LYSIAS (440 av. J.-C.?-? 380 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus célèbres logographes grecs (ils composaient des discours professionnels, principalement à l'intention des avocats), dont le style simple et sans prétention a été le signal d'une réaction contre l'éloquence fleurie des tribunaux. Lysias réussissait particulièrement bien à adapter ses compositions au caractère de l'orateur. Si le ton de ses discours est généralement serein, il est capable de faire montre de passion, comme le prouve, par exemple, son Contre Ératosthène, long discours dans lequel il dénonce l'un des Trente, responsable de la mort de son frère ainsi que du règne de terreur qui suivit la chute d'Athènes en ~ 404. La prose de Lysias, renommée pour son charme et pour sa limpidité, devint le modèle de la prose attique. Fils d'un Grec de la colonie sicilienne de Syracuse qui s'était établi à Athènes, Lysias avait étudié la rhétorique en Italie, mais il revint à Athènes en ~ 412. Il est possible qu'il y ait alors enseigné la rhétorique. En ~ 404, Lysias fut arrêté, mais il se réfugia à Mégare d'où il défendit la cause des démocrates athéniens exilés. Lorsque la démocratie fut rétablie à Athènes en ~ 403, Lysias y reçut le titre de citoyen et y résida désormais, écrivant des discours à l'intention des plaideurs.

Un grand nombre de discours furent attribués à Lysias ; il ne nous en reste que trente-cinq, dont certains incomplets, et quelques autres d'une authenticité douteuse, ainsi que divers fragments. Dans l'Olympiacus, qui aurait été prononcé par Lysias lui-même lors des jeux Olympiques de ~ 388, il appelait les Grecs à s'unir contre le tyran de Syracuse.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LYSIAS (440 av. J.-C.?-? 380 av. J.-C.)  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éloquence »  : […] Entre-temps, à la même époque que Thucydide et également sous l'influence de la sophistique, s'élabore la rhétorique qui, outre le rôle important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_2494

ÉLOQUENCE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 1 197 mots

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ v e et surtout ~ iv e  s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique , de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes dévelop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eloquence-grece-antique/#i_2494

Pour citer l’article

« LYSIAS (440 av. J.-C.?-? 380 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysias/