PERSONNALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité rend compte de ce qui caractérise les comportements usuels d’une personne, ce qui la distingue des autres et lui confère sa singularité. Le terme « personne » vient du latin persona, qui désigne le masque de l’acteur du théâtre antique au travers duquel (per) passe le son (sona) et correspond au terme grec du même sens, πρόσωπον. Selon cette définition, la personnalité correspond à la partie visible et audible du rôle joué par l’individu et c’est bien cette conception que Carl Gustav Jung (médecin psychiatre, 1875-1961) reprend avec son concept de persona, qui s’oppose au concept d’anima correspondant à l’âme, aux aspects latents ou inconscients. Par la suite, une modification du sens donné dans la littérature scientifique au terme « personnalité » se produit, qui rend alors compte du caractère singulier de chacun dans sa manière d’être habituelle. En psychologie, la personnalité est une construction théorique, à partir de comportements observés, de dispositions ou traits inférés, d’un mode de fonctionnement en situation, qui caractérisent un individu en particulier.

Les termes « caractère » et « personnalité » sont très proches. Si différentes recherches ont porté sur la description ou le développement du caractère au début du xxe siècle, avec notamment les travaux de l’école de Groningue, ou les premiers travaux du psychologue américain Gordon W. Allport (1897-1967), le « caractère » semble avoir quasiment disparu du vocabulaire de la psychologie scientifique au profit de la « personnalité », moins connotée moralement et moins associée à des jugements de valeur. Le « tempérament » rend quant à lui compte des aspects affectifs et émotionnels, précoces et biologiquement déterminés de la personnalité. On parle ainsi du tempérament du jeune enfant et, dans les années 1970, on se propose d’en distinguer trois types : les enfants faciles, les enfants lents à démarrer et les enfants difficiles. Ces types peuvent être décrits à l’aide de neuf caractéristiques tempéramentales, comme l’activité, la régularité, l’adaptabilité, etc. Au cours des années 1980, différents travaux suggèrent que le tempérament comprend trois aspects distincts, l’émotionnalité, l’activité et la sociabilité. Certains auteurs considèrent au début du xxie siècle que le tempérament serait le précurseur de la personnalité, qui se différencie et gagne en consistance au cours du développement.

À la suite des travaux d’Allport, deux chercheurs ont particulièrement contribué au développement des théories scientifiques modernes de la personnalité : Raymond Cattell (1905-1998) a proposé une conception hiérarchique et dynamique relativement complexe de la personnalité ; Hans Eysenck (1916-1997) a développé une conception économique de la personnalité. L’idée que la personnalité aurait une influence importante sur le comportement des individus a été soutenue à la fois par les travaux de Cattell et ceux d’Eysenck, mais a été remise en cause de manière virulente par Walter Mischel (1930-2018) en 1968 dans son livre Personality and Assessment (Personnalité et évaluation), dans lequel ce dernier défend l’idée que le comportement des individus dépend de la situation. Cet ouvrage a été reçu comme un manifeste antipersonnologiste et a entraîné un désintérêt passager pour la notion de personnalité, remettant en cause l’ensemble des travaux menés par Allport et ses successeurs. Néanmoins, à partir des années 1990, on observe une recrudescence des travaux sur la personnalité et ses implications, avec notamment l’émergence de nouveaux modèles et la publication d’une littérature abondante.

Définitions et modèles de la personnalité

S’il existe un large consensus sur la définition du terme de personnalité, l’étendue de cette notion varie d’un auteur à l’autre. Certains considèrent que la personnalité ne devrait rendre compte que des aspects dispositionnels, largement tributaires de l’hérédité, alors que d’autres vont proposer de considérer également différents mécanismes de régulation de l’expression de cette personnalité tels que les attentes de résultats ou le sentiment d’efficacité personnelle, qui rendent compte des anticipations des individus quant à l’impact de leurs comportements et de leurs capacités à réaliser ces comportements. Certains auteurs parlent de facteurs « distants » pour évoquer les dispositions héritées et peu influencées par l’environnement et de facteurs « proximaux » pour parler des caractéristiques individuelles plus influencées par le contexte et moins stables, comme l’estime de soi ou d’autres composantes de l’identité personnelle.

Les traits de personnalité sont des caractéristiques individuelles permettant de distinguer les individus entre eux, comme le fait d’être sociable, actif, amateur de sensations nouvelles, anxieux, persévérant, etc. Traditionnellement, on attribue quatre caractéristiques fondamentales à ces traits : l’individualité, qui rend compte du fait que chacun a un profil propre ; l’autonomie (l’individu dispose toujours d’une certaine autonomie dans l’expression de sa personnalité) ; la stabilité à travers le temps ; et la consistance à travers les situations. Cattell a proposé un modèle de l’organisation de ces traits dont l’ambition était d’être exhaustif et qui considérait que la personnalité pouvait être expliquée à l’aide de seize traits distincts mais interdépendants, alors qu’Eysenck était partisan d’un modèle plus économique de deux puis de trois dimensions : le névrosisme, qui rend compte de la stabilité émotionnelle ; l’introversion, qui s’oppose à l’extraversion ; et le psychoticisme, qui rendrait compte du conformisme social par opposition à la recherche de sensation et à l’impulsivité. Ces deux modèles très différents ont coexisté de nombreuses années. Dans les années 1990, une synthèse a été proposée par différents auteurs considérant que la personnalité pouvait être décrite à l’aide d’un modèle hiérarchique comprenant cinq ou six dimensions indépendantes expliquant un nombre plus important de traits de personnalité interdépendants, généralement entre vingt et trente. Il ne faut cependant pas concevoir la personnalité comme une collection de traits, mais comme une organisation dont les bases sont physiologiques et qui implique également des processus dynamiques, notamment dans son expression et sa régulation.

Le modèle le plus largement accepté est celui proposé par la théorie des cinq facteurs de Robert R. McCrae et Paul T. Costa Jr, qui postule que l’ensemble des traits de personnalité peut être expliqué de manière adéquate à l’aide de cinq dimensions indépendantes : le névrosisme, l’extraversion, l’ouverture, le caractère agréable et le caractère consciencieux. Le névrosisme rend compte de la capacit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, professeur, université de Lausanne (Suisse)

Classification

Autres références

«  PERSONNALITÉ  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie de T. W. Adorno »  : […] La première est représentée par exemple par les travaux de T. W. Adorno et de ses collaborateurs sur la Personnalité autoritaire  : certaines attitudes sont enracinées au plus profond de la personnalité, elles en composent d'une certaine manière la structure ou sont les symptômes d'un certain syndrome caractériel. Ainsi, les stéréotypes raciaux, comme l' antisémitisme, apparaissent en général com […] Lire la suite

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite

ALEXITHYMIE

  • Écrit par 
  • Olivier LUMINET
  •  • 518 mots

L’alexithymie est un trait de personnalité stable qui se caractérise par une difficulté à identifier et à distinguer les états émotionnels, une difficulté à les verbaliser, une vie imaginaire réduite, et un mode de pensée tourné vers les aspects concrets de l’existence au détriment de leurs aspects affectifs (« pensée opératoire »). Ce trait est un peu plus marqué dans les cultures c […] Lire la suite

ANALYSE TRANSACTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 079 mots

Théorie de la personnalité et pratique thérapeutique permettant de rendre compte et de modifier les relations inter-individuelles, l'analyse transactionnelle (A.T.) fut développée par le psychiatre et psychanalyste américain Eric Berne (1910-1970), qui fut l'élève de Paul Federn et d'Erik Erikson. L'analyse transactionnelle gagna rapidement les milieux psychiatriques américains ; et, en 1980, l'In […] Lire la suite

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite

BURT sir CYRIL LODOWIC (1883-1971)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 394 mots

L'œuvre de sir Cyril Burt est intimement liée aux développements techniques de l'analyse factorielle. Ce savant anglais, qui enseigna à Oxford, Liverpool, Cambridge, Londres et qui publia notamment The Factors of the Mind (1940), figure parmi les fondateurs de ce secteur important de la statistique psychologique, à côté de Karl Pearson, de Charles Spearman et de Godfrey H. Thomson. En 1904, Spear […] Lire la suite

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Une emprise variable »  : […] Deux facteurs principaux sont susceptibles de moduler la tendance à l'alignement conformiste. Tout d'abord, la sensibilité à la pression majoritaire diffère grandement selon les personnalités. Le spectre est large, allant d'individus foncièrement respectueux des conventions sociales à ceux qui ont la volonté de préserver le sentiment d'être uniques et indépendants. Ces derniers seront ainsi plus […] Lire la suite

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 466 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le moi et son envers : l'autre »  : […] L'être conscient acquiert cependant une autre dimension (la conscience de soi) en se constituant selon une figuration systématique et transactuelle de lui-même. Et c'est bien au moi, en effet, que tout le monde pense, y compris Freud et l'école psychanalytique, quand il est question de cet être conscient et organisé qu'est l'homme. Être quelqu'un, c'est en effet s'identifier soi-même à cette perso […] Lire la suite

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'étude des besoins et motivations »  : […] Pourquoi un individu achète-t-il un produit ou un service ? Et pourquoi telle marque plutôt que telle autre ? Ces questions ont donné naissance à toute une série de travaux centrés sur les notions de besoins et de motivations. Même si la terminologie varie selon les auteurs (besoin, désir, mobile, instinct, pulsion, etc.), toutes les approches centrées sur la motivation font l'hypothèse de forces […] Lire la suite

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Dans le chapitre « Corps et culture »  : […] La diversité des pratiques corporelles entre les sociétés et, à l'intérieur d'une même société, entre les différents groupes sociaux (entre les sexes, les générations, les classes sociales, etc.) n'est ni « conditionnée » par des mécanismes héréditaires et fatals (que suppose l'explication par la « race » ou, aujourd'hui, par le « patrimoine génétique ») ni même « déterminée » de façon directe, pa […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18-28 août 2020 Mali. Coup d'État.

personnalité civile » pour conduire une transition dont la durée ne doit pas excéder douze mois. […] Lire la suite

23 septembre - 16 octobre 2019 Maroc. Condamnation de la journaliste Hajar Raissouni pour avortement et « débauche ».

personnalité de membres de sa famille très critiques envers le pouvoir. Le 16 octobre, le roi Mohammed VI gracie Hajar Raissouni, son fiancé et le gynécologue ; ils sont remis en liberté. Cette grâce ne les innocente toutefois pas. Leur condamnation avait suscité une forte mobilisation en leur faveur dans le royaume. […] Lire la suite

26 mars 2019 Tunisie. Remise du rapport de l'Instance vérité et dignité.

personnalité de sa présidente, Sihem Bensedrine, ont été critiquées par une partie de la classe politique. La loi sur la justice transitionnelle oblige l’État à mettre en œuvre les recommandations du rapport dans un délai d’un an. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jérôme ROSSIER, « PERSONNALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/