ORAISONS FUNÈBRES, Jacques Benigne BossuetFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jacques Benigne Bossuet (1627-1704), orateur sacré sans égal, disciple de Vincent de Paul (1581-1660), académicien en 1671, évêque de Meaux en 1681, premier théologien du roi Louis XIV, est un apôtre de la dévotion. Fort opposé aux jansénistes et à leur doctrine sur la grâce et la prédestination, mais partageant avec eux leur haine du théâtre, il prêche avec éclat. La cour, pourtant, vers 1662, assez peu portée sur la réforme des mœurs et bien opposée à celui qui soutient le parti de la reine mère Anne d'Autriche et de ses dévots, se presse pour l'admirer dans ses grands sermons du Louvre ou de Saint-Germain. À défaut de convaincre de la nécessité d'abandonner la luxure pour souscrire aux devoir de charité et de justice, il impressionne par ses périodes oratoires et sait rendre grandes les morts les plus suspectes. Dans un ensemble de onze oraisons funèbres, prononcées de 1655 à 1687, sept restent comme des chefs-d'œuvre (« Oraison funèbre d'Anne d'Autriche », 1667 (discours officiel plus qu'oraison) ; « D'Henriette-Marie de France, reine de la Grande-Bretagne », 1669 ; « D'Henriette d'Angleterre, duchesse d'Orléans », 1670 ; « De Marie-Thérèse d'Autriche, infante d'Espagne, reine de France et de Navarre », 1683 ; « D'Anne de Gonzague de Clèves, princesse Palatine », 1685 ; « De Michel Le Tellier, chancelier de France », 1686 ; et « De Louis de Bourbon, prince de Condé, premier prince du sang », 1687). On ajoutera ici celle qu'il prononça pour la mort de son maître du collège de Navarre, Nicolas Cornet, en 1663, peut-être la plus sincère de toutes, en tout cas la plus directe et la plus personnelle.

Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux, H. Rigaud

Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux, H. Rigaud

Diaporama

Hyacinthe RIGAUD, Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ORAISONS FUNÈBRES, Jacques Benigne Bossuet  » est également traité dans :

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prestige d'un style »  : […] L' éloquence de Bossuet, comme toute grande éloquence, est évidemment variée. Toutefois, l'un de ses caractères les plus visibles est le goût des périodes. Certaines, dans les oraisons funèbres, les sermons ou le Discours sur l'histoire universelle , sont restées célèbres ; ainsi le début de l' Oraison funèbre d'Henriette de France  : « Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_25020

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « ORAISONS FUNÈBRES, Jacques Benigne Bossuet - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraisons-funebres/