GENRES LITTÉRAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de genre littéraire a joué de tout temps un rôle important dans la description et l'explication des faits littéraires. C'est que la littérature n'est jamais simplement la somme des œuvres individuelles, mais se constitue tout autant à travers les relations que ces œuvres tissent entre elles. Du côté de l'auteur, et à travers le jeu infini des prescriptions et des interdits, des imitations et des transformations, des reproductions et des subversions, elle s'institue comme une entité collective à parentés multiples qui s'entrecroisent de manière imprévisible, galaxie de formes, de thèmes et de types discursifs en réorganisation perpétuelle. Du côté du récepteur – auditeur ou lecteur –, la reconstruction de l'œuvre implique toujours d'abord la reconnaissance des conventions discursives générales dont elle relève, ensuite son individualisation sur le fond plus ou moins étendu, plus ou moins contraignant, plus ou moins structuré de l'expérience littéraire déjà acquise : horizon d'attente générique (H. R. Jauss) qui accueille l'œuvre nouvelle, mais qu'elle a aussi le pouvoir de déplacer et de réorganiser.

On a parfois soutenu que la problématique des genres n'était pertinente que pour certains domaines littéraires : la littérature classique, à cause de sa soumission à un système de règles explicites, la littérature populaire, à cause de son caractère collectif, anonyme et souvent formulaire, la littérature de masse enfin, parce qu'elle aboutit à des produits standardisés. En réalité, aucun texte littéraire ne saurait se situer en dehors de toute norme générique : un message n'existe que dans le cadre des conventions pragmatiques fondamentales qui régissent les échanges discursifs et qui s'imposent à lui tout autant que les conventions du code linguistique. L'œuvre la plus incommensurable ne saurait établir sa singularité qu'en se rapportant à l'horizon générique dont elle s'écarte, qu'elle rejette, qu'elle subvertit : l'altérité n'est jamais que relative. Si Un coup de dés de Mallar [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GENRES LITTÉRAIRES  » est également traité dans :

GENRES LITTÉRAIRES, notion d'

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 844 mots

Avant d'être une notion problématique, inscrite dans une histoire et lourde d'enjeux esthétiques, les genres littéraires sont, pour la plupart d'entre nous, une réalité éditoriale, indissociable de notre expérience concrète : ils circonscrivent des territoires (le rayon « poésie » d'une librairie ou d'une bibliothèque), définissent des spécialités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-litteraires-notion-d/#i_86663

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_86663

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Une première conception de l'allégorie provient de la rhétorique (Cicéron, Quintilien) : elle définit comme une « métaphore continuée » cette manière de parler qui désigne une chose par une autre (du grec allos , « autre », et agoreuein , « parler en public »). La métaphore, ou transposition, est une figure d'analogie : une comparaison implicite entre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_86663

APHORISME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 351 mots

L'aphorisme est un genre spéculaire par excellence : sa brièveté, la précision du geste vers laquelle tend l'auteur attirent son regard sur le mouvement de sa propre pensée, comme l'éclair s'insinue dans l'œil. Spéculaire, l'aphorisme l'est aussi par sa situation ambiguë qui fait « réfléchir » (au sens optique et au sens intellectuel du mot). Musil, lui-même aphoriste, cite Nietzsche : « De beaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aphorisme-genre-litteraire/#i_86663

APOLOGUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 443 mots

La narration d'une anecdote à personnages animaux, ou parfois végétaux, agissant et parlant comme les humains et, le cas échéant, en leur compagnie, a toujours servi à illustrer des leçons de prudence ou de morale pour les hommes. Le genre, préexistant à la notion de genre, plonge ses racines à la fois dans la nuit des temps et dans l'infralittérature. Tout éternel qu'il paraisse, il présente en o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologue-genre-litteraire/#i_86663

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-d-aube/#i_86663

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Difficulté d'une définition »  : […] Peut-on définir l'autobiographie ? Aucun critère purement linguistique ne semble pertinent. Rien ne distingue a priori autobiographie et roman à la première personne. Le je n'a de référence actuelle qu'à l'intérieur du discours : il renvoie à l'énonciateur, que celui-ci soit fictif ou réel (attesté par l'état civil). Le je n'est d'ailleurs nullement la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_86663

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 432 mots
  •  • 2 médias

Avec le début des années 1980, on a assisté à l'étonnante aventure d'un néologisme dont on ne sait encore s'il correspond à un nouveau genre littéraire ou à un effet spécial d'affichage, aussi séduisant que trompeur. En 1977, le mot fut inventé par Serge Doubrovsky pour qualifier son livre intitulé Fils, roman , glosé à l'intérieur du texte romanesque qui en raconte l'invent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofiction/#i_86663

BALLADE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 562 mots

Par son étymologie (ancien provençal ballada ), la ballade est, comme le rondeau, une des formes lyriques associées à la danse. La structure la plus typique, qui l'a fait ranger parmi les formes fixes, comporte trois strophes sur les mêmes rimes terminées par un refrain, et un envoi comptant la moitié des vers de la strophe et reprenant les rimes finales et le refrain. L'idéa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballade/#i_86663

BIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 2 603 mots

La biographie constitue une forme textuelle essentielle de l'Occident. Certes, ce genre ne jouit pas du plus haut prestige et l'histoire le regarde avec quelque suspicion. Mais, abondant depuis plus de deux millénaires, longtemps sollicité comme modèle culturel, avec Plutarque et ses Vies parallèles , et s'étendant des usages les plus triviaux aux élaborations les plus littér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biographie/#i_86663

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biographies-d-artistes/#i_86663

BRUNETIÈRE FERDINAND (1849-1906)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 402 mots

Historien de la littérature et critique français, Ferdinand Brunetière poursuit une brillante carrière universitaire en enseignant d'abord à l'École normale supérieure, puis à la Sorbonne à partir de 1886. Dans le même temps, il collabore à La Revue des Deux Mondes , dont il devient directeur en 1893. Il critique sans aucune complaisance ses contemporains et, en 1883, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-brunetiere/#i_86663

BUTOR MICHEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 2 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la frontière »  : […] L'intention de Michel Butor de faire de l'espace romanesque le lieu de résolution du conflit entre l'écriture poétique et la réflexion philosophique mettait déjà en cause la notion de genre, et valorisait les interactions. La critique et la fiction entretiennent des rapports plus étroits que ne le disent les histoires littéraires. La fiction réfléchit son système et donne à lire sa construction. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-butor/#i_86663

CANCIONEROS

  • Écrit par 
  • Madeleine PARDO
  •  • 1 984 mots

La poésie lyrique espagnole de la fin du Moyen Âge nous a été conservée dans de nombreux chansonniers, véritables collections ou anthologies de poèmes. On y a vu à la fois une source précieuse d'information sur de nombreux poètes, un témoignage important sur toute une civilisation, le champ où s'affrontent et s'harmonisent des influences étrangères (françaises et italiennes) et la tradition pénin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancioneros/#i_86663

CANTILÈNE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 306 mots

Littéralement, « complainte lyrique ». Cette forme élémentaire de chant profane monodique, sorte d'hymne en langue romane, à caractère lyrique ou épique, en se développant jusqu'au x e siècle aurait donné naissance à la chanson de geste (théorie de Gaston Paris, rejetée par Joseph Bédier, mais reprise récemment avec modifications par Jacques Chai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantilene/#i_86663

CÉLÉBRATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 857 mots

Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la célébration (avec le blâme) appartient au genre épidictique (ou démonstratif), codifié déjà par Gorgias de Leont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celebration-genre-litteraire/#i_86663

CHANSON À BOIRE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 572 mots

Les manuscrits du xiii e  siècle contiennent, parmi toutes les pièces lyriques qui ne relèvent pas des grands genres courtois, un certain nombre de chansons à boire. Celles-ci sont dans une large mesure la transposition en langue vulgaire des chansons goliardiques. Elles développent cependant quelques aspects propres au lyrisme roman. Plus souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-a-boire/#i_86663

CHANSON DE FEMMES

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 512 mots

Les plus anciens poèmes lyriques en langue romane intégralement conservés sont les premières chansons courtoises des troubadours (début du xii e s.). Mais la poésie courtoise, expression d'une nouvelle doctrine de l'amour, subtile, agressivement aristocratique, n'a rien de populaire et n'est pas l'héritière directe de la poésie orale antérieure, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-de-femmes/#i_86663

CHANSON DE GESTE

  • Écrit par 
  • Italo SICILIANO
  •  • 5 068 mots
  •  • 1 média

Les chansons de geste, chansons d'histoire romancée, sont des poèmes qui narrent les hauts faits, les guerres, les drames imaginaires et les légendes pieuses d'illustres personnages historiques ou inventés. Composées par des trouvères, dont on vante parfois le savoir et la noble naissance, colportées par des jongleurs qui hantent les palais et battent l'estrade, les quelque quatre-vingts chansons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-de-geste/#i_86663

CHANTEFABLE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 56 mots

Jeu dramatique médiéval, où les parties narratives en prose alternent avec des passages versifiés chantés. La composition la plus connue de ce type est Aucassin et Nicolette . Le genre littéraire de la chantefable survécut jusqu'à la fin du xiv e siècle sans toutefois continuer à en porter le nom. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantefable-genre-litteraire/#i_86663

CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE

  • Écrit par 
  • Madeleine PARDO
  •  • 3 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chevalier Cifar »  : […] Les héros du cycle carolingien, Mainet, Berthe, la reine Séville, Fierabras, Renaud de Montauban, furent connus dans la Péninsule, dès avant le xiii e  siècle. Après les héros du cycle carolingien, la Péninsule accueillit ceux du cycle breton. Mais il est certain que toute cette littérature romanesque garde, pour reprendre les termes de Menéndez P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romans-de-chevalerie-en-espagne/#i_86663

COLPORTAGE LITTÉRATURE DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 022 mots

Dans le chapitre « Imagerie et colportage urbain »  : […] L'invention de l' imprimerie, à la fin du xv e  siècle, n'a concerné qu'un public très limité, celui des clercs, des lettrés et de la haute administration. Mais, avec les guerres de religion, le livre devient un champ de bataille. Alphabétiser les masses, donner à chacun la capacité de lire les textes sacrés dans sa langue et de les interpréter en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-colportage/#i_86663

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entrée en littérature »  : […] Mais, aux alentours de 1630, voici que l'évolution se précipite soudain. L'aristocratie commence à se policer et à s'intéresser aux débats littéraires et philosophiques ; les femmes prennent une place de plus en plus importante dans la société ; des salles de théâtre se créent, encore mal équipées, mais animées par des troupes de premier ordre qui s'y fixent en permanence. Les nouveaux théoriciens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_86663

COMMENTAIRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 484 mots

Le mot latin commentarii désignait des recueils de notes ou de documents de types divers (Mémoires d'un homme public ou d'un particulier, journal officiel, registres, pièces judiciaires, procès verbaux, annotations explicatives...) ; on le retrouve dans les titres de quelques-uns des ouvrages où les savants philologues du xvi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commentaires-genre-litteraire/#i_86663

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 800 mots
  •  • 2 médias

Le conte, et particulièrement le conte merveilleux, est-il, comme le voulait Paul Delarue, « l'expression la plus parfaite de tous nos récits oraux » ? Son extraordinaire longévité surprend : le conte égyptien des Deux Frères a été retrouvé sur un papyrus datant du xiii e  siècle avant J.-C., la légende d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conte/#i_86663

DÉBAT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Le terme générique « débat » correspond à une série de genres poétiques dialogués que les trouvères et les troubadours cultivaient depuis le début du xii e siècle : d'abord en latin, sous le nom de disputatio , puis en langue vulgaire ; il est appelé tenson ou jocpartit en langue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debat-genre-litteraire/#i_86663

DIALOGUE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 271 mots

Occasionnel dans les genres narratifs (genres mixtes en ce qu'ils peuvent insérer, en des effets de réel, la transcription de discours de personnages au sein d'un récit), principiel dans le genre dramatique (qui est supposé n'être qu'imitation, le poète ne manifestant pas sa voix propre), le dialogue est par nature principe de contradiction et de conflit ( agôn ) : il est sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue-notion-de/#i_86663

DIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 351 mots

Le dit est-il un genre littéraire au Moyen Âge ? Le mot intervient dans le titre de nombreux poèmes dont il présente pour ainsi dire le thème, surtout lorsqu'il s'agit d'une sorte de parabole ou d'allégorie : Dit de la lampe , Dit de l'unicorne et du serpent , Dit de la panthère d'amour , Dit du vergier , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dit-genre-litteraire/#i_86663

DITHYRAMBE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 523 mots

Genre lyrique consacré à Dionysos et, comme tel, caractéristique de tout un aspect du monde hellénique. Le mot est d'origine incertaine, probablement non grecque, comme en témoignerait la légende rapportée notamment par Hérodote : Arion de Méthymne (fin ~ vii e  s.), transporté par un dauphin au cap Ténare, en Grande-Grèce, aurait, à la suite de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dithyrambe/#i_86663

ÉLÉGIE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 796 mots

Ce petit genre poétique, d'abord caractérisé uniquement par l'emploi d'une forme métrique, le distique élégiaque, s'est spécialisé chez les Latins dans un « lyrisme modéré et fleuri » faisant « la plus large part aux émotions personnelles du poète » (J. Bayet). On a continué, dans les littératures postérieures, à désigner du nom d'élégies des poèmes exprimant des sentiments tendres et mélancolique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegie/#i_86663

EMBLÈMES LIVRES D'

  • Écrit par 
  • Claudie BALAVOINE
  •  • 796 mots

L'emblème, concrétisation spectaculaire et durable d'un langage symbolique qui s'élabore au xv e siècle sur le modèle de l'exégèse allégorique antique, des « moralisations » des Métamorphoses d'Ovide, des Hieroglyphica d'Horapollon (où les hiéroglyphes égyptiens sont interprétés comme des idéogrammes) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-d-emblemes/#i_86663

ÉPIGRAMME

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 196 mots

L'épigramme est le plus court des genres littéraires puisqu'elle consiste, selon l'étymologie, en une inscription . Ainsi l'entendaient les Grecs, qui en ornaient les tombeaux, statues, monuments, ex-voto. Les Latins furent les premiers à lui donner une destination satirique ou moqueuse. En France, c'est surtout à l'époque classique qu'à la faveur des polémiques et d'une cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigramme/#i_86663

ÉPITHALAME

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 191 mots

« Ô hymen ! Ô hyménée ! » scandait dans l'ancienne Grèce la marche des époux vers la demeure du mari ; ce cri devint le refrain de l'épithalame (du grec épi , « sous, près de », et thalamos , « chambre », en particulier « chambre nuptiale, lit »), ou poème, et, après Stésichore, chant choral en l'honneur des nouveaux mariés. Le psaume XLIV de David et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epithalame/#i_86663

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Proche du mythe, l'épopée chante l'histoire d'une tradition, un complexe de représentations sociales, politiques, religieuses, un code moral, une esthétique. À travers le récit des épreuves et des hauts faits d'un héros ou d'une héroïne, elle met en lumière un monde total, une réalité vivante, un savoir sur le monde. Dans le procès de communication et de transmission, les sociétés « traditionnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_86663

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans la tradition classique, l'épopée, long poème narratif consacré à glorifier un héros par le récit de ses actions, est considérée comme le grand genre poétique. Les œuvres majeures de la littérature grecque et latine sont des épopées, qui vont devenir le prototype du genre : L'Iliade ( viii e  s. av. J.-C.) d'Homère et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee-notion-d/#i_86663

ESQUISSE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 246 mots

Description divertissante d'un aspect du mode de vie d'un pays, généralement écrite à l'intention de lecteurs étrangers par quelqu'un qui se trouve sur place. Le portrait littéraire se présente comme une variante de l'esquisse. De style concret et journalistique, l'esquisse est moins dramatique, mais plus analytique et descriptive que le conte et la nouvelle. Un auteur d'esquisses conserve un ton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esquisse-genre-litteraire/#i_86663

ESSAI, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 692 mots
  •  • 1 média

Le terme d'« essai » implique une part sans doute trop grande faite à la liberté, pour que puissent se soumettre à un même titre des écrits dont la caractéristique commune est l'hétérogénéité. Or, on désigne ainsi un certain nombre de textes en prose, aux formes diverses, mais comme soumis à une inspiration analogue et pratiquant des styles souvent proches les uns des autres, en dépit de l'éventai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-genre-litteraire/#i_86663

EXEMPLUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 818 mots

Outre le sens habituel d'« exemple », le mot latin exemplum désigne une ressource de la rhétorique utile à qui veut susciter la persuasion. Aristote rapproche l'exemple, qui repose sur une inférence implicite, (raisonnement inductif) du syllogisme incomplet (déductif) ; après lui, la rhétorique latine (Cicéron, Quintilien, Valère Maxime) distingue le signe (preuve matérielle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exemplum/#i_86663

FABLE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 264 mots

La fable n'est-elle vraiment – comme le veut la définition traditionnelle – qu'un bref récit mettant en scène des animaux ? Mais Le Chat botté et Le Petit Chaperon rouge , où l'on voit intervenir des bêtes, sont appelés contes et non fables. Comment oublier aussi qu'au xvii e et au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fable/#i_86663

FABLE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 096 mots

« Fable », issu du latin fabula , est le terme que le théâtre utilise traditionnellement pour désigner l'histoire racontée – là où le grec, et la Poétique (env. 340 av. J.-C.) d'Aristote tout particulièrement, emploie le terme muthos . Selon Aristote, la fable est le plus important des constituants, « le principe, l'âme pour ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fable-notion-de/#i_86663

FABLIAU

  • Écrit par 
  • Dominique BOUTET
  •  • 1 302 mots

Les fabliaux, « contes à rire en vers » selon la définition de J.  Bédier, apparaissent vers la fin du xii e siècle et disparaissent au début du xiv e siècle. Ils constituent un genre aux contours parfois imprécis, dont les quelque cent cinquante vestiges qui nous sont parvenus ne représentent q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fabliau/#i_86663

FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 824 mots
  •  • 3 médias

La fantasy est un genre fictionnel aux expressions plurimédiatiques et très diversifiées : prenant le contre-pied de la modernité industrielle, elle fait régner le merveilleux dans des cadres imaginaires, passés ou actuels, à destination d'un large public. Le genre s'est imposé dans notre pays, au tournant des années 2000, sous son nom anglais d'origine. L'énorme succès qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantasy/#i_86663

FARCE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 160 mots

On appelle farces les pièces de théâtre comiques composées du xiii e  jusqu'au xvi e  siècle. On ne les nomme pas comédies parce que, selon les Arts poétiques du Moyen Âge, ce terme s'applique aux poèmes dont le début est triste et la fin plutôt joyeus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farce/#i_86663

FATRASIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 775 mots

Apparemment dérivé de fatras , le mot fatrasie est pourtant attesté dans l'usage vers 1250, soit plusieurs décennies avant lui. D'étymologie obscure (on a voulu les faire remonter au latin farsura , « remplissage »), l'un et l'autre appartiennent en ancien français au vocabulaire littéraire (peut-être humoristique) et désignent deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fatrasie/#i_86663

FEUILLETON

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 2 485 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le monde du feuilleton »  : […] Ainsi, en peu d'années, le roman populaire a recensé ses territoires et donné forme stable au continent qu'il découvrait. II a appris à se soumettre à trois principes d'organisation : la série , qui définit son mode de production, le genre , qui qualifie et délimite ses contenus, le niveau , critère implicite qui renvoie à l'appar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feuilleton/#i_86663

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs et phénomènes méconnus de l'espace littéraire »  : […] Avec Mimologiques (1976), Genette introduit un premier grand tournant dans son travail critique : sans abandonner la poétique, il se confronte aux « jeux », aux territoires inconnus et aux aspects transcendants de l'espace littéraire. Ainsi, dans Mimologiques – sous-titré « Voyage en Cratylie » – Genette reprend l'interrogation pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_86663

GNOMIQUE POÉSIE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 268 mots

Mettre en vers des sentences, des maximes ou des préceptes moraux sert avant tout leur mémorisation, mais leur attrait esthétique ainsi augmenté doit contribuer à leur meilleure propagation. Aussi la poésie gnomique existe-t-elle depuis toujours. Elle est très présente dans la littérature orale, les proverbes rimés et rythmés en relèvent aussi. Le premier et le plus illustre auteur du genre est in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie-gnomique/#i_86663

HAGIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 806 mots

À l'extrémité de l'historiographie, comme sa tentation et sa trahison, il existe un autre discours. On peut le caractériser de quelques traits qui ont seulement pour objet ici de le situer dans un voisinage, comme le corpus d'une différence. Essentiellement, il illustre une signification acquise, alors qu'il prétend ne traiter que d'actions, Acta, Res gestae . Sulpice Sévère, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagiographie/#i_86663

IDYLLE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 599 mots

Le mot eïdullion , dans la poésie alexandrine, indique un poème court, de style moyen et d'écriture vive, à sujet essentiellement descriptif. Ce dernier point a longtemps fait assimiler, chez les lexicographes, l'idylle à un petit tableau verbal. Tout vient, pour notre tradition culturelle, des Idylles de Théocrite. Mais parmi la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idylle-genre-litteraire/#i_86663

JEU, genre dramatique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 2 002 mots

On désigne par le mot « jeu » les plus anciennes pièces de théâtre de langue française sans qu'on puisse affirmer qu'il s'agit vraiment du même genre littéraire. Quoi de commun entre le Jeu d'Adam et le Jeu de Robin et Marion ? La notion même de théâtre étant un anachronisme si on l'applique aux spectacles dramatiques du Moyen Âge, l'équivalent du mot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-genre-dramatique/#i_86663

JOURNAL INTIME

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 2 330 mots

Cet exercice le plus souvent secret de l'écriture reste un des plus ordinaires qui soit. Expression de l'unique, de l'individuel, sa pratique est difficile à définir ou délimiter, tant elle est protéiforme : le journal intime peut être un cahier de quelques feuillets ou le labeur de toute une vie (les 16 900 pages du Journal d'Amiel), un dispositif majeur dans l'œuvre d'un éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-intime/#i_86663

LAI

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 469 mots

Il s'agit originellement d'un genre poétique et musical, dérivant de chansons en latin vulgaire, mais surtout exploité par les harpeurs bretons, le texte étant alors soutenu par une mélodie syllabique. Dès le xii e  siècle, le genre se dédouble. D'un côté il connaît une évolution narrative à partir de Marie de France, qui assemble et rime les chan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lai/#i_86663

LAMENTATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 877 mots

Composition par laquelle le poète met en forme le topos du regret et du deuil à l'occasion d'un départ, d'une mort ou d'une calamité publique. Qu'il parle en son nom ou au nom de la communauté entière, il doit convertir l'émotion en mots, sans cesse renouvelés et cependant conformes à la tradition, car la douleur, elle, est toujours identique à elle-même. Cette « habitude po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamentation-genre-litteraire/#i_86663

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « La révolution de l'imprimé et ses effets »  : […] Advint ensuite le bouleversement majeur d'ordre technique que constitue l'apparition de l'imprimé à la fin du xv e  siècle. Cette Révolution du livre (Roger Chartier) a transformé toute l'économie culturelle. Elle a bouleversé le temps de fabrication et la disponibilité des textes : là où il fallait des mois pour réaliser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-texte-a-l-oeuvre/#i_86663

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

L'idée de littérature épistolaire a subi au xx e siècle une double restriction. D'une part, on a dénié à cette forme d'écriture la qualité d'« art », et G. Lanson a rejeté la notion de genre épistolaire hors du domaine littéraire ; aussi, dans l'inconscient culturel, réduit-on couramment la littérature épistolaire au roman par lettres, et seul l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_86663

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 064 mots

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire-notion-de/#i_86663

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un paysage littéraire en mouvement »  : […] Les délimitations multiples de ce que nous nommons « littérature » sont l’œuvre de la critique du xi x e  siècle et de l’institution scolaire. Ce terme désignait au xviii e  siècle des écrits d’érudition critique, jusqu’à ce que Louis Sébastien Mercier ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviiie-s/#i_86663

MAXIME

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 343 mots

Le relief obtenu par la grande concision et l'emploi des figures dans un énoncé moral de portée générale a toujours été recherché, pour s'imposer à l'attention et à la mémoire, par le genre gnomique ; et ce genre s'insinue dans tous les autres. Au xvi e  siècle, les auteurs tragiques qui signalent par des guillemets leurs vers-proverbes font figur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime/#i_86663

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] À l'exception de Montaigne, dont il faudra reparler, cette famille des « moralistes français » écrit donc la langue classique et pratique dans tous les cas la forme brève : pensées, maximes, caractères, « réflexions ou remarques ». Mais, à ne retenir même que trois auteurs, qu'ont-ils réellement en commun – sinon la qualité exceptionnelle d'un style ? Pascal a voulu livrer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_86663

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Styles, jeux et danses »  : […] La tradition du lyrisme médiéval s'explique-t-elle par la théorie des styles ? En se référant explicitement au style tragique pour définir la chanson d'amour, Dante rappelle les principes reconnus par les écrivains du Moyen Âge. Formés par la grammaire et la rhétorique latines, ils avaient une idée hiérarchique de leur art, conforme à l'image même qu'ils se faisaient de la so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_86663

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « « Ordo disciplinae » »  : […] L'apparition d'une science médiévale de l'interprétation est réglée par un certain nombre de transformations qui, à partir des années 1150, font passer le discours de l'assimilation des données philosophiques et théologiques de la période tardo-antique à la production de langages, de méthodes et de problèmes nouveaux : au niveau des techniques pédagogiques, le passage de la lectio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_86663

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Depuis les nouvelles de la Renaissance, on ne fait que parler des renaissances de la nouvelle : au xix e , au xx e  siècle. Comme si ce genre périodiquement périclitait, ou décédait. Mais l'âge classique pourrait bien se définir : celui, notamment, de la nouvelle. Et dans la Chine des Song, des M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle/#i_86663

NOUVELLE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 314 mots

Type de récit bref qui remplace, à la fin du Moyen Âge, le fabliau et le dit en vers. Le nom et le genre viennent d'Italie ; le Décaméron de Boccace et les Facéties du Pogge, alors traduites en français, fournissent les modèles aux Cent Nouvelles nouvelles , recueil composé pour le duc de Bourgogne Philippe le Bon au milieu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-medievale/#i_86663

ODE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 882 mots
  •  • 1 média

L'ode est une forme. Pour une fois, l'étymologie correspond à la réalité de sens ( ôdè , chant) et nous renvoie naturellement aux anciennes manifestations de la poésie en Occident, c'est-à-dire au lyrisme grec. Le lyrisme, on le sait, est un chant fait de couplets, accompagné de musique. L'une de ses traditions le plus précisément saisissables est la lyrique pindarique : l'od […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ode-genre-litteraire/#i_86663

ORAISON FUNÈBRE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 1 297 mots

La coutume de louer et donc de pleurer un mort remonte à l'Antiquité : Grecs et Latins possédaient déjà la double tradition lyrique (thrènes ; nénies, élégies) et oratoire (panégyrique collectif ; laudatio funebris individuelle, méprisée par Cicéron pour ses excès). Le christianisme oriente le genre vers le sermon (les grands modèles en seront saint Ambroise et saint Grégoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oraison-funebre/#i_86663

PAMPHLET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 786 mots

Au sens strict, le mot « pamphlet » désigne une brochure brève et incisive, une œuvre d'actualité, de combat et de passion attaquant le plus souvent violemment un personnage connu, un parti ou une institution. Bien que la brièveté (cent pages au maximum, souvent moins, « une feuille ou deux », écrit P.-L. Courier) soit l'une des règles générales du pamphlet, certains textes, par leur nature, leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pamphlet/#i_86663

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un genre aux contours incertains »  : […] Pourtant Aristote l'évoque au chapitre  ii de la Poétique  : « Homère a représenté des personnages meilleurs, Cléophon, semblables, Hégémon de Thasos, le premier auteur de parodies, et Nicocharès, l'auteur de la Deiliade , pires » (trad. Dupont-Roc, Lallot, 1980). Dans la sorte de grille des genres littéraires qu'il établit, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_86663

PARODIE, art et littérature

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 231 mots

Exercice de virtuosité en même temps que démonstration de liberté, condamnée à dépendre de l'original qu'elle détourne, et, comme la satire, prisonnière du contexte et victime du temps, la parodie constitue une approche instructive des œuvres, des styles et des genres qu'elle rabaisse et pervertit – souvent –, magnifie – parfois –, analyse – toujours. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-art-et-litterature/#i_86663

PASTICHE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

La pratique du pastiche, genre imitatif relevant de l'activité artistique « au second degré » (G. Genette), remonte aussi loin que la création d'œuvres originales, bien que le mot lui-même n'apparaisse dans le vocabulaire de la peinture qu'au xvii e siècle. Considéré comme genre « mineur », car il est attaché à son original comme la Lune l'est à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastiche-genre-litteraire/#i_86663

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité gréco-latine »  : […] Parler de poésie pastorale, c'est nommer d'abord Théocrite et Virgile. Mais ces poètes n'ont pas surgi ex nihilo , et remonter aux origines lointaines du genre n'est pas aisé. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_86663

POÈME EN PROSE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 014 mots

La frontière qui sépare la poésie de la prose n'est guère indiscutable qu'aux yeux de ceux qui réduisent la poésie à la seule versification. Pourtant, cette frontière — son tracé ou bien son existence même — n'a jamais cessé d'être contestée de toutes parts, à toutes les époques. Le poème en prose , depuis le romantisme, est un des lieux privilégiés de cette contestation. Aup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-en-prose/#i_86663

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

La poésie est d'autant plus difficile à définir qu'elle recouvre une pratique très diversifiée, plus qu'un genre particulier. Mais, tout autant que sa diversité, frappe son universalité, qui invite à chercher, par-delà ses multiples variantes linguistiques et historiques, les critères constants qui la distinguent d'autres pratiques littéraires. La forme versifiée a longtemps constitué la caractér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_86663

POÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER, 
  • Tzvetan TODOROV
  •  • 4 791 mots

Dans le chapitre « Poétique, rhétorique, herméneutique »  : […] La Poétique d' Aristote, vieille de deux mille cinq cents ans, est à la fois le premier ouvrage entièrement consacré à la « théorie littéraire » (les guillemets sont indispensables ici pour prévenir l'anachronisme) et l'un des plus importants qui soit. La présence simultanée de ces deux traits n'est pas sans paradoxe : c'est comme si un homme à la moustache déjà grisonnante […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetique/#i_86663

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

L'expression « roman policier » a toujours constitué une dénomination réductrice, et les multiples tentatives faites pour le définir ou le codifier n'ont jamais été satisfaisantes – Edgar Allan Poe dans « Genèse d'un poème », S. S. Van Dine, en 1928, dans un article de l' American Magazine . Dès sa naissance, ce genre littéraire est vite devenu insaisissable parce que multifo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_86663

PORTRAIT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

Montaigne demandait pourquoi il n'était pas loisible « à un chacun de se peindre de la plume » comme tel personnage dont il cite l'exemple « se peignait d'un crayon ». Le développement du portrait littéraire (dont les Essais sont justement l'une des premières manifestations systématiques) est en effet lié au modèle pictural (le terme lui-même est un terme de peinture) et plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait-genre-litteraire/#i_86663

RÉCEPTION, art et littérature

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU, 
  • François-René MARTIN
  •  • 2 286 mots

Dans le chapitre «  Littérature »  : […] Les études sur la réception s'intéressent au rôle structurant, dans l'œuvre, du destinataire. Qu'il soit lecteur ou spectateur, celui-ci permet d'actualiser ce qui, sans lui, ne pourrait exister qu'à l'état latent. Seule la réception permet à l'œuvre de s'inscrire dans l'histoire. Qu'il la rejette, l'oublie, la réhabilite ou l'encense, le destinataire détermine donc sa postérité. Mais il détermin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reception-art-et-litterature/#i_86663

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 2 médias

Le caractère essentiel du récit de voyage devrait être sa diversité. N'est-ce pas pour être désorienté qu'on va à l'étranger, ou qu'on lit ? Il est cependant possible de trouver des points communs à la multitude de récits qui racontent des pèlerinages ou constituent des enquêtes : quelqu'un s'adresse à un lecteur dont il se fait une idée particulière pour le mettre au courant de sa quête. Mais ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_86663

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

En dehors de quelques acceptions plus délimitées, telles que « chanteur de romances » ou « recueil de romances », le mot romancero désigne tant l'ensemble que les différents groupes des romances espagnols. On a adopté, en français, la forme masculine afin de distinguer un romance d' une romance. Dérivé de l'adv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero/#i_86663

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 892 mots
  •  • 8 médias

À la fin du xviii e  siècle, une mutation remarquable vient affecter le genre du récit de voyage : alors que l’âge classique avait privilégié les connaissances rapportées par le voyageur, le nouveau récit s’organisa autour de la personnalité de ce dernier, de ses sentiments, des aventures survenues lors de son voyage. Cette lente évolution fut pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-aventures/#i_86663

ROMAN HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 1 016 mots

Le roman a toujours puisé dans l'histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner les prestiges du vraisemblable. Mais, en tant que genre spécifiquement déterminé, le roman historique a pris son essor — comme la plupart des formes romanesques — au xix e siècle, alors que la bourgeoisie prend le pouvoir. C'est au xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-historique/#i_86663

ROMAN POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Les genres »  : […] Loin d'être homogène, le roman populaire se diversifie en plusieurs branches. La plus importante est sans conteste celle du roman historique, qui convie le lecteur à un dépaysement dans le temps, avec une prédilection marquée pour certaines époques. Arrive en tête la période qui s'étend des guerres de Religion à la Régence. Maurice Maindron situe son Tournoi de Vauplassans e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-populaire/#i_86663

ROMAN SENTIMENTAL

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI
  •  • 2 472 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une promesse de bonheur »  : […] En littérature, un genre renvoie à un ensemble de textes définis par des thèmes et des caractéristiques formelles communs. Des éléments, trames narratives ou protagonistes sont institués comme des marques de la série. Le schéma du roman sentimental est précisément cadré : il raconte une relation amoureuse depuis la naissance du sentiment jusqu'à l’aboutissement heureux, une fin positive qui le di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-sentimental/#i_86663

RONDEAU

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 560 mots

Le rondeau qui naît de la danse, de la ronde , ancre ce qui deviendra une forme lyrique dans le corps, le rythme et la musique. Le Moyen Âge toutefois met plutôt le rondeau en rapport avec sa forme, à l'enseigne du rond . Pensée homologique qui au-delà de la stricte étymologie dit une essence formelle : le retour du refrain. Le rondeau comme texte poétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rondeau/#i_86663

SAGAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 700 mots

Il entre dans le « miracle islandais » d'avoir su créer, à partir du xii e  siècle, une littérature originale et inimitable encore trop mal connue, en France notamment. Au premier rang de cette production se placent les sagas, chefs-d'œuvre narratifs en avance de plus d'un demi-millénaire sur leur temps et qui continuent de passionner la critique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagas/#i_86663

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Satire et naturel »  : […] Il suffit de peu de chose pour que les voies du comique (monologue, dialogue, autres procédés repris des Anciens et des Italiens) deviennent les voies du naturel. Comme les autres genres, la satire classique se propose d'« imiter les actions humaines ». Comme les autres genres, mais avec plus de simplicité : chez l'Arioste et chez Régnier, chez Furetière et chez Boileau, le vraisemblable se trouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_86663

SCIENCE-FICTION

  • Écrit par 
  • Roger BOZZETTO, 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 8 006 mots
  •  • 5 médias

L'« effet science-fiction » commence au niveau de la phrase. Ainsi Michel Jeury, dans Les Enfants de Mord (1979), fait dire à l'un de ses personnages : « Vous devez savoir que Louis Catalina n'est pas mort. Enfin, il n'est plus mort. » Un autre ajoute un peu plus loin : « J'espère qu'il restera mort un bon bout de temps ! ». Puis, c'est Catalina qui prend la parole : « Je co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/science-fiction/#i_86663

SPECULUM, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 613 mots

Mot latin signifiant « miroir », fréquemment employé dans le titre d'ouvrages d'édification sur des sujets théologiques ou moraux, et genre littéraire didactique. Les plus anciens textes de ce genre en Occident sont les Miroirs des princes par lesquels l'Église carolingienne essaie de faire l'éducation des empereurs et des grands : citons la Via Regia de Smaragde de Saint-Mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculum-genre-litteraire/#i_86663

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le style comme instrument de généralisation »  : […] Bien avant que se constitue une stylistique, le style se propose comme un concept opératoire pour un savoir dont la principale ambition est de recenser et de classer. C'est ainsi qu'au Moyen Âge on distingue, dans la littérature, trois styles : élevé, moyen et bas, qui permettent, par exemple dans l'œuvre de Virgile, de situer respectivement L'Énéide , les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_86663

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

La tragédie naît en Grèce au vi e siècle avant J.-C., mais c'est à Athènes, au cours du v e siècle, qu'elle trouve sa forme littéraire achevée. Les œuvres tragiques qui nous sont parvenues et que les Grecs nous ont transmises parce qu'ils les jugeaient dignes d'être conservées (trente-deux pièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_86663

UNIVERS SANS LIMITES (J. Goimard)

  • Écrit par 
  • Roger BOZZETTO
  •  • 921 mots

La collaboration de Jacques Goimard à de nombreuses publications tant littéraires que cinématographiques, les séminaires qu'il a pu diriger à Paris-VII, enfin son travail comme directeur de collection chez Presses Pocket lui ont permis d'être un observateur privilégié de ces domaines mal connus et si galvaudés qu'ont longtemps été la science-fiction, le merveilleux, le fantastique, ou encore de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/univers-sans-limites/#i_86663

VERSIFICATION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 1 216 mots

Dans les langues où la longueur de la syllabe est pertinente (soit par la nature de la voyelle, soit par sa position, c'est-à-dire son environnement consonantique de droite), les vers sont construits et identifiés d'après un nombre relativement fixe de pieds (séquence rythmée de syllabes longues, notées ▂, et de syllabes courtes, notées ⌣). Les vers de six pieds sont dits hexamètres, et sont surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/versification/#i_86663

VILLANCICO

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 359 mots

Genre de chanson espagnole, le villancico fut en vogue à l'époque de la Renaissance, mais il existait bien auparavant et il demeurera populaire longtemps après. Cette forme poétique et musicale peut être chantée a cappella ou être dotée d'un accompagnement instrumental. Chanson d'origine populaire ayant souvent pour thème une prière ou un poème amoureux, le villancico évolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/villancico/#i_86663

VIRELAI

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 138 mots

Du xiii e au xv e  siècle, forme la plus répandue de la chanson française. Le virelai classique débute, comme le rondeau, par une strophe-refrain reprise après chacune des trois strophes-couplets de huit vers. De plus, la dernière partie de la strophe reprend ordinairement la mélodie du refrain. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virelai/#i_86663

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie SCHAEFFER, « GENRES LITTÉRAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-litteraires/