Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉLOQUENCE, Grèce antique

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ ve et surtout ~ ive s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique, de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes développent cet enseignement, définissant une discipline ingénieuse du langage ayant pour but de persuader. Après eux, l'éloquence est véritablement un nouveau genre littéraire.

Tous les orateurs dont les œuvres nous sont restées sont des Athéniens : outre que le tempérament de l'Athénien le porte à apprécier les beaux discours, le régime démocratique de cette cité, où la parole confère un pouvoir supérieur à celui des magistrats officiels, a contribué à cette éclosion d'orateurs. En effet, les discours politiques sont prononcés devant l'Assemblée du peuple qui se réunit quarante fois par an, sans compter les assemblées extraordinaires, et les orateurs experts qui parviennent à prendre de l'influence sur le peuple obtiennent alors un grand prestige. Les usages judiciaires favorisent également les progrès de l'éloquence : dans les procès civils, chaque partie soutient elle-même ses intérêts ; dans les autres, tout citoyen peut se porter accusateur, et l'accusé se défend lui-même, chacun parlant à la foule en un temps limité du haut de sa tribune. Aussi les professions de logographe (celui qui compose un discours pour le plaideur) et de synégore (qui prend la parole au tribunal après le plaideur) sont-elles en expansion. Quant à l'éloquence d'apparat, plus soignée et plus soucieuse encore d'esthétique pure, elle se développe dans les oraisons funèbres prononcées traditionnellement en l'honneur des soldats morts.

Les plus célèbres des orateurs attiques sont Andocide, Isée, Lysias, Isocrate, pour la période qui va de ~ 415 environ à ~ 360 ; puis, de ~ 360 à ~ 323, fleurit la génération des grands orateurs politiques : Démosthène, Eschine, Hypéride, Lycurgue...

Andocide (~ 440 env.-apr. ~ 391) n'est pas un orateur de profession. Ses discours lui sont imposés par les difficultés qu'il rencontre : compagnon de plaisir d'Alcibiade, compromis dans l'affaire des mystères d'Éleusis et dans celle de la mutilation des Hermès, il est d'abord emprisonné, puis, parce qu'il a dénoncé ses amis pour échapper à la mort, il s'exile de lui-même jusqu'à la chute des Trente. On connaît de lui trois discours : Sur le retour (~ 408), Sur la paix (~ 391), dont l'attribution est incertaine, et Sur les mystères (~ 399), discours prononcé pour se défendre après avoir été accusé d'impiété par un sycophante. Il est considéré comme un orateur de deuxième rang.

Isée, dont la carrière d'orateur s'étend de ~ 390 à ~ 350 environ, fut le maître de Démosthène. Tous les discours que nous possédons de lui ont trait à des affaires d'héritage. Il est remarquable par la netteté de son argumentation et la fermeté de son langage.

Lysias (~ 440 env.-env. ~ 380) est considéré comme le modèle de l'éloquence attique, sobre et nuancée. Initié à la rhétorique par des Siciliens, il exerce le métier de logographe avec succès, à son retour d'exil (il s'est enfui pour échapper aux persécutions des Trente tandis que son frère Polémarque a été mis à mort). Il a écrit plus de deux cents discours ; il nous en reste, intégralement ou par fragments, une trentaine. Il n'est intervenu personnellement en justice qu'une seule fois, avec son discours Contre Ératosthène, par lequel il réclame, pour venger son frère et malgré la loi d'amnistie, la condamnation pour homicide de l'un des ennemis de Polémarque.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ATHÈNES

    • Écrit par Guy BURGEL, Pierre LÉVÊQUE
    • 16 998 mots
    • 10 médias
    La littérature est tout entière orientée vers l'action. L'éloquence devient le genre primordial : éloquence judiciaire des logographes, ces « faiseurs de discours » qui vendent leurs plaidoyers, éloquence d'apparat avec Isocrate, éloquence politique avec Démosthène. Isocrate s'illustre...
  • DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

    • Écrit par Gilberte RONNET
    • 2 501 mots

    Démosthène, en qui l'on s'accorde à reconnaître le plus grand orateur de l'Antiquité, n'a aucunement recherché cette gloire : nul n'a eu moins que lui le souci de l'art pour l'art ; l'éloquence n'était à ses yeux qu'un moyen d'action au service d'une...

  • GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

    • Écrit par Joseph MOGENET, Jacqueline de ROMILLY
    • 8 259 mots
    • 2 médias
    ...important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'apparat s'emploient à chercher...
  • ISOCRATE (436-338 av. J.-C.)

    • Écrit par Dominique RICHARD
    • 876 mots

    Orateur grec, né dans le dème d'Erchia, dont le père, Théodoros, était un fabricant d'instruments de musique aisé. Isocrate reçoit l'enseignement des sophistes, en particulier de Prodicos, et il entendra aussi Socrate. Lorsque son père se trouve ruiné, après la guerre du Péloponnèse, Isocrate,...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi