INDIVIDUATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sur le plan philosophique, et d'une façon très générale, l'individuation désigne le processus d'organisation qui détermine la réalisation d'une forme individuelle complète et achevée. Qu'il y ait une réalité individuelle est une énigme métaphysique. Elle se constate. Comment la comprendre ? Derrière toute émergence d'une forme individuelle, comprise comme passage de la puissance à l'acte, Aristote pose un principe d'individuation : l'entéléchie. Par ce principe, tout individué, inorganique ou organique, tend à réaliser la perfection de sa nature. La notion d'individuation a une longue histoire philosophique, dont on peut indiquer plusieurs temps forts : saint Thomas et le principe d'individuation des formes substantielles ; Leibniz reprenant l'hypothèse d'un tel principe pour critiquer le cartésianisme ; le vitalisme moderne, de la constitution du concept d'organisation par les naturalistes français (Cabanis, Lamarck, Geoffroy Saint-Hilaire, Cuvier, C. Bernard), jusqu'aux théories organicistes contemporaines, pour lesquelles l'individuation représente une catégorie de l'organisation bio-psychique (entre autres, Goldstein, Bertalanffy, Piaget). Une œuvre est essentielle pour la compréhension contemporaine des phénomènes d'individuation : celle de Carl Gustav Jung. Tout d'abord, ce dernier a rendu à cette notion toute sa pertinence épistémique en réactualisant le concept d'entéléchie (parallèlement aux travaux de l'embryologiste H. Driesch). Mais, de plus, il en a permis une compréhension nouvelle à la lumière de la psychologie des profondeurs. Son œuvre, par cette notion d'individuation, réinvestit la perspective aristotélicienne dans l'évidence platonicienne d'une réalité archétypique à expérimenter. Selon Jung, l'expérience progressive de cet univers d'archétypes réalise le chemin proprement humain d'individuation.

L'individuation est « le processus psychologique qui fait d'un être humain un « individu » — une personnalité unique, indivisible, un homme total » (Jung, The Integration of the Personality). Parlant de son intuition d'un tel processus, Jung affirme qu'il s'agit de « la notion clé de toute ma psychologie ». C'est en effet sur l'individuation comme processus que repose entièrement sa théorie dynamique et épigénétique de la psyché.

—  Alain DELAUNAY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  INDIVIDUATION  » est également traité dans :

ANIMUS & ANIMA

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

Le couple anima-animus joue un rôle important dans la « psychologie des profondeurs » de Carl Gustav Jung. Il s'agit d'une résurgence de deux termes du corpus de la philosophie médiévale. On les rencontre chez de nombreux auteurs, notamment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animus-et-anima/#i_87058

GUILLAUME DE CHAMPEAUX (1070?-1121)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 895 mots

Le maître d'Abélard, célèbre par les critiques que celui-ci lui adresse à propos des universaux. Si forte est la personnalité d'Abélard et si profonde son influence sur tout le xiie siècle scolastique qu'on en oublie souvent l'importance de son maître, qu'il traite lui-même de haut. De la même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-champeaux/#i_87058

HENRI DE GAND ou GOETHALS (1217?-1293)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 744 mots

Principalement connu par ses œuvres — une Summa theologica (inachevée), quinze Quodlibeta, des Questions sur la métaphysique, un commentaire de la Physique d'Aristote —, Henri de Gand (de Gandavo), maître séculier de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-gand-goethals/#i_87058

HENRY DE HARCLAY (1270 env.-1317)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 385 mots

Étudiant à Oxford, puis à Paris, ordonné prêtre en 1297, Henry de Harclay enseigna la philosophie à l'université d'Oxford, dont il devint chancelier en 1312, et fut ensuite nommé évêque de Lincoln. Toute sa vie, il s'opposa aux Dominicains, mais c'est contre Jean Duns Scot qu'il édifia son œuvre philosophique, encore très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-de-harclay/#i_87058

HYLÉMORPHISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 939 mots

Théorie philosophique d'Aristote selon laquelle la constitution de tout être relevant du cosmos est expliquée par deux principes corrélatifs : la matière (hylê : bois, matériau de construction) et la forme (morphê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hylemorphisme/#i_87058

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signification de l'identité »  : […] un objet existant à un moment (« numérosité ») demeure le même (« unicité ») à un autre moment (« numérosité ») : « Le principe d'individuation n'est que l'invariabilité et la persistance (uninterruptedness) de tout objet au cours d'une variation supposée du temps. » Le problème se déplace alors ; il nous faudra nous demander ce qui nous fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_87058

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « La qualification de la matière »  : […] L'évolution conceptuelle que Hegel fait subir à la notion de lumière met bien en évidence l'individuation qui s'y annonce : d'autant que c'est là le modèle premier de toutes les individuations qui vont suivre. Une phrase résume ce modèle : « Cette identité (Selbst) universelle, existante, de la matière, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/#i_87058

INDIVIDUALISME ET HOLISME

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 1 278 mots

Dans le chapitre « Une opposition impertinente »  : […] de la division du travail social qu'il assimile à un processus d'individuation au terme duquel les agents empiriques sont constitués comme des « êtres de raison », des sujets normatifs des institutions, de sorte qu'on ne saurait, selon lui, « déduire l'individu de la société ». L'« individu » comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individualisme-et-holisme/#i_87058

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individuation et totalité »  : […] renouvelé est l'aboutissement de ce que Jung a dénommé le processus d'individuation. Il explique ce terme par le fait que, tant que l'être n'a pas réalisé la venue à la conscience et l'intégration des contenus archétypiques de l'inconscient, ceux-ci sont projetés, de façon positive ou négative selon le cas, dans des figures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-jung/#i_87058

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 065 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le principe des indiscernables »  : […] substance individuelle, à la manière de la loi qui régit une série mathématique, et non pas comme une liste où tout serait inscrit. La notion étant complète, puisque Dieu est une intelligence infinie, aucun prédicat ne saurait en être soustrait ni y être ajouté sans produire un autre individu. Un individu, en effet, n'est pas comme une espèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leibniz-g-w/#i_87058

MAHLER MARGARET (1897-1985)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 139 mots

Psychanalyste américaine d'origine autrichienne, Margaret Mahler compte parmi les plus grands théoriciens du développement du très jeune enfant. Née à Sopron (actuellement en Hongrie), elle s'installa comme pédiatre à Vienne, où elle poursuivit son analyse avec Helen Deutsch et fréquenta le cercle des disciples et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-mahler/#i_87058

MÉTASTABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 077 mots

« Ce qui se manifeste, c'est aussi, en premier et le plus souvent, l'apparente stabilité des choses visibles, leur extraordinaire entêtement à demeurer en leur état » (J. T. Desanti, Natura Rerum : ordre ou désordre ?). La stabilité désigne la condition de possibilité de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastabilite/#i_87058

NAISSANCE & RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 424 mots

La mort ne s'oppose pas à la vie, mais à la naissance. La mort comme la naissance font partie de la vie. C'est à chaque instant qu'un organisme meurt et naît, par l'équilibre homéostasique entre les processus vitaux de désorganisation et de réorganisation. La vie apparaît ainsi comme une renaissance perpétuelle à partir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-et-renaissance/#i_87058

OMBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 589 mots

Pour la connaissance symbolique, l'ombre apparaît comme une réalité lourde de toutes les angoisses humaines. Le pays de la mort est éprouvé comme le royaume des ombres. Sans être confondue avec l'âme, l'ombre lui est liée. Aussi, dans de nombreuses cultures des interdits entourent ce phénomène : ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ombre/#i_87058

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 550 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de l'individuation »  : […] Dès les travaux de Maurice Leenhardt sur le sujet (1947), un premier niveau de contraste avec la pensée occidentale s'est manifesté à propos de l'individuation : chez les Mélanésiens – mais aussi dans bien d'autres sociétés –, la catégorie de la personne ne fournit pas un schéma individuant de l'être humain. L'individu en tant que tel est dépourvu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_87058

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et l'histoire »  : […] Sans doute, les faits de la nature peuvent-ils être, eux aussi, considérés dans leur individuation. Mais la connaissance que nous procure la science peut neutraliser ce point de vue sans rien perdre d'essentiel à la compréhension des phénomènes. Les « mots » de la science sont toujours des « noms communs », jamais des « noms […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_87058

SOI (psychologie)

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

« L'endroit où le soi, le non-moi psychologique, est endormi est l'endroit le plus banal du monde — une gare, un théâtre, la famille, la situation professionnelle. » La psychologie des profondeurs telle que l'a théorisée Carl Gustav Jung repose sur une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soi-psychologie/#i_87058

STYLE

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 5 646 mots

Dans le chapitre « Le discours de la stylistique »  : […] en évidence de l'initiative de l'artiste conduit au second point, à savoir « la fonction individuante du style ». Car c'est là l'essentiel. Tant que le surcodage met en œuvre des codes a priori, c'est-à-dire des moyens et des normes institués et enseignés, le style, impersonnel, qui en résulte n'est pas vraiment un style. La vérité du style est d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style/#i_87058

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « INDIVIDUATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/individuation/