Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ILIADE, Homère Fiche de lecture

Au milieu du viiie siècle avant J.-C., un poète grec venu d'Asie Mineure, Homère, aurait composé en hexamètres dactyliques deux magistrales épopées, l'Iliade et l'Odyssée, mais le mystère entoure encore aujourd'hui ces deux textes : Homère a-t-il réellement existé ? A-t-il composé une ou deux épopées ? L'Iliade et l'Odyssée ne sont-elles pas plutôt le fruit d'un travail collectif ? Autant d'interrogations face auxquelles se dresse une seule certitude : par la pureté de leur langue, l'invention de leurs images poétiques, la puissance de leurs personnages, l'Iliade et l'Odyssée constituent des œuvres fondatrices de notre littérature. L'Iliade est ainsi l'archétype de l'épopée guerrière, révélant les arcanes de l'âme humaine en proie à la colère, au doute, à la souffrance.

Colère et douleur d'Achille

Achille

Achille

L'Iliade appartient au récit légendaire de la guerre de Troie. Selon celui-ci, Pâris, fils du roi de Troie Priam, enlève Hélène, femme du roi de Sparte Ménélas. Afin de venger l'outrage, les souverains grecs rejoignent avec leurs troupes l'armée d'Agamemnon, roi d'Argos et frère de Ménélas. Ils débarquent devant Troie et en commencent le siège, qui durera dix ans, avant que la cité soit prise et incendiée. L'Iliade proprement dite, c'est-à-dire le Poème sur Ilion (ou Troie), relate un court épisode du siège, marqué par la colère d'Achille. Furieux de se voir enlever par Agamemnon la captive Briséis, Achille refuse de continuer à prendre part aux combats. Un moment découragés, les Grecs songent à rembarquer. Mais Ulysse, roi d'Ithaque, leur rend courage. Pâris et Ménélas s'affrontent ensuite en combat singulier pour mettre fin à la guerre. Mais, au dernier moment, Aphrodite soustrait Pâris, presque vaincu, à son adversaire.

Les hostilités reprennent, plusieurs batailles générales demeurant sans résultat. Les Troyens mettent à sac le camp grec, avant d'être repoussés. Achille prête ses armes à son ami Patrocle, qui est peu après tué par Hector, chef de l'armée troyenne. Fou de douleur, doté par Vulcain d'armes magiques, Achille se prépare à retourner au combat : « Mais, puisque je n'irai qu'après toi chez les morts, l'on ne me verra pas t'ensevelir Patrocle, avant d'avoir ici, d'Hector, ton meurtrier magnanime, apporté les armes et la tête. » Briséis lui est rendue. Achille tue Hector, mais finit par consentir à rendre le corps du guerrier à son père, Priam. Le poème s'achève avec les funérailles d'Hector.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur au lycée Jean-Monnet, Franconville

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACHÉENS

    • Écrit par Andrée POUGET
    • 2 530 mots
    Le catalogue des vaisseaux, dressé par Homère (d'après une très vieille liste des États), nous donne un tableau géographique des royaumes achéens aux environs de la guerre de Troie (xiiie siècle). À cette date, l'État achéen comprend la Grèce centrale, Athènes, l'Eubée, Salamine, le Péloponnèse...
  • ACHILLE

    • Écrit par Universalis
    • 506 mots
    • 3 médias

    Fils de Pélée, roi des Myrmidons, et de la Néréide Thétis ; c'était le guerrier le plus grand, le plus courageux et le plus beau de l'armée d'Agamemnon devant Troie. Selon Homère, il fut élevé par les soins de sa mère, en même temps que son cousin et inséparable ami ...

  • AGAMEMNON

    • Écrit par Universalis
    • 242 mots
    • 2 médias

    Roi de Mycènes et d'Argos, fils d'Atrée, et frère de Ménélas. Après le meurtre d'Atrée par Thyeste et son fils Égisthe, Agamemnon et Ménélas se réfugièrent chez Tyndare, roi de Sparte, et épousèrent ses filles, Clytemnestre et Hélène. Clytemnestre donna à Agamemnon un fils, Oreste,...

  • AJAX, fils d'Oïlée

    • Écrit par Universalis
    • 132 mots

    Roi de Locride. En dépit de sa petite taille, il rivalisa devant Troie avec les autres héros grecs, mais il était vantard, arrogant et querelleur. Il faillit être lapidé par ses alliés grecs pour avoir arraché Cassandre, la fille du roi Priam, à la statue d'Athéna et l'avoir violée. Pendant...

  • Afficher les 40 références

Voir aussi