ORFÈVRERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la Renaissance au maniérisme

Les formes du gothique s'étaient si durablement imposées dans l'art des orfèvres entre le xiie et le xve siècle qu'elles restèrent longtemps perceptibles au xvie ; face aux progrès de la Renaissance, elles opposèrent même une résistance d'autant plus nette que l'organisation des corporations était propre à encourager un certain traditionalisme. Ainsi, la nef de sainte Ursule (trésor de Reims), fabriquée à Tours vers 1505 pour Anne de Bretagne et transformée en reliquaire sous Henri III, est-elle bien révélatrice de la survivance du langage gothique ; dans le calice de Saint-Jean-du-Doigt (Côtes-du-Nord), vers 1530, aux formes héritées de l'art médiéval se mêle intimement le répertoire décoratif de la première renaissance. C'est vers 1530 que celle-ci s'impose définitivement ; à Paris, on a pu regrouper autour d'un pseudo « atelier de la cour » un certain nombre d'œuvres, tels les chandeliers et le ciboire du trésor du saint Esprit (Louvre), dont les formes complexes reçoivent un riche décor bien caractéristique de la Renaissance. La présence à Paris, entre 1540 et 1545, de Benvenuto Cellini, attiré par François Ier, si elle témoigne bien de la renommée internationale du célèbre orfèvre italien, fut sans véritable lendemain sur le plan artistique ; seule, la salière d'or émaillé du Kunsthistorisches Museum de Vienne permet d'évoquer ce bref épisode.

À partir des années 1550, un art plus savant se fait jour : le maniérisme ; les formes se déchiquettent à l'extrême, s'étirent jusqu'à l'instabilité, disparaissent sous une ornementation d'une étourdissante et virtuose exubérance. La diffusion des modèles dessinés ou gravés, tels ceux d'Étienne Delaune, expliquent le caractère européen que revêtit rapidement ce courant, dont on retrouve des exemples aussi bien en France, qu'en Angleterre (Londres), en Allemagne (Nuremberg, Augsbourg), en Italie (Rome), aux Pays-Bas (Anvers), en Espagne ou au Portugal. Cette [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Œnochoé ornée d'une scène de sacrifice

Œnochoé ornée d'une scène de sacrifice
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Couronne de Verghina

Couronne de Verghina
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Chaudron en or, art étrusque

Chaudron en or, art étrusque
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Objets d'art du musée du Louvre

Classification

Autres références

«  ORFÈVRERIE  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La période irano-hellénistique »  : […] Des céramiques, des petites terres cuites, des objets de bronze sont également découverts dans les villes construites par les satrapes achéménides pour servir de bases à leur organisation politique et financière ; mais en dehors de ces objets, ces capitales de la Drangiane, de la Bactriane et de l'Arachosie livrent peu d'informations ; leurs murs d'argile crue, séchée au soleil du désert, se sont […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Matériaux et techniques »  : […] La majorité des sculptures africaines sont en bois, mais les Noirs ont aussi travaillé la pierre, l'ivoire, l'argile et les métaux (fer, bronze, or). Le bois est utilisé partout, du Soudan à l'Afrique orientale, pour façonner des statues, des masques et de nombreux objets décorés d'usage courant (sièges, portes , serrures, récipients). C'est surtout chez les agriculteurs sédentaires que s'est déve […] Lire la suite

AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

  • Écrit par 
  • Noureddine MEZOUGHI
  •  • 1 003 mots
  •  • 2 médias

Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle. Les fouilles archéologiques sont impuissantes à en restituer le luxe, conçu à l'image de la cour byzantine, que Charlemagne voulait égaler. Il […] Lire la suite

ANGLO-SAXON ART

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 5 158 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'art anglo-saxon de la période païenne »  : […] C'est en Angleterre même que les antécédents de l'art anglo-saxon doivent être recherchés plutôt que sur le continent, dans le pays d'origine des Angles, des Jutes et des Saxons. Il apparaît ainsi que certains objets métalliques de la fin de l'époque romaine servirent de modèles aux artisans anglo-saxons dès leur établissement dans l'île, aussi bien par leur technique de fabrication que par leur […] Lire la suite

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Dans le chapitre « Succès et diffusion d'un ornement »  : […] L'absence de sources littéraires rend difficile l'explication du succès inouï des arabesques en Italie. Et l'assimilation immédiate de cet ornement par la culture italienne est à l'origine de plusieurs variantes, sans qu'il soit aujourd'hui possible de suivre en détail le développement de chacune d'elles. Le jeu des lignes, permettant une infinité de solutions différentes, a sans doute contribué […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Objets d'art, sculpture et archéologie »  : […] L'élargissement du goût pour des objets de plus en plus nombreux et variés est favorisé, au xix e  siècle, par le déclin des préjugés classiques : les époques oubliées sont progressivement réhabilitées par les courants révolutionnaires de la peinture et par les découvertes archéologiques. Cette extension croissante de l'amateurisme a pour conséquence un véritable foisonnement de falsifications. Ch […] Lire la suite

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Textiles, orfèvrerie et mobilier »  : […] La qualité remarquable des textiles indiens est une des raisons essentielles qui incitent les Compagnies européennes à faire du négoce en Inde. Les provinces du Gujarat et du Bengale y sont les principaux centres de production textile. L'Europe connaît à partir du xvii e  siècle une vogue de chintz, calicot, mousseline, velours et autres brocarts importés de l'Inde. Dans les années 1770, les châl […] Lire la suite

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 676 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Au temps de l'empire kouchan (Ier s. avant notre ère-IIIe s.) »  : […] Le dernier tiers du ii e  siècle avant notre ère voit l'effondrement du royaume gréco-bactrien sous la poussée d'envahisseurs nomades surgis de la steppe, qui viennent aussi presser les frontières orientales des Parthes. En certains endroits, la vie urbaine régresse ; les monuments d'Aï Khanoum sont transformés en carrière. Les nouveaux venus entament un processus qui les conduit à se sédentariser […] Lire la suite

AUTEL D'OR DE VOLVINIUS, Milan

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 264 mots

Vers 840, l'évêque de Milan, Angilbert II, commande au maître orfèvre, Volvinius, un autel destiné à accueillir les reliques des saints Gervais et Protais, ainsi que celles de saint Ambroise auquel était consacrée sa cathédrale (l'autel est conservé dans l'église Saint-Ambroise, Milan). L'imposant ouvrage, d'une longueur de 2,20 mètres pour une profondeur de 1,22 mètre et une hauteur de 85 centimè […] Lire la suite

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Antiquité grecque, étrusque et romaine »  : […] Les bijoux de l'Antiquité classique parvenus jusqu'à nous sont pour la plupart en or. D'autres métaux, l'argent, très fragile, ou l'électrum, alliage naturel d'or et d'argent, ou encore le bronze, ont aussi été utilisés par les orfèvres antiques, mais l'or, parce qu'il est extrêmement malléable et qu'il ne s'oxyde pas, est le métal précieux par excellence. On le trouvait soit en pépites dans certa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard MABILLE, « ORFÈVRERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/