TAOÏSME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de taoïsme (daojia) s'est appliqué d'abord aux écrits de certains mystiques de la Chine antique. C'est là une classification établie a posteriori par les bibliographes impériaux de l'époque des Han antérieurs (206 av.-9 apr. J.-C.). Parmi les nombreuses écoles philosophiques de la Chine pré-impériale, on chercherait vainement en effet une école « taoïste ». Le Dao [Tao en ancienne transcription E.F.E.O.], c'est-à-dire le Principe régulateur de l'Univers, et par extension le système absolu de la perfection en toute chose, était un sujet de spéculation commun à tous les penseurs de la Chine ancienne et non l'apanage exclusif des mystiques auxquels, par la suite, on a donné le nom de taoïstes.

On les connaît essentiellement par deux ouvrages : le Daode jing, livre du Dao et de son action, par le « Vieux Maître » Laozi, et le Zhuangzi par l'auteur de ce nom. Un troisième ouvrage, le Liezi, n'est aujourd'hui connu que dans une version remaniée du ive siècle de l'ère chrétienne ; son contenu n'apporte rien d'essentiel. Le fait que ces ouvrages aient mérité le nom de taoïstes provient sans doute du sens tout particulier que la notion de Dao prend dans leur système. Le Principe ultime a, pour eux, la qualité de ziran : « ainsi qu'il est par lui-même », donc tel quel, spontané. La liberté et l'autonomie s'obtiennent en épousant entièrement le grand mouvement naturel de l'univers. C'est là le vrai Dao : principe et voie de salut. Cette thèse se développe en opposition aux structures culturelles telles qu'elles sont représentées par l'état féodal ainsi qu'aux préceptes moraux du confucianisme naissant.

À l'époque où la notion de taoïsme se cristallise, c'est-à-dire au début de l'ère impériale (iie s. av. J.-C.), l'opposition idéologique du naturel au culturel avait déjà évolué au point d'impliquer de multiples connotations : celles de la réaction contre l'envahissement de l'administration centrale dans la vie régionale et rurale, de l'hostilité à l'or [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages






Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  TAOÏSME  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apparition des théories alchimiques »  : […] Quand, au iv e  siècle et, plus probablement, au cours des premières années du iii e  siècle av. J.-C., une économie ouverte, du fait des voies de circulation plus vastes et des intérêts de l'Empire, se substitua à l'ancienne économie féodale, provinciale et cantonale, particulariste et fermée, de la Chine antique, la nécessité d'un regroupement des confréries archaïques de métallurges locaux fit […] Lire la suite

BAI YUCHAN [PAI YU-TCH'AN] (1134-1222)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 338 mots

Grand taoïste de l'époque des Song du Sud (1127-1279), dont l'œuvre domine le taoïsme des Temps modernes, surtout en Chine du Sud. Mais l'état actuel des recherches ne permet point de saisir tous les aspects de cette œuvre. La vie de Bai Yuchan est elle-même mal connue. Ge Changgeng, né dans l'île de Hainan, où son père est fonctionnaire, est adopté, dans sa jeunesse, par la famille Bai, dont il p […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 721 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des cénacles au peuple »  : […] Religion d'étrangers établis en Chine dans les centres commerciaux qui jalonnent les grandes routes (de la vallée de la Wei aux vallées moyenne et inférieure du Yangzi, et de Canton à la vallée de la Han), le bouddhisme attire d'abord l'attention des cénacles lettrés à un moment où se produit en Chine un regain de la pensée taoïste et des discussions philosophiques (« École des mystères », xuanxu […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Clandestins et rebelles »  : […] Nombreux étaient les courants bouddhiques où à la fois l'État et les écoles constituées pouvaient voir une source d'excès mettant en danger l'ordre social comme la saine doctrine bouddhique ; et les exemples ne sont pas rares au Japon où de véritables persécutions ont pu être imputées conjointement au bras séculier et au bras régulier. On sait que le tantrisme tel qu'il s'était développé en Inde […] Lire la suite

CAODAÏSME

  • Écrit par 
  • Paul LÉVY
  •  • 1 288 mots

Le caodaïsme – ou bouddhisme rénové – apparaît d'emblée comme un amalgame assez étonnant. Il emprunte beaucoup au bouddhisme, particulièrement la doctrine de la réincarnation, mais doit aussi au taoïsme, au confucianisme, au christianisme. Il s'apparente d'autre part au spiritisme et à la théosophie. La religion caodaïste fut fondée en 1919 par Ngô Van Chiêu, délégué administratif pour l'île de P […] Lire la suite

CHANGCHUN [TCH'ANG-TCH'OUEN] ou QIU CHUJI (1148-1227)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 592 mots

Patriarche taoïste de l'école Quanzhen, maître Changchun (« printemps éternel »), dont le nom laïque est Qiu Chuji, devient taoïste en 1166. L'année suivante, il rencontre maître Wang Zhi, dont il devient le septième et le dernier disciple. Dix ans après, il se retire dans les montagnes de Longmen au Shǎnxi, d'où la coutume d'appeler l'école Quanzhen, après maître Changchun, secte de Longmen (Long […] Lire la suite

CHENG FRANÇOIS (1929- )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 859 mots

Poète, romancier et calligraphe, François Cheng est né en Chine, à Nanchang, le 30 août 1929. Issu d'une famille d'universitaires et de lettrés, le jeune homme, qui connaît la fin de la guerre et la guerre civile en Chine, entre à l'université de Nankin, avant de gagner la France en 1949. Il finit par s'y installer. Étudiant à la Sorbonne, il est un lecteur assidu à la bibliothèque Sainte-Geneviè […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La vie intellectuelle »  : […] La vie intellectuelle de la période qui s'étend de la fin des Han postérieurs à la réunification des pays chinois par la dynastie des Sui à la fin du vi e  siècle est marquée par des tendances et des préoccupations étrangères à la tradition des lettrés, c'est-à-dire à ce que les Occidentaux ont dénommé « confucianisme », par référence à l'orthodoxie de l'époque mandchoue. Dès la fin des Han, on as […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition juridique chinoise »  : […] La tradition juridique chinoise est essentiellement pénale et mandarinale. En Chine, le droit a constamment eu pour fonction de maintenir l'ordre public et non de garantir les droits de l'individu face à l'État ou face aux autres individus. La loi ( fa ) définit les châtiments ( xing ) et investit les fonctionnaires de l'empereur d'un pouvoir sans limite pour les mettre en œuvre. Aux lois s'oppo […] Lire la suite

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots

Dans le chapitre « L'État chinois et le « réveil religieux » »  : […] Peut-on légitimement parler d'un « réveil religieux » dans la Chine d'aujourd'hui ? En tout état de cause, émettre l'hypothèse d'un retour du religieux situe a priori la question dans la continuité d'une histoire. Après une période de « glaciation » courant de la guerre sino-japonaise jusqu'au début de l'ère de réforme et d'ouverture, un débat et une interaction reprennent vie : débat sur la plac […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le taoïsme »  : […] Un autre courant, qui s'oppose au premier en tous points, est le courant taoïste, utopiste, parfois libertaire, mystique, individualiste. Mais les taoïstes n'étaient pas que des philosophes. Ils avaient aussi (peut-être, selon Maspero, en les empruntant aux sorcières médiums qui communiquaient avec les défunts) développé des techniques d'extase et autres procédés devant leur permettre d'accéder à […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La médecine en Chine

  • Écrit par 
  • Florence BRETELLE-ESTABLET
  •  • 8 506 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les pratiques chamaniques, religieuses et rituelles  »  : […] Première figure, dans l'Antiquité chinoise, à s'être occupée des souffrances humaines, le chaman est longtemps resté un intermédiaire privilégié par la population, en dépit des campagnes politiques qui, à différentes périodes, visèrent à l'éradiquer. Le chaman Wu était, depuis l'époque des Shang, investi d'un pouvoir magique. Il entretenait des relations privilégiées avec certaines divinités infl […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La renaissance philosophique du iiie siècle »  : […] Au iii e siècle de notre ère, on vit refleurir soudain les écoles philosophiques de l'Antiquité, en particulier le taoïsme, dont les textes furent tirés de l'obscurité où ils s'étaient cachés pendant les quatre siècles de l'époque des Han. Dans les commentaires qu'on écrivit sur les textes philosophiques ainsi ressuscités, l'accent fut mis sur une métaphysique mêlée de mysticisme, qui devait jou […] Lire la suite

CHINOISES GRANDES ÉDITIONS

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 980 mots

L'un des traits remarquables de l'édition chinoise, pratiquement depuis ses débuts et jusqu'à ce jour, est la publication de vastes collections dont la visée n'est pas commerciale, mais idéologique ou politique : manifestation de piété (religieuse ou culturelle selon les cas), recherche du prestige, volonté de conserver un patrimoine ou de fixer une orthodoxie. Les grandes éditions de textes relig […] Lire la suite

DAODE JING [TAO-TÖ KING] - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine DESPEUX
  •  • 774 mots
  •  • 1 média

Le Daode jing ou Livre de la Voie et de la Vertu est traditionnellement attribué au sage Laozi, l'une des figures fondatrices du taoïsme dont s'est emparé la légende. On désigne aussi l'ouvrage du « vieux maître » par son propre nom, tout comme l'on fait pour le Zhuangzi et le Liezi , les deux autres grands traités de l'école du Dao. […] Lire la suite

DU GUANGTING [TOU KOUANG-T'ING] (850-933)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 233 mots

Maître taoïste de l'époque des Cinq Dynasties. La vie de Du Guangding est encore mal connue. Il reçoit sa formation dans l'école taoïste du Tiantai (différente de l'école bouddhique du même nom) et suit l'empereur Xizong des Tang (874-889) quand ce dernier se réfugia au Sichuan (881). Un protégé de l'entourage de l'empereur, un certain Wang Jian (847-918), obtient le gouvernement du Sichuan à la s […] Lire la suite

FENG [FONG] SACRIFICE

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 448 mots

Terme désignant des cérémonies importantes qui consacraient l'autorité divine des dynasties impériales de la Chine. Les sacrifices Feng s'accomplissaient au sommet et au pied du Taishan, la montagne sacrée de l'est de la Chine, dans l'actuelle province de Shandong. Selon la tradition des lettrés de l'époque Han, les souverains mythiques de l'antiquité chinoise auraient tous accompli ces rites pour […] Lire la suite

HUAINANZI [HOUAI-NAN-TSEU]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 235 mots

Titre d'un ouvrage chinois ( Le Maître de Huainan ) qui porte le nom de son auteur, Liu An, prince de la maison des Han et roi de Huainan, mort en ~ 122. À sa cour provinciale, celui-ci s'entoura de maîtres taoïstes qui compilèrent une somme des doctrines cosmologiques et mystiques de la secte. Le livre, composé ainsi, est une synthèse de la pensée du Laozi et du Zhuangzi combinée avec les théor […] Lire la suite

HUAINAN ZI (Liu An)

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 868 mots

En publiant le Huainan zi (le « Maître de Huainan ») pour la première fois dans une langue occidentale (Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 2003), Charles Le Blanc, Rémi Mathieu et leurs collaborateurs ont enfin mis à la portée du plus large public une synthèse majeure de la sagesse et du savoir de la Chine dans les premières décennies de l'Empire ( ii e  s. av. J.-C.). Si l'on considè […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « TAOÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/