YU LE GRAND, empereur de Chine (IIe mill. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Héros légendaire, roi démiurge de la Chine antique. La « vie » de Dayu (Yu le Grand) fait l'objet d'une légende épique qui ne nous est parvenue que par bribes et lambeaux, l'historiographie des confucianistes ayant procédé à un certain nombre de remaniements. Les confucianistes nous ont, en effet, fourni le seul document cohérent concernant la vie de ce héros, devenu l'exemple par excellence des vertus confucéennes. Dans ce récit, rédigé par Sima Qian (~ 145-~ 86), le grand biographe de la Chine, on n'a conservé des aspects mythiques que ceux qui étaient exemplaires ; Yu le Grand nous est présenté d'abord comme le ministre du roi Shun, comme l'homme qui régularisa le cours des eaux qui avaient inondé le monde. Parfait ministre, lui seul eut la vertu nécessaire pour succéder à Shun ; il fonda la première dynastie royale. Le seul fait « historique » mentionné par cette biographie est une tournée d'inspection des fiefs qui amena Yu le Grand à parcourir l'ensemble du monde civilisé ; cette inspection se termina par une assemblée des seigneurs féodaux sur la montagne sacrée du Guiji. L'un des feudataires se permit d'arriver en retard ; Yu le punit en le sacrifiant sur l'autel du dieu du sol, protecteur de la nouvelle dynastie. Cette immolation consacra définitivement la vertu de la dynastie des Xia, fondée par Yu.

Le sinologue français Marcel Granet (1884-1940) a eu le mérite de retrouver, au-delà de l'historiographie officielle, les mythes — danses et légendes — de l'épopée de Yu. Il utilisa à cette fin tous les passages, chants, dictons, allusions littéraires et fragments de légendes dont sa vaste érudition lui permit de rassembler les éléments épars dans toute la littérature classique de la Chine.

Cette épopée est tout d'abord le récit de l'aménagement du monde et de l'avènement d'une ère nouvelle. Yu commença par expulser les vertus périmées. Dans les travaux d'aménagement des eaux, il succéda à son père, qui avait labouré pendant neuf ans sans pouvoir aboutir ; l'infortuné ingénieur fut banni puis dépecé ; ce sacrifice permit d'instaurer un nouvel ordre dans l'espace. Puis Yu combattit les tribus barbares des Sanmiao, dont les mœurs étaient incompatibles avec le calendrier ; leur soumission permit d'instituer un nouvel ordre du temps. Afin de combattre les eaux, Yu conclut une alliance avec le dieu du Fleuve (le fleuve Jaune, Huanghe, dont les eaux débordaient), il lui céda la moitié de son corps, en gage de sa personne entière. Yu, comme d'autres souverains divins de la Chine antique, émacié comme les sorcières possédées d'un dieu, était donc aussi hémiplégique. Ayant dirigé le fleuve et fait écouler les eaux vers la mer, et ainsi établi l'ordre féodal dans l'univers, il réaménagea le monde en le parcourant en tous sens jusqu'aux extrémités ; ce fut un parcours dansé : Yu sautillait en traînant une jambe ; c'est là le pas de Yu, danse magique que les sorciers (prêtres taoïstes) de la Chine ancienne ont continué à pratiquer longtemps. Par cette danse, Yu ordonna le monde. Il le stabilisa par cinq montagnes sacrées, à chacun des points cardinaux (les quatre orients et le centre). Ayant mesuré l'espace, il en fit une carte qu'il reproduisit sur neuf chaudrons de bronze, joyaux talismaniques de sa dynastie, prestigieux gages d'investiture que des souverains historiques, notamment Qin Shi Huangdi, ont cherché à retrouver.

Par ailleurs, la « carte de Yu » a fait l'objet de nombreuses spéculations. La plus célèbre d'entre elles est le Tableau du fleuve (Hedu), sorte de diagramme emblématique qui représente le monde par un carré magique. Le Hedu résume à lui seul un très grand nombre de conceptions de base de la cosmologie chinoise. Nombreuses sont les spéculations qui s'inspirent de ce diagramme, tant les spéculations philosophiques que celles qui ont pour objet les nombres. Elles ont été poursuivies durant toute l'histoire de la Chine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  YU LE GRAND, empereur de Chine (II e mill. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « Circulations royales des énergies »  : […] Aux éléments, dans les deux systèmes du Yue ling et du Hong fan , répondent des « saveurs » : « (Ce qui) humecte (et) tend vers le bas (Eau : 1) produit le salé  ; (ce qui) flambe (et) tend vers le haut (Feu : 2) produit l' amer  ; (ce qui) se courbe (et) se redresse (Bois : 3) produit l' acide  ; (ce qui) est ductile (et) multiforme (Métal : 4) produit l' âcre  ; (ce qui) est ensemencé (et) mois […] Lire la suite

MOZI [MO-TSEU] (env. 479-env. 390 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Léon VANDERMEERSCH
  •  • 1 133 mots

Dans le chapitre « L'initiateur d'une doctrine antiféodale »  : […] Le ressort originel de la réflexion de Maître Mo fut sa répulsion pour la guerre sous toutes ses formes, intérieures et extérieures, telle qu'elle sévissait de son temps en prenant des proportions terrifiantes. Il se sépare d'abord des confucianistes sur le reproche qu'il leur fait de prêter la main, pour arriver au pouvoir, à des complots générateurs de guerre civile ; et lorsqu'il entre lui-même […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 930 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Arrière-fond de religion et de magie »  : […] Il s'agit là de tout un ensemble de références aux pratiques et croyances dites de Longue Vie ( Changsheng ). Dans ces concepts, si fondamentaux pour le taoïsme de toutes les époques, se trouve la réponse quant à l'arrière-fond des écrits du Vieux Maître et de son apologiste Zhuangzi. Le yuan you désigne aussi, à la même époque, les voyages extatiques des chamanes. Leurs randonnées dans les cieux […] Lire la suite

XIA [HIA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 414 mots

Dynastie légendaire de la Chine ancienne, qui aurait été fondée par Yu le Grand en ~ 2205. Yu instaura la première dynastie héréditaire. Les données que les historiographes chinois nous ont transmises à propos de cette dynastie sont entièrement légendaires et aucune découverte archéologique n'est encore venue confirmer l'existence d'une telle dynastie (à la différence de la dynastie suivante, cell […] Lire la suite

Les derniers événements

17 juin 2020 Chine. Condamnation de l'avocat Yu Wensheng.

Le tribunal de Xuzhou (Jiangsu) condamne l’avocat Yu Wensheng, défenseur de la démocratie et des droits humains, arrêté en janvier 2018, à quatre ans de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir d’État ». En 2019, il avait été lauréat du prix franco-allemand des droits de l’homme et de l’État de droit décerné par les ministères des Affaires étrangères français et allemand. […] Lire la suite

11 janvier 2020 Taïwan. Réélection de Tsai Ing-wen à la présidence.

Han Kuo-yu, candidat du Kuomintang (KMT) prochinois, obtient 38,6 p. 100 des voix et James Soong, du Parti du peuple en premier, 4,3 p. 100 des suffrages. Le taux de participation est de 74,9 p. 100. Dans son allocution, Tsai Ing-wen dénonce « les pressions croissantes de la Chine » en vue d’imposer à Taïwan le modèle « un pays, deux systèmes » en vigueur à Hong Kong. […] Lire la suite

9-19 août 2019 Chine – États-Unis. Annonce d'un nouveau système d'exploitation pour les produits Huawei.

Le 9, le PDG du groupe de technologies de la communication Huawei, Richard Yu, présente son nouveau système d’exploitation pour smartphones HarmonyOS destiné à remplacer le système Android développé par l’Américain Google. Un décret signé en mai par le président Donald Trump interdit aux entreprises américaines de vendre des produits technologiques à Huawei, soupçonné d’espionner les communications sur les réseaux mobiles au profit des services de renseignement chinois. […] Lire la suite

1er-27 août 1993 Chine. Nouvelle campagne contre la corruption

Le 27, le paysan milliardaire Yu Zuomin est le premier à subir la nouvelle rigueur officielle. Autrefois donné en exemple pour sa mise en pratique des réformes économiques, il est condamné à vingt ans de prison pour avoir régné en maître absolu sur sa province qu'il avait mise en coupe réglée.  […] Lire la suite

9 novembre 1981 Birmanie. Accession du général San Yu à la tête de l'État

La nouvelle Assemblée nationale confie la présidence du Conseil d'État au général San Yu, qui cumulera cette fonction avec celle de président de la République. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « YU LE GRAND, empereur de Chine (IIe mill. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yu-le-grand/