ÉTERNITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une durée indéfinie, un temps qui ne commence ni ne finit, n'est pas l'éternité. Selon les formules de Boèce, qui ont fait école, l'éternité est un présent qui se maintient stable, un permanent, un pur « maintenant » ; pour qu'il y ait éternité, il ne suffit pas, assure Boèce, de parcourir successivement les parties d'une existence sans terme (ce que Platon et Aristote attribuent au monde), il faut embrasser une existence infinie tout entière également présente (ce qui est le privilège de la divinité). Ce genre de définition a l'inconvénient de laisser croire que l'on s'aventure à penser l'éternité par-delà le temps, comme si la conscience pouvait cesser d'être temporelle, même lorsqu'elle domine et juge le flux de la durée. C'est pourquoi de nombreux philosophes préfèrent n'envisager que la corrélation temps-éternité. Pour Louis Lavelle, par exemple, l'éternité est bien un éternel présent, un pur « maintenant », mais accessible par négation de ce qu'il y a de négatif dans le temps, sans que cette négation soit celle du temps lui-même. C'est à l'intérieur de la durée qu'on retrouve l'éternel présent, dont le temps n'est qu'une expression affaiblie, une expression qui ne va pas sans perte. La philosophie contemporaine est résolument temporaliste : c'est dans le devenir et dans l'histoire qu'elle engage toute dialectique ; elle n'a que faire d'une éternité qui, pour elle, est tout entière mythique. On notera pourtant que le structuralisme, en exaltant la synchronie (le système), en tenant pour subordonnée la diachronie (l'évolution), restaure implicitement, comme tous les logicismes, le primat d'une certaine éternité, au sens de vérité anhistorique. Aussi bien le couple conceptuel temps-éternité, que d'aucuns estiment démodé, marque-t-il la double polarité qui commande les oscillations de grandes doctrines.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ÉTERNITÉ  » est également traité dans :

BERDIAEV NICOLAS (1874-1948)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 2 300 mots

Dans le chapitre « Dieu et l'homme »  : […] Selon Nicolas Berdiaev, Dieu n'est pas concevable sans l'homme et l'homme perd son sens en dehors de Dieu. Ils forment un couple inséparable : celui de l'Amant et de l'Aimé. Rien ne peut rompre les liens étroits qui les unissent, car « l'homme est enraciné en Dieu et Dieu est enraciné en l'homme ». C'est pourquoi l'homme apparaît comme le signe visible d'une réalité invisible, il témoigne d'une pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-berdiaev/#i_12206

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et éternité »  : […] Le bonheur n’est envisageable que si une forme d’éternité nous est accessible. Cette condition n’apparaît folle qu’aussi longtemps que nous confondons l’éternité et le temps à l’état pur, l’instant pleinement vécu. Elle devient au contraire tout à fait raisonnable sitôt que nous découvrons, dans notre réconciliation avec le devenir, la seule porte ouverte sur l’éternité. Contrairement à l’affirma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur-notions-de-base/#i_12206

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_12206

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le mauvais infini »  : […] La pensée antique, fidèle à l'idéal d'achèvement et de mesure qui animait son art et sa religion, se méfie de l'infini. Marque d'une pensée obscure correspondant à un réel irréalisé, manquant de forme pour se présenter à un savoir qui puisse le contenir ou le représenter, l'infini – l' apeiron – serait indétermination, désordre, mal. Mais les formes finies, claires et intell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_12206

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « La mort en contestation »  : […] Les philosophies ouvertes sur un au-delà de la mort ne prétendent pas expérimenter le non-être, mais, comme le souhaitait Spinoza, entreprendre une méditation sur la vie. C'est en approfondissant la vie elle-même qu'elles débouchent sur un « chiffre silencieux » avec Jaspers ou sur une espérance avec Marcel. Passant de l'existence à l'être, par un dessaisissement du temps, elles se recueillent en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_12206

SURVIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 547 mots

Le terme de survie appartient, dès son attestation la plus ancienne, au domaine du droit et de la jurisprudence. On appelle gain de survie une disposition prévoyant que les avantages de l'un des conjoints passeront à celui qui lui survivra. Les biens matériels que, de facto, le défunt perd avec la vie se trouvent ainsi conservés en d'autres mains et laissent une trace qui, au-delà de la mort, perp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/survie/#i_12206

TEMPS / MÉMOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 720 mots

Dans le chapitre « Le temps de l’âme »  : […] Revenons à Aristote et à sa définition du temps comme « nombre du mouvement » en complétant notre analyse initiale. Pour que le mouvement soit mesuré, une condition métaphysique s’impose : l’existence pour ainsi dire intemporelle de l’âme qui effectue cette mesure. Si l’âme mesurante se mouvait en même temps que le mouvement, non seulement il n’y aurait aucune mesure possible du mouvement, mais il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-memoire-notions-de-base/#i_12206

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « ÉTERNITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eternite/