PLATON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âme, la cité, le monde

Causalité intelligente et causalité nécessaire

Âme, cité et monde posent un même problème : comment inscrire, dans des réalités qui ne sont pas intelligibles par elles-mêmes, l'ordre et l'arrangement qui leur conférera unité et valeur ? Si l'analogie de structure entre l'âme et l'État sous-tend toute La République, de telle sorte que les mêmes principes d'organisation garantissent la bonne constitution de l'une et de l'autre et qu'elles sont soumises aux mêmes forces de perversion, il semble que le monde, lui, demande plus à être connu dans la diversité de ses phénomènes qu'à être ordonné : qu'il soit ordre ou chaos ne dépend pas de nous. Cela dépend pourtant de notre manière de le concevoir. On peut se le représenter comme un ensemble de forces jouant selon le hasard et la nécessité, mais rien n'empêche de postuler qu'il est l'œuvre d'une intelligence. En faire l'image d'un modèle intelligible reproduit par un bon démiurge, c'est raconter un mythe vraisemblable, mais c'est la condition d'une cosmologie et d'une physique rationnelles. Pour être le plus semblable à son modèle, l'univers doit posséder la forme la plus parfaite, la sphère, et se mouvoir selon une révolution uniforme ayant à son principe une âme, système d'orbes concentriques sur lesquels se meuvent les planètes. Leurs périodes mesurent le temps, qui n'est pas un devenir déréglé mais une image mobile de l'éternité. Vivant parfait, le monde n'est pas éternel puisqu'il a été engendré, mais il ne périra pas en raison de sa belle organisation. On ne doit pas en expulser la causalité intelligente, mais on ne peut pas davantage en éliminer la part de causalité nécessaire, qui ne se confond pas avec celle de la matière. Certes, pour que le monde soit visible et tangible, il doit contenir de la terre et du feu, unis dans une exacte proportion par deux intermédiaires, l'air et l'eau. Les images sensibles ne sont cependant pas reportées en eux, mais sur une étendue infinie capable de recevoir toutes les figures parce qu'elle-même est amorphe. Ce lieu (khôra), ni perçu ni pensé mais accessible à un raisonnement bâtard, confère au sensible une quasi-subsistance, une inintelligible extériorité ; il risque ainsi de nous enfermer dans le rêve consistant à croire que ce qui n'est pas quelque part n'est rien.

Cosmologie, psychologie et politique platoniciennes sont intimement liées : l'âme arrive à rétablir en elle un ordre perturbé en contemplant les révolutions du ciel, et c'est en vivant dans une cité juste qu'elle peut dominer les tendances opposées qui la constituent. Quand elle n'a pas une nature « divine », il faut à l'âme ces régulations externes. Car l'âme n'est pas une chose, ni une Forme. C'est pourquoi Platon emploie si souvent des mythes pour décrire sa destinée (dans Gorgias, Phédon ou La République) et sa nature : Phèdre la compare à un attelage ailé, La République à l'assemblage monstrueux d'une hydre, d'un lion et d'un homme. C'est dire qu'en l'âme se trouvent d'innombrables appétits, de l'agressivité et une partie rationnelle, tout comme dans l'État résident des artisans, des guerriers et des gouvernants. Mais par nature l'âme est un mouvement qui se meut soi-même − là est la véritable raison de son immortalité − et qui peut s'orienter vers le pire ou le meilleur. Son orientation vers le pire ne résulte pas de son incarnation, le corps n'est pas mauvais en soi. C'est sa trop grande complicité avec lui qui alourdit l'âme, en l'emplissant de préjugés obtus ou absurdes. Tyrannisée par eux, elle devient mauvaise et tyrannique. La maïeutique, l'art de la délivrer de son homodoxie avec le corps, la rend moins pesante à ceux qui l'entourent : tel est le dernier mot de Socrate à Théétète, et il signifie que l'art socratique d'accoucher les âmes reste le préalable obligé de la dialectique. Aucune âme ne peut penser si elle n'est pas vertueuse ; la vertu la délivre de sa méchanceté, c'est-à-dire de sa bêtise, et de tout ce qui en elle est insensé.

L'unité de la vertu

Le problème de la valeur de l'âme et de l'État est donc de nature hiérarch [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Platon - Athènes

Platon - Athènes
Crédits : AKG

photographie

L'Académie de Platon

L'Académie de Platon
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Chronologie de la création

Chronologie de la création
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLATON (env. 428-env. 347 av. J.-C.)  » est également traité dans :

PLATON, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La remarque de A. N. Whitehead selon laquelle « la façon la plus sûre de caractériser la tradition philosophique occidentale est qu'elle consiste en une suite de notes en bas de page à Platon » demeure vraie. Fidèle d'abord à son maître Socrate, dont la mort en — 399 le convertira à la philosophie, […] Lire la suite

PLATON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 241 mots

— 429 Mort de Périclès.— 428-— 427 Naissance de Platon, issu de noble lignée, à Athènes ou Égine.— 415-— 413 Expédition de Sicile.— 399 Procès et condamnation à mort de Socrate, à Athènes.— 399-— 390 […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet (Sumpósion) ou Sur l'amour, rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République, Le Phédon et Le Phédre, durant la période dite de la maturité de Platon (428 env.-347 en […] Lire la suite

PHÉDON, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Le Phédon, ou Sur l'âme (Phaîdon è Peri psukhès) appartient, avec La République, le Phèdre et Le Banquet, à l'ensemble des œuvres dites de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.). Phédon y relate la mort de So […] Lire la suite

PHÈDRE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Écrit vers 370 avant J.-C., le Phèdre (Phaidros) marque le point culminant de la polémique (implicite) de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) à l'égard d'Isocrate, l'auteur de Contre les sophistes (parmi lesquels il incluait les platoniciens) et fondateur d'une école de […] Lire la suite

LA RÉPUBLIQUE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 821 mots
  •  • 1 média

« J'étais descendu, hier, au Pirée avec Glaucon, fils d'Ariston » (ce dernier n'est autre que le père de Platon). Ainsi commence La République de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – en grec Politeia, « Du régime politique », ou Peri dikaiou, « Sur la justice » –, sans doute le plus célèbre des […] Lire la suite

ACADÉMIE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 373 mots
  •  • 1 média

Académie désigne le domaine situé dans le Céramique (faubourg des potiers, appelé joliment « Tuileries » par l'abbé Barthélemy), que Cimon avait orné des plus beaux platanes d'Athènes et où Platon fixa, vers 387 avant J.-C., l'école qui porta ensuite ce nom . Les orateurs Lycurgue, Hypéride et peut-être Démosthène ; des hommes politiques aux tendances les plus diverses, épris de liberté comme Dion […] Lire la suite

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mimésis antique »  : […] La figure réelle ou mythique de Thespis structure la naissance de l'acteur au vi e  siècle avant J.-C. L'« hypocrite » – celui qui réplique – sort du groupe des officiants des cortèges religieux pour entamer un jeu de réponses, encore ritualisé, avec le chœur dont il est issu. Thespis crée donc le protagoniste, acteur individualisé, dialoguant avec le chœur, acteur collectif symbolisant la cité. L […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27-30 décembre 2010 Russie. Nouvelle condamnation de Mikhaïl Khodorkovski

Le 30, Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev sont condamnés à quatorze ans de prison, peine maximale requise par l'accusation. La sentence est dénoncée dans les milieux de défense des droits de l'homme russes et étrangers.  […] Lire la suite

3 mars - 21 avril 2009 Russie. Ouverture du second procès de Mikhaïl Khodorkovski

de la compagnie pétrolière Ioukos, et de son ex-associé Platon Lebedev, accusés de détournement de fonds (25 milliards de dollars) et de blanchiment d'argent. L'ancien patron du géant pétrolier a déjà été condamné, en 2005, à huit ans de prison pour escroquerie et évasion fiscale. Le 17, l'ex-magnat du pétrole, qui dénonce un procès politique, est débouté par le tribunal de sa demande d'arrêt du procès; la détention provisoire est maintenue. […] Lire la suite

17-31 mai 2005 Russie. Condamnation de Mikhaïl Khodorkovski, ancien patron de Ioukos

Le 31, Mikhaïl Khodorkovski et son ancien associé Platon Lebedev sont condamnés à neuf ans de prison.  […] Lire la suite

3-29 juillet 2003 Russie. Campagne contre l'oligarque Mikhaïl Khodorkovski

Le 3, Platon Lebedev, bras droit de Mikhaïl Khodorkovski, dirigeant de Ioukos, le deuxième groupe pétrolier du pays, est arrêté pour escroquerie. Six enquêtes impliquant Ioukos – cinq pour meurtre et tentatives de meurtre et une pour fraude fiscale – sont également en cours. Le 11, le président du patronat russe, Arkadi Volski, fait part au président Poutine de la position des oligarques – surnom des dirigeants des grandes entreprises russes – qui dénoncent une campagne risquant de détruire la stabilité du pays comme de remettre en cause les résultats des privatisations menées dans les années 1990. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Monique DIXSAUT, « PLATON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/