LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second semble reposer sur une forme de transparence de l'écrivain à l'égard de son destinataire. L'expression renvoie en outre à des textes de statuts différents : elle peut désigner des lettres authentiques finalement reçues comme œuvre par un public auquel elles ne sont pas destinées (c'est le cas exemplaire des lettres de Mme de Sévigné, dont un premier choix fut publié en 1725), ou bien une fiction qui aurait choisi de prendre l'apparence d'une correspondance (c'est le cas des Liaisons dangereuses, 1782, de Chaderlos de Laclos).

L'histoire de la littérature épistolaire est étroitement liée à la pratique réelle, historique et sociale, de la correspondance : son extension à l'époque moderne tient à la multiplication des moyens et des pratiques de la lettre, tant chez les érudits (à partir du xvie siècle) que chez les mondains (à partir du xviie siècle). Aussi la littérature épistolaire, jusqu'à cette époque, est-elle périphérique ; si la production de lettres philosophiques, comme les Lettres à Lucilius (62-65) de Sénèque, est abondante, la fiction en revanche connaît peu d'exemples d'emploi de cette forme. Ovide, dans ses Héroïdes (vers 25 av. J.-C.), en exploite les potentialités lyriques ; les Lettres d'Abélard et Héloïse (vers 1130), au Moyen Âge, témoignent de ce lien de l'épistolaire et du récit amoureux – encore s'agit-il d'une correspondance véritable.

L'épistolaire devient dans la république des Lettres un outil de réflexion. Il permet d'une part d'échanger des informations, d'autre part de défendre telle ou telle thèse : les lettres éloquentes et savantes, qui tirent leurs règles de la rhétorique antique, trouvent en Érasme un promoteur décidé. Étienne Pasquier, dans ses Lettres (1586), puis Jean-Louis Guez de Balzac (1624) font de l'épistolaire le lieu d'une forte invention rhétorique et stylistique. Mais c'est avec les Provinciales (1656-1657) de Blaise Pascal que la forme épistolaire joue de ses pouvoirs propres avec le plus d'efficacité. L'usage d'une situation fictive permet de faire de la question théologique un sujet public de débats, et le succès du texte montre que les avantages de naturel et de simplicité du genre peuvent plaire et convaincre. Cette dimension argumentative de la lettre se continue, du xviiie siècle jusqu'à l'époque contemporaine : les lettres philosophiques, pour Voltaire comme pour Diderot, ou les lettres ouvertes demeurent un moyen, en prenant l'opinion publique à témoin, et donc en l'impliquant dans le débat, de légitimer la position que le scripteur défend. Zola, pour intervenir dans l'affaire Dreyfus, choisit avec son célèbre J'accuse (janvier 1898) un tel procédé.

Mais la lettre peut aussi mettre ses effets propres de vraisemblance et de conviction au service de la fiction romanesque : c'est le cas dès lors que la pratique épistolaire est devenue suffisamment familière au public visé par cette fiction. Ainsi dans la seconde moitié du xviie siècle : le Roman des lettres (1667) de François Hédelin d'Aubignac, et surtout les Lettres portugaises (1669) imposent le genre. Ce dernier texte jouit d'un statut particulier : le public s'interrogea pendant trois siècles sur son auteur, et s'il est désormais attribué à un écrivain, Guilleragues, il dut aussi son succès à son authenticité supposée. Jean-Jacques Rousseau, dans La Nouvelle Héloïse (1761), Choderlos de Laclos, dans Les Liaisons dangereuses (1782), en Angleterre Samuel Richardson avec sa Pamela (1741), en Allemagne Johann Wolfgang von Goethe avec Les Souffrances du jeune Werther (1774) lient l'essor du roman à cette forme, parce qu'elle lui permet d'échapper au romanesque, devenu invraisemblable, des grandes œuvres baroques de la première moitié du siècle, comme l'Astrée d'Honoré d'Urfé (1607-1628) ; liée à un sujet amoureux et à une focalisation individuelle, elle est vraisemblable ; elle légitime le genre, en se donnant comme modèle de comportement social pour le public jeune et mondain qu'elle vise. La multiplication des secrétaires, c'est-à-dire des manuels de correspondance, témoigne de ce lien entre l'épistolaire et la nouvelle civilité de l'Europe moderne.

À mi-chemin de la lignée argumentative et de la lignée fictionnelle, Charles-Louis de Montesquieu conjoint dans les Lettres persanes (1721) récit exotique et satire de la société française. Le roman épistolaire est ainsi devenu un des principaux lieux de l'invention romanesque. Il connaît un succès moins large au cours du xixe siècle : le romantisme, en faisant du roman le genre littéraire par excellence, le dispense du modèle rhétorique qu'incarnait l'épistolaire. Ce sont alors les correspondances réelles qui vont peu à peu jouir de l'engouement du public, qui trouve son acmé au xxe siècle.

Le succès de la forme épistolaire tient sans doute aux forts effets de vraisemblance qu'elle permet : elle assume à elle seule la créance du lecteur, grâce à ses effets de double énonciation. Clarifiant immédiatement les raisons du texte, en précisant qui écrit, à qui, et pourquoi, elle rend son récit aisément recevable pour un lecteur à qui elle s'adresse aussi, ne serait-ce qu'implicitement, parce qu'elle dessine toujours une figure de destinataire. La forme épistolaire, en donnant à lire une communication différée et ses effets, articule l'absence et la présence propres à la communication littéraire elle-même : présence d'un texte qui indique une absence et sans cesse la reconduit.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE  » est également traité dans :

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

L'idée de littérature épistolaire a subi au xxe siècle une double restriction. D'une part, on a dénié à cette forme d'écriture la qualité d'« art », et G. Lanson a rejeté la notion de genre épistolaire hors du domaine littéraire ; aussi, dans l'inconscient culturel, réduit-on couramment la littérature épistolaire au roman par […] Lire la suite

AUGUSTIN saint (354-430)

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 8 944 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une personnalité attachante »  : […] À travers la trame des événements et l'importance d'une œuvre inégalée, nous saisissons bien l'homme que fut Augustin. Il s'est d'abord raconté, analysé avec un luxe de scrupules. Sa vie fut écrite par son disciple Possidius. Une très abondante correspondance (218 lettres conservées) non seulement avec des évêques comme Paulin de Nole, Aurelius de Carthage, mais avec des prêtres, des laïcs, des m […] Lire la suite

BALZAC JEAN-LOUIS GUEZ DE (1595 env.-1654)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 660 mots

Le maître de la littérature épistolaire et l'un des créateurs de la prose classique dans la première moitié du xvii e siècle. Balzac met d'abord sa plume au service du duc d'Épernon et tente de jouer lui-même un rôle politique. Ses ambitions sont vite déçues et, après un séjour à Rome, il se retire dans sa province natale, devenant (surtout à partir de 1628) « l'ermite de la Charente ». C'est com […] Lire la suite

CHAISSAC-DUBUFFET (expositions et livre)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 023 mots

Dans le chapitre « Des échanges épistolaires »  : […] Gaston Chaissac écrivait beaucoup. On lui répondait peu. Cependant, l’un de ses interlocuteurs, Jean Paulhan, – directeur de la Nouvelle Revue f rançaise  – joue les passeurs, et le met en contact en 1946 avec Jean Dubuffet, alors en quête d’un art hors normes, qu’il qualifiera d’« art brut ». Chaissac, qui se voit en « peintre rustique moderne », donne le coup d’envoi de l’échange en provoquant […] Lire la suite

CHARLOTTE-ÉLISABETH DE BAVIÈRE, princesse palatine (1652-1722)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 283 mots

Fille de Charles-Louis, Électeur palatin du Rhin, la princesse palatine Charlotte-Élisabeth de Bavière vint en France en 1672 pour épouser Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV et veuf d'Henriette d'Angleterre. Petite, mais grosse et même difforme à la suite d'une petite vérole mal soignée, elle était gaie, pétillante d'esprit et indépendante ; elle racontait volontiers des histoires de corps de […] Lire la suite

CHESTERFIELD PHILIP DORMER STANHOPE comte de (1694-1773)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 684 mots

Lord Chesterfield fut un homme considérable sous les règnes de George I er (1714-1727) et de George II (1727-1760). À peine majeur, peu après la mort de la reine Anne, le voici membre du Parlement, whig déterminé. Il devient l'ami des grands du monde littéraire, Pope, Swift, Addison, Arbuthnot, et avec eux contribue à donner du prestige à l'essai politique et littéraire qui est une des gloires mo […] Lire la suite

CORRESPONDANCE GÉNÉRALE, HECTOR BERLIOZ

  • Écrit par 
  • Jean PAVANS
  •  • 1 018 mots

Entreprise à l'occasion du centenaire de sa mort (survenue le 8 mars 1869), l'édition monumentale de la correspondance générale d'Hector Berlioz, établie sous la direction de Pierre Citron et publiée à partir de 1972 par Flammarion, à Paris, s'est achevée avec un huitième volume qui est paru un an avant le bicentenaire de sa naissance (le 11 décembre 1803). L'ensemble se compose de : Volume I : 1 […] Lire la suite

DEFFAND MARIE marquise du (1697-1780)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 590 mots

Sainte-Beuve ( Lundis I et XIV) et Gustave Lanson ( Choix de lettres du XVIII e siècle ) ont parlé admirablement de M me du Deffand. Ame d'une richesse exceptionnelle, elle offre une image exemplaire du sort de la femme sous l'Ancien Régime. Son œuvre tient dans sa correspondance et sa conversation : sûr moyen de parvenir à la postérité. Supérieurement intelligente, elle a su en toute circonsta […] Lire la suite

EMPFINDSAMKEIT, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 655 mots

L'Empfindsamkeit, la plus forte et la plus universelle des manifestations préromantiques, déferla d'Ouest en Est entre 1740 et 1790 sur toute l'Europe littéraire et artistique. La vague, partie de l'Angleterre, balaya devant elle le rationalisme tranquille de l'Aufklärung (les Lumières) pour le remplacer par l'inquiétante nostalgie de l'au-delà de la raison, où se trouvent rimes et sentiments. Un […] Lire la suite

ÉPÎTRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 478 mots

La définition courante, « lettre en vers », marque bien la distance qui s'est creusée entre le mot et ses dérivés, épistolaire et épistolier, liés habituellement à la lettre en prose. Les limites du genre n'en restent pas moins très flottantes. Le message confié à l'épître, qu'il soit fictif ou réel, peut aller de l'invitation à boire à la méditation abstruse. Les formes poétiques aptes à le recev […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain BRUNN, « LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire-notion-de/