Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LE BANQUET, Platon Fiche de lecture

Cratère, vase grec, banquet - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Cratère, vase grec, banquet

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet (Sumpósion) ou Sur l'amour, rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République, Le Phédon et Le Phédre, durant la période dite de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – demeure un texte énigmatique. La structure virtuose du récit – la relation par un témoin, Aristodème, à son tour rapportée par un autre, Apollodore, de cinq éloges successifs de l'amour (occasion d'imiter certains des auteurs célèbres de l'époque), puis de l'éloge de Socrate lui-même par Alcibiade, lors d'un dîner bien arrosé en l'honneur du tragédien Agathon, mêlée d'anecdotes autour des convives – rend délicate l'assignation à Platon d'une doctrine de l'amour, sauf à la réduire à celle exprimée par Socrate. Mais ce dernier, dans la mesure où il met en abyme le discours de Diotime, ne parle pas ici en son nom.

Éros philosophe

Sumpósion désigne non pas exactement le banquet mais un moment de son ordonnancement traditionnel (car il s'agissait d'une véritable institution à Athènes), celui qui est consacré aux joutes oratoires. Phèdre est le premier à parler : c'est lui qui introduit le sujet à débattre, le même que celui du dialogue qui porte son nom – à savoir l'amour, qu'il considère en mythologue. Suivant la même pente, Pausanias, l'amant d'Agathon, distingue deux Éros : le Céleste et le Vulgaire. Eryximaque, en médecin, le définit comme attraction universelle. Aristophane, l'auteur de comédies, propose un récit des origines : l'androgyne, ayant défié les dieux, a été puni et divisé, donnant naissance à l'homme sous sa forme actuelle ; l'amour, faisant de deux êtres un seul, tente de surmonter ce qui a été séparé. Venant après lui, Agathon fait pâle figure, qui pourtant voudrait se donner en modèle d'éloquence. Socrate, non sans s'être fait prier, intervient le dernier.

Il prétend rapporter les propos d'une prêtresse, Diotime, « l'Étrangère de Mantinée », dont il dit que c'est d'elle qu'il tient ce qu'il sait de l'amour. Fils d'Expédient et de Pauvreté, Éros n'est pas un dieu, mais un daimôn, intermédiaire entre les dieux et les hommes, le savoir et l'ignorance, la possession et le manque. Désir d'un objet absent, il conduit par gradation à un dépassement du sensible, suivant un schéma quasi initiatique : « d'un seul beau corps à deux, puis à tous, passant des beaux corps aux belles conduites, ensuite des belles conduites aux belles sciences, pour aboutir finalement à partir de ces sciences, à cette science qui n'est autre que celle du beau intelligible, pour connaître enfin le beau tel qu'il est » (211d), indissociable du bien.

Arrivé brusquement et, dit le texte, « fortement pris de vin », le bel et brillant Alcibiade, en lieu et place d'un éloge de l'amour, se met à parler de Socrate, sans rien omettre de la tentative d'obtenir ses faveurs...

Cette érotique décrit ce que Platon invente sous le nom de philosophie, et qui détermine un nouveau rapport au savoir (sophia) : non pas un contenu à déverser dans un contenant – sur le modèle viril de la relation sexuelle – mais un objet à aimer (philein), d'un amour capable de féconder l'âme pour enfanter le discours. C'est pourquoi sans doute, dans ce banquet entre hommes et alors même que seule la pédérastie semble permettre, dans la Grèce antique, un discours public sur l'amour, c'est à une femme, Diotime, de dire le vrai à son sujet –  Socrate, de son côté, pratiquant sur ceux qui l'approchent la maïeutique (littéralement : l'art d'accoucher), par la séduction qu'il exerce, mais aussi par la frustration qu'il suscite.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Cratère, vase grec, banquet - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Cratère, vase grec, banquet

Autres références

  • ART (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 282 mots
    Le lien avec la nature que privilégie Aristote est également présent chez Platon, comme on peut le lire dans LeBanquet. Partant de la sexualité, de l’attirance pour un beau corps, la prêtresse Diotime, dont Socrate rapporte les paroles, présente un parcours initiatique conduisant de l’amour...
  • CORPS (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 102 mots
    Le Banquet. Depuis, la question de la différence sexuelle est demeurée un « impensé » de la philosophie.
  • DÉSIR (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 094 mots
    Mais la grandeur de Platon est de ne pas s’être limité à cette approche du désir. Dans son dialogueLe Banquet, où les convives s’expriment tour à tour sur l’amour (Éros), deux discours se détachent : celui du dramaturge Aristophane, et celui de la prêtresse Diotime. Pour celle-ci, l’amour...

Voir aussi