

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 690 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La vie intellectuelle »  : […] Han, on assiste à un regain des courants de pensée antérieurs à l'Empire : « légisme », nominalisme et dialectique moïste, taoïsme à tendances métaphysiques. Ces divers courants se combinent chez les penseurs du iiie siècle, où la vie intellectuelle a pour centre des cénacles de philosophes et d'artistes. L'amour de la nature, le mépris des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_10943

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition juridique chinoise »  : […] Les taoïstes enfin renvoient dos à dos les lois et les rites. Ayant systématisé des croyances bien plus anciennes que la mystique confucéenne, les taoïstes estiment en effet que l'harmonie entre l'ordre social et l'ordre naturel est immanente, et par conséquent que les règles contraignantes édictées par l'homme créent immanquablement le chaos. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-droit/#i_10943

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'État chinois et le « réveil religieux » »  : […] lui-même marqué par le rôle des moines (et surtout des nonnes) formés aux États-Unis. Les tenants de la tradition taoïste luttent pour lui trouver une pertinence dans la société contemporaine, tant cette tradition semblait « hors du temps ». Pour ce faire, ils n'hésitent pas à invoquer des occidentaux comme Fritjof Capra (l'auteur du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-politique-religieuse/#i_10943

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 068 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le taoïsme »  : […] Un autre courant, qui s'oppose au premier en tous points, est le courant taoïste, utopiste, parfois libertaire, mystique, individualiste. Mais les taoïstes n'étaient pas que des philosophes. Ils avaient aussi (peut-être, selon Maspero, en les empruntant aux sorcières médiums qui communiquaient avec les défunts) développé des techniques d'extase et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_10943

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 508 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les pratiques chamaniques, religieuses et rituelles  »  : […] À la fin des Han, la montée en puissance du taoïsme et la mise en place d'une Église taoïste introduisit de nouveaux acteurs. En dépit d'une foi partagée avec les chamans en la maladie démoniaque, ceux-ci, concurrents, proposaient de nouvelles manières de soigner. En place de la confrérie anarchique et des pratiques bruyantes des chamans, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-medecine-en-chine/#i_10943

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La renaissance philosophique du iiie siècle »  : […] ère, on vit refleurir soudain les écoles philosophiques de l'Antiquité, en particulier le taoïsme, dont les textes furent tirés de l'obscurité où ils s'étaient cachés pendant les quatre siècles de l'époque des Han. Dans les commentaires qu'on écrivit sur les textes philosophiques ainsi ressuscités, l'accent fut mis sur une métaphysique mêlée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_10943

CHINOISES GRANDES ÉDITIONS

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 980 mots

L'un des traits remarquables de l'édition chinoise, pratiquement depuis ses débuts et jusqu'à ce jour, est la publication de vastes collections dont la visée n'est pas commerciale, mais idéologique ou politique : manifestation de piété (religieuse ou culturelle selon les cas), recherche du prestige, volonté de conserver un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-editions-chinoises/#i_10943

DAODE JING [ - Fiche de lectureTAO-TÖ KING] - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine DESPEUX
  •  • 774 mots
  •  • 1 média

Le Daode jing ou Livre de la Voie et de la Vertu est traditionnellement attribué au sage Laozi, l'une des figures fondatrices du taoïsme dont s'est emparé la légende. On désigne aussi l'ouvrage du « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daode-jing-tao-to-king/#i_10943

DU GUANGTING [TOU KOUANG-T'ING] (850-933)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 233 mots

Maître taoïste de l'époque des Cinq Dynasties. La vie de Du Guangding est encore mal connue. Il reçoit sa formation dans l'école taoïste du Tiantai (différente de l'école bouddhique du même nom) et suit l'empereur Xizong des Tang (874-889) quand ce dernier se réfugia au Sichuan (881). Un protégé de l'entourage de l'empereur, un certain Wang Jian ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-guangting-tou-kouang-t-ing/#i_10943

FENG [FONG] SACRIFICE

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 448 mots

Terme désignant des cérémonies importantes qui consacraient l'autorité divine des dynasties impériales de la Chine. Les sacrifices Feng s'accomplissaient au sommet et au pied du Taishan, la montagne sacrée de l'est de la Chine, dans l'actuelle province de Shandong. Selon la tradition des lettrés de l'époque Han, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feng-fong-sacrifice/#i_10943

HUAINANZI [HOUAI-NAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 235 mots

Titre d'un ouvrage chinois (Le Maître de Huainan) qui porte le nom de son auteur, Liu An, prince de la maison des Han et roi de Huainan, mort en ~ 122. À sa cour provinciale, celui-ci s'entoura de maîtres taoïstes qui compilèrent une somme des doctrines cosmologiques et mystiques de la secte. Le livre, composé ainsi, est une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huainanzi-houai-nan-tseu/#i_10943

HUAINAN ZI (Liu An)

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 868 mots

de son temps. Les exemples les plus divers illustrent chaque paragraphe, voire chaque phrase, mais le propos est ailleurs. Ce dont il s'agit est en effet l'unité de la Voie (Dao) taoïste de Laozi et de Zhuangzi. Le Huainan zi s'inscrit résolument dans ce courant de pensée. Reprenant évidemment les thèmes de l'inconstance des choses, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huainan-zi/#i_10943

KALTENMARK MAXIME (1910-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 212 mots

de Pékin, administré par l'École française d'Extrême-Orient. Malgré les tracasseries du nouveau pouvoir maoïste en place, l'habile chercheur recueille des masses d'information sur le taoïsme, qui constitue son centre d'intérêt. Rentré à Paris, il fera profiter de cette manne ses élèves de la Ve section de l'École pratique des hautes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-kaltenmark/#i_10943

LAOZI [LAO-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 1 013 mots
  •  • 1 média

Sage taoïste de l'Antiquité chinoise, auteur présumé du livre qui porte son nom (Laozi) et qui est plus connu sous le titre de Daode jing, Livre de la Voie et de la Vertu. De la vie de Laozi ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laozi-lao-tseu/#i_10943

LI AO [LI NGAO] (mort en 844?)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 392 mots

Penseur confucéen de l'époque Tang. Avec son maître et ami Han Yu (768-824), Li Ao est de ceux qui ont inspiré et préparé le grand mouvement du néo-confucianisme des Song. Dans son Essai sur le retour à la nature (Fuxingshu), Li Ao donne un aperçu concis de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-ao-li-ngao/#i_10943

LIEZI [LIE-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 244 mots

Sage taoïste de l'Antiquité. La biographie de Liezi n'est faite que de quelques anecdotes légendaires, dont celle qui rapporte qu'il voyageait en chevauchant le vent. Il intervient dans le Zhuangzi comme un reclus et un sage, mais dont la réussite est inégale. En réalité, il est avant tout connu à cause […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liezi-lie-tseu/#i_10943

LINGBAO JING [LING-PAO KING]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 378 mots

Un des textes les plus importants du taoïsme religieux. Un premier Lingbao jing, Livre du joyau sacré, est mentionné dans le Baopuzi neipian (Traité ésotérique du maître qui embrasse la Simplicité). Il s'agissait là certainement d'un texte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lingbao-jing-ling-pao-king/#i_10943

TONGBIN [LU T'ONG-PIN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 377 mots

Saint taoïste de la Chine moderne. Sa biographie n'est faite que de légendes, on ignore même s'il a existé. Lü Tongbin est pourtant considéré comme patriarche de presque toutes les écoles taoïstes depuis le xiiie siècle. Ayant échoué, bien que doué pour l'étude, aux concours impériaux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-tongbin-lu-t-ong-pin/#i_10943

LU XIUJING [LOU SIEOU-TSING] (406-477)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 299 mots

Patriarche taoïste dont l'importance est comparée à celle de Confucius pour la tradition classique. Né à Wuxing (province du Zhejiang), Lu Xiujing quitte définitivement sa famille (« père, mère, femme, enfants : connais pas ! ») vers l'âge de trente ans et se retire sur la montagne Yunmengshan (province du Jiangxi). Il vit pendant quelques années à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-xiujing-lou-sieou-tsing/#i_10943

MINGJIA [MING-KIA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 814 mots

L'appellation de Mingjia (« École des noms ») fut donnée a posteriori à un mouvement de dialectique et de sophistique de la Chine classique qui, pour être mal connu et pour avoir été apparemment de peu d'ampleur, n'en a pas moins exercé une influence considérable sur le développement de la philosophie chinoise. Ce mouvement correspond à un effort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mingjia-ming-kia/#i_10943

PROSCRIPTION DU BOUDDHISME (Chine)

  • Écrit par 
  • Catherine DESPEUX
  •  • 264 mots

La grande proscription des cultes étrangers en Chine qui débute en 842 frappe surtout le bouddhisme, qui a atteint son apogée sous la dynastie Tang. Appelée aussi « persécution de Huichang », du nom de la période de règne de l'empereur Wuzong (841-846), elle touche aussi le manichéisme, la religion des Ouïghours qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proscription-du-bouddhisme/#i_10943

QUANZHEN [TS'IUAN-TCHEN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 438 mots

Secte taoïste dont le nom, traduit littéralement, signifie « Perfection totale ». Le Quanzhen fut fondé par maître Wang Zhi (1112-1170), dont l'excentricité dans l'ascèse et la pratique religieuse le fit surnommer Wang le Fou. Officier militaire, il rencontre en 1159 dans les montagnes Zhongnan (près de Xi'an) deux Immortels, dont Lü Tongbin, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quanzhen-ts-iuan-tchen/#i_10943

SHANGQING JING [CHANG-TS'ING KING]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 279 mots

Livre de la grande pureté, le Shangqing jing constitue un ensemble important de textes taoïstes de l'école du Maoshan, qui ont été révélés entre les années 364-370 à Yang Xi (né en 330) et à Xu Mi (303-373). Ils sont, en principe, au nombre de trente-six, mais les catalogues n'en comptent en réalité qu'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shangqing-jing-chang-ts-ing-king/#i_10943

SHAO YONG [CHAO YONG] (1011-1077)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 513 mots

Sage, philosophe et poète, un des principaux artisans, avec Zhou Dunyi, de la métaphysique du Daoxue, mouvement de renouveau de la pensée chinoise connu en Occident sous le nom de néo-confucianisme. Le retour aux classiques et la résistance contre le bouddhisme avaient été préparés politiquement par Han Yu (768-824) et ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shao-yong-chao-yong/#i_10943

TAO HONGJING [T'AO HONG-KING] (452-536)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 517 mots

Patriarche taoïste de la Chine du Sud, homme exceptionnel grâce auquel le taoïsme religieux a pu survivre aux persécutions dont il fut l'objet à l'époque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tao-hongjing-t-ao-hong-king/#i_10943

TURBANS JAUNES

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 472 mots

Premier mouvement de masse politico-religieux de la Chine, l'organisation révolutionnaire des Turbans jaunes (Huangjin), d'inspiration taoïste, contribua beaucoup, bien que noyée dans le sang, à l'établissement du taoïsme populaire et communautaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turbans-jaunes/#i_10943

XI KANG [HI K'ANG] (223-262)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 330 mots

Originaire d'une famille aisée et traditionnellement confucianiste, marié à une princesse de la dynastie régnante, Xi (on transcrit aussi Ji) Kang n'occupa jamais dans la hiérarchie des fonctionnaires qu'un poste honoraire sans charge (zhongsan dafu). Pour un homme de sa classe et de ses talents, ce refus de s'engager dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xi-kang-hi-k-ang/#i_10943

XUANXUE [HIUAN-HIUE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 960 mots

Courant philosophique qui apparut en Chine vers la fin de l'Empire des Han (iie s.), le Xuanxue réagit contre la scolastique confucianiste qui était jusque-là la doctrine officielle. En cherchant à retrouver l'enseignement pur et fondamental des grands penseurs de l'Antiquité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xuanxue-hiuan-hiue/#i_10943

YANG ZHU [YANG TCHOU] (actif vers -350)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 589 mots

Penseur individualiste et hédoniste de la Chine antique, Yang Zhu est un des esprits les plus originaux et les plus grands de son époque. Pour Mencius (Mengzi), l'école dont il est le chef de file égale en importance celle de Confucius et de Mo Di (Mozi, ou Micius). Mais l'œuvre de Yang Zhu est perdue, à l'exception de quelques fragments réunis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yang-zhu-yang-tchou/#i_10943

ZHANG DAOLING [TCHANG TAO-LING] (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 378 mots

Fondateur légendaire de l'Église taoïste en Chine, Zhang Ling serait né dans les années 30 apr. J.-C. ?, dans le Jiangsu (Chine), et mort en 156 ? à Hanzhong, dans le Shaanxi. Il s'installe dans le Sichuan pour y étudier le Dao (la « Voie ») pendant le règne de l'empereur Shun (125-144 de la dynastie des Han. C'est alors qu'il prend le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-daoling-tchang-tao-ling/#i_10943

ZHANG TIANSHI [TCHANG T'IEN-CHE]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 729 mots

Nom chinois désignant les Maîtres Célestes de la famille Zhang, qui sont les chefs héréditaires de l'Église taoïste orthodoxe (Zhengyi). À la même époque que celle du mouvement des Turbans jaunes, on trouve, dans les régions frontalières de l'ouest de la Chine (le Sichuan), une communauté constituée de Chinois et d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-tianshi-tchang-t-ien-che/#i_10943

ZHOUYI CANTONGQI [TCHEOU-YI TS'AN-T'ONG-K'I]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 299 mots

Traité de cosmologie spéculative dont le titre signifie, approximativement, « La Concordance des trois [éléments] dans le Livre des changes des Zhou ». Le Zhouyi cantongqi est une interprétation des huit trigrammes qui sont à l'origine des soixante-quatre hexagrammes dans le Livre des changes ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhouyi-cantongqi-tcheou-yi-ts-an-t-ong-k-i/#i_10943

ZHU DA [TCHOU TA] (1626-1705)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 316 mots

Dans le chapitre « Du refuge des monastères au refuge de la folie »  : […] pour se marier, semble-t-il (il s'agit pour lui d'assurer la continuité de sa lignée). Il embrasse le taoïsme et, en 1661, sous le nom de Zhu Daolang, fonde un monastère taoïste, le Qingyun pu, près de Nanchang, sa ville natale. De 1661 à 1687, toute son énergie est accaparée par la gestion du Qingyun pu. Certains historiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhu-da-tchou-ta/#i_10943

ZHUANGZI

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE
  •  • 2 413 mots

ce qu'on devait appeler plus tard l'école du Dao (doajia, notre «  taoïsme »). Cette école s'opposait avec une virulence particulière à celle des « lettrés » confucéens (rujia, notre « confucianisme »), politisante, ritualisante et moralisante, mais aussi à d'autres écoles telles que celle de Mo Di (ou Mozi, « Micius »), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi/#i_10943

ZHUANGZI (TCHOUANG-TSEU) (Zhuang Zhou) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 1 122 mots

Le Zhuangzi est, après le Daode jing de Laozi, le classique le plus important du taoïsme. Son titre, « Maître Zhuang », rappelle que ce livre est attribué à Zhuang Zhou, philosophe taoïste du iv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi-tchouang-tseu-zhuang-zhou/#i_10943

Voir aussi

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « TAOÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/