PERSONNE

La notion de personne a longtemps été du seul ressort de la psychologie et de la philosophie : une longue tradition occidentale s'est interrogée sur la persona, devenue progressivement la catégorie permettant de subsumer l'âme et le corps pensés comme indissociables, doués de raison et perfectibles. Par la suite, les études psychologiques de la personne se sont davantage centrées sur les problèmes du comportement, sur les interactions entre les différentes personnalités, sur les processus de l'éducation et sur l'univers de valeurs qui en formait le contexte. Ce n'est qu'au début du xxe siècle que s'est amorcée une mise en perspective générale de la catégorie de personne par la prise en compte des différences culturelles. Lucien Lévy-Bruhl tout d'abord, puis Marcel Mauss et Maurice Leenhardt ont été, par leurs recherches ethnographiques, les premiers à souligner l'étendue des dissemblances entre les représentations occidentales et celles des sociétés traditionnelles – bien que Mauss fût, en 1938, encore tenté de repérer entre elles une ligne évolutive. Loin d'être naturelle et univoque, l'idée judéo-chrétienne et humaniste de la personne s'est donc progressivement révélée n'être qu'une forme particulière parmi d'autres de la représentation de l'être humain, tant pour les éléments constitutifs de celui-ci que pour son fonctionnement et son insertion dans l'organisation sociale d'un groupe donné. L'approche anthropologique montrait ainsi que la notion de la personne est, au même titre que d'autres, un fait local de représentation, qu'elle est par là solidaire de l'état de structures sociales particulières, et qu'elle a sa spécificité par rapport à la perspective psychologique, qui reste attachée à l'élucidation de la « personnalité » comme attribut universel de l'être humain.

De l'étymologie à la métaphysique

Selon l'étymologie traditionnelle, « personne » vient du latin persona, terme lui-même dérivé du verbe personare, qui veut dire « résonner », « retentir », et désigne le masque de théâtre, le masque équipé d'un dispositif spécial pour servir de porte-voix.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PERSONNE  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

  • Écrit par 
  • Albert JAKUBOWICZ
  •  • 5 009 mots

Dans le chapitre « Le monde en mouvement et les palpeurs »  : […] On ne peut séparer l'adaptation psychologique d'un individu du concept de « personne », c'est-à-dire de cet individu traversé par les pensées, les émotions, les relations des autres. Constamment, la personne est soumise au flux des échanges tel que ses choix sont dirigés plutôt vers tel aspect social ou individuel plutôt que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-psychologique/#i_81379

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 372 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler »  : […] En outre, chez Kant, c'est la notion de fin en soi qui assure la constitution d'autrui non plus en tant que « chose » mais en tant que « personne » : « Les êtres raisonnables sont appelés des personnes parce que leur nature les désigne déjà comme des fins en soi, c'est-à-dire comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_81379

ĀTMAN

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 886 mots

est présent dès le Ṛg-Veda, où il désigne une sorte de principe de vie supérieur aux autres éléments constitutifs de la personne – sens, organes spécialisés, membres – et coordonnant leur activité. Dans les couches plus récentes de la littérature védique – les Brāhmaṇa et les Āraṇyaka notamment –, il est posé comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atman/#i_81379

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une rhétorique du moi »  : […] est parce que cette forme perverse du « discours vrai » (Foucault) est d'abord un personnalisme. Naturel, sincérité, intimité, singularité, situation, vocation, telles sont les valeurs qui la suscitent et l'organisent, tant comme expérience que comme énoncé : « recherche jusqu'à la mort d'une unité pressentie, désirée, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_81379

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Pour ces dernières, le corps est l'un des éléments constitutifs de la «  personne », ici entendue au sens ethnologique, soit les différents systèmes de représentations de l'être humain, recouvrant, outre le corps, les « âmes » et les « principes » de l'être. Quand on considère ainsi le corps comme un élément parmi d'autres au sein de systèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_81379

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Chacun veut être reconnu comme une personne à part entière »  : […] Aujourd'hui, tous les individus veulent être reconnus comme des « personnes ». De cet impératif de la modernité, le romancier Christian Bobin rend bien compte : « Il n'y a rien d'autre à apprendre que soi dans la vie. Il n'y a rien d'autre à connaître. » Mais il ajoute aussitôt : « On n'apprend pas tout seul bien sûr. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-evolution-contemporaine/#i_81379

HOMO JURIDICUS. ESSAI SUR LA FONCTION ANTHROPOLOGIQUE DU DROIT (A. Supiot)

  • Écrit par 
  • Grégoire BIGOT
  •  • 1 026 mots

en effet en autrui une personne faite à l'image de Dieu. Le concept de personne juridique participe alors du schéma chrétien d'inviolabilité de la personne humaine. En cela, religion et droit reposent conjointement sur des fondements dogmatiques, comme en témoigne, notamment, la logique de l'interdit : le « Tu ne tueras point » du Décalogue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-juridicus-essai-sur-la-fonction-anthropologique-du-droit/#i_81379

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'identité des personnes »  : […] Une tout autre approche de l'identité s'est développée en anthropologie, relative cette fois aux identités des personnes et des collectivités. L'identité des individus est partout culturellement codée, notamment à l'occasion des rituels jalonnant le cycle de vie (rites de passage et initiations surtout) et de ceux qui marquent l'appartenance à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_81379

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 484 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rôles et le cadre de la vie personnelle »  : […] Que le jeu contribue à former la personne de l'enfant, cela est amplement prouvé par le fait qu'un enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant normalement équilibré, si bien que, pour redresser certains caractériels, on s'attache d'abord à les faire jouer. Le jeu, en effet, développe la personne dans plusieurs directions successives, chaque type de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-chez-l-enfant/#i_81379

LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « « Personnes communes » et circulation de vie »  : […] Pour la construire, Lulle recourt à la théorie des « personnes communes », qui découle directement de celles des dignités et des corrélatifs. Il faut entendre par persona communis toute personne ayant autorité sur un groupe. À la manière du tronc d'un arbre, qui véhicule la sève et contient la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-lulle/#i_81379

NAISSANCE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 652 mots

Dans le chapitre « L'accouchement et les rituels consécutifs à la naissance »  : […] lignage. Fait social complexe, la cérémonie de la dation du nom peut amener à prendre en compte des événements antérieurs marquants (telles les maladies) ou ce que l'on souhaite voir advenir dans le destin de l'individu. Le nom, en effet, est une partie intégrante de la personne : il opère, dans la vie de celle-ci, ce qu'il signifie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-anthropologie/#i_81379

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 082 mots

philosophique : comment assure-t-on une référence singulière dans une problématique anthropologique ? C'est la question des noms de personnes, règles de nomination et croyances entretenues quant aux rapports entre la personne et le nom. Dans une problématique logico-linguistique, c'est la question controversée du caractère signifiant ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_81379

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 816 mots

Dans le chapitre « L'idée de philosophie chrétienne »  : […] Étienne Gilson, Claude Tresmontant) ; les Pères de l'Église, dans leur réflexion sur le message évangélique, auraient été amenés à dégager les notions philosophiques qui y étaient impliquées, par exemple l'idée de création, l'idée de personne ou de liberté personnelle, le sens de l'histoire, l'identification de Dieu avec l'acte d'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_81379

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 261 mots

compte de ce qui caractérise les comportements usuels d’une personne, ce qui la distingue des autres et lui confère sa singularité. Le terme « personne » vient du latin persona, qui désigne le masque de l’acteur du théâtre antique au travers duquel (per) passe le son (sona) et correspond au terme grec du même sens, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/#i_81379

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité pénale

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 3 314 mots

Dans le chapitre « L'auteur »  : […] à cet égard le langage classique de l'analyse des passions ; ne change que la clarté du regard. Cependant, un déplacement est perceptible, aujourd'hui, de la considération de l'acte à celle de la personne. L'évolution libérale des législations depuis le premier tiers du xixe siècle (la monarchie de Juillet en France voit la naissance des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-droit-responsabilite-penale/#i_81379

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects de la personne »  : […] et sociale, si fictive soit-elle. Un personnage de roman représente une conception de la personne : une certaine idée de l'homme, une certaine vision du monde parlent à travers son masque. Ce masque est complexe, car une figure romanesque est à la fois le personnage ayant un rôle et l'acteur chargé de le jouer : en tant qu'acteur, le personnage de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-personnage-de-roman/#i_81379

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole SINDZINGRE, Henry DUMÉRY, « PERSONNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/