PERSONNALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité rend compte de ce qui caractérise les comportements usuels d’une personne, ce qui la distingue des autres et lui confère sa singularité. Le terme « personne » vient du latin persona, qui désigne le masque de l’acteur du théâtre antique au travers duquel (per) passe le son (sona) et correspond au terme grec du même sens, πρόσωπον. Selon cette définition, la personnalité correspond à la partie visible et audible du rôle joué par l’individu et c’est bien cette conception que Carl Gustav Jung (médecin psychiatre, 1875-1961) reprend avec son concept de persona, qui s’oppose au concept d’anima correspondant à l’âme, aux aspects latents ou inconscients. Par la suite, une modification du sens donné dans la littérature scientifique au terme « personnalité » se produit, qui rend alors compte du caractère singulier de chacun dans sa manière d’être habituelle. En psychologie, la personnalité est une construction théorique, à partir de comportements observés, de dispositions ou traits inférés, d’un mode de fonctionnement en situation, qui caractérisent un individu en particulier.

Les termes « caractère » et « personnalité » sont très proches. Si différentes recherches ont porté sur la description ou le développement du caractère au début du xxe siècle, avec notamment les travaux de l’école de Groningue, ou les premiers travaux du psychologue américain Gordon W. Allport (1897-1967), le « caractère » semble avoir quasiment disparu du vocabulaire de la psychologie scientifique au profit de la « personnalité », moins connotée moralement et moins associée à des jugements de valeur. Le « tempérament » rend quant à lui compte des aspects affectifs et émotionnels, précoces et biologiquement déterminés de la personnalité. On parle ainsi du tempérament du jeune enfant et, dans les années 1970, on se propose d’en distinguer trois types : les enfants faciles, les enfants lents à démarrer et les enfants [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : docteur en psychologie, professeur, université de Lausanne (Suisse)

Classification


Autres références

«  PERSONNALITÉ  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

  • Écrit par 
  • Albert JAKUBOWICZ
  •  • 5 009 mots

Dans le chapitre « Transitions, trames, étayages »  : […] Entre nous-même et le monde s'interposent le vide, la différence, l'étrange, l'étranger. Les objets et les espaces transitionnels sont nécessaires à l'élaboration de la structuration de la personnalité, nécessaires à l'expérimentation de la vie. Pour investir tel champ social, il convient de faire un travail psychologique. Il s'agit là de la confection de symboles, d'émotions, de souvenirs qui s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-psychologique/#i_767

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie de T. W. Adorno »  : […] La première est représentée par exemple par les travaux de T. W. Adorno et de ses collaborateurs sur la Personnalité autoritaire  : certaines attitudes sont enracinées au plus profond de la personnalité, elles en composent d'une certaine manière la structure ou sont les symptômes d'un certain syndrome caractériel. Ainsi, les stéréotypes raciaux, comme l' antisémitisme, appar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-sociale/#i_767

AGRESSION (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 899 mots

L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires et policières, enquêtes de victimation ou de délinquance autoreportée, observations, tests cogniti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agression-psychologie-sociale/#i_767

ALEXITHYMIE

  • Écrit par 
  • Olivier LUMINET
  •  • 518 mots

L’alexithymie est un trait de personnalité stable qui se caractérise par une difficulté à identifier et à distinguer les états émotionnels, une difficulté à les verbaliser, une vie imaginaire réduite, et un mode de pensée tourné vers les aspects concrets de l’existence au détriment de leurs aspects affectifs (« pensée opératoire »). Ce trait est un peu plus marqué dans les cultures c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexithymie/#i_767

ANALYSE TRANSACTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 079 mots

Théorie de la personnalité et pratique thérapeutique permettant de rendre compte et de modifier les relations inter-individuelles, l'analyse transactionnelle (A.T.) fut développée par le psychiatre et psychanalyste américain Eric Berne (1910-1970), qui fut l'élève de Paul Federn et d'Erik Erikson. L'analyse transactionnelle gagna rapidement les milieux psychiatriques américains ; et, en 1980, l'In […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-transactionnelle/#i_767

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apparence-des-suspects-psychologie/#i_767

BURT sir CYRIL LODOWIC (1883-1971)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 394 mots

L'œuvre de sir Cyril Burt est intimement liée aux développements techniques de l'analyse factorielle. Ce savant anglais, qui enseigna à Oxford, Liverpool, Cambridge, Londres et qui publia notamment The Factors of the Mind (1940), figure parmi les fondateurs de ce secteur important de la statistique psychologique, à côté de Karl Pearson, de Charles Spearman et de Godfrey H. T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burt-sir-cyril-lodowic/#i_767

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Une emprise variable »  : […] Deux facteurs principaux sont susceptibles de moduler la tendance à l'alignement conformiste. Tout d'abord, la sensibilité à la pression majoritaire diffère grandement selon les personnalités. Le spectre est large, allant d'individus foncièrement respectueux des conventions sociales à ceux qui ont la volonté de préserver le sentiment d'être uniques et indépendants. Ces derniers seront ainsi plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformisme-psychologie/#i_767

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 465 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le moi et son envers : l'autre »  : […] L'être conscient acquiert cependant une autre dimension (la conscience de soi) en se constituant selon une figuration systématique et transactuelle de lui-même. Et c'est bien au moi, en effet, que tout le monde pense, y compris Freud et l'école psychanalytique, quand il est question de cet être conscient et organisé qu'est l'homme. Être quelqu'un, c'est en effet s'identifier soi-même à cette perso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience/#i_767

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 083 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'étude des besoins et motivations »  : […] Pourquoi un individu achète-t-il un produit ou un service ? Et pourquoi telle marque plutôt que telle autre ? Ces questions, à l'origine de la recherche commerciale, ont donné naissance à toute une série de travaux centrés sur les notions de besoins et de motivations. Même si la terminologie varie selon les différents auteurs (besoin, désir, mobile, instinct, pulsion, etc.), toutes les approches […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consommation-comportement-du-consommateur/#i_767

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Dans le chapitre « Corps et culture »  : […] La diversité des pratiques corporelles entre les sociétés et, à l'intérieur d'une même société, entre les différents groupes sociaux (entre les sexes, les générations, les classes sociales, etc.) n'est ni « conditionnée » par des mécanismes héréditaires et fatals (que suppose l'explication par la « race » ou, aujourd'hui, par le « patrimoine génétique ») ni même « déterminée » de façon directe, pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-les-usages-sociaux-du-corps/#i_767

CULTURALISME

  • Écrit par 
  • Marc ABELES
  •  • 2 560 mots

Dans le chapitre « Relativisme des formes culturelles et exigence méthodologique d'unité »  : […] Les travaux de Margaret Mead sur les rapports entre les sexes dans trois sociétés traditionnelles d'Océanie demeurent aujourd'hui encore un témoignage exemplaire de l'approche culturaliste. L'enquête fut menée entre 1931 et 1935 chez les Arapesh, les Mundugumor et les Chambuli, trois ethnies océaniennes qui offrent chacune un traitement distinct de la différenciation des sexes. Les Arapesh, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culturalisme/#i_767

DANGEROSITÉ, psychologie

  • Écrit par 
  • Thierry H. PHAM
  •  • 921 mots

Le terme « dangerosité » a fait l’objet de multiples débats et controverses. Dans cette section, nous nous appuierons sur la définition de James Ogloff qui renvoie à « la notion de comportement physiquement violent dirigé envers soi-même ou autrui ainsi que la menace de tel comportement ». La dangerosité inclut ainsi une vaste gamme de comportements physiques et verbaux qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dangerosite-psychologie/#i_767

DÉLIRE

  • Écrit par 
  • Gabriel DESHAIES
  •  • 2 910 mots

Dans le chapitre « Les structures délirantes »  : […] Parler de structures délirantes ne veut pas dire qu'une espèce de forme sui generis habite ou parasite la personnalité, comme un ver le fruit. Cela signifie que la personnalité elle-même, en particulier le moi, se trouve submergée par une certaine dynamique affective, et elle tend à s'organiser ou à se réorganiser selon une structuration nouvelle, en l'occurrence délirante, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delire/#i_767

DÉPERSONNALISATION

  • Écrit par 
  • Sven FOLLIN
  •  • 1 604 mots

Désignée par Dugas (1898) dans les termes où Amiel analysait ses propres expériences dans son journal intime (1883), la dépersonnalisation est décrite en psychiatrie comme un état où l'individu ne se reconnaît pas lui-même comme personne (Schilder, 1914). Observée le plus souvent au cours des phases évolutives de névroses et psychoses les plus diverses, la dépersonnalisation est moins un état qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depersonnalisation/#i_767

DÉVELOPPEMENT DU SOI

  • Écrit par 
  • Delphine MARTINOT
  •  • 1 040 mots

Le soi n’est pas présent à la naissance, mais se développe tout au long de la vie de l’individu, et plus particulièrement chez le jeune dans le cadre d’une interaction entre l’évolution des capacités cognitives personnelles et l’influence des agents de socialisation (parents, institution scolaire…). Six grandes étapes de développement du soi ont été identifiées (Harter, 1999). Durant la toute pet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-du-soi/#i_767

ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le psychisme postnatal »  : […] Schématiquement, les deux années qui suivent la naissance sont marquées, la première, par le processus de personnalisation, la suivante, par l'émergence de la communication verbale. Le psychisme, durant cette période, se développe à un rythme très rapide, de même que l'organisme. Le poids du cerveau du bébé passe d'environ 340 grammes à la naissance à 1 150 grammes à l'âge de deux ans (pour attei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-petite-enfance/#i_767

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la naissance à l'âge de 6 ans »  : […] Un travail intense de communication façonne les attitudes fondamentales de la sociabilité et suscite en l'enfant, avec les expériences du progrès incessant et des impuissances de sa condition, la recherche du dépassement de soi, motivation essentielle à la socialisation des conduites. Il y a bien en lui des attitudes innées de sociabilité. Elles sont liées à sa vie émotionnelle. Dès la fin du prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-socialisation/#i_767

ERIKSON ERIK HOMBURGER (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 235 mots

Né le 15 juin 1902 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), Erik Erikson s'installe à Vienne en 1927, où il s'occupe des quatre enfants de l'Américaine Dorothy Tiffany Burlingham, qui étudie la psychanalyse avec Sigmund Freud. Erikson suit les enseignements d'Anna Freud à l'Institut de psychanalyse, s'initie à la méthode d'enseignement de Maria Montessori, crée une école pilote avec Anna Freud, entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erik-homburger-erikson/#i_767

EXTRAVERSION & INTROVERSION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 699 mots

L'opposition entre caractère extraverti et caractère introverti est due à C. G. Jung (dans Sur les conflits de l'âme infantile , 1910, et surtout dans Types psychologiques , 1920), qui voulait concilier ainsi les positions de Freud et celles d'Adler. « Chez Adler, écrit Jung en 1928, l'accent porte sur un sujet qui se met en sûreté et qui cherche la supr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extraversion-et-introversion/#i_767

FROMM ERICH (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 186 mots

Né à Francfort-sur-le-Main, Erich Fromm étudia la sociologie à Heidelberg, à Francfort et à Munich : il s'initia à la psychanalyse à l'université de Munich et auprès de l'Institut de psychanalyse de Berlin de 1923 à 1925. Il fut analysé par Hanns Sachs. À Berlin, il admire les travaux de G. Groddeck, qui n'est pas accepté par la communauté analytique de l'époque. Psychanalyste d'obédience freudien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-fromm/#i_767

GRAPHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 2 392 mots

La graphologie est l'étude de la personnalité à partir de l'examen de l'écriture. Sont donc exclus de son champ des domaines comme l'expertise en écriture, l'apprentissage de l'écriture ou encore la rééducation de ses troubles, même s'il arrive parfois que des graphologues s'y consacrent. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graphologie/#i_767

IMPULSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Joël BILLIEUX
  •  • 907 mots

L’impulsivité, définie globalement comme la tendance à exprimer des comportements excessifs et non planifiés, est un concept intégré dans les principaux modèles de la personnalité. L’impulsivité représente également une dimension psychologique importante pour la compréhension et le diagnostic d’un grand nombre de troubles psychopathologiques et neurologiques. Au cours des dernières décennies, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impulsivite/#i_767

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitement et analyse d’information  »  : […] À la suite de Fodor, beaucoup de psychologues cognitivistes opposent des opérations mentales modulaires, qui traitent l'information de façon rapide, spécifique, non consciente, automatique, et des opérations centrales. Celles-ci, en particulier les opérations conscientes, résultent de différentes opérations coordonnées portant sur de multiples représentations et intégrant simultanément les élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inconscient/#i_767

IRRATIONALITÉ INDIVIDUELLE ET ORDRE SOCIAL (P. Moessinger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 483 mots

Les sciences sociales, depuis leur lointaine constitution et leur institutionnalisation au xix e  siècle, sont le cadre d'un débat toujours recommencé sur les rapports qu'entretiennent individu et société. La manière dont les mécanismes psychologiques s'ajustent au dispositif social a fait l'objet d'analyses qui, pour rendre compte de l'ordre ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irrationalite-individuelle-et-ordre-social/#i_767

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La discipline du groupe »  : […] Un autre apport essentiel provient du groupe de jeu. Il ne s'agit plus là de modèles supérieurs qui en quelque sorte lancent un appel, mais de pairs avec lesquels l'enfant apprend peu à peu à collaborer. Le long apprentissage du groupe, qui s'achève à la fin de l'enfance, est une formation à ce « collectif » dans lequel l'adulte sera étroitement inséré ; si l'éducation reçue d'un précepteur se sol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-chez-l-enfant/#i_767

KARDINER ABRAM (1891-1981)

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 2 580 mots

Dans le chapitre « De la psychanalyse à la théorie de la culture »  : […] La carrière de Kardiner illustre bien la pluridisciplinarité requise par l'anthropologie culturelle. Né à New York, il s'oriente d'abord vers la psychiatrie et la psychanalyse : en 1921, il va séjourner à Vienne auprès de Freud. Près de soixante ans plus tard, à la veille de sa mort, il fait, avec beaucoup de verve et d'humour, le récit de son « analyse avec Freud » : un document précieux pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abram-kardiner/#i_767

AUTORÉFÉRENCE ET MÉMOIRE

  • Écrit par 
  • Serge BRÉDART
  •  • 844 mots

L’effet de l’autoréférence sur la mémoire désigne le fait que les informations relatives à soi sont mieux mémorisées que les informations relatives à autrui. La procédure classique qui a permis la mise en évidence de cet effet consiste à présenter des adjectifs décrivant des traits de personnalité (par exemple, « généreux », « téméraire ») aux participants qui doivent soit porter un jugement séma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoreference-et-memoire/#i_767

MOI PSYCHOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 431 mots

Expression qui définit une théorie générale de la personnalité, édifiée à partir des données de la psychanalyse, par un groupe de psychanalystes d'origine viennoise émigrés aux États-Unis, notamment Heinz Hartmann (1894-1970), Ernst Kris (1900-1957), Rudolf Loewenstein. Cette théorie prend appui sur la distinction qui, proposée par Freud au début des années 1920 pour rendre compte des conflits int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-moi/#i_767

OBÉISSANCE (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 000 mots

Dans le chapitre « Les principaux facteurs qui influent sur l’obéissance dans l’expérience de Milgram »  : […] La soumission à une autorité, ici destructrice, est un phénomène robuste, mais qui varie grandement en fonction de différentes variables. Tout d’abord, la proximité physique avec la victime réduit l’obéissance. En effet, le taux d’obéissance chute à 30 p. 100 lorsque l’enseignant est contraint d’avoir un contact physique avec l’élève. La légitimité de l’autorité joue également un rôle important. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obeissance-psychologie/#i_767

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

La notion de personne a longtemps été du seul ressort de la psychologie et de la philosophie : une longue tradition occidentale s'est interrogée sur la persona , devenue progressivement la catégorie permettant de subsumer l'âme et le corps pensés comme indissociables, doués de raison et perfectibles. Par la suite, les études psychologiques de la personne se sont davantage cen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_767

PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ

  • Écrit par 
  • Marilou BRUCHON-SCHWEITZER
  •  • 3 926 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité, effets pathogènes et effets protecteurs »  : […] Des observations ethnologiques ont montré que, face à des situations extrêmement stressantes (abandon, guerre, détention, torture, privations), les individus s’avèrent plus ou moins fragiles ou résistants. Cette vulnérabilité différentielle pose la question des terrains sous-jacents, biologique et psychologique. Le terrain psychologique correspond à des caractéristiques stables de la personnalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-sante/#i_767

PSYCHOLOGIE DE LA CRÉATIVITÉ

  • Écrit par 
  • Maud BESANÇON, 
  • Todd LUBART
  •  • 1 264 mots

Dans le chapitre « Manifestations de la créativité »  : […] Les grands noms – comme Picasso, dans le domaine artistique, ou Einstein, dans le domaine scientifique – sont-ils les seuls à pouvoir être considérés comme créatifs en raison de l’impact majeur de leurs idées sur la société ? Certains auteurs qualifient leurs actes de Big C , qu’ils distinguent de la créativité dont tout individu peut faire preuve dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-creativite/#i_767

PSYCHOLOGIE DÉVELOPPEMENTALE DU LIFESPAN

  • Écrit par 
  • Patrick LEMAIRE
  •  • 1 527 mots

Dans le chapitre « L’évolution de la personnalité »  : […] La psychologie du développement lifespan cherche aussi à comprendre comment évoluent nos traits de personnalité. Ceux-ci sont définis comme des dispositions de pensée, de ressentis et de comportements. Les recherches ont montré à la fois une relative stabilité et d’importants changements dans la personnalité tout au long de la vie. Ainsi, les grands traits de la personnalité d’un individu (stabili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-developpementale-du-lifespan/#i_767

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « La personnalité »  : […] Les travaux sur la personnalité sont différentiels par nature dans la mesure où ils se proposent de montrer que nos conduites sont non seulement relativement cohérentes et stables, mais aussi individualisées. La psychologie différentielle décrit cette individualisation en faisant appel à des traits, le plus souvent évalués au moyen de questionnaires où l’on demande aux sujets de rapporter leur man […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-differentielle/#i_767

PSYCHOLOGIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 4 474 mots

Dans le chapitre « Psychologie sociale : perspectives européennes »  : […] Marquée dès ses origines par des développements conceptuels et empiriques issus d’universités et institutions de recherche situées aux États-Unis (qui bénéficièrent de la contribution d’éminents émigrés d’Europe ayant dû fuir le nazisme, comme Kurt Lewin ou Fritz Heider), la psychologie sociale comporte des courants européens très actifs, avec un intérêt distinct pour l’analyse du discours et l’us […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-sociale/#i_767

PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martial VAN DER LINDEN
  •  • 2 365 mots

Dans le chapitre « Les croyances dysfonctionnelles  »  : […] Les croyances dysfonctionnelles sont constituées d’un ensemble complexe d’associations entre concepts, stockées en mémoire à long terme et qui influencent le fonctionnement cognitif, affectif et relationnel. Par exemple, en raison d’expériences précoces et de facteurs de personnalité, les personnes ayant reçu un diagnostic d’anxiété sociale ont développé des croyances problématiques sur elles-mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-cognitive/#i_767

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Le groupe des schizophrénies de Bleuler »  : […] À la suite de Kraepelin, les psychiatres du début du xx e  siècle contestent de plus en plus la réalité du critère d'« affaiblissement démentiel ». Sous ce masque de pseudo-démence se cachent en fait : une « discordance psychique » pour P. Chaslin, une « ataxie intrapsychique » pour E. Stransky, une « coupure » dans le fonctionnement de l'esprit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_767

TEST DE RORSCHACH

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTINEAU, 
  • Yves MORHAIN
  •  • 800 mots
  •  • 1 média

À partir d'une série de figures formées par des taches d'encre, Hermann Rorschach (1884-1922) a conçu le test de personnalité le plus utilisé par les psychologues et qui fait l'objet du plus grand nombre de publications internationales (20 000 au cours des vingt dernières années). Ce test constitue un paradigme de la psychologie projective. Hermann Rorschach vécut au nord-est de la Suisse alémaniq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-de-rorschach/#i_767

TEST PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 7 013 mots

Dans le chapitre « Les tests de personnalité »  : […] Longtemps, les tests projectifs ont été les outils privilégiés pour évaluer la personnalité. Ces tests sont basés sur le mécanisme de projection qui consiste à appréhender le monde extérieur en fonction des problématiques de son propre monde interne. Pour stimuler la projection, les personnes examinées sont invitées à interpréter et structurer une image ou une situation vague et sans signification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-psychologique/#i_767

WALLON HENRI (1879-1962)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « Les stades du développement de la personnalité »  : […] La psychologie de Wallon consiste, pour l'essentiel, en une théorie des stades de développement de la personnalité enfantine. La personnalité est une construction progressive, où se réalise l'intégration, selon des rapports variables, de deux fonctions principales : l' affectivité, d'une part, liée aux sensibilités internes et orientée vers le monde social, la construction de la personne ; l' int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-wallon/#i_767

Voir aussi

Pour citer l’article

Jérôme ROSSIER, « PERSONNALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/