Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HENNEBIQUE FRANÇOIS (1842-1921)

Pont Camille-de-Hogues, Vienne (France) - crédits : joelchampeaux-photo.fr

Pont Camille-de-Hogues, Vienne (France)

Au début des années 1890, le Français François Hennebique fonda la première grande firme internationale de béton armé, qui réussit à imposer le nouveau matériau sur le marché de la construction et des ouvrages d'art. Soignant particulièrement la renommée de son entreprise et la diffusion de son procédé technique, il attacha son nom à l'émergence d'un nouvel art de bâtir, au point d'éclipser parfois ses devanciers et ses concurrents.

Né à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) en 1842, François Hennebique est mort à Paris en 1921. Chef de chantier autodidacte, il s'installe à Bruxelles vers 1880, où il propose une solution mixte de construction alliant des pièces de fer autonomes et du béton. Ses idées évoluent alors vers la réalisation de structures continues en utilisant exclusivement le béton armé. Il développe en particulier un plancher incombustible. Son système procède par éléments aux fonctions bien identifiées : piles porteuses, poutres en T, dalles, etc. Tous en béton armés, ils appartiennent cependant à la même structure qui doit tendre à un ensemble monolithe, afin d'en assurer la cohérence et une meilleure résistance aux efforts. L'étrier de fer, une pièce maîtresse de liaison entre les éléments de la construction, devient l'une des clefs du procédé Hennebique, objet de brevet et bientôt symbole de la firme.

Au début des années 1890, l'ensemble forme un système global de construction en béton armé adaptable à de multiples situations : bâtiments industriels, ouvrages d'art, immeubles, villas, citernes, et même un palais de style hindou à Héliopolis en Égypte ! Outre la possibilité de répondre à des nécessités pratiques et architecturales très diverses, l'intérêt de la méthode Hennebique réside dans une mise en œuvre relativement facile, ne nécessitant pas de qualification particulière pour les ouvriers des chantiers. Enfin, les délais de construction sont relativement brefs et les coûts bien maîtrisés.

En 1892-1893, Hennebique dépose ses brevets en France et installe sa firme à Paris : il construit les premiers immeubles en béton armé de Paris et de sa banlieue (le siège de la firme, au 1, rue Danton, à Paris, et une villa à Bourg-la-Reine, par exemple). Dès 1894-1896, plusieurs grandes réalisations l'imposent au premier rang des promoteurs de la construction en béton armé, notamment ses bâtiments industriels : la raffinerie de sucre Bernard et la filature Barrois à Lille, la minoterie des Grands Moulins à Nantes, une usine de Saint-Ouen, etc. Hennebique allie à ses idées techniques des préoccupations architecturales comme l'éclairage des ateliers par les toitures, ou la construction de villas et d'immeubles originaux qui forment autant de déclinaisons différentes de son procédé.

L'Exposition universelle de 1900 le consacre comme le plus important entrepreneur de travaux publics en béton armé. Quelques années plus tard, au plus fort de ses réalisations, le groupe Hennebique représente environ 20 p. 100 du marché mondial. La construction du pont du Risorgimento, sur le Tibre, à Rome (1911), marque l'apogée technique de la firme. Bâti sur un sol difficile, cet ouvrage particulièrement hardi est formé d'une voûte unique fortement surbaissée, de 100 mètres de portée. Elle établit un nouveau record mondial pour une arche de béton, en atteignant une valeur symbolique. Suivant le principe du monolithe, les culées et l'arche ne forment qu'un seul bloc.

Outre son originalité technique, la réussite de la firme Hennebique repose sur une diffusion rapide et organisée de son procédé. Elle s'attache très tôt les services d'agents étrangers qui eux-mêmes sont incités à créer des bureaux d'études locaux et à démarcher des entrepreneurs concessionnaires, que l'on chargera de la réalisation des chantiers. Ce système contractuel[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Nantes

Classification

Pour citer cet article

Michel COTTE. HENNEBIQUE FRANÇOIS (1842-1921) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Pont Camille-de-Hogues, Vienne (France) - crédits : joelchampeaux-photo.fr

Pont Camille-de-Hogues, Vienne (France)

Autres références

  • ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Béton

    • Écrit par
    • 3 200 mots
    • 4 médias
    En 1900, le premier immeuble en béton armé est édifié à Paris, 1, rue Danton, par François Hennebique. Dès lors, les brevets se succèdent rapidement : Monier met au point successivement une poutre, un escalier, un réservoir en béton armé ; Edmond Coignet, la préfabrication ; François Hennebique,...
  • ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

    • Écrit par
    • 5 277 mots
    • 2 médias
    ...Saint-Jean de Montmartre – avant que l'abbé Sobaux ne lui préfère Baudot – avait présenté pour sa part un projet d'inspiration Renaissance, utilisant le système breveté en 1892 par l'entrepreneur François Hennebique, un système d'étriers qui maintiennent les tiges de fer coulées dans le béton. Cet...
  • INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

    • Écrit par et
    • 4 855 mots
    • 3 médias
    C'est le Français F. Hennebique qui introduit le béton dans l'usine (filature Charles VI à Tourcoing, 1895 ; filature Barrois à Lille, 1896 ; minoterie de Swansea, Grande-Bretagne, 1897). En 1903, Albert Kahn construit la première usine américaine en béton et acier pour la jeune firme...
  • PONTS

    • Écrit par
    • 12 284 mots
    • 19 médias
    ...fleurs en ciment armé de fers ronds (1867), puis a déposé des brevets pour des tuyaux, des ponts, des passerelles (1873) et des poutres (1878). Le Français François Hennebique construit les premiers grands ouvrages : les premières dalles en béton armé en 1880, le premier grand pont en béton armé à Châtellerault...