ÉLOQUENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'éloquence est ce qui fait un discours ou un orateur persuasifs. Elle a partie liée avec la rhétorique, qui enseigne l'art de persuader, qu'on la considère, ainsi que le fait Quintilien, comme le résultat de règles purement formelles ou, selon Cicéron, comme « don naturel » de l'homme cultivé : « Ce n'est pas l'éloquence qui est née de la rhétorique, mais la rhétorique qui est née de l'éloquence » (De oratore, XXXIII, 146). La persuasion est une puissance, une maîtrise d'autrui : aussi l'éloquence, politique comme celle de Démosthène, judiciaire comme celle de Lysias, ou épidictique (éloges et blâmes), représente-t-elle un but dans l'éducation du citoyen grec puis romain ; une vertu apologétique (Lacordaire : « L'éloquence est l'âme rompant toutes les digues de la chair, quittant le sein qui la porte et se jetant à corps perdu dans l'âme d'autrui ») et révolutionnaire (Danton, Saint-Just). L'histoire de la pensée valorise contradictoirement l'éloquence : Platon rattache la persuasion à l'apparence et à l'opinion par opposition au vrai, assimilant la rhétorique à la flatterie (cf. Gorgias, 463 b) et le sophiste à l'illusionniste (cf. Le Sophiste) ; Aristote en fait au contraire le complément indispensable, au même titre que la dialectique (cf. Rhétorique), de l'Organon logique. Mais dans tous ces cas, et même quand Platon dans le Phèdre jette les bases d'une rhétorique « philosophique », l'éloquence n'est pas en tant que telle dire du vrai. Or c'est ce que la pratique sophistique, comme plus tard Nietzsche, pourrait contester : qu'il y ait une autre naturalité du langage que rhétorique, une autre loquacité qu'éloquente.

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉLOQUENCE  » est également traité dans :

ABRAHAM A SANCTA CLARA JOHANN ULRICH MEGERLE dit (1644-1709)

  • Écrit par 
  • Hélène FEYDY
  •  • 643 mots

Prédicateur populaire de l'Autriche baroque, Abraham a Sancta Clara fut aussi un grand moraliste. Apprécié pour son éloquence et sa verve caustique, il est resté célèbre pour ses effets de style. Son vrai nom est Johann Ulrich Megerle. Né en 1644 à Kreeheinstetten dans le pays de Bade, il mourut à Vienne en 1709. D'origine modeste, il fit une carrière brillante et accéda aux plus hautes dignités e […] Lire la suite

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

La rhétorique désigne l'art du rhéteur, de l'orateur grec : en ce sens, elle engage une définition du langage et de ses pouvoirs. Elle est l'art de bien parler, c'est-à-dire d'agir par la parole sur un auditoire, de le convaincre par l'argumentation, mais aussi par l'émotion. Elle est donc en même temps une pratique (l'éloquence) et sa théorie. Elle tend par là à se présenter comme modèle de la r […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Éloquence et poésie »  : […] Les deux nuances vont rester confrontées à travers l'histoire. Dans le Pro Murena (62 av. J.-C.), Cicéron reprend la théorie de l'inspiration qui lui vient de Platon et d'Héraclite et tente de la concilier avec l'éloquence prônée par Aristote. Dans l' Orator , il pose la doctrine du beau idéal (l'artiste prend l'Idée pour modèle), qui gardera beaucoup d'influence. Dès son premier traité de rhéto […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une littérature engagée »  : […] Athènes reste donc le foyer le plus ardent de la vie de l'esprit, ce qui apparaît aussi dans sa riche littérature. La tragédie se meurt, mais on voit apparaître une nouvelle forme dramatique, la « comédie moyenne » avec une intrigue solide et des personnages mieux étudiés. La littérature est tout entière orientée vers l'action. L'éloquence devient le genre primordial : éloquence judiciaire des l […] Lire la suite

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prestige d'un style »  : […] L' éloquence de Bossuet, comme toute grande éloquence, est évidemment variée. Toutefois, l'un de ses caractères les plus visibles est le goût des périodes. Certaines, dans les oraisons funèbres, les sermons ou le Discours sur l'histoire universelle , sont restées célèbres ; ainsi le début de l' Oraison funèbre d'Henriette de France  : « Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les e […] Lire la suite

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ouvrages de rhétorique »  : […] Cedant arma togae . Cicéron n'avait pas d'autres moyens d'action et d'influence que son éloquence. C'est en ce sens qu'on peut assimiler à un traité politique ses trois livres de dialogues à la manière d'Aristote, De oratore (55) ; il avait déjà écrit, vers 88, deux livres De inuentione , dont il devait plus tard condamner la forme scolaire. À partir de 46, profitant des loisirs forcés offerts pa […] Lire la suite

DE L'ORATEUR, Cicéron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 732 mots

Tribun et magistrat romain, Cicéron (106-43 av. J.-C.) s'est fait le théoricien de l'éloquence, principalement dans le De Oratore (55 av. J.-C.), somme de l'art oratoire en trois livres, reçue depuis la Renaissance comme le meilleur témoin de l'humanisme antique. Sur le même sujet, il a composé principalement deux autres traités, dont en 46 l' Orator , traduit en français simplement par L'orateu […] Lire la suite

DÉMOSTHÈNE (384-322 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Gilberte RONNET
  •  • 2 501 mots

Dans le chapitre « L'action oratoire »  : […] Un aspect de son éloquence nous échappe : cet art du geste, cette ardeur passionnée dont Eschine, devenu maître de rhétorique, porte témoignage, lui qui, après l'avoir raillée du vivant de son adversaire, lui rendait hommage en disant, après avoir lu à ses élèves admiratifs le Discours sur la couronne  : « Que serait-ce si vous aviez entendu le monstre lui-même ! » Selon une anecdote transmise par […] Lire la suite

DIALOGUE DES ORATEURS, Tacite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 768 mots

Dans le chapitre « Contre l'éloquence ? »  : […] Le dialogue se déroule à Rome, sous l'empereur Vespasien (vers 75), chez Maternus, écrivain et orateur qui juge sévèrement son temps – aussi le débat va-t-il porter pour l'essentiel sur l'évolution de l'art oratoire de la République à l'Empire. L'éloquence doit-elle être préférée à la poésie (et l'orateur au poète), comme le soutient Marcus Aper ? Le plaidoyer de ce dernier ne convainc pas Matern […] Lire la suite

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

« Sublime » est d'abord un terme technique, emprunté par la théorie littéraire à la rhétorique, décalque du latin sublimis , qui traduit le grec hupsos  : « élevé », « en hauteur ». Il qualifie donc le « style élevé », celui de la grande éloquence, qui vise à provoquer l'admiration de l'auditeur, et à le transporter. Mais le propre de cette notion est que, dès l'Antiquité, elle paraît problémati […] Lire la suite

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « ÉLOQUENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eloquence/