Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LEWIN KURT (1890-1947)

Le mouvement des sciences humaines dans les premières années du xxe siècle se laisse caractériser par un conflit méthodologique opposant à des procédures expérimentales, sommairement élaborées sur le modèle des sciences de la nature, l'exigence d'une compréhension interne de phénomènes significatifs. Phénoménologie et psychanalyse, en dépit de leurs divergences radicales d'intérêt, s'accordent, en effet, dans la critique d'une conception mécaniste du psychisme. Mais elles prêtent elles-mêmes au reproche de ne pouvoir s'assurer de critères de vérification qui soient garants de leur statut scientifique. Kurt Lewin, confronté à ce problème dès 1910, n'a cessé d'en poursuivre la solution à travers les vicissitudes d'une carrière rompue et renouvelée par l'avènement du nazisme.

Issu d'une famille juive de la région de Posen, élève à Berlin de Carl Stumpf, expérimentaliste d'esprit descriptif, et auditeur de Ernst Cassirer, il travaille en liaison étroite avec le groupe de la Gestalt et doit quitter l'Allemagne en 1933 pour les États-Unis. Il y enseigne à l'université du Iowa la psychologie de l'enfant, avant de fonder le centre de recherches pour la dynamique de groupe au Massachusetts Institute of Technology. Préoccupé d'action sociale depuis sa jeunesse, il meurt à la veille de fonder à Jérusalem un centre de recherches sur la réadaptation, léguant à ceux qui l'ont connu le témoignage d'une passion scientifique et didactique et d'une volonté réformatrice conjointement soutenues par un unique dessein.

L'univers psychologique

Intimement solidaire d'une œuvre expérimentale progressivement étendue de la personnalité aux groupes restreints et, de là, aux sociétés réelles, l'entreprise théorique conçue par Lewin aux environs de 1920 s'est en effet donné pour fin de garantir aux sciences de l'homme non seulement la rigueur de leur méthodologie, mais aussi la spécificité de leur objet, gage de leur fécondité dans les secteurs les plus divers de la pratique. Et dans cette vue, elle a bénéficié du constant soutien d'une réflexion d'ordre épistémologique, portant au premier chef sur les implications de la relativité dans les domaines respectifs de la physique, de la psychologie, de la psycho-sociologie. Outre un apport classique à la physique théorique (concept de gen-identité), une telle confrontation a permis d'intégrer en une théorie unitaire du champ psycho-social les contributions de la phénoménologie et de la psychanalyse, la mise en perspective des processus garantissant et même élargissant leur détermination en tant qu'« expériences vécues », tandis que la critique relativiste de la métrique psychologique apportait un équivalent conceptuel à la notion de « stade libidinal » sous les espèces du « plus court chemin de satisfaction ».

Plus précisément, sur le fondement des travaux amorcés à Berlin dans le groupe des psychologues de la Gestalt, Lewin a systématisé de 1935 à 1938 une démarche d'explication à trois niveaux, topologique, hodologique et vectoriel, ultérieurement articulée aux procédures spécifiques de l'explication sociologique : à la représentation globale d'un « univers d'événements » psychologique répond la construction topologique des rapports d'ordre entre éventualités ; aux types de satisfaction libidinale, la construction hodologique de lignes d'univers psychologique sur le modèle des lignes d'univers de la physique relativiste ; aux activités effectivement poursuivies en vue d'un but, la représentation vectorielle des forces psycho-sociales.

Ainsi, le problème philosophique du sens des conduites trouve-t-il une formulation scientifique, en principe justiciable des normes de la vérification expérimentale dans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Pierre KAUFMANN. LEWIN KURT (1890-1947) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ACTION-RESEARCH

    • Écrit par
    • 187 mots

    Sous l'influence conjointe de la psychanalyse et de la critique expérimentale poursuivie par Heisenberg dans le domaine de la microphysique, Kurt Lewin, entre 1942 et 1946, a caractérisé par l'expression action-research l'intime solidarité de la recherche scientifique et de la vie effective...

  • ASPIRATION NIVEAU D', psychologie

    • Écrit par
    • 157 mots

    Notion utilisée par Kurt Lewin pour l'analyse de l'influence du succès et de l'échec sur les conduites. On ne peut parler de succès et d'échec pour un individu que par rapport à un but qu'il s'est fixé, par rapport à un niveau de performance qu'il s'est donné comme objectif à atteindre...

  • CHANGEMENT SOCIAL

    • Écrit par
    • 5 805 mots
    • 1 média
    ...et même d'accumuler (c'est-àdire de multiplier ou même de porter à une puissance élevée) les acquis de leur passé. Les analyses d'un psychologue comme Kurt Lewin (1890-1947) peuvent beaucoup aider le sociologue. Kurt Lewin cherchait à décrire et à expliquer des « changements sociaux » apparemment triviaux,...
  • COGNITION SOCIALE

    • Écrit par
    • 1 026 mots

    Si la psychologie sociale étudie la manière dont les pensées, les émotions et les comportements sont influencés par autrui et l’affectent, la cognition occupe une place tout à fait privilégiée dans la discipline. Mobilisant de façon intensive les modèles de l’attention, de la mémoire...

  • Afficher les 13 références