Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRÉATION LITTÉRAIRE

Toutes les démarches de notre pensée occidentale et de nos analyses sont menacées, depuis des siècles, par la simplification dualiste des problèmes et par l'effort de réduction moniste des solutions. On commence – sinon depuis Aristote, du moins depuis la scolastique médiévale et particulièrement depuis Guillaume d'Auvergne – à poser A, puis B en tant que « non-A » ; dans un second temps on s'efforce d'expliquer A par B ou, réciproquement, B par A. Depuis le xviie siècle, dans le sillage du cartésianisme, et depuis la fin du xviiie siècle, dans la mouvance des « synthèses » des philosophies de l'histoire, on oppose l'ensemble « positif » des faits expérimentaux – ou du moins perceptifs – et des « données » événementielles, conceptualisées de façon simple sinon complète, à l'ensemble des impressions vagues et subjectives, à l'évanescence des thèmes du rêve, à celle des désirs de la psyché, des numinosités absurdes de l'archétype, etc.

Cette façon pernicieuse de penser a été cependant lentement remise en question par la révolution épistémologique qu'introduit dans les sciences de la matière le « nouvel esprit scientifique ». Cette révolution, qui met en accusation le dualisme et la réduction causaliste qui en découle, a pu être battue en brèche avec plus ou moins de netteté dans le domaine des sciences anthropologiques contemporaines. Il faut insister pourtant sur la fécondité, dans la science de la littérature, ou pour la simple critique littéraire, d'une remise en question de l'axiomatique dualiste. Car le dualisme et son réductionnisme afférent sévissent dans la critique littéraire, qui ne connaît trop souvent – et paradoxalement – que deux types d'analyse, excluant tous deux l'œuvre dans sa dimension créatrice. Le dualisme décompose l'œuvre littéraire selon le spectre de ses facteurs supposés : soit les facteurs psychologiques – « psychanalytiques » –, voire existentiels, soit les facteurs socio-historiques. L'explication d'une œuvre littéraire se réduit alors à la recherche de ses « causes » objectives (Lukács, Goldmann...) ou subjectives (Mauron, Baudouin, Doubrovsky...).

Spécificité de l'œuvre d'art

I1 faut affirmer d'entrée que là comme ailleurs – en physique, en biologie, en sociologie, en histoire – réside un troisième terme déterminant. Entre l'objectif et le subjectif chers à un certain dualisme existe un impératif, qui, pour n'être pas « catégorique », n'en fait pas moins nécessité. Entre le champ de l'objectivité des faits, des données, des événements sociaux et historiques et celui de la subjectivité d'ordre psychologique ou existentiel, le champ de l'œuvre scientifique, artistique ou littéraire, obéit à un impératif : non seulement surgit un « Fiat lux ! », mais la lumière ainsi créée – modèle mythique de toute création – est en elle-même un « fiat » : celui de tous les éclairages, de toutes les illuminations.

Insistons sur ce renversement de perspective heuristique qui est aussi un renversement des valeurs. Données sociales, héritages culturels, sédiments lexicaux, moments historiques, instances économiques ou politiques, « problèmes » psychologiques, situations psychanalytiques ou existentielles ne sont que des ingrédients, des ornements, des accessoires qui gravitent autour de l'impératif de l'œuvre. De cette primauté Miguel de Unamuno (La Vie de Don Quichotte et de Sancho Pança) avait une forte conscience, lorsqu'il assurait que l'immortel chef-d'œuvre de Cervantès passait de loin et Cervantès lui-même, et l'Espagne et le « moment » socio-historique qu'a si bien repéré Michel Foucault (Les Mots et les Choses). Ce qui se dresse impérativement, dans une[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Stendhal

Stendhal

Thomas Mann

Thomas Mann

William Faulkner

William Faulkner

Autres références

  • ART POUR L'ART

    • Écrit par Florence FILIPPI
    • 1 084 mots

    L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre...

  • ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

    • Écrit par Didier DELEULE
    • 3 634 mots
    ...plaisir en assistant au spectacle tragique ? C'est d'abord pour Freud un problème d'ars poetica et il s'en explique dans un article de 1908, « La Création littéraire et le rêve éveillé ». L'artiste est celui qui atténue le caractère égotique du rêve diurne au moyen de changements et de voiles...
  • ARTS POÉTIQUES, notion de

    • Écrit par Filippo D' ANGELO
    • 1 332 mots

    On désigne par l'expression « art poétique » les textes qui élaborent une doctrine à la fois descriptive et prescriptive de la création littéraire. L'adjectif « poétique » ne renvoie donc pas ici au genre de la poésie lyrique, comme sa signification courante pourrait le...

  • ARTS POÉTIQUES

    • Écrit par Alain MICHEL
    • 5 904 mots
    • 3 médias
    Dès lors, l'influence de Mallarmé va se diviser en deux courants. Le premier, qu'illustre Valéry, met dans la création poétique l'accent sur le rôle de l'« intellect ». L'auteur décrit les démarches de l'esprit dans leur spécificité artistique, en se référant à un des maîtres les plus profonds de...
  • Afficher les 24 références

Voir aussi