DÉMIURGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de démiurge revient à penser la réalité comme une création, puis de réduire celle-ci à une fabrication. L'histoire des civilisations et la continuité des traditions culturelles montrent que le thème du démiurge est largement réparti et singulièrement constant au cours de l'histoire humaine. Comment expliquer cette insistance et cette universalité ? Pour y répondre, il serait nécessaire d'inventorier au moins deux domaines où joue l'idée d'une œuvre démiurgique.

Le démiurge constitue un mythème foisonnant en aspects symboliques tout à la fois différents et complémentaires. Il semble que toute civilisation ait mis en avant au moins un « geste » démiurgique. La démiurgie implique une séparation, préalable à toute autofécondation divine, procréatrice du Cosmos — démiurgie majeure dont les autres vont résulter. Séparation des Eaux d'en haut et des Eaux d'en bas (Veda, Bible, Enluma-Enlish, monde-de-Rê - monde-de-la-Douat), séparation de la lumière et des ténèbres. De là procède tout un ensemble de séries d'actes démiurgiques seconds. Un premier groupe comprend une série d'actes-archétypes exemplaires quant à la possession de l'espace et du temps. Répartition de parcelles de terre (ce qu'indique le mot démos compris dans le terme grec démiourgos), arpentage (Yu le Grand), défrichage (fête du Premier Sillon), bornage et repérage (instauration d'un témènos), déploiement et mesure de l'espace-temps (les Trois Pas de Vishnu, les Sept Pas de Bouddha), mise en ordre (les travaux d'Hercule sont un parcours initiatique des Quatre Horizons). Un deuxième groupe est lié aux techniques des constructeurs et bâtisseurs. Le démiurge est architecte ou artisan — maçon, tailleur de pierre, charpentier. Ses outils sont l'équerre (principe mâle) et le compas (principe femelle), dont les symboles démiurgiques se retrouvent de la Chine (Fuxi et Nügua) à l'Occident (franc-maçonnerie). Un troisième groupe symbolique est constitué par l'art du tisserand. L'œuvre démiurgique joue alors sur tous les outils de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉMIURGE  » est également traité dans :

CRÉATION - Les mythes de la création

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 5 086 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Création par la pensée, la parole et l'échauffement d'un dieu »  : […] Selon un mythe des Indiens Winnebago, le Père créa le monde par la pensée. Il pensa et désira la lumière et la Terre – et la lumière et la Terre apparurent. Les Omaha estiment que « au commencement, toutes les choses étaient dans la pensée de Wakonda. Toutes les créatures, l'homme inclus, étaient des esprits. » Finalement Wakonda créa la Terre, et alors « les esprits descendirent et devinrent cha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-les-mythes-de-la-creation/#i_8290

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 520 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les cosmogonies »  : […] La richesse et la complexité du panthéon égyptien amène les théologiens à opérer des regroupements généalogiques. Les ennéades (du grec enneas , le chiffre « neuf », traduction de l’égyptien pesedjet , qui signifiait le « pluriel des pluriels », la totalité parfaite) relient un groupe de dieux à un dieu créateur (démiurge), exprimant le monde comme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-des-pharaons/#i_8290

ENCRATITES

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 322 mots

Terme signifiant « les continents » (du grec enkratès ) et désignant plusieurs sectes hérétiques de l'Église ancienne qui prônaient un rigorisme moral radical (interdiction du mariage, abstention de viande et de vin) fondé sur une condamnation de la matière et du corps considérés comme les œuvres d'un démiurge distinct du Dieu suprême. Tatien, d'abord disciple de Justin, à Ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encratites/#i_8290

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Un terme ambigu »  : […] Le premier usage du mot « gnostique » a été fixé par les Pères de l'Église, de Justin et Irénée à Théodoret. Ce terme n'a pas été inventé par eux, puisque Épiphane mentionne, à l'intérieur de la communauté chrétienne d' Alexandrie, l'existence d'un groupe de gens s'appelant eux-mêmes gnostiques. Des non-chrétiens, tels Plotin, Porphyre, Jamblique, connaissent aussi de semblables groupes. Les héré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_8290

HÉLIOPOLITAINE THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  •  • 477 mots
  •  • 2 médias

La théologie égyptienne entreprit un effort de classement de ses mythes, notamment en groupant les dieux en collèges. Le plus célèbre de ces groupements est l'ennéade, ainsi appelée parce qu'elle se composait primitivement de neuf dieux. Inventée à Héliopolis, l'ennéade fut adoptée peu à peu par un grand nombre de clergés, qui la transformèrent selon leurs besoins. La théologie héliopolitaine étai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-heliopolitaine/#i_8290

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « L'autel védique »  : […] Le sacrifice constituait à l'époque védique l'acte religieux par excellence. Sur la « trame » de sa liturgie complexe, on prétendait renouveler sans fin la création et assurer l'accord permanent des hommes et des « puissances » divinisées. Aux moments désignés par les astrologues se déroulait une série d'opérations préparatoires : fabrication des briques destinées à l'autel ; choix, purification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_8290

MYTHOLOGIES - Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS
  • , Universalis
  •  • 6 981 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mythe des origines »  : […] L'Égypte a connu une multitude de dieux et de déesses, mais le terme même de « dieu » était d'un emploi très étendu et pouvait s'appliquer aussi bien à toute force surnaturelle qu'au roi, aux humains et aux animaux. C'est là, en apparence, un ensemble disparate, mais – en partant des forces surnaturelles, dont aucune n'était exclue du culte, et en passant par le roi ou l'animal sacré, tous deux in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-premiers-pantheons/#i_8290

NOUN

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Les Égyptiens ayant conçu la création à l'image de celle de leur pays, lui-même considéré comme étant le « don du Nil », le Noun désigne l'océan liquide qui existait avant que le monde ne fût créé. Et, de même que le Nil, lors de la crue, ne laisse apparaître que quelques buttes hors de l'eau, la création du monde s'est faite, selon la conception égyptienne, à partir d'un tertre primordial. Le dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noun/#i_8290

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causalité intelligente et causalité nécessaire »  : […] Âme, cité et monde posent un même problème : comment inscrire, dans des réalités qui ne sont pas intelligibles par elles-mêmes, l'ordre et l'arrangement qui leur conférera unité et valeur ? Si l'analogie de structure entre l'âme et l' État sous-tend toute La République , de telle sorte que les mêmes principes d'organisation garantissent la bonne constitution de l'une et de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_8290

UN PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 3 714 mots

Dans le chapitre « L'Un au-delà de l'Être »  : […] Ainsi définie, la philosophie de l'Un au-delà de l'Être coïncide avec le néo-platonisme. On entend par cette dénomination, non pas n'importe quel platonisme, mais une école déterminée de commentateurs platoniciens, dont les grands maîtres sont Plotin ( iii e  s. apr. J.-C.), Porphyre, Jamblique ( iii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-un/#i_8290

VALENTIN (mort en 160 env.)

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 520 mots

Théologien chrétien marqué par les doctrines platoniciennes, Valentin, d'origine égyptienne, vint d'Alexandrie à Rome vers 135. Il a composé des Lettres , des Homélies , un traité Sur les trois natures et un Évangile de Vérité (qui pourrait bien être l'écrit de la bibliothèque de Nag Hammadi qui commence par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valentin/#i_8290

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « DÉMIURGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/demiurge/