e-XXe s.)" />

NOBLESSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toutes les sociétés traditionnelles, quelque niveau de civilisation qu'elles aient atteint, ont possédé leur noblesse. Mais le mot recouvre des réalités si diverses – dans le temps comme dans l'espace – qu'il n'est guère possible d'en donner une commune définition. De plus, les noblesses sont mal connues. Autant les aristocraties, qui en sont le « couronnement », ont suscité d'études – souvent fort anecdotiques – autant sont rares les recherches historiques ou sociologiques de valeur. Ce paradoxe, signalé dès 1936 par Marc Bloch, n'est pas le moindre d'une connaissance historique en pleine réévaluation. La lacune est d'autant plus surprenante que nombre de noblesses survivent, et jouent encore leur rôle dans les sociétés contemporaines. Les idéaux nobiliaires, qui ont servi des siècles durant de modèles suprêmes, marquent encore une partie des idéologies actuelles. Cette méconnaissance est liée à l'hostilité suscitée dans certains pays par ce groupe numériquement peu nombreux (en règle générale moins de 2 à 3 p. 100 de la population totale). La haine a atteint son paroxysme pendant la Révolution française de 1789 et s'est prolongée à travers tout le xixe siècle, suscitant attaques, apologies et caricatures. Il nous semble donc vain de vouloir, à l'heure actuelle, dresser un tableau comparatif des divers types de noblesse de l'histoire humaine, depuis les « biens-nés » des sociétés primitives, les Eupatrides de la Grèce antique, les samouraïs du Japon, et les noblesses européennes. Pareille entreprise serait prématurée, et, de ce fait, devrait se borner à des considérations d'un tel niveau de généralité qu'elles en perdraient beaucoup de leur intérêt. La noblesse est, sans doute, « l'une des formes et l'un des symboles de la vanité universelle » (P. Goubert). On s'en tiendra cependant ici au survol, forcément sommaire, des noblesses d'Europe occidentale depuis la fin de l'Antiquité jusqu'à nos jours.

Ce choix est d'ailleurs justifié par l'histoire linguistique. Le mot noble apparaît dans la langue « française » au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  NOBLESSE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les milieux sociaux »  : […] La Première Guerre mondiale et la défaite de l'Allemagne n'ont pas eu les conséquences sociales qu'on aurait pu attendre des crises qui l'ont secouée de 1918 à 1923 . Le mouvement spartakiste n'a pas réussi à instaurer la dictature du prolétariat. Les membres des corps francs qui s'étaient battus en Allemagne et dans les pays baltes – ceux qu'Ernst von Salomon a appelés die Geächteten (les hors-l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_3849

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réaction nobiliaire »  : […] Le problème de la réaction dite nobiliaire est plus complexe. Dans son essence, elle est dirigée avant tout contre la « nouvelle noblesse » et les moyens d'anoblissement. Il convient d'abord de se méfier de la littérature antinobiliaire, dont on connaît les chefs-d'œuvre : Satire V de Boileau (1665), Monsieur de Pourceaugnac (1669) et Le Bourgois gentilhomme (1671) de Molière. C'est une littératu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ancien-regime/#i_3849

ARMES, héraldique

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 014 mots

Le droit aux armes (composition dans un écu) et aux armoiries (l'écu plus ses ornements extérieurs) s'est progressivement dégagé au cours des siècles dans les diverses nations de l'Occident chrétien, mais de façon, parfois assez dissemblables. Prises par les chevaliers qui les arboraient sur écus et bannières (pour beaucoup d'armes, l'étoffe d'une bannière est visiblement antérieure à l'écu), cott […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armes-heraldique/#i_3849

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Rôle politique de la noblesse »  : […] Aussi doit-on, à notre avis, nuancer les termes d'absolutisme et de centralisation employés très souvent pour caractériser la monarchie autrichienne. Ce fut peut-être l'idéal vers lequel tendirent Ferdinand I er , au xvi e siècle, et Joseph II, dans la seconde moitié du xviii e siècle. Il faut bien avouer que ni l'un ni l'autre n'ont réussi à vaincre l'opposition des différentes noblesses local […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_3849

BOULAINVILLIERS HENRI comte de (1658-1722)

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 336 mots

Après une courte carrière militaire, Henri de Boulainvilliers se retire dans sa propriété de Normandie. Peu fortuné, il y mène une vie campagnarde ; cela ne l'empêche pas d'être en relation avec les ducs de Saint-Simon et de Noailles, entre autres, et surtout de s'adonner à des travaux d'histoire. Il participe au mouvement d'idées qui marque la fin du règne de Louis XIV et les expériences politiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-boulainvilliers/#i_3849

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 671 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La province et le royaume »  : […] L'histoire politique de la province est dominée par les états de Bretagne, c'est-à-dire par la noblesse. Sa situation est, en effet, très particulière. L'union, définitivement consacrée par l'Acte de 1532, fait du roi de France l'héritier des ducs. Le sommet de la pyramide sociale et politique reste donc vacant jusqu'à l'installation, tardive, de l'intendance (1688). Il est vrai qu'au xvii e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bretagne/#i_3849

CHALAIS HENRI DE TALLEYRAND comte de (1599-1626)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 240 mots

Issu d'une très noble famille, Henri de Talleyrand est le représentant type de cette noblesse de cour de la première moitié du xvii e siècle, aimant le duel, agitée et brouillonne, qui souffre d'avoir été écartée des responsabilités du pouvoir. Habituée à la liberté politique qu'elle avait eu l'occasion d'exercer lors des guerres de Religion, elle s'est mal adaptée à l'autorité de Henri IV. La je […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-chalais/#i_3849

CHEVALERIE

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 2 491 mots

Dans le chapitre « Dans la société médiévale »  : […] Hors de France, les chevaliers demeurèrent longtemps en position subordonnée à l'égard des couches supérieures de l'aristocratie. Ainsi, dans les territoires soumis au roi de Germanie, la chevalerie formait, encore au début du xiii e  siècle, un « état » nettement distinct de la noblesse. Le souverain et les princes recrutaient volontiers leurs auxiliaires militaires parmi leurs dépendants les pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevalerie/#i_3849

CI-DEVANT

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 517 mots

L'expression de ci-devant se dit fréquemment au xvii e et au xviii e siècle des personnes et des choses dépossédées de leur état ou de leur qualité. Le terme en vint à désigner pendant la Révolution les anciens nobles. Si Chateaubriand a pu dire que « les plus grands coups portés à l'antique constitution de l'État le furent par des gentilshommes ; les patriciens commencèrent la Révolution », la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ci-devant/#i_3849

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Une classe mobilisée  »  : […] « S'il existe encore une classe, notent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dans Sociologie de la bourgeoisie , c'est bien la bourgeoisie », groupe apparemment composite où coexistent noblesse fortunée et familles bourgeoises, industriels, hommes d'affaires, banquiers, propriétaires terriens, hauts fonctionnaires, membres de l'Institut et généraux, mais conscient de ses limites et de ses inté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-classe-dominante/#i_3849

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire. 17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens. 15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII. 20 mai 1802 Rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises. 1804 Promulgation du Code civil (21 mars), rebaptisé en 1807 Code Napol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat-et-empire-reperes-chronologiques/#i_3849

DÉROGEANCE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 479 mots

Perte de la qualité qui fait le noble, et donc retour à l'état de roture. La perte de la noblesse et des privilèges qui y étaient attachés venait essentiellement de la non-observance du genre de vie noble convenant à la dignité de cet ordre. En France, il est interdit au noble d'Ancien Régime de se livrer au commerce — le maniement de l'argent est avilissant — ou d'exercer un métier manuel, partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derogeance/#i_3849

ÉMIGRATION (1789-1814)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 1 258 mots

Mesure de sûreté pour quelques personnages voués à la vindicte populaire après les troubles de juillet 1789 qu'ils ont vainement tenté de réprimer, l'émigration apparaît vite comme une révolte contre la Révolution. Le comte d'Artois, frère cadet du roi, le prince de Condé et sa famille, ainsi que nombre de grands seigneurs hostiles au nouvel ordre des choses, dans lequel ils n'ont plus de place ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emigration-1789-1814/#i_3849

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une société fortement hiérarchisée »  : […] La structure de la société espagnole s'explique par la Reconquête. Dans le royaume de Castille, c'est dans la moitié nord que cette société était le mieux équilibrée, le nombre des paysans propriétaires étant assez élevé. Au contraire, dans le sud (Nouvelle-Castille, Andalousie), les terres conquises sur les musulmans furent réparties en grands domaines et les paysans furent réduits à l'état de j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_3849

GENTRY

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 407 mots

C'est au xvi e siècle en Angleterre que le terme de gentry en vient à désigner officiellement un ordre. Au Moyen Âge, la distinction fondamentale passe entre les nobiles et les ignobiles  ; le terme de gentleman recouvre celui de nobilis . La séparation du peerage et de la gentry , des noblemen et des gentlemen correspond à l'ascension des parvenus dans la noblesse et aussi, semble-t-il, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gentry/#i_3849

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Renaissance de la noblesse en Europe méditerranéenne et orientale »  : […] Le xv e  siècle avait été le triomphe des États-villes d' Italie. Le xvi e  siècle, par le triomphe initial des empires « personnels », puis des États moyens de l'Occident, signifie leur déclin. Que le pouvoir s'affaiblisse, ou qu'il soit lointain, et elles reprennent leur rôle : États-villes barbaresques, Malte, villes mi-commerçantes, mi-pirates de l'Ouest atlantique. Par-delà ces exemples parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_3849

HÉRALDIQUE

  • Écrit par 
  • Michel PASTOUREAU
  •  • 6 532 mots

L'héraldique est la science historique qui a pour objet l'étude des armoiries. C'est une discipline méconnue qui a longtemps eu mauvaise réputation, notamment en France. À cela de multiples raisons, dont la principale se trouve sans doute dans la confusion trop souvent faite entre noblesse et port d'armoiries. Le grand public croit que les armoiries ont toujours été des marques de noblesse et que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heraldique/#i_3849

HONNEUR

  • Écrit par 
  • Marie-France MURAWA-WULFING
  •  • 2 340 mots

Dans le chapitre « Un miroir social »  : […] Parce que l'honneur est le miroir de la société, et un miroir embellissant, l'honneur est un concept qui varie selon les temps, selon les lieux, selon les personnes. Le comportement d'honneur n'est pas le même pour l'homme et pour la femme. À l'un les actions viriles, la bravoure, le courage. À l'autre la pureté sexuelle, la chasteté, la modestie ; les joues qui s'empourprent prouvent la niaiserie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honneur/#i_3849

LA ROQUE GILLES ANDRÉ DE (1597-1686)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 356 mots

Destiné à l'état ecclésiastique, Gilles André de La Roque obtint une dispense de Rome pour se marier, mais il revint au célibat en payant une pension considérable à sa femme afin qu'elle acceptât de vivre loin de lui. Il entreprit alors l'histoire généalogique de la Normandie. Il racontait partout avec délectation les anecdotes qu'il glanait dans les archives des châteaux. Il mourut en 1686 en lai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-andre-de-la-roque/#i_3849

LOYSEAU CHARLES (1566-1627)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 664 mots

Petit-fils d'un laboureur assez fortuné pour pouvoir acheter à son fils une charge d'avocat, Charles Loyseau fait à Paris, sa ville natale, des études de droit qui lui ouvriront les offices de judicature. Lieutenant de bailliage, puis bailli, il fait une honorable carrière dans la magistrature de province, avant de revenir à Paris, où il termine ses jours comme bâtonnier de l'ordre des avocats. C' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-loyseau/#i_3849

MONTMORENCY LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 457 mots

Peut-être la plus illustre famille française après la maison royale, les Montmorency sont des seigneurs d'Île-de-France proches du roi dès le x e siècle et ils étaient, à cette époque, descendants de Charlemagne par les femmes. Nombreuses sont les branches de cette famille, l'une étant celle des seigneurs de Montlhéry avec ses sénéchaux de France et ses alliances avec la famille royale. Le chef d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-montmorency/#i_3849

NOTABLES

  • Écrit par 
  • Christophe CHARLE
  •  • 2 364 mots

Dans l'histoire de la France contemporaine, le terme notables désigne un groupe social et politique qui a dominé la société depuis les lendemains de la Révolution française jusqu'aux années 1880. Détenteurs d'importants capitaux fonciers soit par héritage (comme la noblesse traditionnelle), soit par investissement préférentiel (quand il s'agit de bourgeois enrichis dans le négoce et l'industrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notables/#i_3849

ORDRES DANS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Pierre LEGENDRE
  •  • 1 065 mots

Les trois ordres, ou états selon la formule médiévale (clergé, noblesse, tiers état), abolis par la Révolution dès 1789, représentaient une classification idéale des rapports socio-politiques, traditionnelle en Europe depuis la stabilisation du régime féodal ( xii e - xiii e s.). Cette répartition juridique en trois groupes, parfois rattachée à la transmission d'un symbolisme ésotérique, organisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-dans-l-ancien-regime/#i_3849

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 233 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Recul économique, social et culturel »  : […] En un siècle et demi, la Pologne connaît une régression qui n'est pas due seulement aux désastres de la guerre et qui est un phénomène unique en Europe. Son régime y est d'ailleurs pris comme symbole de l'impuissance, surtout avec l'application systématique (à partir de 1652) du liberum veto , grâce auquel un opposant peut non seulement faire échouer tout projet de loi, mais aussi « rompre la Dièt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_3849

PRAGUERIE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 362 mots

Révolte féodale menée contre Charles VII par quelques princes, comme les ducs Charles I er de Bourbon, Jean II d'Alençon, Jean V de Bretagne, le roi René d'Anjou, comte de Provence, Jean IV d'Armagnac et Jean de Dunois. La petite et la moyenne noblesse soutinrent le mouvement, soucieuses de défendre leurs prérogatives contre les empiétements des officiers royaux et, pour cette raison, inquiètes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/praguerie/#i_3849

RÉACTION ARISTOCRATIQUE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 856 mots

Nom qui désigne la réaction des privilégiés au cours du xviii e siècle contre l'ordre politique et social établi par Louis XIV. La réaction aristocratique comprend une réaction proprement nobiliaire, venue de ceux qu'on appelle des gentilshommes, une autre du clergé et, enfin, celle des parlementaires et de la noblesse de robe en général. Chacun de ces groupes veut conserver ou rétablir ce qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-aristocratique/#i_3849

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La noblesse »  : […] Plutôt que de la noblesse, il conviendrait de parler des noblesses, d'Ancien Régime et d'Empire, bien que la Charte ait essayé de les fondre en un seul corps. L'institution de la Chambre des pairs semblait devoir donner aux membres les plus distingués de ce groupe un rôle important dans la vie du pays : il n'en fut rien. Faute de pouvoir trouver dans la haute noblesse, malgré de brillantes except […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_3849

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un bilan complexe »  : […] Le pays sort transformé de la Révolution ; la brutalité des mutations et le brassage des populations ont cimenté son unité autour des idées politiques, des symboles et des souvenirs qui créent les conditions de la vie française du siècle suivant. L'hémorragie résultant des tueries, des émigrations et des guerres paraît compensée par le maintien de la croissance démographique après 1795 – sauf dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_3849

RICHELIEU ARMAND JEAN DU PLESSIS cardinal duc de (1585-1642)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 3 033 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Restaurateur de l'autorité royale »  : […] Dans le Testament politique , qui provient au moins de la chancellerie du cardinal et en reflète fidèlement l'esprit, on trouve, après une juste description de l'anarchie du royaume à la date de 1624, un programme de redressement fortement défini : ruiner le parti huguenot, rabaisser l'orgueil des grands, réduire tous les sujets en leur devoir et relever le nom du roi dans les nations étrangères a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-jean-du-richelieu/#i_3849

ROCHECHOUART LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 375 mots

La plus ancienne de France après la maison royale, la famille de Rochechouart remonte à Hildebert, fidèle de Charles II le Chauve en 876, auteur des vicomtes de Limoges dont un cadet, Aimeric Ostefranc (980-1018), est l'ancêtre des seigneurs et vicomtes de Rochechouart, dans l'actuel département de la Haute-Vienne ; cette terre passa, par extinction de la branche aînée et par mariage, dans une aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rochechouart/#i_3849

ROHAN LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 476 mots

Illustre maison bretonne et française issue des vicomtes de Porhoët, dont la filiation remonte aux environs de 1008, donc proches parents des comtes de Rennes issus des « rois » de Bretagne. Les vicomtes de Rohan s'allièrent plus d'une fois à la famille ducale bretonne, la dernière fois en 1407, portant leur puissance au pinacle. La vicomté de Rohan comportait près de cent paroisses au xvi e sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rohan/#i_3849

SAINT-SIMON LOUIS DE ROUVROY, duc de (1675-1755)

  • Écrit par 
  • Dirk VAN DER CRUYSSE
  •  • 3 260 mots

Dans le chapitre « À l'ombre de la royauté »  : […] Fils d'un favori de Louis XIII qui ne fut pas trop délicat dans le choix des moyens de parvenir, le duc de Saint-Simon hérite d'une admiration aveugle pour le roi qui fit Claude de Rouvroy premier duc de Saint-Simon et pair de France. L' Inventaire des titres et papiers du trésor de Claude, duc de Saint-Simon (1686), redécouvert, permet de mesurer l'ampleur des dignités et des biens qu'amassa le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-saint-simon/#i_3849

SÉGUR HENRI PHILIPPE (1724-1801) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 272 mots

Le marquis de Ségur n'est pas passé à la postérité pour sa participation aux guerres de Succession d'Autriche, de Sept Ans ou de l'Indépendance américaine (qu'il fit aux côtés de La Fayette et de Noailles). Mais, ministre de la Guerre de 1780 à 1787, il signe l'édit du 28 mai 1781, qui exige de tout candidat à l'état d'officier qu'il fasse preuve de quatre quartiers de noblesse. C'est l'accès de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-philippe-segur/#i_3849

LA SOCIÉTÉ DE COUR, Norbert Elias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonin COHEN
  •  • 1 066 mots

Dans le chapitre « La structure de l'habitat et le système des dépenses »  : […] C'est en étudiant l'habitat de la noblesse d'Ancien Régime que Norbert Elias entend retrouver la structure des « relations sociales caractéristiques de la société de cour » (chapitre 1). Toute la « maison » est en effet organisée autour d'une « grande cour carrée » suivant une séparation stricte entre les « locaux destinés aux activités de service », d'une part, et les « appartements privés » et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-societe-de-cour/#i_3849

SOUBISE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 133 mots

Branche cadette de la maison de Rohan dont le chef est seigneur de Soubise en Saintonge par mariage (1663), puis prince de Soubise par érection du fief en principauté (lettres patentes de 1667). Le premier prince fait bâtir à Paris l'hôtel de Soubise (maintenant Archives nationales) ; il a un fils cardinal, prince-évêque de Strasbourg, et un autre que le roi fait duc de Rohan-Rohan en érigeant Fro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-soubise/#i_3849

SQUIRE

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 329 mots

Nom donné de plus en plus fréquemment, à partir du xviii e siècle, aux membres de la gentry anglaise. Le squire est un notable qui domine la vie paroissiale grâce à sa richesse de propriétaire foncier, à son éducation, à l'ancienneté au moins relative de sa famille, au souci qu'il a de la conscience religieuse de ses tenanciers, et au droit de patronage qu'il possède lors de la vacance du bénéfic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/squire/#i_3849

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'accession à la puissance »  : […] Le Danemark, exploitant le monopole du Sund, a voulu interdire à la Suède un accès à la mer libre par Gefle et Göteborg. Christian IV doit abandonner ses projets contre la Suède (1613). À la Russie en proie aux Troubles, Gustave II Adolphe (1611-1632) impose la paix de Stolbova (1617), qui fait du golfe de Finlande une mer suédoise, privant les Moscovites de leur débouché sur la Baltique. À la Po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_3849

TRIANGLE D'OR (Paris)

  • Écrit par 
  • Michel PINÇON, 
  • Monique PINÇON-CHARLOT
  •  • 2 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'avenue Montaigne ou l'apogée de la griffe spatiale »  : […] Des familles bourgeoises vivaient encore récemment dans cette avenue dont quelques-unes dans des immeubles familiaux. Mais cette artère est aujourd'hui connue dans le monde entier pour ses commerces de luxe : Dior, qui fut le premier à s'y installer en 1947, Nina Ricci, Jean-Louis Scherrer, les briquets Dupont ou les sacs Vuitton. J.-L. Scherrer venait de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, pourtan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/triangle-d-or/#i_3849

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean MEYER, « NOBLESSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noblesse/