Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOI

Articles

  • DÉVELOPPEMENT DU SOI

    • Écrit par Delphine MARTINOT
    • 1 045 mots

    Le soi n’est pas présent à la naissance, mais se développe tout au long de la vie de l’individu, et plus particulièrement chez le jeune dans le cadre d’une interaction entre l’évolution des capacités cognitives personnelles et l’influence des agents de socialisation (parents, institution...

  • SOI (psychologie)

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 1 327 mots
    • 1 média

    « L'endroit où le soi, le non-moi psychologique, est endormi est l'endroit le plus banal du monde — une gare, un théâtre, la famille, la situation professionnelle. » La psychologie des profondeurs telle que l'a théorisée Carl Gustav Jung repose sur une distinction entre deux...

  • SOI (psychologie sociale)

    • Écrit par Delphine MARTINOT
    • 918 mots

    Le soi correspond à ce que nous voulons signifier en disant « je ». Les informations accumulées par l’individu sur lui-même sont si nombreuses et diverses qu’elles font de ce concept un objet complexe à étudier. Depuis la fin des années 1970, de très nombreuses recherches menées en ...

  • ĀTMAN

    • Écrit par Michel HULIN
    • 879 mots

    Le terme ātman est présent dès le Ṛg-Veda, où il désigne une sorte de principe de vie supérieur aux autres éléments constitutifs de la personne – sens, organes spécialisés, membres – et coordonnant leur activité. Dans les couches plus récentes de la littérature védique – les ...

  • CHEMIN, symbolisme

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 894 mots

    Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par...

  • EXISTENTIAL

    • Écrit par Henry DUMÉRY
    • 456 mots

    Terme technique de l'ontologie professée par Martin Heidegger et exposée par lui dans L'Être et le Temps (Sein und Zeit, 1927). Depuis lors, ce terme a été repris par différentes écoles existentialistes, mais non par toutes.

    Il y a lieu de bien distinguer entre « existentiel » et...

  • FESTINGER LEON (1919-1989)

    • Écrit par Laurent BÈGUE
    • 386 mots

    Leon Festinger est une figure centrale de la psychologie sociale du xxe siècle. Originaire de New York, titulaire d’un doctorat de l’université de l’Iowa sous la direction de Kurt Lewin, il a travaillé dans plusieurs universités prestigieuses, dont Stanford. De nombreuses distinctions ont émaillé...

  • HARTMANN HEINZ (1894-1970)

    • Écrit par Pamela TYTELL
    • 824 mots

    Fils d'un professeur d'histoire de l'université de Vienne, Heinz Hartmann fit ses études de médecine et travailla sous la direction du pharmacologue Hans Horst Mayer et du sociologue Max Weber. En 1927, alors qu'il était en psychanalyse avec Sandor Rado, il publia Die...

  • JOURNAL INTIME, notion de

    • Écrit par Elsa MARPEAU
    • 995 mots

    Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime.

    Sans que l'on puisse parler de « journaux », Michel...

  • ALTÉRITÉ, philosophie

    • Écrit par Sylvie COURTINE-DENAMY
    • 5 334 mots
    • 4 médias
    ...l'intersubjectivité, le paradigme des philosophies du sujet tient en ce qu'elles se définissent cependant toujours à la première personne : ego cogito. Et c'est pourquoi Paul Ricœur propose pour sa part une herméneutique du Soi qui se situerait « à égale distance de l'apologie du cogito...
  • AUTRUI (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 534 mots

    Tant que les hommes ont vécu au sein de petites communautés n’ayant que peu de relations entre elles, la notion d’« autrui » est demeurée absente. Trois conditions ont dû être remplies pour qu’une évolution significative se produise. D’abord une intensification des liens entre les groupes humains....

  • IDENTITÉ

    • Écrit par Annie COLLOVALD, Fernando GIL, Nicole SINDZINGRE, Pierre TAP
    • 13 231 mots
    • 1 média
    ...au-delà de l'unité symbiotique primaire, et dualisation « moi-je » par différenciation interne (instauration d'un espace interne, mental, réel-virtuel...). Cette quatrième dimension pose la question des liens entre l'unité et la diversité du soi constitué d'identités multiples, de territoires, de possessions...
  • INDIVIDUATION

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 416 mots

    Sur le plan philosophique, et d'une façon très générale, l'individuation désigne le processus d'organisation qui détermine la réalisation d'une forme individuelle complète et achevée. Qu'il y ait une réalité individuelle est une énigmemétaphysique. Elle...

  • INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE

    • Écrit par Yves WINKIN
    • 1 338 mots
    ...dans la pensée philosophique anglo-saxonne depuis John Locke (1632-1704), mais que la tradition cartésienne ne parvient pas à prendre en charge. Leself, c'est le soi, mais dans le sens de « conscience de soi ». Contrairement aux animaux, l'homme est capable de prendre conscience de lui-même....
  • JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

    • Écrit par Étienne PERROT
    • 5 215 mots
    • 1 média
    ...en spirale, et qui s'actualise peu à peu. L'être qui y est parvenu a le sentiment que l'axe de sa personnalité s'est déplacé. Le nouveau centre, appelé Soi (Selbst), est situé au-delà du moi qui occupe par rapport à lui la position d'un satellite. Le caractère mystérieux du Soi en rend la définition malaisée....
  • AUTORÉFÉRENCE ET MÉMOIRE

    • Écrit par Serge BRÉDART
    • 848 mots

    L’effet de l’autoréférence sur la mémoire désigne le fait que les informations relatives à soi sont mieux mémorisées que les informations relatives à autrui.

    La procédure classique qui a permis la mise en évidence de cet effet consiste à présenter des adjectifs décrivant des traits de ...

  • MOI

    • Écrit par Catherine CLÉMENT, Henry DUMÉRY
    • 12 459 mots
    Il l'est parce que Plotin prend en thème un soi ou un lui, parfois un nous (première personne du pluriel), qu'on risque de forcer, de fausser, de moderniser, en le traduisant par un moi, même si le pronom réfléchi autos est d'usage indéterminé, omnipersonnel, et même si Plotin, à de...
  • OPPOSITION CONCEPT D'

    • Écrit par Émile JALLEY
    • 18 859 mots
    • 4 médias
    ...existence (Dasein) comme devenir lié à la matière, à la contrainte physique. La seconde, qui se manifeste à travers la première, est la liberté, ou le soi (Selbst), de nature à la fois active et intensive, terme en soi purement vide et qu'exprime seulement la contrainte morale des lois de la...
  • PERCEPTION TACTILE

    • Écrit par Arlette STRERI
    • 1 291 mots
    Les neurones de l’aire motrice sont fortement liés aux entrées somesthésiques. L’exemple le plus crucial se situe dans la distinction entre soi et autrui. Comment sait-on qu’une caresse ou un coup provient de nous ou d’autrui ? Cette distinction est essentielle à la fois pour un concept...
  • PERSONNALITÉ

    • Écrit par Jérôme ROSSIER
    • 5 274 mots
    ...de son environnement. Cette perspective plus générale met l’accent sur la régulation de l’expression comportementale et peut conduire à dissocier : le soi en tant qu’acteur – rendant compte des traits de la personnalité –, le soi en tant qu’agent – qui implique les buts et valeurs de l’individu –, et...
  • TROUBLES ANXIEUX

    • Écrit par Dominique SERVANT
    • 6 544 mots
    ...situations où l’on est confronté aux autres. La personne s’isole, limite les contacts et ne peut s’engager pas dans la vie professionnelle et personnelle. On observe souvent une baisse del’estime de soi et un manque d’affirmation de soi dus aux difficultés rencontrées dans les situations sociales.
  • TROUBLES DÉPRESSIFS

    • Écrit par Emmanuelle CORRUBLE
    • 4 342 mots
    La perte de l’estime de soi se manifeste par un sentiment d’échec, d’infériorité, d’incapacité, d’insatisfaction, de dévalorisation, voire d’inutilité, d’indignité, de culpabilité et d’incurabilité. Le patient déprimé est découragé et pessimiste.
  • VOIE, symbolique

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 969 mots

    Traditionnellement, il faut entendre par « voie », voie d'éveil à la réalité, à ce qui est. Il est néanmoins très difficile de définir ce que les différentes traditions de sagesse entendent par « voie ». Ce terme peut y désigner à la fois la recherche de la vérité, l'attitude du...