SATIRE

Il ne s'agira dans cet article que de la satire littéraire. Or, même littéraire, la satire est une des formes les plus difficiles à cerner. Où la tragédie et la comédie, voire le roman, offrent l'appui, même incertain, d'une formule consacrée, et semblent occuper un domaine délimité, la satire menace de s'insinuer partout, au théâtre, dans la prose et dans l'épopée, comme à travers les strophes lyriques les plus diverses. Cet « esprit satirique » aussi vague qu'insistant, outre qu'il suscite l'émotion moqueuse du destinataire, traduit, chez l'auteur, une révolte, disons mieux : le refus d'être complice.

En prose ou en poésie, le ton satirique n'est jamais uniformément sérieux. Mais le dosage du rire peut être étonnamment varié. Le rire peut n'être qu'une affaire de style ; il peut aussi surgir d'un sujet en lui-même risible. D'où le comique grossier ou ininterrompu des farces, des mystifications, des « éloges » paradoxaux, des pastiches de chefs-d'œuvre, des poèmes travestis ou burlesques. À l'inverse, on aura ces pointes de sarcasme que, parmi leurs imprécations austères, dardent souverainement tous les grands justiciers, des prophètes de la Bible à leurs imitateurs, d'Aubigné, Milton et même Victor Hugo. Entre les deux, le poème héroï-comique, que nous négligerons, et la satire littéraire : « un long poème monométrique, publié non pas isolément mais dans un recueil contenant exclusivement des poèmes du même genre » (Lecocq). Cette satire s'affirme par le choix d'une forme et d'une tradition ; de son auteur, elle requiert surtout une attitude bien particulière devant la chose poétique.

Indignation et correction

Depuis Juvénal, les poètes satiriques sont les zélateurs d'une Muse qui n'existait pas avant eux : l'Indignation (Hugo, Introduction des Châtiments). La satire littéraire se nourrit donc de l'humeur de l'écrivain. Malheureusement, l'humeur n'a jamais été un principe de continuité, et comme il faut bien qu'entre les sautes de cette humeur le poème que compose [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-X-Nanterre Nanterre

Classification


Autres références

«  SATIRE  » est également traité dans :

ABRAHAM A SANCTA CLARA JOHANN ULRICH MEGERLE dit (1644-1709)

  • Écrit par 
  • Hélène FEYDY
  •  • 643 mots

Prédicateur populaire de l'Autriche baroque, Abraham a Sancta Clara fut aussi un grand moraliste. Apprécié pour son éloquence et sa verve caustique, il est resté célèbre pour ses effets de style […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-a-sancta-clara/#i_992

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le poème héroï-comique et la satire »  : […] Dans la seconde moitié de ce siècle, Samuel Butler (1612-1680) s'essaya au poème héroï-comique avec Hudibras qui fustige l'hypocrisie puritaine dans la grotesque figure de Hudibras (le type du presbytérien) et de son écuyer Ralph (le non-conformiste). Satires et poèmes héroï- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_992

ARBUTHNOT JOHN (1667-1735)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 395 mots

domaines des mathématiques et de la science, cet homme d’esprit doit sa réputation à ses écrits satiriques. Les plus célèbres d’entre eux se subdivisent en deux groupes. Le premier est une allégorie des manœuvres politiques de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Espagne et de la Hollande, qui conduisent au traité d’Utrecht de 1713. Publiés sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-arbuthnot/#i_992

ARÉTIN L' (1492-1556)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 3 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une vie aux cent actes divers »  : […] qui est, depuis la mort de Chigi, survenue en 1520, le cardinal Jules de Médicis. S'il n'a pas inventé les pasquinades, ces sonnets satiriques placardés sur une statue mutilée baptisée Pasquino, son agressivité et le soin qu'il prend de sa réclame ne tardent pas à l'imposer comme le colporteur de ragots – souvent fondés – et l'interprète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-aretin/#i_992

ARISTOPHANE (-445--380)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte contre l'esprit nouveau »  : […] Dans sa première comédie, Les Banqueteurs, il avait critiqué les sophistes ; dans une scène des Acharniens il avait ridiculisé Euripide dont il avait ailleurs parodié mainte tragédie, par exemple au début de La Paix, où l'escarbot géant rappelle une machinerie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristophane/#i_992

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre « « Les Tragiques » »  : […] genre défini : il contient de l'histoire, de l'épopée, de la satire, du lyrisme chrétien. Le poète retrouve l'indignation de Juvénal contre les fauteurs de troubles, et l'assurance du prophète biblique dans le triomphe final de l'Église réformée. C'est sans doute l'élément dramatique (mis en évidence par le titre) qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/#i_992

LES AVENTURES DU BRAVE SOLDAT CHVÉÏK DANS LA GRANDE GUERRE, Jaroslav Hašek - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Milan BURDA
  •  • 898 mots

connu, notamment grâce à sa traduction allemande qui a rapidement suivi la parution en langue tchèque de l'œuvre. Cette satire féroce et impitoyable de l'absurdité de la guerre constitue le sommet et l'aboutissement de la carrière littéraire de l'auteur. Écrit de 1921 à 1923, ce roman « picaresque » est resté inachevé, car la mort précoce de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-aventures-du-brave-soldat-chveik-dans-la-grande-guerre/#i_992

BARBIER AUGUSTE (1805-1882)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 550 mots

Coups d'essai qui étaient vraiment des coups de maître, quelques poèmes inspirés par la révolution de Juillet, publiés à partir d'août 1830 dans La Revue de Paris et d'autres journaux, rendirent soudain célèbre un poète de vingt-cinq ans. Dix-neuf pièces, bientôt réunies en volume sous le titre, emprunté à Chénier, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-barbier/#i_992

BERNESQUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 349 mots

Le genre bernesque naquit dans l'atmosphère enjouée des fêtes que donnaient les Médicis, en particulier Laurent le Magnifique et Hippolyte. À Florence vécurent les poètes Ange Politien (1454-1494), Luigi Pulci (1432-1484) et celui qui sera considéré comme le fondateur de la maniera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernesque-genre-litteraire/#i_992

BÉROALDE DE VERVILLE FRANÇOIS BROUARD dit (1556-env. 1629)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 509 mots

Connu surtout comme l'auteur présumé d'un livre qui a obtenu un succès durable, le Moyen de parvenir, Béroalde de Verville a par ailleurs publié des ouvrages nombreux et variés, injustement méprisés. Il est successivement « un étudiant humaniste ; un poète famélique en quête de mécène » ; puis, après avoir abjuré le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beroalde-de-verville/#i_992

BUTLER SAMUEL (1612-1680)

  • Écrit par 
  • Pascal AQUIEN
  •  • 633 mots

Fils d'un fermier prospère et très dévot, Butler naquit à Strensham (Worcester) en 1612 et n'aurait sans doute pas fréquenté l'Université. Après avoir travaillé auprès de la comtesse de Kent qui lui ouvrit sa bibliothèque, il serait passé au service de Samuel Luke, presbytérien sévère, colonel d'un régiment de dragons, dont la personne et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-butler/#i_992

CANARD ENCHAÎNÉ LE, hebdomadaire

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 836 mots

Principal hebdomadaire satirique français, Le Canard enchaîné, a été créé le 10 septembre 1915 par Maurice et Jeanne Maréchal, en riposte à la censure de la presse et à la propagande imposées par la guerre et ses difficultés. Le titre fait écho à L'Homme libre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-canard-enchaine-hebdomadaire/#i_992

CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 126 mots

Dans le chapitre « La satire des politiciens »  : […] Après la satire du prêchi-prêcha quarante-huitard et socialisant, vient celle des petites combinaisons des politiciens corrompus qui sont prêts à toutes les ignominies pour se faire élire, à commencer par le chantage. Scrisoarea pierdutǎ, (La Lettre perdue), le chef-d'œuvre de Caragiale, raconte les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ion-luca-caragiale/#i_992

CENTON

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 975 mots

Dans le chapitre « Du poème de Proba au centon polémique »  : […] à peu près disparu. Le centon en prose, en revanche, continue à être pratiqué à des fins surtout parodiques et satiriques. On s'en sert pour ridiculiser ce qu'on estime être le mauvais goût littéraire. C'est ainsi que le Saint Géran de Cadet de Gassicourt (1807) est un roman parodique composé en grande partie de fragments de Chateaubriand et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centon/#i_992

CHANSON

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 7 141 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Polyphonie »  : […] de Saint-Laurent et de Saint-Germain sont restés célèbres. On y entendait des artistes comme Tabarin, Turlupin, Gaultier Garguille. C'est de là que fusèrent entre autres œuvres les fameuses mazarinades, chansons politiques virulentes et satiriques dont la mode se poursuivra, en dépit des censures, jusqu'à la fin du xixe siècle, alors que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_992

CHARLIE HEBDO

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 1 003 mots
  •  • 5 médias

jusqu’à lors dominé par des publications familiales, à l'esprit conservateur, auquel, malgré leur talent, les dessinateurs devaient se conformer. Après Mai-68, cet humour va être balayé par la satire politique. Les publications éphémères et les brûlots de Mai-68, Action et surtout L'Enragé, ont popularisé une insolence bien plus virulente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-hebdo/#i_992

CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 1 560 mots

Dans le chapitre « Imitation et invention »  : […] Art d'aimer eût-il été autre chose qu'une doublure de celui de Gentil Bernard (1775) ? Il semblait doué pour la satire (La République des lettres) : sur ce terrain, Gilbert l'avait précédé et son frère Marie-Joseph le suppléera, tous deux avec talent, sachant y mettre la hargne nécessaire. Sous la Révolution, comme tout le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-chenier/#i_992

CHIKAMATSU MONZAEMON (1653-1724)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 2 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La satire sociale »  : […] cette interdiction, en introduisant des allusions au présent dans une histoire du passé : ces allusions prennent parfois l'allure d'une véritable satire, lorsque tel personnage par exemple fait l'éloge de la bêche et l'oppose au sabre stérile, ou que tel autre stigmatise la tyrannie ou les exactions des féodaux. Mais il lui arrive aussi de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chikamatsu-monzaemon/#i_992

COE JONATHAN (1961-    )

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 176 mots

Dans le chapitre « Une satire sociale et politique  »  : […] retours dans le temps, sa multiplicité de perspectives, de voix et de genres littéraires. Ce roman est aussi une impitoyable satire sociale et politique de la Grande-Bretagne « thatchérienne » marquée par les débordements divers : l'effondrement des règles éthiques, la dissolution du lien social, l'affolement des mœurs et la fracture de la cellule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-coe/#i_992

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie antique »  : […] sur le réel : elle met en scène les petites gens de l'Attique aux prises avec l'actualité la plus immédiate, pour s'en prendre avec virulence aux personnages en place, aux mœurs politiques, voire aux fondements de la cité. Sa marque principale est la liberté de l'imagination, du langage, du geste et de la pensée. Mais, à la fin du v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_992

COURTELINE GEORGES MOINAUX dit (1858-1929)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 759 mots

Après s'être essayé à plusieurs genres littéraires, c'est en tant qu'auteur de petites comédies gaies que Georges Courteline a connu le plus de succès et qu'il a dominé le théâtre comique des années 1900. Il doit peut-être à son père, le chroniqueur humoriste de La Gazette des tribunaux, Jules Moinaux, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courteline/#i_992

DONNE JOHN (1572-1631)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 425 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'originalité de Donne »  : […] style. Il ne prend modèle ni sur les poètes du continent ni sur les Anciens, mais ses satires, ses épîtres d'inspiration stoïcienne l'apparentent à Horace et à Perse. La veine satirique s'infiltre dans les élégies érotiques ou burlesques, corrode la Bible, la religion, la royauté dans un long poème inachevé, The Progress of the Soul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-donne/#i_992

DRYDEN JOHN (1631-1700)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 1 642 mots

Dans le chapitre « L'auteur satirique »  : […] L'agitation whig, provoquée par les prétentions des catholiques de mettre Jacques, duc d'York, frère du roi, sur le trône, ouvre à Dryden une carrière d'auteur satirique, où il va exceller. Charles II ne voulait pas croire à un « complot papiste », en 1678, contre sa personne, tandis que son ministre whig, le comte de Shaftesbury, réprimait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dryden/#i_992

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 630 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La comédie des humeurs »  : […] La comédie benjonsonienne tourne à la satire grinçante chez John Marston, auteur aussi de tragédies sanglantes, qui vitupère avec lyrisme (The Scourge of Villany, 1598) et fait de son Malcontent (1604) le héros pessimiste et grincheux d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_992

FARCE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 160 mots

, pièce d'une centaine de vers qui rassemblait le public. Venait ensuite une moralité, une pièce satirique qui visait surtout une idée, par exemple la Gourmandise (La Condamnation du Banquet). Il ne faut pas confondre la moralité, pièce satirique française, et le Morality Play, pièce morale anglaise qui fait partie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farce/#i_992

FESCENNINS CHANTS

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 226 mots

Les Fescennini versus, ou encore carmina Fescennina, étaient des dialogues satiriques en vers latins appartenant à l'ancien fonds italique. Ils étaient chantés par des danseurs masqués lors des vendanges, des moissons et probablement à l'occasion d'autres fêtes rustiques. Ils ressemblaient aux chansons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chants-fescennins/#i_992

LE FESTIN NU, William Burroughs - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 942 mots

Naked Lunch l'un des personnages les plus dérangeants de la littérature américaine. Sa satire de la culture universitaire et populaire se combine avec son expérience personnelle de la marginalité, vécue à travers la triple figure du drogué, du fugitif et de l’homosexuel. La longue Préface du roman analyse les rapports du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-festin-nu/#i_992

FIELDING HENRY (1707-1754)

  • Écrit par 
  • Alexandre MAUROCORDATO
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Portrait littéraire »  : […] La satire constitue une autre constante de son génie. Il voit dans le ridicule le principal ressort de ses romans. Or le ridicule revient, selon lui, à percevoir le décalage entre l'artifice et la nature, entre ce que les gens affectent d'être et ce qu'ils sont en réalité. L'indignation que lui causent les simagrées et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-fielding/#i_992

FOLENGO TEOFILO (1491-1544)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 473 mots

Connu sous les divers pseudonymes de Merlino Coccajo, Merlin Coccaie, par lequel le désigne Rabelais, ou Limerno Pitocco, c'est-à-dire « le Gueux », Folengo est une des figures les plus représentatives et l'un des écrivains les mieux doués de son époque. Né à Mantoue, bénédictin à vingt ans, Teofilo jette son froc aux orties en 1524. Sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teofilo-folengo/#i_992

FONVIZINE DENIS IVANOVITCH (1745-1792)

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 137 mots

Descendant de chevaliers livoniens russifiés, après d'excellentes études à Moscou, Denis Fonvizine entre aux Affaires étrangères sous les ordres du comte Panine. Il traduit Voltaire, Terrasson, publie des satires dans la revue Le Causeur et compose une comédie, Le Brigadier ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-ivanovitch-fonvizine/#i_992

FRESSOZ ROGER, dit ANDRÉ RIBAUD (1921-1999)

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 773 mots

au Canard enchaîné avec la rubrique « La Mare aux canards », mais la notoriété lui viendra avec sa chronique satirique du gaullisme « La Cour » illustrée par Moisan, comparaison de la Ve République du général de Gaulle avec le règne de Louis XIV ; c'est une des premières dénonciations des risques de dérive monarchique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fressoz-roger-dit-alain-ribaud/#i_992

GARGANTUA, François Rabelais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean VIGNES
  •  • 920 mots
  •  • 1 média

les protestants et oblige Rabelais à voyager pour se mettre à l'abri des poursuites, le livre constitue, au moins dans sa première version, une charge cinglante contre les « sorbonistes » et contre les ordres monastiques, tenants du conservatisme pédagogique et religieux. L'œuvre sera prudemment édulcorée par l'auteur en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gargantua/#i_992

GILBERT NICOLAS JOSEPH FLORENT (1750-1780)

  • Écrit par 
  • Bernard VISSE
  •  • 789 mots

Poète lorrain, Nicolas Gilbert doit une certaine réputation à la légende ou, plutôt, au mythe romantique du poète incompris, victime d'une société égoïste, tel que le représente Vigny dans Stello : on a fait de lui une sorte de Chatterton français. S'il est vrai qu'il est mort jeune, à vingt-neuf ans, il ne faut plus pour autant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-joseph-florent-gilbert/#i_992

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiiie siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/#i_992

GRABBE CHRISTIAN DIETRICH (1801-1836)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 459 mots

Mort à trente-cinq ans, le dramaturge allemand Grabbe est le type même du génie théâtral. Fils d'un directeur de prison, son premier souvenir est d'avoir tenu compagnie à un condamné à mort. Son théâtre est celui de la démesure, du grotesque et du satirique. À vingt et un ans, il écrit Herzog Theodor von Gothland, une pièce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-dietrich-grabbe/#i_992

GRIBOÏEDOV ALEXANDRE SERGUEÏEVITCH (1794-1829)

  • Écrit par 
  • Jean BONAMOUR, 
  • Universalis
  •  • 1 485 mots

Dans le chapitre « « Le Malheur d'avoir de l'esprit » »  : […] Le public y a vu surtout une peinture satirique de la société. Les personnages, prodigieusement vivants, à la fois complexes et d'une simplicité de marionnettes, sont aussitôt devenus des types. À travers eux, c'est Moscou du début des années vingt qui surgit, ou, bien plus encore. Moscou « d'avant l'incendie », avec ses tares (népotisme, futilité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sergueievitch-griboiedov/#i_992

HALE EDWARD EVERETT (1822-1909)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 439 mots

Né dans le Massachusetts, à Boston, au cœur de la Nouvelle-Angleterre, Edward Everett Hale appartient à une vieille famille du Nouveau Monde, puisqu'il est le petit-neveu de Nathan Hale, héros de la révolution américaine. Il fait ses études à Harvard, se spécialise en théologie et devient pasteur en 1846. Il se passionne pour les réformes sociales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-everett-hale/#i_992

HAŠEK JAROSLAV (1883-1923)

  • Écrit par 
  • Jeanne BEM
  •  • 1 441 mots

Dans le chapitre « Le petit monde du brave soldat Švejk »  : […] guerre, dans ses nouvelles, ce sont donc des personnages de cirque qu'il collectionne. Les clowns d'abord : ils sont là, les bureaucrates et les généraux, les curés et les mouchards, les bourgeois et les politiciens, tous les gratte-papier, les manches lustrées et les cervelles d'oison sur qui s'appuie le système branlant de la monarchie austro- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jaroslav-hasek/#i_992

HISTOIRE AMOUREUSE DES GAULES, Roger de Bussy-Rabutin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 098 mots

Dans le chapitre « Un monde dissolu »  : […] Ce qui semble avoir choqué, par-delà les manœuvres et les possibles ajouts donnant au texte des allures de libelle – on ne saura jamais si la version dont nous disposons est bien l'original –, c'est certainement, d'une part, l'effet de publicité et, d'autre part, l'accumulation des « cas » montrant à quel point la nouvelle société de cour est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-amoureuse-des-gaules/#i_992

ILF ILIA ARNOLDOVITCH FAINZILBERG dit (1897-1937) & PETROV EVGUENI PETROVITCH KATAÏEV dit (1903-1942)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 302 mots

Humoristes soviétiques qui ont écrit en commun romans et récits. Tous deux sont originaires d'Odessa, comme Babel et Olecha. Ils se rencontrent en 1925 à Moscou, à la rédaction du célèbre Goudok, où travaillent aussi Boulgakov, Olecha, Valentin Kataïev, le frère aîné de Petrov. Sur ses conseils, ils écrivent ensemble un roman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ilf-et-petrov/#i_992

JEU, genre dramatique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 2 002 mots

Dans le chapitre « Le jeu de la feuillée »  : […] pour aller « baiser la châsse de Notre-Dame et allumer un cierge devant elle ». On a suggéré aussi qu'il s'agissait non de « feuillée » mais de « folie » ; cette hypothèse, justifiée par l'importance du rôle du fou, par les éléments de féerie, par la liberté de la satire, privilège traditionnel des fous, est plus intéressante que vraisemblable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-genre-dramatique/#i_992

JOHN BULL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 303 mots

Dans la littérature et la caricature anglaises, John Bull représente l'Anglais « typique » ; on trouve pour la première fois le personnage dans La loi est un puits sans fond... (Law is a Bottomless-Pit..., 1712), l'une des cinq satires politiques connexes écrites […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-bull-personnage/#i_992

JONSON BENJAMIN dit BEN (1572-1637)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 875 mots

À côté de Shakespeare, son émule et son rival, Ben Jonson est le plus important dramaturge de la Renaissance anglaise. Il naquit à Westminster School, sous la férule de l'humaniste Camden (1551-1623). Sa mère s'étant remariée à un maçon, il exerça ce métier quelque temps, puis partit guerroyer dans les Flandres (1591-1592 ?). À son retour à Londres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonson-benjamin-dit-ben/#i_992

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une poésie »  : […] issue du plus profond de l'âme italienne. Tout cela irrigue le genre de la satire dont le représentant est Lucilius, l'un des amis de Scipion Émilien, qui lui-même avait été celui de Térence. Après la destruction de Carthage (146) et, la même année, celle de Corinthe, Rome est alors toute-puissante. Mais l'ère des difficultés intérieures allait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_992

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Jacques LACARRIÈRE
  •  • 1 869 mots

Dans le chapitre « Origines et genres »  : […] des types traditionnels de personnages : le Vieillard, le Bossu, le Goinfre et le Niais. Ces deux genres avaient un aspect familier et même caricatural. La satire y jouait un grand rôle, non la satire politique comme en Grèce, mais celle des caractères. Les représentations théâtrales comportèrent évidemment, à partir du iiie siècle avant J.-C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-le-theatre/#i_992

LEIBER FRITZ (1910-1992)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 448 mots

Au début des années 1950, à l'apogée du maccarthysme, Fritz Leiber laisse transparaître ses convictions libérales dans ses textes violemment satiriques. Il dénonce en effet une Amérique en ruine et en proie au chaos, comme dans la nouvelle Coming Attraction (1950) et dans le roman The Green Millennium (1953, Le Millénaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fritz-leiber/#i_992

LES LETTRES PERSANES, Montesquieu - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le regard extérieur »  : […] La satire de la société contemporaine par un témoin qui arrive de l'extérieur et se trouve donc étranger aux valeurs françaises avait déjà été pratiquée par Gian Paolo Marana dans L'Espion du Grand Seigneur (1684-1689), qui relatait avec ironie les événements survenus en France depuis un demi-siècle. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lettres-persanes/#i_992

LEWIS SINCLAIR (1885-1951)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 667 mots
  •  • 1 média

né le 7 février 1885 à Sauk Centre, dans le Minnesota. Sinclair Lewis s'est rendu célèbre par son art de la satire sociale et la façon dont il s'en est pris, dans des romans brossés à larges traits, à la bonne conscience américaine. Il fut, en 1930, le premier écrivain américain à obtenir le prix Nobel de littérature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sinclair-lewis/#i_992

LODGE DAVID (1935-    )

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 100 mots

Dans le chapitre « Un écrivain caméléon »  : […] particulier en matière de contraception et de sexualité). Professeur de littérature britannique moderne à l'université de Birmingham de 1960 à 1987, Lodge connut surtout un grand succès avec les romans universitaires satiriques qui forment sa trilogie de Rummidge : Changement de décor (1975), Un tout petit monde (1984) et Jeu de société (1988 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-lodge/#i_992

LUCIEN DE SAMOSATE (120 env.-apr. 180)

  • Écrit par 
  • Panayotis MOULLAS
  •  • 1 373 mots

Dans le chapitre « Un Barbare devenu grec »  : […] tournant de sa vie. Abandonnant la sophistique et les tribunaux, devenu pamphlétaire, il se consacre au genre auquel il doit sa goire : le dialogue satirique. Il y raille hommes et dieux, il se moque des rhéteurs à la mode, des philosophes et des charlatans ; ainsi assure-t-il sa célébrité, se faisant de plus en plus d'ennemis. Vers 165, Lucien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-de-samosate/#i_992

MALAPARTE CURZIO (1898-1957)

  • Écrit par 
  • Giovanni JOPPOLO
  •  • 1 769 mots

Dans le chapitre « Le roman essai  »  : […] On retrouve constamment dans les expériences littéraires de Malaparte une attirance pour la satire politique, le besoin d'aborder l'actualité la plus brûlante par le biais d'un style capable d'allier le journalisme à la littérature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/curzio-malaparte/#i_992

MARVELL ANDREW (1621-1678)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 416 mots

Dans le chapitre « Au service de la patrie »  : […] défaites de l'Angleterre, l'indignité des gouvernants, l'intolérance envers les Dissidents suscitent l'indignation du patriote et du puritain. Sa virulence satirique éclate, en vers dans Dernières Instructions à un peintre (The Last Instructions to a Painter, 1667-1774), en prose dans La Répétition mise en prose (The Rehearsal Transpros'd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-marvell/#i_992

MINNESANG

  • Écrit par 
  • Georges ZINK
  •  • 2 970 mots

Dans le chapitre « De la courtoisie à la parodie »  : […] de jeunes paysans fiers et arrogants. Dans ces conditions, le minnesang tourne à la satire et à la parodie : satire dirigée à la fois contre les exagérations du minnedienst et contre la sottise, la vanité des paysans ; parodie qui naît d'effets de dissonances et de contrastes : elle est bien éloignée de la dame courtoise, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minnesang/#i_992

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des débuts aux « Précieuses ridicules » »  : […] comme une farce, il donne à sa pièce une signification qu'aucune farce n'avait encore possédée. Il y fait la satire d'une mode qui triomphe alors dans la belle société parisienne. Satire amusante à coup sûr, et il serait fort exagéré de prétendre qu'il s'indigne. Il outre le ridicule, il pousse jusqu'à la caricature et, quoi qu'on en ait dit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_992

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Destins des « Lettres persanes » »  : […] les Lettres persanes peuvent passer pour un livre politique, où le savoir et les audaces érotiques, la satire sociale issue du décentrement des perspectives et les incursions dans les terrains de la philosophie moderne seraient là à la fois pour étayer et relativiser une attaque des pouvoirs constitués (le roi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_992

MORALITÉ, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 108 mots

Genre théâtral du xve siècle, caractérisé par son propos moralisateur et par la forme allégorique de ses personnages. La moralité met en scène, de manière satirique, les dangers et les conséquences du vice, ou la récompense d'une vie vertueuse et chrétienne. Dans Métiers et Marchandises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralite-genre-litteraire/#i_992

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] La littérature morale prend enfin la forme de la satire. Celle-ci peut imiter la véhémence des prophètes pour prôner une éthique ascétique. C'est le cas chez le bénédictin Bernard de Morlas (début du xiie s.), qui s'exerce à la description du jugement dernier. Mais il arrive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_992

NASHE THOMAS (1567-env. 1601)

  • Écrit par 
  • Éliane CUVELIER
  •  • 696 mots

Écrivain anglais, né à Lowestoft (Suffolk). Fils d'un ministre de l'Église anglicane, Thomas Nashe reçoit sa formation à Saint John's College (Cambridge), qui lui confère le grade de Bachelor of Arts en 1586. Un an plus tard, il devient à Londres un des membres les plus en vue des university wits (parmi lesquels John Lyly, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-nashe/#i_992

NESIN AZIZ (1915-1995)

  • Écrit par 
  • Gayé PETEK-SALOM
  •  • 333 mots

Originaire d'Istanbul, Aziz Nesin se lance en 1944 dans le journalisme avec la revue politico-humoristique Marko Pacha, qui est plusieurs fois interdite, mais qui à chaque fois reparaît sous d'autres titres. Quand il n'est pas en prison pour raisons des politiques, et même quand il y est, Aziz Nesin poursuit des activités de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aziz-nesin/#i_992

NESTROY JOHANN NEPOMUK (1801-1862)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 494 mots

Surnommé l'« Aristophane viennois », maître de la parodie et du théâtre populaire, Johann Nestroy a rendu l'accès de son théâtre difficile par l'utilisation fréquente du dialecte. Ses tendances plébéiennes, son réalisme critique l'ont longtemps fait écarter de la littérature officielle. Il s'attaque aux parvenus et aux aristocrates dégénérés. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-nepomuk-nestroy/#i_992

LE NEVEU DE RAMEAU, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

un texte où l'écrivain évoquait crûment nombre de figures de son temps et posait non moins nettement des problèmes moraux. Il nomme « satire », au sens étymologique de mélange, et place sous le patronage d'une citation d'Horace (« Vertumnis, quotquot sunt, natus iniquis », « né sous la malice de tous les Vertumne réunis », c'est-à-dire de tous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-neveu-de-rameau/#i_992

OFFENBACH JACQUES

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 799 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le père de l'opérette »  : […] Parisiens : elle voit la naissance d'une vingtaine de pièces en un acte, d'essence satirique, mettant en scène des personnages de la vie courante, sans trop s'attaquer aux grands de ce monde. Mais Offenbach voit plus loin et la forme évolue pour devenir le digne successeur de l'opera-buffa italien. L'opéra-bouffe est plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-offenbach/#i_992

PAMPHLET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 786 mots

Au sens strict, le mot « pamphlet » désigne une brochure brève et incisive, une œuvre d'actualité, de combat et de passion attaquant le plus souvent violemment un personnage connu, un parti ou une institution. Bien que la brièveté (cent pages au maximum, souvent moins, « une feuille ou deux », écrit P.-L. Courier) soit l'une des règles générales du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pamphlet/#i_992

PARINI GIUSEPPE (1729-1799)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 512 mots

Dans le chapitre « Entre l'Arcadie et les Lumières »  : […] atténuer ou de rehausser ce que la réalité a de trop mondain, de trop rude, de trop terre à terre ou de trop actuel. Ils ont encore une autre fin, contradictoire seulement en apparence : une fin satirique. Dans Il Giorno, où Parini décrit vingt-quatre heures de la vie d'un jeune seigneur, épithètes, périphrases, récits ou allusions mythologiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-parini/#i_992

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 269 mots
  •  • 2 médias

Dans un sens restreint, la parodie désigne une œuvre littéraire ou artistique qui transforme une œuvre préexistante de façon comique, ludique ou satirique. Mais l'usage populaire, ainsi que les définitions des poéticiens et des parodistes ont donné à la parodie des acceptions plus larges, souvent aussi plus confuses. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_992

QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)

  • Écrit par 
  • Michèle GENDREAU-MASSALOUX
  •  • 1 299 mots

Dans le chapitre « Politique des hommes, politique de Dieu »  : […] la traduit aussi dans ses œuvres en vers, de façon à la fois littéraire et significative. Il ridiculise les défauts, moraux et physiques, et présente à chacun un miroir déformant : les personnages les plus graves deviennent des pantins gesticulants. Autant que les individus, les fléaux sociaux sont touchés par la satire ; le relâchement des mœurs, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quevedo-y-villegas-francisco-gomez-de/#i_992

RENAISSANCE DE HARLEM

  • Écrit par 
  • George HUTCHINSON
  • , Universalis
  •  • 8 930 mots

Dans le chapitre « La fiction »  : […] La décennie de 1920 fut une époque de satire et de démythification – courtoise et sophistiquée, parfois cynique et décadente. Henry Louis Mencken, éditeur d'un magazine blanc et satiriste au sommet de sa carrière durant cette période, fut très admiré par bon nombre d'écrivains majeurs de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-de-harlem/#i_992

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  La caricature, une arme politique »  : […] L'image satirique de l'époque révolutionnaire a été étudiée, dès 1792, par Boyer de Nîmes, à la fois juge et partie – il était éditeur d'un journal et monarchiste – dans son Histoire des caricatures de la révolte des Français, peu de temps avant de monter sur l'échafaud ; puis Arsène Alexandre lui a accordé une place dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_992

RIRE LE (1894-1940)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 692 mots

La publication de l'hebdomadaire Le Rire, où la place des illustrations en noir et en couleurs l'emporte sur celle des textes, marque, dans l'histoire du journalisme humoristique, le passage définitif du stade artisanal au stade industriel. Les fondateurs savent utiliser toutes les ressources de la photogravure pour donner à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rire/#i_992

ROMAN DE FAUVEL

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 333 mots

Le Roman de Fauvel est un long poème satirique constitué par deux livres écrits entre 1310 et 1314. Gervais du Bus (Gervés du Bus, Gervès du Bus) est le seul auteur avéré de ce poème, qui constitue un violent réquisitoire contre la corruption et les abus des pouvoirs laïque et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-fauvel/#i_992

ROMAN DE RENART

  • Écrit par 
  • Jean DUFOURNET
  •  • 2 082 mots

Dans le chapitre « Animalité et féodalité »  : […] Ce qui fait le charme et explique le succès de cette épopée animale, c'est que, dans un habile et humoristique entrelacement de psychologie animale et de féodalité, cette œuvre, qui est une parodie et une satire du monde chevaleresque et courtois, est fondée sur une observation attentive de la réalité – de la vie féodale avec ses conflits et ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-renart/#i_992

ROMAN DE LA ROSE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 1 559 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réflexion critique de Jean de Meun »  : […] Ces idées, qui relèvent de la tradition satirique, donnent à cet enseignement une certaine couleur antisociale. Car c'est à la nature, non à la société, que l'on va demander la raison de l'amour. Encore faut-il bien voir qu'il s'agit d'une nature servante de la divinité, selon une philosophie qui dérive de Platon et d'Aristote par Chalcidius et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-la-rose/#i_992

LE ROMAN DE RENART (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 051 mots

Dans le chapitre « Du conte à la parodie de roman courtois »  : […] , poème latin centré sur le loup et composé vers 1150. Mais les auteurs des différentes branches sont aussi de très bons connaisseurs de la littérature de leur temps, qu'ils exploitent sur le mode parodique : Noble le lion tient sa cour, convoque ses vassaux, rend la justice comme le roi Arthur ou Charlemagne ; les affrontements entre animaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-de-renart/#i_992

ROSENPLÜT HANS (1400/1405 env.-env. 1470)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 486 mots

Grâce aux archives, la vie de Hans Rosenplüt, surnommé « Le Bavard » (Schnepperer), se laisse à peu près reconstituer. Il naît entre 1400 et 1405, sans doute à Nuremberg ; en 1426, il devient citoyen régulier de cette ville libre où il exerce, dès 1427, le métier de maître sellier. En 1431 il participe à la guerre contre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-rosenplut/#i_992

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 24 122 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature européenne en Russie (1730-1825) »  : […] » que psychologiques, opposant la loi au caprice et le bon souverain au tyran. L'esprit critique trouve son terrain d'élection dans les genres satiriques qui recoivent une impulsion considérable à l'avènement de Catherine II (1762). Élève des philosophes et modèle du despote éclairé, auteur de comédies ridiculisant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_992

RUZANTE (1502 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 445 mots

Dans le chapitre « Convention et naturel »  : […] D'autre part, l'œuvre de Ruzante s'inscrit dans la lignée de la satire populaire contre le vilain, genre destiné au peuple des villes, heureux de se sentir à bon compte l'égal des seigneurs, et dont les rozzi siennois, avec leurs farces féroces, ne constituent qu'un cas particulier. Toute la panoplie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruzante/#i_992

SALTYKOV-CHTCHÉDRINE MIKHAÏL EVGRAFOVIČ (1826-1889)

  • Écrit par 
  • Michel CADOT
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « Les grandes œuvres »  : […] Le meilleur cycle satirique s'étend de 1863 à 1874 et se compose de deux groupes étroitement reliés : Messieurs et Mesdames de Pompadour (Pompadury i pompadurši, 1869-1870) et l'Histoire d'une ville (1869-1870). Les « Pompadours » sont ces gouverneurs de province que Saltykov ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-evgrafovic-saltykov-chtchedrine/#i_992

SATIRE MÉNIPPÉE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 683 mots

« Tous ceux qui sont nourris aux lettres savent bien que le mot de satire ne signifie pas seulement un poème de médisance pour reprendre les vices publics ou particuliers de quelqu'un, comme celles de Lucilius, Horace, Juvénal et Perse, mais aussi toute sorte d'écrits remplis de diverses choses et de divers arguments, mêlés de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire-menippee/#i_992

SELF WILL (1961-    )

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

absurde, et par une langue qui va du lyrisme raffiné au prosaïsme vulgaire, du vocabulaire le plus sophistiqué à l'argot le plus graveleux. Cynique et satiriste dans la veine d'un Jonathan Swift, Self se plaît à faire cohabiter l'ordinaire et l'obscène pour mettre au jour la noirceur de la nature humaine et les hypocrisies de la société moderne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/will-self/#i_992

SHAW GEORGE BERNARD (1856-1950)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude AMALRIC
  •  • 1 880 mots

Dans le chapitre « L'auteur dramatique »  : […] générale qui masque les réalités sordides. Le pamphlet et la satire dominent, la technique dramatique est encore peu sûre. Shaw s'oriente rapidement vers des pièces plus jouables dans lesquelles la satire est portée par une verve comique et humoristique qui va se développer : Le Héros et le soldat (Arms and the […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-bernard-shaw/#i_992

SOTTIE ou SOTIE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 205 mots

Au xve siècle, courte pièce satirique interprétée par une compagnie locale d'amateurs, les Sots, qui arboraient leur costume traditionnel : un pourpoint court, mi-vert, mi-jaune, des chausses collantes, et sur la tête un bonnet d'âne. Les sotties étaient souvent des parades improvisées, précédant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sottie-sotie/#i_992

SWIFT JONATHAN (1667-1745)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 5 406 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pasteur pamphlétaire »  : […] cœur joie pour la possession des richesses et du pouvoir. C'est l'âge d'or des intrigues, de l'imposture, de la rhétorique politique, des pamphlets et des lampoons (pièces satiriques) anonymes (mais les gens informés ne s'y trompent pas), qui détruisent les réputations, font chavirer les gens en place et réjouissent les badauds […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-swift/#i_992

THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE (1811-1863)

  • Écrit par 
  • Raymond LAS VERGNAS
  •  • 1 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une ironie désabusée »  : […] L'ensemble de l'œuvre de Thackeray est à l'image de sa personnalité amèrement tourmentée. Trop victorien et trop intimement divisé pour ne pas se résigner aux compromis, il s'est surtout attaché à faire ressortir l'origine individuelle du mauvais fonctionnement de la société. Que les déshérités, chassant les castes dirigeantes, aient pris le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-makepeace-thackeray/#i_992

TILL L'ESPIÈGLE (XVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 1 060 mots

À l'origine des nombreuses versions de Till Eulenspiegel, on trouve un personnage historique, attesté en Basse-Saxe au xive siècle et mort de la peste à Mölln en 1350. Les anecdotes que transmet à son sujet la tradition orale sont recueillies un siècle après sa mort à Brunswick et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/till-l-espiegle/#i_992

VONNEGUT KURT (1922-2007)

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 1 468 mots

Dans le chapitre « Un humoriste noir »  : […] goût de la dérision et sa pratique du burlesque, Vonnegut appartient bien à la tribu des humoristes noirs. Son humour est la politesse d'une mélancolie chronique, et sous la désinvolture du clown triste se cachent l'inquiétude d'un moraliste à la morale incertaine, et les colères d'un redoutable satiriste. Enfant de la Grande Dépression, libre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-vonnegut/#i_992

LES VOYAGES DE GULLIVER, Jonathan Swift - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie ZIMPFER
  •  • 1 020 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Lilliputiens aux Houyhnhnms »  : […] l'extinction toute rabelaisienne de l'incendie du palais royal. Mais Swift fait aussi de Gulliver le témoin candide des intrigues de cour et des appétits politiques des Lilliputiens. À Brobdingnag, Gulliver devient un nain au milieu de géants, renversement d'échelle qui s'accompagne d'une autre inversion de perspective : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-voyages-de-gulliver/#i_992

WAUGH EVELYN (1903-1966)

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 822 mots

Si Evelyn Waugh commence sa carrière littéraire comme un chroniqueur caustique du Londres mondain de l'entre-deux-guerres, il s'oriente, après sa conversion au catholicisme (1930), vers des œuvres plus sérieuses, reflets d'un conservatisme politique qui fait de lui un défenseur de la tradition catholique et des valeurs éternelles de la vieille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evelyn-waugh/#i_992

WEERTH GEORG (1822-1856)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 230 mots

Né à Detmold, mort à Cuba, Georg Weerth est, selon Engels, le premier et le plus important des poètes du prolétariat allemand. Ami de Marx et d'Engels, apprécié de Heine et influencé par lui sur le plan littéraire, Weerth a d'abord vécu en Allemagne et en Angleterre ainsi qu'en Belgique. Ses premiers vers réalistes et joyeux sont encore appréciés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-weerth/#i_992

WYCHERLEY WILLIAM (1640-1716)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 954 mots

Dès l'âge de quinze ans, Wycherley fut envoyé en France, où la duchesse de Montausier (Julie de Rambouillet, la célèbre Julie d'Angennes) le reçut dans la brillante société qu'elle rassemblait dans son hôtel. Rentré en Angleterre, il fit un court séjour à Queen's College (Oxford) puis s'inscrivit au Inner Temple à Londres, où il mena la vie frivole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-wycherley/#i_992

ZOCHTCHENKO MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1958)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 488 mots

Né dans une famille noble cultivée d'Ukraine, Zochtchenko, engagé volontaire de la Première Guerre mondiale, blessé et gazé, connut la guerre civile, qu'il fit dans l'Armée rouge, puis une période de multiples activités et professions. Il fit ses débuts littéraires à Pétrograd en 1921, dans le cadre du groupe des Frères Sérapion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-zochtchenko/#i_992

ISKANDER FAZIL (1929-2016)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 864 mots

Fazil Iskander occupe une position originale dans la littérature soviétique : d’une part, bien qu’étant abkhaze (il est né à Soukhoumi le 6 mars 1929), il écrit en russe, d’autre part, il a choisi le genre de la satire, ce qui constitue un défi et un exploit dans un pays totalitaire qui, de par sa nature, tolère mal les textes subversifs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fazil-iskander/#i_992

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger ZUBER, « SATIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/