ÉLOQUENCE, Grèce antique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ ve et surtout ~ ive s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique, de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes développent cet enseignement, définissant une discipline ingénieuse du langage ayant pour but de persuader. Après eux, l'éloquence est véritablement un nouveau genre littéraire.

Tous les orateurs dont les œuvres nous sont restées sont des Athéniens : outre que le tempérament de l'Athénien le porte à apprécier les beaux discours, le régime démocratique de cette cité, où la parole confère un pouvoir supérieur à celui des magistrats officiels, a contribué à cette éclosion d'orateurs. En effet, les discours politiques sont prononcés devant l'Assemblée du peuple qui se réunit quarante fois par an, sans compter les assemblées extraordinaires, et les orateurs experts qui parviennent à prendre de l'influence sur le peuple obtiennent alors un grand prestige. Les usages judiciaires favorisent également les progrès de l'éloquence : dans les procès civils, chaque partie soutient elle-même ses intérêts ; dans les autres, tout citoyen peut se porter accusateur, et l'accusé se défend lui-même, chacun parlant à la foule en un temps limité du haut de sa tribune. Aussi les professions de logographe (celui qui compose un discours pour le plaideur) et de synégore (qui prend la parole au tribunal après le plaideur) sont-elles en expansion. Quant à l'éloquence d'apparat, plus soignée et plus soucieuse encore d'esthétique pure, elle se développe dans les oraisons funèbres prononcées traditionnellement en l'honneur des soldats morts.

Les plus célèbres des orateurs attiques sont Andocide, Isée, Lysias, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉLOQUENCE, Grèce antique  » est également traité dans :

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une littérature engagée »  : […] Athènes reste donc le foyer le plus ardent de la vie de l'esprit, ce qui apparaît aussi dans sa riche littérature. La tragédie se meurt, mais on voit apparaître une nouvelle forme dramatique, la « comédie moyenne » avec une intrigue solide et des personnages mieux étudiés. La littérature est tout entière orientée vers l'action. L'éloquence devient le genre primordial : éloquence judiciaire des l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athenes/#i_2493

DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gilberte RONNET
  •  • 2 501 mots

Démosthène, en qui l'on s'accorde à reconnaître le plus grand orateur de l'Antiquité, n'a aucunement recherché cette gloire : nul n'a eu moins que lui le souci de l'art pour l'art ; l'éloquence n'était à ses yeux qu'un moyen d'action au service d'une politique, à laquelle il a consacré sa vie et pour laquelle il est mort. Contemporain de la conquête de la Grèce par le roi de Macédoine, il a lutté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demosthene/#i_2493

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

« Sublime » est d'abord un terme technique, emprunté par la théorie littéraire à la rhétorique, décalque du latin sublimis , qui traduit le grec hupsos  : « élevé », « en hauteur ». Il qualifie donc le « style élevé », celui de la grande éloquence, qui vise à provoquer l'admiration de l'auditeur, et à le transporter. Mais le propre de cette notion est que, dès l'Antiquité, elle paraît problémati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-litterature/#i_2493

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éloquence »  : […] Entre-temps, à la même époque que Thucydide et également sous l'influence de la sophistique, s'élabore la rhétorique qui, outre le rôle important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_2493

ISOCRATE (436-338 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 878 mots

Orateur grec, né dans le dème d'Erchia, dont le père, Théodoros, était un fabricant d'instruments de musique aisé. Isocrate reçoit l'enseignement des sophistes, en particulier de Prodicos, et il entendra aussi Socrate. Lorsque son père se trouve ruiné, après la guerre du Péloponnèse, Isocrate, se tourne vers l'éloquence : il suit en Thessalie les cours du vieux Gorgias, et, vers ~ 400, il se fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isocrate/#i_2493

LYSIAS (440 av. J.-C.?-? 380 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots

L'un des plus célèbres logographes grecs (ils composaient des discours professionnels, principalement à l'intention des avocats), dont le style simple et sans prétention a été le signal d'une réaction contre l'éloquence fleurie des tribunaux. Lysias réussissait particulièrement bien à adapter ses compositions au caractère de l'orateur. Si le ton de ses discours est généralement serein, il est capa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysias/#i_2493

ORATEURS ET HISTORIENS, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • François HARTOG
  •  • 2 587 mots

« Parce que nous [les humains] avons reçu le pouvoir de nous convaincre mutuellement et de faire apparaître clairement à nous-mêmes l'objet de nos décisions, non seulement nous nous sommes débarrassés de la vie sauvage, mais nous nous sommes réunis pour fonder des cités ; nous avons établi des lois ; nous avons découvert des arts [ technai ] » ( Nicoclès , 6). Ainsi débute cet éloge du langage ( l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orateurs-et-historiens-antiquite-greco-romaine/#i_2493

Pour citer l’article

Dominique RICHARD, « ÉLOQUENCE, Grèce antique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eloquence-grece-antique/