PLATON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a pu écrire que toute l'histoire de la philosophie se résumait à une série de notes en bas de page apposées à l'œuvre de Platon. Si pour certains il a déjà tout dit − l'être travaillé par le négatif et par la différence, la pensée transcendantale et les concepts a priori, la sublimation de l'énergie érotique, la grammaire des propositions −, d'autres réduisent sa pensée à quelques thèses aisément critiquables : le réalisme des Idées, le dualisme de l'âme et du corps, la contemplation d'un principe ineffable. Cela tient sans doute à la nature énigmatique d'un philosophe qui ne parle jamais en son nom et d'une philosophie qui ne s'exploite jamais, repart toujours à nouveaux frais, place la dialectique au sommet des sciences mais fait constamment appel à des images, des mythes et des métaphores. Et, dans le champ de bataille où s'affrontent des philosophes que Kant n'a pas réussi à pacifier, il apparaît que combattre Platon, c'est presque toujours le jouer contre lui-même. Tous n'avouent pas comme Nietzsche que son sang coule encore dans leurs veines, mais le même Heidegger qui invite Sartre à philosopher avec lui « loin par-delà tout platonisme » fait figurer une phrase du Sophiste en exergue à Être et Temps, et c'est sur ce dialogue que conclut L'Être et le Néant. Platon risque ainsi de succomber sous la diversité des platonismes qu'il n'a pas faits mais qu'ont forgés ses défenseurs et ses interprètes tout autant que ses adversaires. Le plus frappant est qu'il a toujours été un enjeu, à l'intérieur de la philosophie mais aussi hors d'elle, lors de querelles qui, de l'Antiquité chrétienne au Moyen Âge, opposèrent les théologiens partisans d'Aristote à ceux qui s'inspiraient du néoplatonisme, puis (aux xviie et xviiie siècles) les trinitaires aux antitrinitaires, ou encore lors de celle, littéraire, qui divisa les Anciens et les Modernes. L'enjeu, c'est la philosophie elle-même, la conception qu'on s'en fait, l'amour ou la haine qu'elle suscite, et c'est à elle qu'on identifie ce Platon qu'il faut continuer, renverser ou dépasser. À ce titre, le mot de son plus grand critique, Aristote, vaut encore : « Il n'est pas permis au méchant même de le louer. »

Platon - Athènes

Photographie : Platon - Athènes

Né vers 428 avant J.-C. à Athènes, Platon a reçu l’éducation d’un jeune aristocrate athénien. Disciple de Socrate, qu’il met en scène dans ses Dialogues,  il fonde sa propre école, l’Académie. La forme du dialogue oriente la pensée vers la parole et le questionnement. Elle... 

Crédits : AKG-images

Afficher

La vie de Platon

Les témoignages

De cette vie nous connaissons d'abord ce que rapporte la Lettre VII ; son authenticité compte à ce jour plus de partisans que d'adversaires. Platon, dans sa soixante-quinzième année, y explique les raisons qui l'ont, entre vingt et quarante ans, fait devenir ce qu'il est, puis raconte ses trois voyages successifs à la cour des tyrans de Syracuse. Pour compléter ce morceau d'« autobiographie », nous disposons, outre quelques indications fournies par Aristote, Cicéron, Plutarque et d'autres, d'une vie de Platon rédigée par Apulée (iie s. av. J.-C.), d'une autre vie, bien plus tardive, due à Olympiodore (vie s. apr. J.-C.), mais surtout du livre III des Vies et opinions des philosophes illustres de Diogène Laërce (iiie s. apr. J.-C.), accumulant sans grand discernement des anecdotes contradictoires et invraisemblables, mais s'inspirant de sources anciennes aujourd'hui perdues. Au caractère lacunaire, tendancieux ou romancé de ces documents s'ajoute le fait qu'aucun témoignage ancien ne nous renseigne sur la chronologie des dialogues.

Les événements

Platon serait né en 428-427 avant J.-C. (ou peut-être en 429, année de la mort de Périclès), donc dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, à Athènes, à moins que ce ne soit à Égine, et serait mort en 348-347, à plus de quatre-vingts ans, alors que la guerre entreprise par Philippe de Macédoine contre les cités grecques avait déjà commencé. Fixer cette naissance au 7 du mois de Thargelion (octobre), date établie par les Déliens comme étant celle de la naissance d'Apoll [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Platon - Athènes

Platon - Athènes
Crédits : AKG-images

photographie

L'Académie de Platon

L'Académie de Platon
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Chronologie de la création

Chronologie de la création
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLATON (env. 428-env. 347 av. J.-C.)  » est également traité dans :

PLATON, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La remarque de A. N. Whitehead selon laquelle « la façon la plus sûre de caractériser la tradition philosophique occidentale est qu'elle consiste en une suite de notes en bas de page à Platon » demeure vraie. Fidèle d'abord à son maître Socrate, dont la mort en — 399 le convertira à la philosophie, […] Lire la suite

PLATON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 241 mots

— 429 Mort de Périclès.— 428-— 427 Naissance de Platon, issu de noble lignée, à Athènes ou Égine.— 415-— 413 Expédition de Sicile.— 399 Procès et condamnation à mort de Socrate, à Athènes.— 399-— 390 […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet (Sumpósion) ou Sur l'amour, rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République, Le Phédon et Le Phédre, durant la période dite de la maturité de Platon (428 env.-347 en […] Lire la suite

PHÉDON, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Le Phédon, ou Sur l'âme (Phaîdon è Peri psukhès) appartient, avec La République, le Phèdre et Le Banquet, à l'ensemble des œuvres dites de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.). Phédon y relate la mort de So […] Lire la suite

PHÈDRE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Écrit vers 370 avant J.-C., le Phèdre (Phaidros) marque le point culminant de la polémique (implicite) de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) à l'égard d'Isocrate, l'auteur de Contre les sophistes (parmi lesquels il incluait les platoniciens) et fondateur d'une école de […] Lire la suite

LA RÉPUBLIQUE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 821 mots
  •  • 1 média

« J'étais descendu, hier, au Pirée avec Glaucon, fils d'Ariston » (ce dernier n'est autre que le père de Platon). Ainsi commence La République de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – en grec Politeia, « Du régime politique », ou Peri dikaiou, « Sur la justice » –, sans doute le plus célèbre des […] Lire la suite

ACADÉMIE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 373 mots
  •  • 1 média

Académie désigne le domaine situé dans le Céramique (faubourg des potiers, appelé joliment « Tuileries » par l'abbé Barthélemy), que Cimon avait orné des plus beaux platanes d'Athènes et où Platon fixa, vers 387 avant J.-C., l'école qui porta ensuite ce nom . Les orateurs Lycurgue, Hypéride et peut-être Démosthène ; des hommes politiques aux tendances les plus diverses, épris de liberté comme Dion […] Lire la suite

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mimésis antique »  : […] La figure réelle ou mythique de Thespis structure la naissance de l'acteur au vi e  siècle avant J.-C. L'« hypocrite » – celui qui réplique – sort du groupe des officiants des cortèges religieux pour entamer un jeu de réponses, encore ritualisé, avec le chœur dont il est issu. Thespis crée donc le protagoniste, acteur individualisé, dialoguant avec le chœur, acteur collectif symbolisant la cité. L […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27-30 décembre 2010 Russie. Nouvelle condamnation de Mikhaïl Khodorkovski

Le 30, Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev sont condamnés à quatorze ans de prison, peine maximale requise par l'accusation. La sentence est dénoncée dans les milieux de défense des droits de l'homme russes et étrangers.  […] Lire la suite

3 mars - 21 avril 2009 Russie. Ouverture du second procès de Mikhaïl Khodorkovski

de la compagnie pétrolière Ioukos, et de son ex-associé Platon Lebedev, accusés de détournement de fonds (25 milliards de dollars) et de blanchiment d'argent. L'ancien patron du géant pétrolier a déjà été condamné, en 2005, à huit ans de prison pour escroquerie et évasion fiscale. Le 17, l'ex-magnat du pétrole, qui dénonce un procès politique, est débouté par le tribunal de sa demande d'arrêt du procès; la détention provisoire est maintenue. […] Lire la suite

17-31 mai 2005 Russie. Condamnation de Mikhaïl Khodorkovski, ancien patron de Ioukos

Le 31, Mikhaïl Khodorkovski et son ancien associé Platon Lebedev sont condamnés à neuf ans de prison.  […] Lire la suite

3-29 juillet 2003 Russie. Campagne contre l'oligarque Mikhaïl Khodorkovski

Le 3, Platon Lebedev, bras droit de Mikhaïl Khodorkovski, dirigeant de Ioukos, le deuxième groupe pétrolier du pays, est arrêté pour escroquerie. Six enquêtes impliquant Ioukos – cinq pour meurtre et tentatives de meurtre et une pour fraude fiscale – sont également en cours. Le 11, le président du patronat russe, Arkadi Volski, fait part au président Poutine de la position des oligarques – surnom des dirigeants des grandes entreprises russes – qui dénoncent une campagne risquant de détruire la stabilité du pays comme de remettre en cause les résultats des privatisations menées dans les années 1990. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Monique DIXSAUT, « PLATON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/