ALLÉGORIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On définit généralement l'allégorie en la comparant au symbole, dont elle est le développement logique, systématique et détaillé. Ainsi, dans la poésie lyrique, l'image de la rose apparaît souvent comme le symbole de la beauté, de la pureté ou de l'amour ; Guillaume de Lorris en a fait une allégorie en racontant les aventures d'un jeune homme épris d'un bouton de rose. Il est évident qu'entre le symbole et l'allégorie, la faveur du public moderne va plutôt au premier, qui semble plus riche et plus profond. Mais cette préférence tient parfois à une conception trop étroite et trop superficielle de l'allégorie, conception dont les grammairiens du Moyen Âge sont tout autant responsables que les critiques contemporains.

Le mot ἀλληγορία a remplacé tardivement chez les Grecs, à l'époque de Plutarque, le mot ὑπόνοια pour désigner la « signification cachée » sous la donnée sensible du langage, par exemple dans la narration ou la description. Mais ce changement de terme s'accompagne d'une restriction de sens : on désigne par le mot ἀλληγορία une forme de l'exposé littéraire plutôt qu'une méthode d'interprétation. Les grammairiens latins ont confirmé ce point de vue en présentant l'allégorie comme une figure de rhétorique, la métaphore continuée (Quintilien).

Trop soucieux d'étymologie, les théoriciens du Moyen Âge se contentent souvent de définir l'allégorie par un certain décalage entre ce qui est dit et ce qui est signifié : Allegoria est cum aliud dicitur et aliud significatur. D'où une certaine difficulté à distinguer, dans les Arts poétiques de Mathieu de Vendôme ou Geoffroi de Vinsauf, ce qu'ils appellent permutatio (allégorie) de ce qu'ils nomment translatio (simple métaphore). C'est chez [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages



Médias de l’article

Le Roman de la Rose

Le Roman de la Rose
Crédits : Hulton Getty

photographie

Les Amants trépassés, anonyme

Les Amants trépassés, anonyme
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Horloge astronomique (détail), Prague, République tchèque

Horloge astronomique (détail), Prague, République tchèque
Crédits : K. Tronin/ Shutterstock

photographie





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître assistant en histoire de l'art médiéval à l'université de Genève (Suisse)
  • : écrivain, chercheur
  • : maître de conférences, département de philosophie, université de Paris-X-Nanterre
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne
  • : professeur d'archéologie romaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ALLÉGORIE  » est également traité dans :

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Une première conception de l'allégorie provient de la rhétorique (Cicéron, Quintilien) : elle définit comme une « métaphore continuée » cette manière de parler qui désigne une chose par une autre (du grec allos, « autre », et agoreuein, « parler en public »). La […] Lire la suite

ALAIN DE LILLE (1128-1203)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 043 mots

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt. On le surnomme « le Docteur universel », parce que, disait-on, « il sa […] Lire la suite

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la Bible, et distincts du sens immédiatement apparent. Cette pr […] Lire la suite

APPIANI ANDREA (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 512 mots

Parmi les représentants majeurs du néo-classicisme, on doit à coup sûr compter Andrea Appiani. Aux côtés d'un Giani, plus tendu et brutal, d'un Camuccini, plus maniérisant, Appiani est en Italie dans la lignée de Mengs et d'Angelica Kauffmann le représentant d'un art où le retour à l'antique passe, entre autres, par une méditation des classicismes, de celui du Raphaël de la Farnésine à celui de Po […] Lire la suite

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire et le mystère »  : […] Entre l'espoir d'une mémoire retrouvée et la crainte de s'oublier dans les séductions propres à l'image : c'est toute l'histoire de l'art religieux qui pourrait se raconter à partir de cette grande oscillation inquiète. Les peintres de la Renaissance faisaient-ils autre chose qu'enraciner un culte légitime à peindre de si beaux Saint Sébastien  ? ces corps impassibles et rayonnants malgré l'attein […] Lire la suite

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Règne de l'allégorie »  : […] Cette symbiose du théâtre sacré et du théâtre profane a valu au genre eucharistique un grand éclat littéraire et des moyens techniques inespérés pour des spectacles de plein air. À des dramaturges qui étaient presque tous des prêtres, la « quadruple interprétation » traditionnelle de l'Écriture offrait maintes « figures » toutes faites pour représenter le don divin de l'eucharistie : les « pains d […] Lire la suite

BUNYAN JOHN (1628-1688)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 1 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enseignement du « Pilgrim's Progress » »  : […] Le mode allégorique qui est le propre du Voyage du pèlerin fait de l'ouvrage l'expression privilégiée de la foi d'un peuple qui demande alors au récit de faire apparaître, comme à travers un miroir grossissant, la vérité familière enfermée dans le texte biblique et sur laquelle il se fonde. Semblable mode d'expression est essentiellement biblique, dans la mesure où l'écrivain use d'images accessi […] Lire la suite

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « autos sacramentales » »  : […] Les autos sacramentales sont, sous la plume de Calderón, des pièces allégoriques de plus de mille vers, que l'on représentait le jour de la Fête-Dieu dans les rues des villes et des villages et dont le dénouement implique l'intervention divine matérialisée par l'Eucharistie. Le poète part de n'importe quelle donnée : de circonstance, biblique, mythologique ou de pure fantaisie. Il constitue en pe […] Lire la suite

COLONNA FRANCESCO (1433 ou 1434-1527)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 702 mots

Né, semble-t-il, à Venise d'une famille peut-être originaire de Trévise où il aurait pu séjourner en 1462-1467, Francesco Colonna entre dans le couvent dominicain de Saint-Jean-et-Saint-Paul à Venise où sa présence est attestée en 1471. Il étudie à Padoue où il devient, en 1473, bachelier en théologie. Plus tard, il obtiendra le doctorat dans la même discipline. La culture de Francesco Colonna est […] Lire la suite

LA COMÉDIE, Dante Alighieri - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Charles VEGLIANTE
  •  • 1 709 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une somme poétique »  : […] L'une des caractéristiques de cette œuvre inclassable est aussi d'avoir été la dernière synthèse universelle possible d'un Moyen Âge extrême et atypique, mais grosse déjà des ouvertures de l'humanisme tout proche. Bien qu'écrite en langue vulgaire « illustre » (le florentin de son époque), fixée et réinventée par et pour la création de Dante, une pareille somme sera très vite qualifiée de « divine […] Lire la suite

DU BUS GERVAIS (fin XIIIe-déb. XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 505 mots

Notaire de la chancellerie royale, Gervais du Bus compose entre 1310 et 1314 le Roman de Fauvel , poème satirico-allégorique de 3 280 vers. Fauvel, nom souvent donné à un cheval, est ici une désignation emblématique : il est formé des initiales de Flatterie, Avarice, Vilenie, Variété, Envie et Lâcheté. La couleur fauve est signe d'hypocrisie. La glose étymologique interprète aussi le mot comme com […] Lire la suite

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les moralités »  : […] Les moralités apparaissent vers la fin du xiv e  siècle, sans d'ailleurs supplanter les miracle plays. Ce sont de véritables pièces de théâtre, avec conflit et dénouement, qui dramatisent les difficultés du salut de l'homme, champ de bataille où les forces du mal – les vices, les péchés, ceux que les artistes du Moyen Âge sculptent sur la façade des cathédrales – montent à l'assaut de la citadell […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] Le christianisme apporte en premier lieu à l'esthétique l'idée de création conçue d'après le modèle théologique. Certes, Dieu n'a pas besoin de matière pour créer ; son opération, qui s'accomplit hors du temps, ne peut se comparer à aucune autre. Mais sur l'artiste rejaillit quelque chose de la dignité de l'Acte suprême ; d'où ce que l'on a pu appeler un optimisme esthétique, propre à tout le Moy […] Lire la suite

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

Dans le chapitre « L'explication d'Homère et de Virgile »  : […] S'appuyant sur l'étymologie, les grammairiens de l'Antiquité définissaient l'allégorie comme une figure de style consistant à énoncer une chose pour en faire entendre une autre. Selon Charisius ( iv e  s. apr. J.-C.), Virgile s'exprime allégoriquement lorsqu'il écrit : « Il est grand temps de libérer du harnais les cous fumants de nos chevaux », pour signifier que le moment est venu pour lui d'ach […] Lire la suite

JOACHIM DE FLORE (1132 env.-env. 1202)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « L'attente du « troisième état » »  : […] Fils de notaire, né à Celico en Calabre, Joachim fut sans doute page à la cour du roi (normand) de Sicile. Atteint, à Constantinople, au cours d'un pèlerinage en Terre sainte, par une maladie épidémique et guéri d'une manière « miraculeuse », il renonça au monde. Moine cistercien, on le trouve en 1178 abbé de Corazzo. Comme Pierre Damien et Bernard de Clairvaux, il se méfie des écoles urbaines et […] Lire la suite

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lente visualisation du discours écrit »  : […] Cependant, ces typographes, qui veillèrent si soigneusement à la correction de leurs textes et qui furent pour la plupart d'admirables metteurs en page, continuèrent à présenter les œuvres sans paragraphes ni blancs. Comment donc pouvait-on lire au xvi e  siècle les œuvres de Rabelais ou les Essais de Montaigne sans qu'aucun blanc permette de respirer, au long de dix pages, ou parfois plus encore […] Lire la suite

LE SPLEEN CONTRE L'OUBLI. JUIN 1848 (D. Oehler) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 1 656 mots

Roland Barthes voyait dans la révolution de juin 1848 la fracture fondatrice de l' écriture . L'écriture, écrivait-il, « est le langage littéraire transformé par sa destination sociale, elle est la forme saisie dans son intention humaine et liée aux grandes crises de l'histoire ». 1848, en sonnant le glas de l'universalité de l'« idéologie bourgeoise », aurait marqué pour la littérature le moment […] Lire la suite

MACHAUT GUILLAUME DE

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 609 mots

Dans le chapitre « Un poète allégorique »  : […] L'œuvre de Machaut est intégralement restituée grâce à cinq manuscrits des xiv e et xv e  siècles, conservés à la Bibliothèque nationale. D'autres manuscrits de la même époque comportent des pièces de Machaut, dispersées au milieu de compositions diverses, et permettent aux musicologues un travail critique rigoureux. Il est difficile de séparer l'œuvre poétique de l'œuvre musical. Les grands dits […] Lire la suite

MILTON JOHN (1608-1674)

  • Écrit par 
  • Jacques BLONDEL
  •  • 4 052 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Serviteur de la poésie »  : […] Né au cœur de la cité de Londres, John Milton fut élevé selon les traditions les plus rigoureuses de la pédagogie humaniste. Son père, tabellion de haute intégrité, y veilla de bonne heure et le confia à un précepteur puritain ; il aimait lui-même la poésie et jouait de l'orgue. Le jeune homme apprit qu'il ne devait pas gaspiller son talent, tandis qu'il étudiait les lettres classiques et s'enchan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric ELSIG, Jean-François GROULIER, Jacqueline LICHTENSTEIN, Daniel POIRION, Daniel RUSSO, Gilles SAURON, « ALLÉGORIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/