Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ABADIE PAUL (1812-1884)

Paul Abadie est né à Paris le 9 novembre 1812. Il est le fils d'un architecte néo-classique homonyme (1783-1868) qui fut architecte du département de la Charente : on lui doit notamment le palais de justice d'Angoulême (env. 1825-1828). Abadie entre à Paris dans l'atelier d'Achille Leclère (1832) puis à l'École des beaux-arts (1835) pour étudier l'architecture. Parallèlement à cette formation classique, il participe à la redécouverte du Moyen Âge, notamment par les tournées qu'il fait à partir de 1844 en tant qu'attaché à la Commission des monuments historiques. En même temps qu'il élabore à ce titre ses premiers projets de restauration, les travaux de Notre-Dame de Paris, dirigés par Jean-Baptiste Lassus et Eugène Viollet-le-Duc, et pour lesquels Abadie est nommé second inspecteur en 1845, le mettent en contact avec un chantier exemplaire. En 1849, à la suite de la création du service chargé des édifices diocésains, Abadie est nommé architecte pour les diocèses de Périgueux, Angoulême et Cahors. Il deviendra en 1872 inspecteur général des édifices diocésains et sera élu en 1875 membre de l'Institut. Il meurt à Chatou le 2 août 1884.

On doit à Paul Abadie plus d'une quarantaine de projets ou travaux de restauration, principalement sur les églises romanes de Charente (Montmoreau, 1845-1857 ; Châteauneuf-sur-Charente, 1846-1850 et 1858-1861 ; Saint-Michel, 1848-1853), de Dordogne (Brantôme, 1847-1854) ou de Gironde (Loupiac, 1847-1859 ; Langoiran, à partir de 1862). À Bordeaux, avant d'être nommé en 1862 architecte diocésain pour la cathédrale, il prend part à un important programme de restauration conçu pour manifester le renouveau catholique du diocèse (clocher de Saint-Michel, 1857-1869 ; façade de Sainte-Croix, 1859-1865).

En tant qu'architecte diocésain, Abadie est chargé notamment des cathédrales Saint-Pierre d'Angoulême (Charente) et Saint-Front de Périgueux (Dordogne). De 1849 à 1880, il réalise à la cathédrale Saint-Pierre, en phase avec une politique épiscopale active, un vaste programme permettant un retour à l'unité stylistique. De 1851 à 1883, Abadie restaure Saint-Front de Périgueux : d'une difficile reprise en sous-œuvre (bras sud, 1852-1854), le chantier évolue vite vers une reconstruction quasi totale, mettant en valeur l'archétype que l'architecte perçoit dans un édifice qui a alors valeur de mythe.

En même temps qu'il restaure, Abadie projette ou construit une cinquantaine de bâtiments. Ce sont principalement des églises, comme Saint-Martial d'Angoulême (1849-1856), Notre-Dame de Bergerac (Dordogne, 1851-1866), Saint-Ausone d'Angoulême (1856-1868), Sainte-Marie de Bordeaux (1860-1886), Saint-Ferdinand de Bordeaux (1862-1867) ou le Sacré-Cœur d'Agen (Lot-et-Garonne, à partir de 1876) ; mais aussi des habitations (maison urbaine à Angoulême, rue Paul-Abadie, avant 1856), des tombeaux et plusieurs édifices publics civils. Le plus important de ces derniers est l'hôtel de ville d'Angoulême (1854-1869) qui inclut des vestiges de l'ancien château comtal (xiiie-xve siècle) et qui se réfère aux hôtels de ville des communes médiévales.

En 1874, Abadie remporte le concours pour le Sacré-Cœur de Montmartre à Paris, église dont la construction devait répondre à un vœu émis au moment de la défaite de 1870-1871. Les travaux commencent en 1875 mais la basilique ne sera consacrée qu'en 1919, bien après la mort de l'architecte. Repris par les architectes qui se succèdent sur le chantier (H. Daumet, C.-J. Laisné, H.-P.-M. Rauline, L. Magne, L.-J. Hulot), le projet initial subit des modifications plus ou moins importantes. L'édifice n'en reste pas moins un aboutissement des recherches menées par Abadie à partir de modèles romans en même temps qu'un prolongement de celles que [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : architecte, ingénieur d'études au service régional d'Aquitaine de l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANGOULÊME, histoire de l'art

    • Écrit par Pierre DUBOURG-NOVES
    • 920 mots
    • 1 média

    Angoulême, érigée en civitas à la fin du iiie siècle ou au début du ive, conserve de cette époque les restes d'un soubassement de rempart aux parements en gros appareil régulier. Le blocage intérieur, constitué de vestiges de monuments (colonnes, blocs sculptés, inscriptions...),...

  • HISTORICISME, art

    • Écrit par Hubert DAMISCH
    • 4 661 mots
    • 8 médias
    ...temps de modèles de seconde main (nombre des palais « romains » de New York sont imités des planches de Letarouilly). Plus subtilement, le même Paul Abadie (1812-1884), qui porte la responsabilité du Sacré-Cœur de Montmartre, aura tenté de justifier archéologiquement son entreprise en restaurant...

Voir aussi