ISOCRATE (436-338 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Orateur grec, né dans le dème d'Erchia, dont le père, Théodoros, était un fabricant d'instruments de musique aisé. Isocrate reçoit l'enseignement des sophistes, en particulier de Prodicos, et il entendra aussi Socrate. Lorsque son père se trouve ruiné, après la guerre du Péloponnèse, Isocrate, se tourne vers l'éloquence : il suit en Thessalie les cours du vieux Gorgias, et, vers ~ 400, il se fait logographe à Athènes. Puis il renonce à l'éloquence judiciaire (sa voix était, paraît-il, faible, et son caractère timide), et vers ~ 393, il ouvre une école de rhétorique qui connaîtra un grand succès. Elle est fréquentée par de futurs hommes d'État et des orateurs, par Lycurgue, par Hypéride entre autres, par des hommes politiques, par des princes. Il est leur conseiller, et devient très riche et très honoré. Il garde longtemps une exceptionnelle vigueur puisqu'il compose son Panathénaïque à l'âge de quatre-vingt-dix-sept ans. On dit qu'il s'est laissé mourir de faim quelques jours après Chéronée (~ 338) devant l'écroulement de ses illusions politiques.

Soixante discours lui étaient attribués dans l'Antiquité, dont vingt-huit sont reconnus authentiques. Aujourd'hui, on en connaît vingt (douze discours politiques ou d'apparat, et huit discours judiciaires), ainsi que dix lettres sur des sujets politiques, des fragments d'un Traité de rhétorique et de discours perdus. Parmi les plus célèbres de ces discours, l'Éloge d'Hélène et Busiris sont des discours sophistiques ; le Trapézitique et l'Éginétique sont des discours judiciaires ; le Discours panégyrique (publié en ~ 380), l'Aréopagitique (~ 355 env.), le Panathénaïque, Sur la paix, le Plataïque et l'Archidamos sont des discours épidictiques et politiques ; Contre les sophistes et Sur l'échange traitent de l'éducation et de l'éloquence.

Pour Isocrate, l'éloquence est le plus noble exercice de la pensée, elle est une véri [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ISOCRATE (436-338 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ouvrages de rhétorique »  : […] Cedant arma togae . Cicéron n'avait pas d'autres moyens d'action et d'influence que son éloquence. C'est en ce sens qu'on peut assimiler à un traité politique ses trois livres de dialogues à la manière d'Aristote, De oratore (55) ; il avait déjà écrit, vers 88, deux livres De inuentione , dont il devait plus tard condamner la forme scolaire. À partir de 46, profitant des loisirs forcés offerts pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron/#i_3529

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 726 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philosophie politique de Platon »  : […] La philosophie politique platonicienne est la mise en œuvre géniale de ce détour imposé. L'action propre du personnage historique Platon – fondation de ce collège pour futurs souverains qu'est l'Académie, voyages en Sicile – est le mime (ou la métaphore ) de la nécessité de ce détour. La cité idéale que propose La République est une admirable image de ce que devrait être l'État si celui-ci pouvai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-cite-grecque/#i_3529

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éloquence »  : […] Entre-temps, à la même époque que Thucydide et également sous l'influence de la sophistique, s'élabore la rhétorique qui, outre le rôle important qu'elle prend dans l'enseignement, manifeste son utilité dans deux domaines de la vie publique : les assemblées populaires et les tribunaux. L'éloquence politique est représentée d'abord par un orateur en chambre, Isocrate, dont les discours fictifs d'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_3529

ÉLOQUENCE, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 1 197 mots

L'éloquence comme genre littéraire apparaît en Grèce tardivement (fin ~ v e et surtout ~ iv e  s.). Les plus grands orateurs sont contemporains de Philippe de Macédoine. Avant cela, les hommes politiques ne publient pas leurs discours. Le premier traité sur l'art de la parole est un manuel à l'usage des plaideurs : La Rhétorique , de deux rhéteurs siciliens, Corax et Tisias. Les sophistes dévelop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eloquence-grece-antique/#i_3529

ORATEURS ET HISTORIENS, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • François HARTOG
  •  • 2 587 mots

« Parce que nous [les humains] avons reçu le pouvoir de nous convaincre mutuellement et de faire apparaître clairement à nous-mêmes l'objet de nos décisions, non seulement nous nous sommes débarrassés de la vie sauvage, mais nous nous sommes réunis pour fonder des cités ; nous avons établi des lois ; nous avons découvert des arts [ technai ] » ( Nicoclès , 6). Ainsi débute cet éloge du langage ( l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orateurs-et-historiens-antiquite-greco-romaine/#i_3529

Pour citer l’article

Dominique RICHARD, « ISOCRATE (436-338 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isocrate/