PARABOLE, religion

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Récit allégorique, habituellement assez bref, sous lequel, dans les textes néo-testamentaires et spécialement dans les Évangiles, se cache un enseignement, selon un procédé populaire et oriental consistant à faire passer un message au moyen d'une comparaison (en grec, parabolè) : « Le royaume de Dieu est semblable à un grain de sénevé, [...] à une femme, [...] à un semeur... » Ce procédé, si fréquent chez les évangélistes synoptiques (Marc, Matthieu, Luc) peut être relié à la tradition prophétique qui aimait mimer sa prédication et était tout autant gestuelle que verbale. Par là, il est possible de faire entrer les paraboles dans un vaste réseau thématique : le semeur, la vigne, le pêcheur, les festins fournissant la symbolique théologique et montrant comment le Nouveau Testament approfondit l'Ancien. On peut aussi rattacher l'usage de la parabole dans la Bible au fait que les Hébreux ne voulaient pas nommer Dieu : par son caractère obscur, ou du moins paradoxal, la parabole est une façon de voiler en dévoilant. Les commentateurs en ont souvent fait aussi un élément de pédagogie, soit en la comprenant comme une captatio benevolentiae, soit en y voyant la marque du fameux « secret messianique », qui préserve la révélation puisque tous n'ont pas l'esprit pour la recevoir. Beaucoup de paraboles se terminent, en effet, par ces mots : « Qui peut comprendre, qu'il comprenne. » Ainsi a-t-on justifié les anomalies de certaines d'entre elles, telles celles qui mettent en scène des personnages immoraux (l'intendant malhonnête, par exemple). C'est de cette façon aussi que l'on a opposé la parabole à l'allégorie, qui serait une construction point par point comparative.

Certains exégètes ont tenté de retrouver la saveur populaire et archaïque des paraboles en reconstituant le texte avec la langue araméenne primitive.

L'étude des paraboles se trouve aujourd'hui renouvelée par la méthode du structuralisme linguistique, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARABOLE, religion  » est également traité dans :

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le Royaume de Dieu »  : […] L'annonce du Royaume ou du Règne de Dieu tient la place centrale dans l'enseignement de Jésus. Cette attente du Règne de Dieu, aussi vieille qu'Israël, pouvait être entendue de diverses façons par les hommes de ce temps : soit que ce Règne s'établisse sur Israël par la libération du territoire national – c'était l'espérance des zélotes, que Jésus n'a pas retenue –, soit qu'il prenne la forme d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_3889

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Pansémiotique et théologie »  : […] Qu'il soit de logique ou de grammaire, de physique ou de métaphysique, le savoir médiéval est une « pansémiotique » (U. Eco). C'est là la conséquence d'une pratique langagière du monde, mais c'est aussi la marque et l'essence même d'un projet théologique spécifique. Telle que la conçoivent les médiévaux, la théologie a évidemment Dieu pour objet principal ; mais elle a aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_3889

Pour citer l’article

Henri-Jacques STIKER, « PARABOLE, religion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parabole-religion/