Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NOBLESSE

Toutes les sociétés traditionnelles, quelque niveau de civilisation qu'elles aient atteint, ont possédé leur noblesse. Mais le mot recouvre des réalités si diverses – dans le temps comme dans l'espace – qu'il n'est guère possible d'en donner une commune définition. De plus, les noblesses sont mal connues. Autant les aristocraties, qui en sont le « couronnement », ont suscité d'études – souvent fort anecdotiques – autant sont rares les recherches historiques ou sociologiques de valeur. Ce paradoxe, signalé dès 1936 par Marc Bloch, n'est pas le moindre d'une connaissance historique en pleine réévaluation. La lacune est d'autant plus surprenante que nombre de noblesses survivent, et jouent encore leur rôle dans les sociétés contemporaines. Les idéaux nobiliaires, qui ont servi des siècles durant de modèles suprêmes, marquent encore une partie des idéologies actuelles. Cette méconnaissance est liée à l'hostilité suscitée dans certains pays par ce groupe numériquement peu nombreux (en règle générale moins de 2 à 3 p. 100 de la population totale). La haine a atteint son paroxysme pendant la Révolution française de 1789 et s'est prolongée à travers tout le xixe siècle, suscitant attaques, apologies et caricatures. Il nous semble donc vain de vouloir, à l'heure actuelle, dresser un tableau comparatif des divers types de noblesse de l'histoire humaine, depuis les « biens-nés » des sociétés primitives, les Eupatrides de la Grèce antique, les samouraïs du Japon, et les noblesses européennes. Pareille entreprise serait prématurée, et, de ce fait, devrait se borner à des considérations d'un tel niveau de généralité qu'elles en perdraient beaucoup de leur intérêt. La noblesse est, sans doute, « l'une des formes et l'un des symboles de la vanité universelle » (P. Goubert). On s'en tiendra cependant ici au survol, forcément sommaire, des noblesses d' Europe occidentale depuis la fin de l'Antiquité jusqu'à nos jours.

Ce choix est d'ailleurs justifié par l'histoire linguistique. Le mot noble apparaît dans la langue « française » au xie siècle dans la Vie de saint Alexis. Dérivé du latin (nobilis, signifiant d'abord connu), c'est une création médiévale issue d'un surgeon bas-latin. Mais le fait a précédé l'apparition du terme.

L'origine : un débat d'historiens (XVIIIe-XXe s.)

Origines et justification de l'existence de la noblesse sont deux aspects d'une même question âprement débattue, entre autres au cours du grand débat idéologique du xviiie siècle. Conflits sociaux du xixe siècle, antagonismes nationaux (franco-allemand surtout) en ont avivé la virulence. Naissance, richesse, mérite : tels sont les trois termes du débat posé devant l'opinion publique, dans la période prérévolutionnaire. Mais le xviiie siècle n'a fait que développer une critique antérieure, parfois stéréotypée au point d'emprunter argumentations et expressions aux écrivains satiriques latins du Haut-Empire. Cette critique porte sur deux aspects inséparables : l'origine et l'idéologie de la noblesse. Les thèmes antagonistes sont faciles à identifier. À l'affirmation de Molière : « Non, non, la naissance n'est rien où la vertu n'est pas » (Dom Juan, IV, 4) s'oppose l'adage du Traité de la Noblesse (G. E. de La Roque, 1690) : « Il y a dans les semences je ne sçay quelle force, et je ne sçay quel principe qui transmet les inclinaisons des Pères à leurs descendants » – adage que Paul Valéry dans Mauvaises Pensées raccourcit d'une manière saisissante, dans la formule : « La noblesse est une propriété mystique de la liqueur séminale. » Le deuxième élément de la controverse porte sur l'utilité sociale. De La Roque débute certes l'introduction[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification

Pour citer cet article

Jean MEYER. NOBLESSE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par et
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    Il y a en Allemagne deux noblesses. D'abord la vieille noblesse d'Empire – dans la mesure où elle a survécu aux guerres des xvie et xviie siècles. À cette catégorie appartiennent, d'une part les souverains d'États minuscules (Kleinstaaterei), représentés au collège des princes...
  • ANCIEN RÉGIME

    • Écrit par
    • 19 103 mots
    • 3 médias
    L'Ancien Régime est d'abord une société aristocratique, à l'intérieur de laquelle la noblesse, et surtout la haute noblesse, sans cesse mise en cause par les progrès de la monarchie absolue, reste cependant le pôle autour duquel tout tourne. Qu'on ne se laisse pas abuser, en effet, par les expressions...
  • ARMES, héraldique

    • Écrit par
    • 1 012 mots

    Le droit aux armes (composition dans un écu) et aux armoiries (l'écu plus ses ornements extérieurs) s'est progressivement dégagé au cours des siècles dans les diverses nations de l'Occident chrétien, mais de façon, parfois assez dissemblables. Prises par les chevaliers qui les arboraient sur écus...

  • AUTRICHE

    • Écrit par , , , , , et
    • 34 125 mots
    • 21 médias
    ...autrichienne. Ce fut peut-être l'idéal vers lequel tendirent Ferdinand Ier, au xvie siècle, et Joseph II, dans la seconde moitié du xviiie siècle. Il faut bien avouer que ni l'un ni l'autre n'ont réussi à vaincre l'opposition des différentes noblesses locales ; Metternich lui-même ne gouverna qu'avec...
  • Afficher les 39 références