Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHANALYSE

L'exil de Freud - crédits : Keystone/ Getty Images

L'exil de Freud

La psychanalyse n'aurait pas occupé la place qui lui revient, non seulement dans le progrès des disciplines médicales et des sciences humaines, mais dans le développement général de la civilisation, si la préoccupation la plus intime de Freud n'avait été, de toujours, celle de la souffrance. En témoignent, aux origines de sa carrière, ses recherches sur les stupéfiants ; et l'avènement même de la psychanalyse n'a pas eu raison de cet intérêt. « Une théorie de la sexualité, écrira-t-il dans l'analyse du cas Dora, ne pourra, je le suppose, se dispenser d'admettre l'action excitante de substances sexuelles déterminées. Ce sont les intoxications et les phénomènes dus à l'abstinence de certains toxiques chez les toxicomanes qui, parmi tous les tableaux cliniques que nous offre l'observation, se rapprochent le plus des vraies psychonévroses. » L'intérêt, donc, subsiste ; mais, dans sa finalité, radicalement retourné : il ne s'agit plus, avec la psychanalyse, d'endormir la souffrance, mais d'éveiller à sa vérité. La découverte de Freud est que cette vérité est celle du désir. Mais la manifestation de cette vérité porte des effets très divers sur les symptômes, sur la souffrance notamment, dont la méconnaissance se révèle cause. De là, le problème soulevé par la psychanalyse quant à ses fins spécifiques. Si la vérité agit, et si cette action peut avoir une efficience « curative », de tels effets ne nous engagent-ils pas à en restreindre la portée au domaine des disciplines médicales ? Mais comment expliquer, dans cette hypothèse, l'ampleur de ses incidences dans les domaines les plus étrangers à ces mêmes disciplines ? Peut-être observera-t-on que la difficulté ne saurait être formulée en ces termes spéculatifs, mais qu'elle doit être portée sur le terrain scientifique. S'il apparaît en principe plus aisé de se représenter l'action de la cocaïne que celle d'une intervention analytique, encore reste-t-il que la psychanalyse n'est pas seulement une pratique ; elle est un corps de doctrine empiriquement fondé, à l'intérieur duquel ont à se définir les critères même de la pratique. Mais c'est tenir pour acquis ce qui est en question.

À travers plusieurs décennies de recherches psychanalytiques, s'est en effet perpétué jusqu'à nous le sentiment d'inachèvement théorique, voire de malaise, dont Freud marquait, à l'adresse de Wilhelm Fliess le 5 mai 1900, son quarante-quatrième anniversaire. « Aucun critique, écrit-il, n'est mieux que moi capable de saisir clairement la disproportion qui existe entre les problèmes et la solution que je leur apporte. » Sans doute Freud se remet-il alors difficilement d'une grave crise intérieure ; la mésentente avec Fliess s'approfondit ; mais ces vicissitudes sont en vérité des moments intégrants de sa propre formation. Et nous ne pouvons douter qu'il ait consigné dans cette lettre bien autre chose que le témoignage épisodique d'une délectation morose. Nous sommes au lendemain, en effet, d'une découverte capitale : le 4 avril a été reconnu le « caractère asymptotique » – dans l'acception mathématique – « de la conclusion de la cure ». Freud, loin d'y voir une carence de l'analyse, se borne à espérer que son « succès pratique » n'en sera pas compromis, et il pousse même l'audace jusqu'à opposer sa propre indifférence, quant aux effets résiduels du transfert, à la déception que peut en avoir l'entourage du patient. Or, ce thème de la fin de l'analyse, qui commandera toute l'élaboration du concept de répétition et de la pulsion de mort avant d'émerger en sa position de butoir à la veille de la disparition de Freud, tout se passe comme si nous en retrouvions précisément[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Pierre KAUFMANN. PSYCHANALYSE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

L'exil de Freud - crédits : Keystone/ Getty Images

L'exil de Freud

Autres références

  • CORPS - Le corps et la psychanalyse

    • Écrit par
    • 3 971 mots

    Le corps est, en psychanalyse, une réalité difficile à penser, car elle défie les approches physiologiques et philosophiques, et décisive pourtant, puisque la sexualité humaine – considérée dans la jouissance ou dans des activités sublimatoires – a pour terrain le corps érogène, le corps capable...

  • ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

    • Écrit par
    • 5 210 mots

    Ce serait une erreur de considérer la psychanalyse comme un corpus scientifique constitué une fois pour toutes, comme un système clos du savoir. Non seulement elle est un système ouvert, mais elle est constitutivement ce qui, dans l'ordre de la connaissance, doit être perpétuellement repensé,...

  • LACAN JACQUES (1901-1981)

    • Écrit par
    • 6 797 mots

    Jacques Lacan a dominé pendant trente ans la psychanalyse en France. Il l'a marquée de son style ; il y laisse une trace ineffaçable. Aimé et haï, adoré et rejeté, il a suivi sa voie sans s'en écarter, ne laissant personne indifférent, s'imposant même à ceux qui ne voulaient pas de lui. Pour les psychanalystes,...

  • LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

    • Écrit par
    • 7 214 mots

    La question des rapports entre la psychanalyse et la linguistique est compliquée par deux facteurs. D'une part, ces rapports ont évolué ; ils ont en effet été si profondément transformés par l'œuvre de Jacques Lacan qu'on peut parler à cet égard de coupure. D'autre part, ces rapports ne sauraient se...

  • LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

    • Écrit par
    • 7 706 mots

    Comment les apports de la psychanalyse peuvent-ils nous aider à apprécier les œuvres littéraires ? Quel bénéfice la critique, quel profit l'art de bien lire et d'aider les autres à mieux lire peuvent-ils retirer d'un savoir qui vise principalement la connaissance et la correction...

  • PSYCHANALYSE (théories et pratiques)

    • Écrit par
    • 6 689 mots
    • 1 média

    La situation de la psychanalyse contemporaine n'est indépendante ni de ses origines, ni de son évolution – tant sur le plan pratique et technique que sur le plan théorique –, ni de la situation présente du politique et de la culture. En outre, le statut même de la psychanalyse, discipline hybride, «...

  • PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

    • Écrit par
    • 14 048 mots

    La découverte des processus inconscients, liée à celle du conflit intrapsychique, se formule fréquemment sous la plume de Freud par le vocable d' opposition (Gegensatz) et, à l'occasion, par l'un de ses dérivés, d'une importance théorique particulière, le concept de couples...

  • PSYCHANALYSE & PEINTURE

    • Écrit par
    • 7 920 mots

    On peut examiner le rapport de la psychanalyse avec l'art de bien des façons qui toutes peuvent se recommander de Freud. Plutôt que d'entreprendre à nouveau un recensement, mieux fait par d'autres (P. Kaufmann, 1971 ; J.-F. Lyotard, 1969 ; S. Kofman, 1970), de cet éventail, on préfère ici proposer une...

  • RELIGION - Religion et psychanalyse

    • Écrit par
    • 3 731 mots
    • 1 média

    N'étant pas une vision du monde, la psychanalyse, pour Freud, est en principe neutre par rapport à la religion ; celui-ci affirme cependant aussi qu'« en tant que doctrine de l'inconscient psychique elle peut devenir indispensable à toutes les sciences traitant de la genèse de la...

  • SEXUALITÉ, psychanalyse

    • Écrit par et
    • 4 983 mots

    Chacun sait aujourd'hui que la psychanalyse a inscrit le rapport à la sexualité au centre de l'expérience humaine et de sa problématique. Disons plus exactement : c'est en tant qu'elle est foncièrement conflictuelle que la sexualité s'inscrit au cœur de la vie psychique, laquelle se trouve...

  • ACTING OUT

    • Écrit par
    • 1 161 mots

    Acting out, expression anglaise utilisée principalement en psychanalyse et en thérapie de groupe pour désigner une transgression de la règle fondamentale de verbalisation, dans l'association libre, ou celle du « faire comme si », dans le psychodrame, l'acting out définit un...

  • AFFECTIVITÉ

    • Écrit par
    • 12 228 mots
    ...qu'elle est une théorie remarquablement cohérente des « passions » et qu'elle échoue complètement à saisir l'affectivité. L'affect, terme technique de la psychanalyse, n'y est en effet que « l'expression qualitative de la quantité d'énergie pulsionnelle et de ses variations » (J. Laplanche et J.-B. Pontalis)....
  • AGRESSIVITÉ

    • Écrit par
    • 3 103 mots

    L'importance qu'a prise le concept d'agressivité dans le dernier état de la pensée freudienne tient à la position privilégiée qu'il occupe au point d'articulation, d'une part, des processus régressifs auxquels préside la pulsion de mort, d'autre part, de l'organisation...

  • AMBIVALENCE, psychanalyse

    • Écrit par
    • 1 182 mots
    • 1 média

    C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent...

  • Afficher les 121 références