PARIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecture parisienne au XXe siècle

L'architecture produite à Paris au xxe siècle est quantitativement plus importante que celle héritée de tous les autres siècles confondus. Elle est de surcroît plus variée dans ses formes, ses dimensions, ses plans, ses méthodes de construction et ses couleurs ; plus inégale aussi, car les nécessités d'une production de masse n'ont pas toujours été de pair avec des visées esthétiques. Si l'on ne peut nier la persistance d'une évolution stylistique, l'appréciation de l'architecture parisienne, comme celle de tout le xxe siècle, passe également par une prise en compte des mutations techniques et des ruptures urbanistiques, deux phénomènes majeurs dont elle est la première traduction.

Beaux-Arts et Art nouveau

Le passage du siècle est marqué par une série de phénomènes et d'événements qui, bien qu'ayant longtemps paru divergents, voire incompatibles, participent d'un mouvement commun : le retour des architectes sur la scène parisienne, alors dominée par les chantiers de percements lancés par l'administration haussmannienne et dont de rares signatures émergeaient lors de la construction d'édifices publics. La création, en 1897 à l'occasion de l'ouverture de la rue de Réaumur, du concours des façades de la Ville de Paris, puis l'Exposition universelle de 1900 et le règlement de voirie de 1902, mais également l'emploi généralisé de la construction en béton armé vont concourir à renforcer l'individualisation de l'architecture. Celle-ci se traduit notamment, à la faveur de plusieurs projets monumentaux, par un regain d'intérêt pour les styles historiques d'une part, et par l'éclosion fulgurante d'une esthétique nouvelle d'autre part : l'Art nouveau.

Les deux palais des Beaux-Arts (les actuels Grand Palais et Petit Palais) construits pour l'Exposition universelle de 1900 forment, avec le pont Alexandre III, une œuvre d'urbanisme exceptionnelle, mais marquent aussi, après l'avènement du métal en 1889, le retour de la culture Beaux-Arts. Conçus par Henri Deglane, Albert Louvet et Louis Thomas sous la direction de Charles Girault, qui dessine seul le Petit Palais, les deux bâtiments sont à lire comme une synthèse du classicisme français, tout en intégrant les innovations techniques les plus récentes : l'entrepreneur en béton armé François Hennebique impose son système pour la construction des escaliers des halls et des planchers de l'étage de la partie postérieure du Grand Palais, tandis qu'au Petit Palais voûtes, planchers et escaliers des tourelles sont autant de contributions, visibles ou invisibles, à la stabilité et à l'esthétique de l'ensemble. Dans le même temps, Hector Guimard, Jules Lavirotte, Gustave Schoelkopff ou Charles Plumet livrent les œuvres le plus significatives de l'Art nouveau parisien : le premier fait un voyage décisif en mai 1895, pendant lequel il visite l'hôtel Tassel de Victor Horta, qui provoque non seulement une modification des plans du futur Castel Béranger (14, rue La Fontaine, xvie, 1895-1898), mais conforte encore son intention de concevoir ses bâtiments jusque dans leur moindre détail. La salle Humbert-de-Romans, 60, rue Saint-Didier (xvie, 1898-1901, détruite en 1905), traduit cette approche gestaltiste, de même que l'hôtel Nozal, 52, rue du Ranelagh (xvie, 1905, détruit), ou encore celui construit pour lui-même et son épouse au 122, avenue Mozart (xvie, 1905-1912). Les courbes et contre-courbes du style « coup de fouet », popularisées par les édicules, entrées et sorties dessinés par Guimard pour le métro parisien, passeront cependant rapidement de mode.

Les révolutions du béton armé

Loin de favoriser l'émergence d'une pratique ou d'un langage spécifique, le béton armé offrait au contraire, par sa malléabilité, une infinie variété de mises en œuvre. En s'emparant du nouveau matériau, les rationalistes lui ont cependant donné une forme en accord avec leurs idéaux. À l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, dite Saint-Jean de Montmartre, 19, rue des Abbesses (xviiie, 1894-1904), Anatole de Baudot réinterprète la légèreté gothique tout en conférant à la construction les propriétés d'un monolithe. Avec l'immeubl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 48 pages

Médias de l’article

France : carte administrative

France : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les ponts de Paris

Les ponts de Paris
Crédits : Bruno De Hogues/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Façade de Notre-Dame de Paris

Façade de Notre-Dame de Paris
Crédits : Beatrice Bibal Lecuyer/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Paris, les anciennes enceintes

Paris, les anciennes enceintes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

  • : inspecteur général des Archives de France
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, secrétaire de la IVe section
  • : directeur délégué de la chaire Ville à Sciences Po, Paris
  • : professeur émérite à l'université de Paris-I
  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de la section prospective et planification du conseil économique et social de la Région Île-de-France
  • : professeur, université de Picardie Jules-Verne
  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PARIS  » est également traité dans :

TRIANGLE D'OR (Paris)

  • Écrit par 
  • Michel PINÇON, 
  • Monique PINÇON-CHARLOT
  •  • 2 314 mots
  •  • 1 média

À Paris, les familles de la haute société, de la bourgeoisie ancienne et de la noblesse fortunée, ont manifesté leur position sociale par l'habitat qu'elles ont choisi et aménagé. Elles ont ainsi créé des quartiers, façonnés à leur image, sur des terres encore vierges, aux lim […] Lire la suite

ABADIE PAUL (1812-1884)

  • Écrit par 
  • Claude LAROCHE
  •  • 975 mots

Paul Abadie est né à Paris le 9 novembre 1812. Il est le fils d'un architecte néo-classique homonyme (1783-1868) qui fut architecte du département de la Charente : on lui doit notamment le palais de justice d'Angoulême (env. 1825-1828). Abadie entre à Paris dans l'atelier d'Achille Leclère (1832) puis à l'École des beaux-arts (1835) pour étudier l'architecture. Parallèlement à cette formation clas […] Lire la suite

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Émergence de nouvelles formes d’agricultures urbaines »  : […] Les agricultures urbaines ne sont pas nouvelles : ces activités de production sont aussi anciennes que les villes elles-mêmes. En l’absence de transports rapides et efficaces, les produits agricoles frais étaient ainsi cultivés aux abords des villes. Pour illustrer cette relation ancienne entre ville et agriculture, on peut s’appuyer sur un exemple : celui de l’histoire des cultures maraîchères p […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Dans le chapitre « Un ingénieur à la tête des « Promenades de Paris » »  : […] Né en 1817 à Grenoble, d'un père colonel d'artillerie, Adolphe Alphand entre à l'École polytechnique en 1835, puis à l'École des ponts et chaussées en 1837. Après s'être vu confier des missions dans l'Isère et la Charente-Inférieure, il est envoyé en 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires, se familiarise avec […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’anthropologie urbaine en France : une reconnaissance tardive »  : […] En France, l’anthropologie urbaine ne se constitue comme discipline universitaire qu’au début des années 1980. Quelques chercheurs ont travaillé auparavant sur le phénomène urbain, mais leurs démarches, plus sociologiques qu’anthropologiques, sont restées relativement isolées. Ainsi Maurice Halbwachs, un sociologue proche de Durkheim et travaillant notamment sur Paris et la condition ouvrière, fu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crypte de la cour Carrée du Louvre »  : […] La crypte archéologique de la cour Carrée répond à un double besoin : assurer des cheminements souterrains dans le cadre de l'aménagement du Grand Louvre et mettre en valeur des structures intimement liées à l'histoire du vieux Paris. Le Louvre est en effet le reflet le plus parlant de l'évolution des quartiers de la rive droite de la Seine, depuis l'énorme forteresse construite par Philippe-Augu […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 348 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les espaces couverts »  : […] Un pont n'a d'autre but que de soutenir une portion de voie à l'aide d'une poutre ou d'un arc ; et le métal, à lui seul, peut remplir ce rôle. Il en va tout autrement de la couverture d'un espace ; les fonctions se diversifient, et l'ossature de fer doit se compléter d'une enveloppe isolante posant de délicats problèmes de jonction. C'est curieusement à la crainte des incendies qu'il faut attribue […] Lire la suite

ARCHITECTURE MÉTALLIQUE À PARIS, XIXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 188 mots

1803 Pont des Arts (Louis-Alexandre de Cessart et Jacques Dillon, architectes) ; reconstruit quasi à l'identique par Louis Arretche (1984). 1813 Coupole de la Halle au blé (François-Joseph Bélanger, architecte et F. Brunet, ingénieur). 1834 Pont du Carrousel (Antoine-Rémy Polonceau, ingénieur) ; reconstruit par Gustave Umbdenstock, architecte. 1836 L'ingénieur Camille Polonceau (fils d'Antoine […] Lire la suite

ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 5 275 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La mosquée de Paris »  : […] Un autre chantier marque l'architecture religieuse en France au début du xx e  siècle : la construction de la mosquée de Paris, achevée en 1926 par Charles Heubès, Robert Fournez et Mantout. Plus qu'un simple lieu de culte, cet ensemble formant l'Institut musulman est destiné à manifester « l'amitié de la France pour l'Islam » ; à ce titre, la place qu'il occupe au cœur de Paris (7 500 m 2 ) peut […] Lire la suite

L'ART AU TEMPS DES ROIS MAUDITS. PHILIPPE LE BEL ET SES FILS, 1285-1328 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne PRACHE
  •  • 1 227 mots

Deux règnes ont marqué l'histoire de l'art gothique en France, celui de Saint Louis (1226-1270) et celui de Charles V (1364-1380). Entre les deux, une sorte de hiatus s'est instauré : l'éclosion des grandes cathédrales est alors terminée, le style rayonnant poursuit ses raffinements sans se renouveler véritablement, le génie créateur des artistes semble s'épanouir hors du royaume. Beaucoup d'œuvr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 octobre - 1er novembre 2021 France – Royaume-Uni. Conflit diplomatique au sujet de l'octroi des licences de pêche.

Si le différend portant sur l’interprétation de l’accord commercial passé en décembre 2020 entre le Royaume-Uni et l’Union européenne dans le cadre du Brexit n’est pas réglé, Paris menace d’interdire l’accès de la plupart des ports hexagonaux aux navires de pêche britanniques et d’imposer un contrôle douanier et sanitaire systématique aux importations britanniques à compter du 2 novembre. […] Lire la suite

17-18 octobre 2021 Biélorussie – France. Expulsion par Minsk de l'ambassadeur de France.

Le 18, l’ambassadeur biélorusse à Paris, Igor Fissenko, est rappelé dans son pays. Le 18 également, le site de l’ambassade de France à Minsk publie un message vidéo dans lequel Nicolas de Bouillane de Lacoste, s’exprimant en biélorusse – désormais langue de l’opposition – plutôt qu’en russe, demande aux Biélorusses de « ne jamais perdre espoir en des jours meilleurs ». […] Lire la suite

16 octobre 2021 France. Commémoration du massacre du 17 octobre 1961.

Le préfet de police de Paris Didier Lallement dépose, de son côté, une gerbe sur le pont Saint-Michel, à Paris.  […] Lire la suite

14 octobre 2021 France. Investiture d'Anne Hidalgo comme candidate du Parti socialiste à l'élection présidentielle.

Les adhérents du Parti socialiste (PS) investissent Anne Hidalgo, maire de Paris, comme candidate à l’élection présidentielle de 2022, par 72,6 % des suffrages, face à son seul rival, le maire du Mans Stéphane Le Foll. Anne Hidalgo était soutenue par le premier secrétaire du PS Olivier Faure. Près de vingt-deux mille cinq cent adhérents se sont exprimés. […] Lire la suite

14 octobre 2021 France. Injonction au gouvernement de réparer le préjudice écologique.

Dans un jugement destiné à préciser la mise en œuvre d’une précédente décision rendue en février, le tribunal administratif de Paris enjoint le gouvernement de « prendre toutes les mesures sectorielles utiles de nature à réparer le préjudice écologique » causé par le non-respect des engagements de la France en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, cela « dans un délai suffisamment bref pour prévenir l’aggravation de dommages constatés ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre BABELON, Michel FLEURY, Frédéric GILLI, Daniel NOIN, Jean ROBERT, Simon TEXIER, Jean TULARD, « PARIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/