TRIADE, société secrète

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société secrète de la Chine moderne (Sanhehui) dont le nom chinois le plus usité est Tiandihui (Société du Ciel et de la Terre), alias Hongmen (Porte de Hong). Antidynastique, ou plutôt antimandchoue, la Triade fut très répandue en Chine, surtout au cours du xixe siècle. Il s'agit d'une véritable société secrète que l'on a souvent rapprochée de la franc-maçonnerie.

L'origine historique de la société est mal connue. D'après sa propre tradition, la Triade aurait été fondée par des moines bouddhistes du célèbre monastère de Shaolin, dans la province du Fujian, sous le règne de l'empereur Kangxi (1662-1722). Les religieux du Shaolin étaient réputés pour leur pratique du gongfu — c'est-à-dire des arts martiaux —, grâce à laquelle ils avaient matériellement contribué à la victoire des Mandchous (dont Kangxi fut le premier empereur). Mais, à la suite d'intrigues de cour, au lieu d'être récompensés de leur aide militaire, ils furent persécutés, massacrés et leur monastère incendié. Quelques survivants commencent alors une vie errante, pleine d'aventures, jusqu'au jour où, par une révélation, ils recevront du Ciel l'ordre « de renverser les Qing et de rétablir les Ming », c'est-à-dire de renverser les Mandchous afin de restaurer la dynastie chinoise qui les précédait.

Le rituel d'initiation, imposé à tous les adhérents de la Triade, faisait revivre cette légende. En effet, la Société ne fut pas seulement très active en Chine, où elle provoqua de grands soulèvements au Zhejiang (1708), à Taiwan (1787), au Guangdong, au Jiangxi, au Hunan (1832), etc., mais encore elle se développa dans les colonies des Chinois émigrés en Asie du Sud-Est, où pendant longtemps elle fournissait à ces derniers le soutien organisé par excellence. Les autorités coloniales en Indonésie et en Malaisie, obligées de compter avec la Triade, firent établir de nombreux rapports la concernant. D'ailleurs, son rôle d'organisation protectrice des Chinois en terre étrangère modifia le caractère de la Triade, qui finit par devenir une organisation de protection à tendan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  TRIADE, société secrète  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Stabilité des structures profondes »  : […] Pendant le demi-siècle qui sépare les guerres de l'opium et la guerre franco-chinoise, l'État et la société chinoise, dans leurs structures profondes, ne diffèrent pas fondamentalement de ce qu'ils étaient au xviii e  siècle. Les deux rapports essentiels de dépendance, celui du peuple par rapport aux lettrés fonctionnaires et celui des paysans par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_22169

SOCIÉTÉS SECRÈTES EN CHINE

  • Écrit par 
  • Daniel HÉMERY
  •  • 1 570 mots
  •  • 1 média

Associations ou fraternités clandestines, connues dans l'Empire chinois dès les premiers siècles de notre ère et qui se sont perpétuées jusqu'au milieu du xx e  siècle. À la fois groupes d'insoumission collective, centres de lutte politique contre le pouvoir impérial et foyers de dissidence idéologique, elles constituaient un phénomène récurrent d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-secretes-en-chine/#i_22169

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 906 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le peuplement chinois »  : […] Connue des Chinois depuis des siècles, Taïwan n'avait longtemps été fréquentée que par des pirates, des contrebandiers du sel, des pêcheurs, des marchands. En effet, le jeu alterné des moussons en faisait un relais commode, en direction soit du Japon, soit du Sud-Est asiatique, soit de la côte chinoise du Fujian. Ces aventuriers chinois se heurtaient à l'hostilité des aborigènes (Atayal, Saisiyat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taiwan-t-ai-wan/#i_22169

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « TRIADE, société secrète », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/triade-societe-secrete/