JOURNAL INTIME, notion de

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime.

Sans que l'on puisse parler de « journaux », Michel Eyquem de Montaigne et Jean-Jacques Rousseau sont peut-être les plus illustres ancêtres de l'écriture de soi. Montaigne, dans les Essais (1580-1582 ; 1588 ; 1592), déclare en effet vouloir peindre non l'être mais le passage, ce qui désigne précisément l'impossible objet du journal. Deux siècles plus tard, Jean-Jacques Rousseau livre Les Rêveries du promeneur solitaire (1776-1778), qui se présentent comme « un informe journal de [ses] rêveries ». Alors que Les Confessions (1764-1769) se voulaient une disculpation des accusations portées contre lui, Rousseau ne prétend plus ici écrire que pour lui-même : « me voici donc seul sur la terre ». Mais c'est à partir de l'époque romantique que se développe le journal intime. On publie le Journal d'un poète (1867, éd. posthume) d'Alfred de Vigny, le Journal (1887-1892) des frères Goncourt ou encore, réunies par François René de Chateaubriand, le Recueil des pensées de M. Joubert (1838). Le goût de l'introspection explique partiellement cet essor et rejaillit sur une forme nouvelle de fiction littéraire qui confère à l'œuvre un caractère humain, authentique, comme dans Oberman (1804) de Senancour, Journal d'un fou (1834) de Nicolas Gogol, le Journal d'une femme de chambre (1900) d'Octave Mirbeau ou les Cahiers de Malte Laurids Brigge (1910) de Rainer Maria Rilke.

Ce procédé soulève l'ambiguïté même du journal intime : est-il destiné ou non à être lu ? La diffusion dénature-t-elle le projet d'auto-écriture ? Il semble que la vocation du journal consiste en effet à peindre, selon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle

Classification

Autres références

«  JOURNAL INTIME  » est également traité dans :

JOURNAL INTIME

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 2 330 mots

Cet exercice le plus souvent secret de l'écriture reste un des plus ordinaires qui soit. Expression de l'unique, de l'individuel, sa pratique est difficile à définir ou délimiter, tant elle est protéiforme : le journal intime peut être un cahier de quelques feuillets ou le labeur de toute une vie (les 16 900 pages du Journal d'Amiel), un […] Lire la suite

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xxe siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemble […] Lire la suite

ALVARO CORRADO (1895-1956)

  • Écrit par 
  • Gilbert BOSETTI
  •  • 816 mots

Journaliste et écrivain italien débutant par des poésies à l'époque des années 1910, où le roman était en Italie un genre discrédité par l'influence de l'esthétique de Croce et par la suite de la crise du naturalisme positiviste, Corrado Alvaro est surtout connu comme narrateur et essayiste. Cet ami de Pirandello, en effet, n'a été que marginalement tenté par le théâtre : La Longue Nuit de Médée […] Lire la suite

AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

  • Écrit par 
  • Pierre PACHET
  •  • 2 440 mots

L' essentiel de l'œuvre aujourd'hui reconnue d'Amiel est son Journal intime, dont il n'avait publié de son vivant que de courts extraits. En ce sens, sa figure littéraire a été totalement modifiée, et même révélée, par la postérité, et il peut faire figure d'écrivain pur, à la fois séparé de son œuvre, dont il ne pouvait connaître la figure à venir, et consubstantiel à elle, puisque depuis son ad […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Procès du sujet, procès de l'autobiographie »  : […] Il semble pourtant possible à certains, par-delà l'intervalle, de rechercher l'image d'une autre coïncidence. Si tout signifiant peut être considéré comme « mis à la place » de je , l'écriture sera nécessairement saturée d'autobiographisme. Les perturbations que subit le sujet livrent ses disjecta membra au grand océan du symbolique. L'autobiographie, transgressant les limites de la narration, s […] Lire la suite

AZIYADÉ, Pierre Loti - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bruno VERCIER
  •  • 962 mots
  •  • 1 média

Le 20 janvier 1879 paraît, à la librairie Calmann-Lévy, un petit livre sans nom d'auteur, Aziyadé  ; la couverture mauve est ornée d'un portrait de femme orientale. L'accueil de la critique est mince, et celui du public réservé. Pourtant, ce titre est celui qui vient à l'esprit lorsque l'on pense à Pierre Loti. Et c'est encore Aziyadé qui, un siècle plus tard, marque le début du « retour » à Loti […] Lire la suite

LES CARNETS (M. Tsvetaeva)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 001 mots

Notre xxi e  siècle commençant se penche volontiers sur les coulisses de la création et les écrits intimes – du brouillon désordonné aux mémoires construits, en passant par le journal. La parution de la traduction richement annotée des Carnets de Marina Tsvetaeva (publiés sous la direction de L. Jurgenson, traduits par E. Amoursky et N. Dubourvieux, éditions des Syrtes, Paris, 2008) s'inscrit da […] Lire la suite

LA CONFESSION IMPUDIQUE, Tanizaki Jun.ichirō - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne BAYARD-SAKAI
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Un texte labyrinthique »  : […] Il est certain qu'aujourd'hui, près d'un demi-siècle après sa parution, le roman paraît moins sulfureux. La sexualité est devenue un thème littéraire presque banal, le lecteur est plus tolérant quand il n'est pas franchement blasé. Le roman aurait donc vieilli s'il ne valait que par son sujet : or il continue à être d'une saisissante modernité qui tient à sa facture. La Confession impudique a en […] Lire la suite

DU BOS CHARLES (1883-1939)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots

Il « a été pour une certaine critique, ce que Proust fut pour le roman. Les deux hommes ont eu le même désir de coïncider avec un sentiment, un paysage et une œuvre... Du Bos, comme Proust, cherche — et trouve — l'essence. La critique ainsi conçue devient poésie et création » (André Maurois, Préface aux Approximations ). Cette optique définit une œuvre critique indépendante de tout programme. De m […] Lire la suite

LA HONTE et JE NE SUIS PAS SORTIE DE MA NUIT (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Gagner malheur » »  : […] En passant de la narration rétrospective de l'autobiographie à la narration intercalée du journal intime, l'auteur modifie complètement la perpective. Et, si le sujet ne prêtait guère aux considérations formalistes, on pourrait voir dans les récits successifs d'Annie Ernaux, un art de l'écriture personnelle. Cette écriture parcourt toute la gamme des notes, car sa figure fondamentale est la forme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elsa MARPEAU, « JOURNAL INTIME, notion de », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-intime-notion-de/