HUINENG [HOUEI-NENG] (638-713)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon la tradition, sixième patriarche de l'école bouddhique du Dhyana et fondateur du courant dit du Sud de cette école. En réalité, Huineng, Cantonais quasi illettré, est le véritable fondateur du chan (zen, en japonais). Sa biographie est plutôt légendaire. Encore jeune, il perd son père et, pour nourrir sa mère, devient ramasseur de bois mort. Un jour, au marché, entendant quelqu'un réciter le Sūtra du diamant, il en est si profondément impressionné qu'il se rend au Huangmeishan, dans le Hubei, auprès du maître Hongren, cinquième patriarche de la secte Dhyana. Ce dernier cherche d'abord à le décourager, en lui disant que les Cantonais n'ont pas « la nature de Buddha ». Huineng répond que celle-ci n'a rien à voir avec les distinctions entre le Nord et le Sud. Hongren l'admet dans sa communauté, où il lui donne la place de pileur de riz. Lorsque le temps est venu pour le maître de choisir son successeur, il demande à chacun de ses disciples de composer un poème où il exprime comment il a obtenu l'illumination. Le disciple le plus célèbre, Shenxiu, propose les vers suivants :

Le corps est l'arbre du Boddhi,/le cœur est le support du Miroir spirituel,/à chaque instant, il faut le nettoyer diligemment,/afin qu'aucune particule de poussière n'y adhère.

Quelques jours après, cet autre poème apparaît sur les murs du monastère :

Le Boddhi n'est pas un arbre/et le Miroir spirituel n'a que faire d'un support/étant donné qu'au fond rien n'existe,/où voulez-vous qu'il adhère des poussières ?

L'auteur en est Huineng, que Hongren choisit alors comme successeur, mais en secret pour éviter des remous. Huineng passe d'abord plusieurs années retiré dans un village de pêcheurs, pour ne commencer son enseignement qu'en 676, à l'âge de trente-neuf ans. Il introduit la recherche de l'illumination par l'intuition subite, prenant une position antiritualiste, anti-intellectualisante et parfois franchement iconoclaste, de manière à faire saisir aux disciples la réalité la plus profonde.

—  Kristofer SCHIPPER

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  HUINENG [ HOUEI-NENG ] (638-713)  » est également traité dans :

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une « pensée » translogique ? »  : […] Rapporter du chan qu'il met le discours en suspens, qu'il se prive de la négation, c'est, par artifice, attribuer au chan une attitude. C'est le trahir. Nous ne nous y sommes hasardé que contraint par l'infrangible tautologie à laquelle la logique condamne le langage. Sans le leurrer sur les vertus d'une glose non moins reprochable désormais – et pour les mêmes raisons – qu'une explication théol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_45649

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « HUINENG [HOUEI-NENG] (638-713) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/huineng-houei-neng/