DIDACTIQUE POÉSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poésie qui dispense un enseignement (philosophique, moral, scientifique, technique, etc.) en le parant des agréments propres à la poésie. Le vers, de par ses vertus mnémoniques, a été utilisé dès les origines pour fixer une leçon (oracles, sentences...) ; aux débuts de la littérature grecque, il y a Homère sans doute, mais il y a aussi Hésiode, qui fait dire aux Muses : « Nous savons conter mille mensonges pareils aux réalités, mais nous savons aussi, lorsque nous le voulons, proclamer des vérités. » Les Travaux et les jours sont un manuel de technique agricole et de morale pratique, La Théogonie un rappel et une mise en ordre des croyances héréditaires. On trouvera encore chez les Grecs, outre les apologues d'Ésope qui se rattachent très nettement au genre didactique, une poésie gnomique (Solon), une poésie philosophique (Xénophane, Parménide, Empédocle), une poésie astronomique et météorologique (Les Phénomènes et Les Pronostics d'Aratos). Mais c'est la littérature latine qui a donné les grands chefs-d'œuvre de la poésie didactique : le De natura rerum de Lucrèce, exposé de la doctrine d'Épicure, les Géorgiques de Virgile, consacrées aux travaux des champs et destinées à encourager un retour à la terre, l'Art poétique d'Horace, L'Art d'aimer d'Ovide. On notera encore les Astronomiques de Manilius, les Jardins de Columelle, qui aura des imitateurs parmi les poètes néo-latins, et la poésie chrétienne de Commodien et de Prudence. Après les morceaux de poésie gnomique et technique du Moyen Âge, après les tentatives de quelques poètes de la Pléiade (L'Uranie, ensemble de pièces météorologiques et astrologiques ; La Savoye, poème scientifique, de Peletier du Mans ; Les Météores de Baïf), après les fables de La Fontaine (dans la mesure où elles contienn [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  DIDACTIQUE POÉSIE  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement de l'idéal courtois au XIIIe siècle »  : […] Les années 1170-1270 marquent un premier sommet de la littérature allemande. Cet épanouissement suivant de peu le développement historique (réussite politique des Hohenstaufen et fin des hésitations dynastiques pour un siècle) est dû à des influences venues de France. Les caractéristiques de ce temps sont le recul des œuvres religieuses, la vogue de l'épopée et de la poésie lyrique, l'importance d […] Lire la suite

ARATOS DE SOLES (315-245 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 181 mots

Poète grec alexandrin, surtout connu pour son poème didactique sur l'astronomie, Les Phénomènes , adaptation très fidèle d'un texte en prose d'Eudoxe de Cnide (~ 390 env.-env. ~ 340) ; le second livre de l'ouvrage, consacré à la météorologie et intitulé Pronostics , traite des signes annonciateurs du temps, et offre beaucoup de ressemblance avec le De signis tempestatum de Théophraste. Le poème d […] Lire la suite

CHANT, poésie

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 418 mots

Nom donné à chacune des divisions que comporte, suivant une tradition codifiée à l'époque alexandrine, un poème épique ou didactique. Les critiques alexandrins ont partagé chacune des deux épopées homériques en vingt-quatre « rhapsodies » qu'ils ont désignées par les vingt-quatre lettres de l'alphabet grec. Il est tentant de penser que ces unités en recouvrent d'autres plus anciennes : chaque chan […] Lire la suite

COLUMELLE, lat. LUCIUS JUNIUS MODERATUS CAIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 326 mots

Écrivain latin, Columelle fut contemporain des règnes de Claude et de Néron. Après avoir été tribun militaire dans la VI e légion, la « légion de fer », cet Espagnol se retire dans son pays, non loin de Gadès (Cadix), sur un vaste domaine où il se consacre à sa passion pour l'agronomie. Son œuvre littéraire est étroitement liée à cet amour pour la terre. Il écrit, en effet, un abrégé sur l'agricu […] Lire la suite

COMMODIANUS ou COMMODIEN DE GAZA (IIIe-IVe s.)

  • Écrit par 
  • Élizabeth BINE
  •  • 222 mots

La critique n'a pas réussi à déterminer avec certitude l'époque où a vécu Commodien de Gaza. La thèse qui plaçait son œuvre après 440 a été controversée ; on parle tantôt du iii e siècle, tantôt du iv e (et même du  v e ), mais la discussion reste ouverte. Pourquoi le nomme-t-on Commodien de Gaza ? Parce qu'en tête de la dernière pièce des Instructiones , là où il se nomme lui-même, figurent ces […] Lire la suite

DE LA NATURE, Lucrèce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un matérialisme sans réserve »  : […] Poème didactique de plus de sept mille quatre cents vers organisés en six livres, le De rerum natura présente un exposé cohérent de la doctrine d'Épicure, le « découvreur de l'univers », dont le poète souhaite « imprimer [s]es pas dans les traces des [s] iens » (III, vers 3-4). Les deux premiers livres exposent, après un hymne à Vénus et un éloge d'Épicure, la doctrine de l'atomisme issue de Dé […] Lire la suite

DELILLE JACQUES (1738-1813)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 977 mots

Un an avant sa mort, Jacques Delille était considéré comme le plus grand des écrivains français vivants. En 1813, on lui fait des funérailles magnifiques. Pourtant, un siècle et demi après sa mort, un groupe de chercheurs clermontois s'interrogent sur la destinée posthume de leur compatriote et intitulent leur ouvrage : Delille est-il mort ? C'est dire que cette poésie tantôt didactique et descri […] Lire la suite

DU BARTAS GUILLAUME DE SALLUSTE (1544-1590)

  • Écrit par 
  • James DAUPHINE
  •  • 705 mots

C'est au sein d'une famille de commerçants enrichis que naquit à Montfort (Gers), en 1544, Guillaume de Salluste du Bartas. En 1565, son père avait acheté à l'évêque de Lombez le château du Bartas. Après de bonnes humanités, Guillaume fit son droit à Toulouse où il fut reçu docteur (1567). À la mort de son père (1566), Du Bartas transforme et aménage le château, se marie — il épouse Catherine de M […] Lire la suite

GNOMIQUE POÉSIE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 268 mots

Mettre en vers des sentences, des maximes ou des préceptes moraux sert avant tout leur mémorisation, mais leur attrait esthétique ainsi augmenté doit contribuer à leur meilleure propagation. Aussi la poésie gnomique existe-t-elle depuis toujours. Elle est très présente dans la littérature orale, les proverbes rimés et rythmés en relèvent aussi. Le premier et le plus illustre auteur du genre est in […] Lire la suite

GOWER JOHN (1330?-1408)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 574 mots

Cet ami de Chaucer qui l'appelait the moral Gower , originaire du Kent, d'une famille fortunée, fit ses études à Merton College (Oxford) et fréquenta, sans doute, cette vieille bibliothèque où les livres étaient enchaînés. Gower fit du droit et se fixa à Londres, où il était un familier de cour. Il devint aveugle vers la fin de sa vie. Sa mort survint peu après qu'il eut fait son testament et sur […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La poésie latine en Italie (XVe s.-début du XVIe s.) »  : […] À Naples, une sorte d'académie se réunit autour d'A. Beccadelli, dit le Panormite (1394-1471), auteur de l'inconvenant Hermaphrodite , puis de Pontano, fécond auteur de poèmes didactiques comme l' Urania (sur l'astrologie), d' hymnes chrétiens ou païens, d'églogues, d'un De tumulis , de poèmes d'amour aux mètres variés (notamment les élégies du De amore conjugali ) et de charmantes berceuses. À N […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un second souffle »  : […] De la foule des petits poètes qui, pendant la première moitié du i er siècle avant J.-C., occupent le devant de la scène, émergent deux grands noms : Catulle et Lucrèce . Catulle, venu d'Italie du Nord, commence par écrire de petits poèmes, des épigrammes et des pièces amoureuses. Mais, au lieu de les projeter dans un passé légendaire, il choisit pour héroïne celle qu'il appelle Lesbia, une « gra […] Lire la suite

LEBRUN PONCE DENIS ÉCOUCHARD- (1729-1807)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 537 mots

Parfois nommé Écouchard-Lebrun, il est aussi désigné par son surnom de Lebrun-Pindare, qu'il dut en son temps à la renommée de ses Odes . On peut se reporter, pour des renseignements assez complets sur sa vie et ses œuvres, aux articles que Sainte-Beuve lui consacre dans les Portraits littéraires (tome I) et dans les Causeries du lundi (tome V). Lebrun est né dans la maison du prince de Conti, d […] Lire la suite

LE FÈVRE DE LA BODERIE GUY (1541-1598)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 954 mots

Guy Le Fèvre de La Boderie est né à Falaise. Sa formation doit moins aux études universitaires qu'à l'influence d'un maître savant, Guillaume Postel. Versé en latin, grec, hébreu, chaldéen, arabe et syriaque, Le Fèvre achève en 1567 de transcrire en caractères hébraïques et de traduire en latin le Nouveau Testament syriaque , d'après un exemplaire rapporté d'Orient par Postel. Ce travail est desti […] Lire la suite

LUCRÈCE (env. 98-55 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Disciple d'Épicure et de Démocrite »  : […] Que peut-on opposer à ce désarroi, à cette « terreur » dont parle si souvent le poète, sans la définir, accusant même, au passage, son caractère d'indétermination radicale et de formidablement inexpliqué ? Lucrèce se réfère à une explication justement, à la fois de l'univers et de l'homme, fondée sur une doctrine entre toutes raisonnable, qui a représenté pour lui, à la lettre, une révélation, et […] Lire la suite

LYONNAIS POÈTES

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 110 mots

Dans le chapitre « Une ville humaniste »  : […] Lyon jouissait d'une culture locale déjà solidement établie, et la proximité de l'Italie facilitait la pénétration des idées de la Renaissance dans une ville dont la population était dans une grande mesure d'origine italienne. Symphorien Champier (1471 ?-1539), qui se rattachait par certains côtés aux rhétoriqueurs, avait beaucoup fait pour acclimater le platonisme ficinien, et les poètes des ann […] Lire la suite

MALFILÂTRE JACQUES-CHARLES-LOUIS DE CLINCHAMP DE (1732-1767)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 292 mots

Dans la légende, Malfilâtre est l'une des figures symboliques du poète mort en pleine jeunesse, de détresse et d'épuisement. En fait, il s'agit là de mythe plus que de réalité. Né à Caen, Malfilâtre étudie chez les Jésuites et manifeste de bonne heure des dispositions pour la poésie. Quatre de ses odes sont couronnées. L' Ode sur le Soleil fixe au milieu des planètes (1759) est un assez bon exemp […] Lire la suite

MANILIUS MARCUS (Ier s. env.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Le dernier des poètes didactiques latins. On sait fort peu de chose de lui. Il est l'auteur d' Astronomica , poème inachevé traitant d'astronomie et d'astrologie, probablement écrit entre 9 et 14, c'est-à-dire du vivant d'Auguste, pour les deux premiers livres, puis entre 14 et 17, sous le règne de Tibère. Stoïcien, Manilius met l'accent sur l'existence d'une providence qui gouverne le monde, et s […] Lire la suite

MILLEVOYE CHARLES HUBERT (1782-1816)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 328 mots

À cheval sur deux siècles, Millevoye est le type du poète de transition : il fait le joint entre le classicisme déclinant et l'aube du romantisme. Sa courte carrière commence en 1800 : à peine quinze ans plus tard, elle est terminée. De santé chétive, avec une mauvaise vue, poitrinaire, il alternait la vivacité et la mélancolie, l'impétuosité et l'amertume, le travail et la dissipation. Homme d'ét […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « DIDACTIQUE POÉSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-didactique/