PRAGMATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pragmatique, ou comment accommoder les restes : cette formule rejoint l'intuition de Bar-Hillel, l'un de ses fondateurs, qui lança de son côté l'expression de « poubelle pragmatique » pour désigner le dépotoir théorique où l'on pourrait déverser tous les problèmes insolubles en syntaxe ou en sémantique. La pragmatique contemporaine regroupe un ensemble de recherches logico-linguistiques aux frontières floues. Mais un consensus général se dessine pour la définir comme l'étude de l'usage du langage, qui traite de l'adaptation des expressions symboliques aux contextes référentiel, situationnel, actionnel et interpersonnel. C'est une discipline dont le domaine foisonnant est en train de conquérir son statut d'autonomie et en vient même à adopter une conception maximaliste voire fondatrice à l'égard de la sémantique. On comprend, dans ces conditions, que la pragmatique soit l'enjeu de réinterprétations philosophiques qui ne se confondent pas nécessairement avec le pragmatisme des fondateurs.

L'attitude pragmatique correspond au déplacement de l'intérêt vers un aspect négligé : après les points de vue historique et structural qui ont marqué les sciences du langage depuis le xixe siècle, on se met à étudier les systèmes de signes comme des phénomènes de communication. Sont « pragmatiques » les traits qui donnent à un fragment linguistique une fonction dans un acte ou un jeu de communication.

Genèse et développement

Les termes de « pragmatisme » et de « pragmatique » n'ont pas la même portée. Le premier désigne une position philosophique d'ensemble : c'est une théorie de la rationalité en tant que liée aux intérêts humains fondamentaux. Quelque chose de l'usage kantien du terme pragmatisch survit chez C. S. Peirce : « en relation avec quelque intention, projet humain défini ». Mais l'attitude pragmatique concerne la production du sens dans les systèmes de signes. Elle ne regarde la rationalité que pour autant que celle-ci dépend du discours en contexte. Elle déborde donc ses racines pragmatistes. C'est ainsi que la pragmatique de Montague n'est pas influencée par le pragmatisme de Peirce.

Outre que Peirce a fait de la vie des signes et de leur échange le milieu même de la vie de l'esprit, il est l'auteur d'une distinction importante pour l'analyse du langage : entre une expression considérée comme type et l'occurrence de cette expression. Bar-Hillel et Strawson l'introduiront dans l'analyse à peu près à la même date. La pragmatique s'intéressera spécifiquement à tout ce qui est fonction de l'occurrence, partant, de l'usage d'un signe.

L'idée que l'usage a une efficace sémantique propre, qui sera par la suite explorée par Wittgenstein sur le plan conceptuel, se trouve mise en œuvre d'abord par les philosophes logiciens. Plusieurs concepts entrent progressivement dans la théorie du langage, qui en étaient absents jusque-là, délibérément négligés pour isoler les aspects que l'on souhaitait théoriser.

Morris (1938) voyait dans la pragmatique la science universelle de l'usage. Son intuition allait être directement corroborée par l'École polonaise qui introduisit la construction des métalangages. Ce devrait être, après la syntaxe et la sémantique, la troisième forme d'étude métalogique. Elle étudie les relations entre les systèmes formels et leurs utilisateurs. De quelque langage qu'il s'agisse (formel aussi bien), toute expression possède telle propriété syntaxique (est bien ou malformée) ou sémantique (est vraie ou fausse) uniquement pour les utilisateurs virtuels ou actuels de ce langage. Certes, on peut en faire abstraction, mais on ne saurait faire abstraction que de ce qui est : il y a une relation entre sémantique et pragmatique qui interdit de cantonner la pragmatique dans des recherches empiriques ou descriptives (Carnap).

La pragmatique s'attacha, en bonne méthode, aux anomalies que recelait la théorie sémantique des logiciens. Prenant en vue et ne perdant pas de vue la question classique de la vérité, elle s'intéressa d'abord à la vérité d'une énonciation eu ég [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRAGMATIQUE  » est également traité dans :

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

L’acquisition de la pragmatique du langage (S. Ervin-Tripp) correspond à l’acquisition des usages du langage considérés du point de vue cognitif, social et culturel. Les recherches sont réalisées dans le cadre théorique de la philosophie du langage. Tout énoncé est considéré comme un acte de langage défini par […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Langage et communication »  : […] L'un des principaux et des premiers acquis des sciences cognitives est d'avoir distingué et articulé différents niveaux de représentation au sein du langage, chaque niveau nécessitant une analyse particulière, et leur articulation effective, dans la production et la compréhension du langage (parlé ou écrit), une théorie supplémentaire. Ajoutons que le penseur qui a le plus contribué à cette clari […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche pragmatique »  : […] La philosophie analytique, de langue anglaise principalement, a ouvert un nouveau chantier pour l'étude systématique des attitudes subjectives, telles que la croyance, à la faveur de leur inscription dans le discours . Par discours, il faut entendre ici l'ensemble constitué par les énoncés, tels qu'ils s'expriment dans des propositions, et les énonciations, recueillies au niveau du langage dans de […] Lire la suite

ÉNONCÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 326 mots

En linguistique, un énoncé peut être défini comme une séquence orale ou écrite résultant d'un acte d'énonciation, c'est-à-dire produite par un sujet énonciateur dans une situation donnée. En français, la phrase minimale comporte nécessairement au moins un sujet et un verbe conjugué. En revanche, l'énoncé minimal peut être constitué d'un seul élément, de nature quelconque : des séquences comme « […] Lire la suite

GRAMMAIRES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 349 mots

Dans le chapitre « Le langage donne à voir »  : […] L'approche configurationnelle a été complétée, chez L. Talmy ( Towards a Cognitive Semantics , 2000) par le recours à la notion de « force », qui joue un rôle structurant pour l'analyse des énoncés. L'idée est que, dans chaque énoncé, un système de forces opposées (physiques ou abstraites) s'exerce entre entités dites « agonistes » focalisées par l'énoncé, et entités appelées « antagonistes ». Ai […] Lire la suite

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « Influence de la théorie du langage sur les doctrines de la proposition et du jugement »  : […] Les développements de la doctrine du langage, qui ont suivi les indications de Wittgenstein et qui ont marqué des œuvres comme celles de Ryle, Strawson, Austin, Searle, ont jeté des vues nouvelles sur le statut du jugement. Elles tiennent à une considération plus large des liaisons de sens dans le discours (sémantique) et à un intérêt plus poussé pour les objectifs de l'emploi des formes linguisti […] Lire la suite

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « Théorie de l'énonciation et théorie des actes de langage »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, deux courants majeurs défendent à leur tour une approche essentiellement communicative du langage : les théories de l'énonciation d'une part, la théorie pragmatique des actes de langage d'autre part. Toutes deux insistent sur l'importance de la dimension intersubjective dans la construction de la signification. Les théories de l'énonciation (en particulier […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'énonciation »  : […] La signification d'un énoncé ou d'un texte serait incomplète si l'on s'en tenait uniquement au sens des mots qui le composent. Il faut aussi pouvoir comprendre à quels objets particuliers du monde et à quelles situations spécifiques renvoient les expressions linguistiques employées (ce que l'on appelle la « référence ») ; il faut également être en mesure de décrypter les significations implicites […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 186 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pragmatique »  : […] La signification complète d'une phrase ou d'un texte résulte non seulement du sens des unités et des structures étudiées par la sémantique, mais aussi d'autres facteurs qui se situent à la frontière de la langue et du discours, de la linguistique et de l'extralinguistique : c'est là le domaine – foisonnant – de la pragmatique, que l'on définit souvent comme l'étude du langage en acte ou de l'« us […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La sociolinguistique  »  : […] L'essor de la linguistique, impulsé par Saussure au début du xx e  siècle , repose en grande partie sur le rejet de la variabilité de la parole, au profit du seul système de la langue, postulée stable et commune à tous les utilisateurs. Pourtant, la question des liens entre langue et société n'a cessé d'être posée, tant par les sociologues (P. Bourdieu) que par les linguistes (dans la lignée antis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-21 juillet 2021 Belgique. Fin de la grève de la faim de centaines de sans-papiers.

Le 15, les dirigeants du Parti socialiste et d’Ecolo appellent le gouvernement fédéral, dont leurs formations sont membres, à trouver « une solution pragmatique, humaine et digne » pour mettre fin à la grève de la faim qu’ont engagé fin mai, dans l’église bruxelloise du Béguinage, dans l’Université libre de Bruxelles (ULB) et dans la Vrije Universiteit Brussel (VUB), quelque quatre cent soixante-quinze étrangers sans papiers, en vue d’obtenir leur régularisation collective. […] Lire la suite

16-29 avril 1998 France. L'euro, enjeu de politique intérieure

Le chef de l'État, qui défend la monnaie unique, veut rassurer les « eurosceptiques » en vantant les mérites d'une « Europe des nations » pragmatique. Le 21, s'exprimant pour la première fois devant l'Assemblée nationale depuis sa déclaration de politique générale, en juin 1997, le Premier ministre, Lionel Jospin, introduit le débat parlementaire sur l'adoption de l'euro, soulignant les contradictions du R. […] Lire la suite

1er-16 mars 1998 Allemagne. Investiture de Gerhard Schröder comme candidat du S.P.D. à la chancellerie

présente un programme électoral fortement teinté de libéralisme, à l'image de son candidat, très pragmatique.  […] Lire la suite

6 juin - 8 juillet 1996 Turquie. Nomination du dirigeant islamiste Necmettin Erbakan au poste de Premier ministre

Le 29, Necmettin Erbakan présente un programme de gouvernement modéré et pragmatique. Le 8 juillet, le Parlement investit le gouvernement de justesse.  […] Lire la suite

24-25 août 1995 France. Démission du ministre de l'Économie et des Finances Alain Madelin

» Cette première crise gouvernementale du nouveau septennat reflète les divergences existant au sein de la majorité entre les partisans d'un libéralisme radical et les partisans d'un interventionnisme pragmatique. Le Premier ministre réaffirme son objectif d'appliquer le programme défini par le président Chirac, qui vise à « restaurer la cohésion sociale et le pacte républicain ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis JACQUES, « PRAGMATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/